Bienvenue à Sott.net
mar., 15 oct. 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Family

Le manque de sommeil peut mener à l'obésité chez les enfants

Dormir trop peu et à des heures irrégulières peut provoquer des problèmes de santé et d'obésité chez les enfants, selon une enquête menée par le professeur belge Karen Spruyt de l'Université de Chicago. Les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue "Pediatrics"

Karen Spruyt, professeur de neuropsychologie à la Vrije Universiteit Brussel et active à l'Université de Chicago, a étudié les schémas de sommeil de 308 enfants américains âgés de 4 à 10 ans. Les enfants étaient munis d'un petit appareil qui a enregistré les périodes de sommeil pendant une semaine. Leur indice de masse corporelle (Body Mass Index) a également été mesuré.

Family

L'obésité a quasiment doublé en trente ans dans le monde

Image
© AFP/JUSTIN SULLIVAN
La prévalence de l'obésité a quasiment doublé en près de trente ans dans le monde et touche cinq cents millions d'adultes, davantage les femmes que les hommes, selon une étude publiée vendredi par la revue britannique The Lancet. Des chercheurs ont étudié la progression du surpoids entre 1980 et 2008 chez les personnes de plus de 20 ans. Le surpoids est atteint quand l'indice de masse corporelle (IMC, rapport du poids au carré de la taille en mètre) dépasse 25, l'obésité quand il atteint 30. A 35, on parle d'obésité sévère.

En vingt-huit ans, l'IMC a augmenté aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Dans le monde, 1,46 milliard d'adultes sont en surpoids et la prévalence de l'obésité a quasi doublé, touchant 205 millions d'hommes et 297 millions de femmes - soit 9,8 % des hommes et 13,8 % des femmes. "Le surpoids et l'obésité, l'hypertension et le haut niveau de cholestérol ne sont plus désormais l'apanage des pays occidentaux ou des pays riches et ont glissé vers les pays à revenu bas ou moyen", a commenté le Pr Ezzati.

Footprints

L'activité physique permet de réduire le risque de cancer

Une étude estime à deux heures et demi hebdomadaires l'activité nécessaire. 31 % de la population mondiale ne pratique aucun sport.

Pratiquer une activité physique deux heures et demie par semaine joue un rôle essentiel dans la prévention des cancers, en particulier du colon et du sein, estime l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans une étude publiée vendredi. "Beaucoup de cancers pourraient être évités", a expliqué le président de l'Union internationale contre le cancer (UICC) Eduardo Cazap, qui a préparé des recommandations avec l'OMS à l'occasion de la journée internationale de lutte contre le cancer.

Selon l'OMS, "près de 25 % des cancers du sein et du colon pourraient être écartés grâce à une activité physique". "La quantité d'activité physique requise est de 150 minutes par semaine", a expliqué un responsable du Département des maladies chroniques et de promotion de la santé de l'OMS, Tim Armstrong, lors d'un point de presse. Un tel objectif est à la portée de tous et correspond à environ 30 minutes d'effort modéré, comme de la marche, cinq jours par semaine, a-t-il assuré.

Syringe

Autisme et vaccin : la future réhabilitation du Dr Wakefield et la honte de ses détracteurs

Image
Si la médecine n'est pas aussi infiltrée que nous le soupçonnons par une véritable mafia médicale, le médecin britannique Andrew Wakefield devrait rapidement être réhabilité.

En effet, dans le Sunday Daily Mail du 2 février 2011, la journaliste Sally Beck nous informe que de nouvelles recherches américaines montrent qu'il pourrait y avoir un lien entre le vaccin ROR et l'autisme, ainsi que des problèmes intestinaux chez les enfants. L'étude semble confirmer les découvertes du Dr Andrew Wakefield qui ont provoqué en 1998 une véritable tempête en suggérant qu'il pouvait exister un lien entre le vaccin et l'autisme régressif.

Yoda

Du guerrier professionnel au guerrier spirituel

Image
© Inconnu
Considérés à l'époque comme des phénomènes New Age de la culture populaire américaine, le yoga et la méditation s'introduisent rapidement dans les cercles conservateurs de l'armée.

Family

Divorce des parents, souffrance des enfants

Près de la moitié des enfants de parents séparés estiment que cette rupture a perturbé leur vie amoureuse

Actuellement, près d'un mariage sur deux ne dure pas et 2,9 millions de mineurs vivent avec un seul parent. Les enfants du divorce sont tellement nombreux que leur situation semble totalement banalisée. Et pourtant, leur souffrance est indéniable. C'est ce que montre une enquête réalisée via internet par l'Union des familles en Europe : plus de 1 100 personnes, âgées de 18 ans à plus de 56 ans (soit trois générations), toutes "victimes" d'une rupture parentale, ont expliqué comment elles vivaient ou avaient vécu le divorce de leurs parents.

Premier constat : cette séparation a eu des effets à long terme sur la personnalité de près de 9 participants sur 10. Alors que plus de 55 % des divorces sont prononcés par consentement mutuel - et devraient donc être moins traumatisants - , les enfants gardent souvent la peur d'être abandonnés. Ils manquent de confiance en eux et dans les autres, voire ils souffrent de dépression. Certains culpabilisent même. Rares sont ceux qui tirent des bénéfices de cette période, en estimant en être sortis plus forts, plus aptes à faire face aux aléas de la vie.

Family

La dépression durant la grossesse augmente un précurseur de l'hormone du stress du bébé...

grossesse
© Inconnu
Selon une étude parue dans le journal « Infant Behaviour and Development » en décembre 2010, des chercheurs de l'Université du Michigan ont montré que les enfants nés de mamans dépressives ont un taux plus élevé d'hormone corticotrope (ACTH), précurseur du cortisol (hormone du stress) ainsi que des différences sur le plan comportemental.

Parmi ces différences, on note une diminution du tonus musculaire ou une adaptation plus rapide à des stimuli sonore (cloche) ou visuel (lumière)...

Les chercheurs conseillent aux femmes qui présentent des signes de dépression durant la grossesse d'être suivies par un thérapeute.

Un suivi après al grossesse portant sur le lien mère-enfant pourrait aussi avoir des effets très bénéfiques.

Syringe

Une étude lie un vaccin contre le H1N1 à des cas de narcolepsie

Fabriqué par le laboratoire GlaxoSmithKline, le vaccin Pandemrix contre la grippe H1N1 a probablement contribué à la multiplication subite des cas de narcolepsie chez les enfants et les adolescents finlandais en 2009 et 2010, a estimé mardi 1er février la plus haute autorité sanitaire finlandaise.

"Actuellement, l'explication la plus probable est que l'augmentation des cas de narcolepsie est due à l'effet conjoint du vaccin et d'un ou plusieurs autres facteurs", indique l'Institut national finlandais pour la santé (THL) dans un communiqué. Rare, la narcolepsie, ou maladie de Gélineau, est une affection neurologique qui se traduit par des accès de sommeil irrésistibles qui surviennent de façon inopinée et par une fatigue extrême.

Soulignant que des recherches plus poussées sont encore nécessaires d'ici à un rapport final promis pour août, l'autorité estime que les enfants et adolescents de 4 à 19 ans ont un risque neuf fois plus élevé de souffrir de narcolepsie s'ils ont été vaccinés avec le Pandemrix. "L'association observée est si évidente qu'il est improbable que d'autres facteurs dits 'collatéraux' puissent expliquer le phénomène", selon le THL.

Health

Des oméga-3 aux allures d'antidépresseurs

Image

L'huile de colza est riche en acides gras polyinsaturés de type oméga-3. © DR
Un déficit en oméga-3 causerait un dysfonctionnement du système nerveux, associé à des comportements anxieux. Le manque de cet acide gras, typique du régime carnivore à l'occidentale, pourrait donc être la cause d'un grand nombre de dépressions.

Les oméga-3 sont connus pour avoir un effet bénéfique sur le taux de cholestérol ou sur l'obésité. Ces graisses particulières, composées de longues chaînes de carbone insaturées, sont bien meilleures pour la santé que les oméga-6, dont le régime alimentaire occidentalisé est souvent trop riche. Incapables d'être synthétisés par l'organisme et retrouvés dans les poissons ou les huiles végétales, les oméga-3 doivent donc être consommés régulièrement pour éviter d'éventuels problèmes cardiovasculaires.

Mais les effets bénéfiques des oméga-3 ne seraient pas restreints au cœur et participeraient aussi au bien-être psychologique. Cela avait été démontré en 2008, lorsque des chercheurs avaient fait le lien entre un taux sanguin d'oméga-3 élevé et une diminution de l'état dépressif des personnes âgées. À l'époque, les mécanismes moléculaires impliqués dans ce processus étaient totalement inconnus.

Syringe

Nouveau rapport réfutant la propagande vaccinale

Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info

Image
Si l'on se fie à l'industrie qui la promeut, la vaccination serait étayée par une science solide comme le roc, certifiant sa totale innocuité et grande efficacité. Seulement, ces croyances ne reposent sur aucun fait scientifique réel, et comptent plutôt sur une mythologie vaccinale tenace, dont la propagande est faite par l'industrie du vaccin, des médecins et même les gouvernements qui garantissent les risques vaccinaux.

Aujourd'hui, International Medical Conseil on Vaccination publie exclusivement par notre intermédiaire un rapport révolutionnaire signé par plus de 80 médecins de famille, chirurgiens spécialistes du cerveau et professeurs de pathologie, de chimie et en immunologie. Versé au dossier, ce rapport signé dit que les vaccins présentent un risque grave d'atteinte à la santé des enfants, et qu'aucune science véritable n'étaye la « mythologie vaccinale » prétendant que les vaccins seraient, d'une façon ou d'une autre, bons pour les enfants.

Ce rapport avant-gardiste de 8 pages, intitulé Vaccins: accédez à l'entièreté des faits, est disponible en neuf langues sur Natural News. Voici le lien de la version française au format PDF :
http://www.naturalnews.com/SpecialReports/VaccinesFullStory/v1/VaccineReport-FR.pdf

Natural News recommande de diffuser largement cet article et le rapport pour que mamans et parents aient conscience des périls associés aux vaccins et puissent ainsi protéger leurs enfants contre les risques de dommages qu'ils engendrent.