Bienvenue à Sott.net
mer., 19 jan. 2022
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Syringe

Walter Chesnut : « Les injections anti-Covid accélèrent le vieillissement et seront encore plus mortelles si répétées »

La protéine Spike du produit expérimental nommé « vaccin » anti-Covid-19 détruit l'immunité naturelle et l'enzyme nommée la télomérase. Une analyse indépendante de l'échec immunitaire qui a tendance à se produire après qu'une personne ait été « vaccinée » contre le Covid-19 a révélé qu'au moins l'une des causes en est une accumulation à l'intérieur du corps de protéines Spike induites par l'injection. Walter Chesnut de WMCResearch.org prévient que la « puissante réponse immunitaire » déclenchée par les injections « peut s'avérer mortelle », que cela se manifeste immédiatement ou plus tard.

Télomérase
© Inconnu
Après avoir examiné une étude scientifique évaluée par des pairs et une conférence informative, Chesnut a découvert qu'une fois que les protéines Spike des produits vendus comme des « vaccins » s'installent vraiment et commencent à faire ce pour quoi elles ont été conçues, la télomérase d'une personne injectée devient inactivée.

La télomérase, au cas où vous ne la connaîtriez pas, est une enzyme de l'ADN humain qui régule le vieillissement. À mesure que les télomères qui encapsulent l'ADN se raccourcissent avec le temps, le vieillissement commence vraiment à s'accélérer.

Ce qui suggère que les injections anti-Covid accélèrent le processus de vieillissement.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Syringe

Nouvelle étude évaluée par des pairs : Les vaccins Corona pourraient gravement endommager le système immunitaire

Il n'y a jamais eu de vaccin à ARNm approuvé en médecine humaine contre une maladie infectieuse. Alors que les cas d'effets secondaires graves se multiplient, une étude actuelle n'exclut même pas le risque de dommages mortels dus au phénomène dit d'ADE.
juyh
De plus en plus de contributions scientifiques indiquent que les vaccinations corona pourraient augmenter le risque de maladies graves. La cause réside dans le processus connu sous le nom de "Antibody-Dependent Enhancement" - ADE en abrégé. Les anticorps éponymes se fixent à la surface des virus, renforçant l'infection, mais ne peuvent pas les neutraliser.

Commentaire:

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Syringe

14 Israéliens infectés par le COVID malgré une 3e dose de vaccin

9 jours après qu'Israël a lancé sa campagne de rappel du vaccin (3e dose), les statistiques du ministère de la Santé révèlent que 2 personnes ont été hospitalisées malgré une injection de rappel.

covid vaxxxx
Selon les données du ministère israélien de la Santé publiées dans un reportage de Channel 12 dimanche soir, quatorze personnes qui ont reçu une troisième dose du vaccin Pfizer-BioNTech COVID ont été infectées par le coronavirus au moins sept jours après avoir reçu leur rappel.

Commentaire: Ceci est la preuve que le « vaccin » marche très bien et qu'il faut continuer. En route pour la 4e dose !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Health

Les phénomènes de facilitation de l'infection par des anticorps (ADE) et le Covid-19

Par les scientifiques (pharmaciens, médecins et docteurs es science) du collectif Reinfocovid : des études suggèrent que les vaccins anti-Covid peuvent déclencher une réaction immunitaire chez certaines personnes, qui pourrait les amener à développer des symptômes plus graves en cas d'exposition au virus sauvage que si elles n'avaient pas été vaccinées
Sras
À RETENIR
  • Des études suggèrent que les vaccins anti-Covid peuvent déclencher une réaction immunitaire chez certaines personnes, qui pourrait les amener à développer des symptômes plus graves en cas d'exposition au virus sauvage que si elles n'avaient pas été vaccinées.
  • En effet, les vaccins pourraient déclencher un renforcement de la maladie par les anticorps (ADE). Cela signifie que les personnes vaccinées pourraient, paradoxalement, souffrir d'une maladie plus grave lorsqu'elles sont exposées au virus sauvage que si elles n'avaient pas été vaccinées.
  • L'ADE est bien connue pour être un risque pour les infections à coronavirus, ainsi que pour la dengue. L'ADE est une réponse immunitaire paradoxale qui rend une personne précédemment exposée à la maladie, ou à un vaccin la ciblant, plus — et non moins — vulnérable en cas d'infection ultérieure.
  • Les risques d'ADE peuvent être associés au taux d'anticorps (qui peut diminuer au fil du temps après la vaccination) et également si les anticorps sont dérivés d'expositions antérieures à d'autres coronavirus.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Alarm Clock

Silence total sur la façon dont l'ivermectine a éliminé le covid-19 en Inde

La nouvelle de la défaite du variant Delta par l'Inde devrait être de notoriété publique. C'est à peu près aussi évident que le nez sur le visage. C'est tellement clair quand on regarde les graphiques que personne ne peut le nier. Pour une raison inconnue, nous ne sommes pourtant pas autorisés à en parler.
jkuy
Ainsi, par exemple, Wikipedia ne peut pas mentionner les méta-analyses évaluées par des pairs du Dr Tess Lawrie ou du Dr Pierre Kory publiées dans l'American Journal of Therapeutics. Wikipedia n'est pas autorisé à publier la récente méta-analyse sur l'ivermectine rédigée par le Dr Andrew Hill. De plus, il n'est pas permis de dire quoi que ce soit concernant ivmmeta montrant les 61 études portant sur 23 000 patients qui révèlent jusqu'à 96 % de réduction des décès [prophylaxie] avec l'ivermectine.

Health

Myocardites post-vaccinales : les médecins suisses reçoivent un courrier d'avertissement de Pfizer et Moderna

Nous avons donc tous les médecins suisses qui ont reçu ce courrier de Moderna et Pfizer expliquant que les jeunes étaient sujets à des myocardites post-vaccinales et pourtant personne n'en parle dans les médias français et les médecins continuent de pousser à la vaccination des plus jeunes ! Que le gouvernement le fasse est une chose mais que les médecins se retrouvent complices de ce massacre relève de la pure folie !

pfizer
C'est la première fois dans toute l'histoire de la médecine moderne et de la pharmacovigilance qu'une telle folie perdure aussi longtemps. Il y a peu de temps, pour beaucoup moins que ça, des médicaments auraient été retirés de la circulation ! Ce n'est plus le cas aujourd'hui ; pourtant bien que les jeunes ne soient pas du tout touchés par le covid-19, ils risquent de contracter une maladie très grave avec la vaccination ; la balance bénéfice/risque est, de ce fait, inversée.


Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Syringe

Le Dr Joseph Mercola ou les mensonges dissimulés derrière la soi-disant « pandémie induite par ceux qui n'ont pas reçu d'injections contre le Covid-19 »

Selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies, la Maison Blanche et la plupart des médias grand public [et relativement dans tous les pays occidentaux - NdT], nous sommes actuellement confrontés à une « pandémie de personnes non vaccinées »[1].
Vaccin anti-Covid
© Inconnu
Selon le récit officiel, 99 pour cent des décès liés au Covid-19 et 95 pour cent des hospitalisations liées au Covid-19 se produisent parmi les personnes non injectées. Lors d'un point presse de la Maison Blanche le 16 juillet 2021[2], le Dr Rochelle Walensky, directrice du CDC, a affirmé que
« plus de 97 pour cent des personnes qui entrent à l'hôpital en ce moment ne sont pas vaccinées. »
Mais comme l'a rapporté Laura Ingraham, présentatrice de Fox News, dans l'émission The Ingraham Angle, « cette statistique est grossièrement trompeuse »[3] et, dans une déclaration vidéo du 5 août 2021, Walensky a par inadvertance révélé comment cette statistique de 95 pour cent à 99 pour cent a été créée.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Health

La catastrophe sanitaire de l'injection Pfizer en Israël

La plupart des pays occidentaux ont suivi, sans débat public, les recommandations de l'OMS et font depuis plusieurs mois une propagande forcenée pour imposer des pseudo-vaccins expérimentaux en prétendant qu'ils pourraient stopper l'épidémie.

pfizer
L'analyse de l'évolution de l'épidémie en Israël, champion mondial de l'injection Pfizer permet d'évaluer son efficacité en population réelle qui est très éloignée de ce qu'annoncent les communiqués de leurs fabricants.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Attention

Des morts vaccinés non-déclarés ? Il faut autopsier davantage, selon le Dr Peter Schirmacher

D'après le chef du département de pathologie de l'université de Heidelberg, de nombreux décès provoqués par la campagne de vaccination ne sont sans doute jamais signalés du fait qu'aucune autopsie n'est pratiquée dans la majorite des cas.

Schimacher
© swr.de
Le Dr Schimacher appelle à autopsier : certains décès pourraient ne pas être imputés au vaccin, par erreur.
Selon le Dr Peter Schirmacher, responsable du Département de pathologie de l'Université de Heidelberg (Allemagne) et membre de l'Académie nationale des sciences Leopoldina, il est urgent de pratiquer des autopsies beaucoup plus souvent sur les personnes vaccinées et décédées dans un laps de temps qui indiquerait un lien prima facie avec le vaccin.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Die

Stephanie Seneff, chercheuse au MIT : « Je pense que les personnes vaccinées seront désavantagées par rapport aux personnes non vaccinées »

Chercheuse scientifique principale au MIT, Stephanie Seneff y est affiliée de façon continue depuis plus de cinq décennies. Après avoir obtenu quatre diplômes du MIT (B.S. en biophysique, M.S., E.E., et Ph.D. en génie électrique et informatique), elle a mené des recherches sur les réseaux à commutation de paquets, la modélisation informatique du système auditif humain, le traitement du langage naturel, les systèmes de dialogue parlé et l'apprentissage de la langue seconde. Spécialisée dans la modélisation et l'analyse du système auditif humain pour améliorer la communication entre humains et ordinateurs, elle fait des recherches et publie également sur des sujets liés à la biologie et à la médecine.
Stephanie Seneff

Dr. Stephanie Seneff
Frappée par l'augmentation de l'autisme qui touche de plus en plus de personnes aux États-Unis, elle analyse de nombreuses molécules toxiques et conclut par ses recherches que le glyphosate est la cause principale de l'autisme. Ce pesticide jouerait également un rôle dans l'augmentation des épidémies de diabètes et d'obésités.


Commentaire : L'une des autres causes principales pourrait bien être la quantité astronomique de vaccins injectés à tous les citoyens étatsuniens depuis les tout premiers jours de leur vie. Les deux combinés ne font certainement pas bon ménage avec la physiologie humaine et concourent en grande partie à en déséquilibrer l'homéostasie.


Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :