Bienvenue à Sott.net
mer., 18 sept. 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Health

La méditation serait aussi efficace que les antidépresseurs

Image
La méditation serait tout aussi efficace que les médicaments pour prévenir les récidives de dépression. Les chercheurs du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CTSM) de Toronto ont découvert que la thérapie cognitive basée sur la méditation était aussi efficace que les antidépresseurs pour diminuer les chances de récidives de dépression chez un patient.

Les scientifiques ont comparé les effets des médicaments et la thérapie cognitive chez 84 patients en rémission d'une dépression, âgés de 18 à 65 ans. Tous étaient sous médication et ne présentaient aucun signe de dépression depuis sept mois, rapportent les Archives of General Psychiatry.

Beaker

Sous prétexte de l'allongement de la vie...

Image
© Inconnu
Chacun, depuis Job, se plaint de la vie, mais jouit maintenant de son allongement, assure-t-on, cependant que la mort se démène ! Et s'il est vrai qu'une frange importante de la population peut statistiquement survivre, les chiffres mêmes disent la déliquescence physique et mentale de tous les âges. A Toulouse, comme on devrait le savoir, le prophète de notre âge économique et professeur de philosophie écossais, Adam Smith a commencé d'écrire son livre sur la richesse des nations, popularisant deux idées, qui jouent sur notre quantité et qualité de vie : le travail industriel, non la terre, fournit la richesse, et la division du travail accroît la production industrielle ; l'artisan/artiste - comme était le paysan - est remplacé par l'ouvrier/machine dont l'acte répétitif engendre dépression, ennui, alcoolisme autrefois, addictions plus modernes aujourd'hui qui sont autant de béquilles illusoires à ce mal être...

Bulb

L'éclairage de soirée pourrait favoriser insomnie, diabète et cancer

Image
L'éclairage artificiel en soirée et durant la nuit pourrait favoriser les troubles du sommeil, le diabète et certains cancers (comme celui du sein), suggère une étude publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism.

Cette étude confirme que l'éclairage intérieur entre la tombée du jour et l'heure du coucher entraîne une diminution de la production de mélatonine, une hormone produite par la glande pinéale (épiphyse) du cerveau. Cette diminution pourrait avoir un impact sur les processus physiologiques régulés par cette hormone, tels que la somnolence, la régulation de la température corporelle, la pression artérielle et le métabolisme du glucose.

Commentaire: Articles supplémentaires :

L'éclairage artificiel de la nuit est un facteur de cancer

Le lien entre sommeil et diabète de nouveau démontré


Health

Les migraines ne nous font pas perdre la tête

Cher Monsieur,

vous n'êtes pas hébergeur mais éditeur, votre site est éditorialisé, je
vous invite donc à faire vous-même une recherche sur vos propres pages.

la publication sans accord ni autorisation d'articles de notre fond
constitue un acte de contrefaçon. Ces activités peuvent faire l'objet de
poursuites pénales sanctionnées par deux ans d'emprisonnement et 150 000
Euros d'amende.

Par ailleurs, l'usage non autorisé de notre marque constitue de la même
manière une contrefaçon de nos droits de propriété intellectuelle.
La publication de nos articles ne vous étant pas autorisée, nous vous
demandons expressément de cesser immédiatement toute utilisation de nos
contenus, et d'enlever toute référence à nos marques sur tous les
documents émanant de vos services.

Il nous semble toutefois préférable, avant d'entamer de quelconques
poursuites judiciaires, que nous tentions de trouver ensemble les base
d'un accord économiquement viable pour les deux parties, dans le strict
cadre des dispositions légales en vigueur et comprenant l'antériorité.
Vous voudrez bien vous mettre en rapport avec moi sans délai afin de
discuter des termes d'un tel accord.

A défaut de réaction de votre part dans un délai de une (1) semaine à
compter de la réception de la présente, nous reprendrons notre entière
liberté d'action de manière à faire cesser cette violation de nos droits
de propriété intellectuelle.

En tant que de besoin, nous vous précisons que la présente vaut mise en
demeure au sens notamment des dispositions de l'article 1153 du Code
civil, et fait donc courir les intérêts légaux sur les sommes que nous
serions amenés à vous réclamer à titre de réparation du préjudice que
nous subissons.

Je vous prie d'agréer, chère Monsieur, l'expression de mes salutations
distinguées.

Cheeseburger

Du poison dans nos assiettes ?

Image
Après Le monde selon Monsanto, la journaliste et réalisatrice Marie-Monique Robin dénonce la façon dont l'industrie chimique empoisonne notre alimentation dans Notre poison quotidien, un documentaire qui sera diffusé sur Arte le 15 mars prochain.

Menée aux Etats-Unis, au Canada, au Chili, en Inde, et dans six pays européens, la France, l'Italie, l'Allemagne, la Suisse, la Grande Bretagne, et le Danemark, l'enquête de Marie-Monique Robin sera également publiée dans un livre à paraître le 7 mars. La journaliste s'est intéressée aux produits chimiques qui font désormais partie de notre alimentation. Conservateurs, colorants, anti-oxydants ou résidus de pesticides : ces substances, Marie-Monique Robin les considère comme de véritables poisons, et s'interroge quant à leur rôle dans le développement de maladies telles que le cancer, le diabète, l'obésité, ou les maladies neuro-dégénératives.

Health

Du dioxyde de titane sur votre brosse à dents ?

Image

Nos données suggèrent que (le dioxyde de titane) devrait être utilisé avec une plus grande prudence qu'il ne l'est actuellement" © Schnitzler / Caro Fotos/Sipa
Utilisé dans la construction, l'alimentation, la cosmétologie ou les médicaments, ce nanomatériau produit des effets similaires à l'amiante.

Il est partout, ou presque. Dans les colorants alimentaires, dans certains médicaments, dentifrices, crèmes solaires, dans la composition de nombreux produits à usage courant... Le dioxyde de titane est l'un des nanomatériaux les plus utilisés actuellement avec plus de deux millions de tonnes produites chaque année dans le monde. Or, selon les conclusions d'une équipe de chercheurs suisses et français, ces particules employées comme pigment et opacifiant produisent, dans les poumons, des effets inflammatoires similaires à ceux de l'amiante.

Ce n'est pas la première fois que des travaux font état des problèmes posés par ces substances. En mars dernier, une expertise de l'Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail, depuis intégrée dans l'Anses) avait soulevé le cas du ciment qui acquiert, grâce à l'adjonction de dioxyde de titane nanométrique, des propriétés autonettoyantes. Or l'usure des bâtiments entraîne une dissémination de ce produit. En cas de très fortes doses, "des inflammations pulmonaires et des tumeurs ont été déclenchées chez des rats", notaient les experts. Selon eux, il est évident que "les personnes souffrant d'une pathologie respiratoire constituent des populations sensibles".

Sun

La vitamine D, le cancer du sein et Big pharma, ou le bon la bête et le truand !

Un rassemblement de chercheurs américains, concernant la vitamine D s'est tenu récemment à Toronto. Le Docteur Cédric Garland a fait une fantastique annonce , qualifiée en américain de « blockbuster ». Le cancer du sein peut être pratiquement éradiqué en augmentant les taux de Vitamine D.

La vitamine D est la panacée pour le cancer du sein, si bien que l'industrie pharmaceutique tente de ridiculisée les recherches dans ce domaine, car elles tendraient à reduire à néant toute l'industrie du cancer du sein, donc les mammographies, si souvent décriées, la chimiothérapie, et ou la haute pharmaceutique. Reconnaître que le remède existe déjà, est un problème pour eux.

La vitamine D a finalement gagné la reconnaissance de la communauté scientifique internationale

de recherches (indépendante des labotoires). Elle est considérée comme un nutriment essentiel miraculeux, pour le cancer du sein. C'est la solutation pour la prévention du cancer, et de nombreux médecins homéopathes, et allopathes la prescrivent déjà l'hiver à leurs patients.

Ambulance

La consommation d'antibiotiques associée à un risque accru de maladie de Crohn chez l'enfant

Image
LONDRES, 13 décembre 2010 (APM) - La consommation d'antibiotiques est associée à un risque accru de maladie de Crohn chez l'enfant, selon une étude danoise à paraître dans Gut.

Il est connu que les antibiotiques altèrent la composition de la microflore intestinale, que cette flore est associée au système immunitaire intestinal et serait un important facteur de développement de maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (Mici), et enfin que la consommation d'antibiotiques est plus fréquente chez les patients atteints de Mici que chez des contrôles sains, rappellent Anders Hviid, du Statens Serum Institut à Copenhague, et ses collègues.

Magnify

Les enfants, marqués par les catastrophes naturelles

Image
Selon une psychologue de l'université de Miami, les enfants ayant vécu des catastrophes naturelles peuvent présenter des séquelles psychologiques encore deux ans plus tard.

Une psychologue de l'université de Miami a étudié le stress vécu par des enfants suite à des catastrophes naturelles et en particulier les ouragans. En 2005, l'ouragan Charley avait fait 35 morts en Floride. 384 enfants ont été par la suite étudiés et suivis par la scientifique. Elle a pu constater qu'un tiers d'entre eux présentait des symptômes de stress post-traumatique.

Document

Se débarrasser par écrit de ses soucis ?

Êtes-vous anxieux à l'approche d'un test ou d'un examen ? La haute pression qui règne sur les étudiants devant passer des tests importants peut les conduire à agir en dessous de leurs capacités ou à être paralysés par le stress.

Dans Science, une étude de Gerardo Ramirez et Sian Beilock, de l'Université de Chicago, montre pourtant qu'un bref exercice d'écriture peut les aider à éviter d'être anxieux. Les chercheurs indiquent qu'une courte intervention de 10 minutes avant examen peut empêcher toute paralysie et améliorer les résultats aux examens, notamment pour les étudiants d'habitude anxieux dans les situations de test.