Bienvenue à Sott.net
sam., 21 sept. 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

People

Travailler trop nuit à la santé

Insomnies, troubles cardio-vasculaires et maux de dos peuvent être directement liés à un nombre d'heures de travail trop élevé. C'est l'Institut fédéral pour la sécurité et la santé au travail (Allemagne) qui le souligne. En décembre, il publié la synthèse de quatre études (deux européennes et deux allemandes, dont l'une réalisée auprès de 50.000 salariés) récemment menées sur le sujet. Il apparaît très clairement que les personnes qui travaillent à temps partiel souffrent moins de troubles du sommeil que leurs collègues qui travaillent à temps plein (1/10 contre 1/5, voire 1/4 pour les salariés qui vont au-delà des 60 heures hebdomadaires).

Arrow Up

« pas de gluten, pas de produits laitiers » - Guillaume Néry, champion du monde d'apnée

Image
© Franck Seguin
Ils ont choisi lui un jean, elle une robe dorée pour se mouvoir ensemble, les yeux fermés. Une étreinte d’une grâce indescriptible.
Les amoureux se sont rencontrés sur une samba endiablée. Un premier contact inoubliable, même si la danse de Julie a donné quelques frayeurs à Guillaume. « En apnée, explique le jeune homme attablé dans un bistrot du vieux Nice, une "samba" est une perte de contrôle moteur à la suite d'un manque d'oxygène. Elle se ­caractérise par un mouvement saccadé de la tête, rappelant celui de la célèbre danse... » Et Guillaume de mimer le mouvement devant le serveur. « Tu ne te moquerais pas de moi, là ? » sourit Julie, assise à son côté. « C'était en 2000, poursuit-elle. Je plongeais et il faisait partie de l'équipe de sécurité, mais on ne se connaissait pas. Quand j'ai eu cette légère perte de connaissance, je suis tombée dans ses bras... » A l'époque, Julie n'est pas célibataire. Mais en 2006, les deux apnéistes se retrouvent enfin pour vivre leur histoire d'amour, sur terre et sous l'eau.

Display

Regarder la télévision causerait des problèmes cardiaques

Image
© Inconnu

Traduction : Infoguerilla

Cette bonne vielle télévision nous cache encore des surprises...En plus des conséquences sur la santé mentale, voici ce qu'il a récemment été conclu dans le Journal de l'American College of Cardiology.

X

Top dix des drogues légales liées à la violence

Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info

Image
Récemment publiée dans la revue PLoS One, une étude de l'Institute for Safe Medication Practices (ISMP) met en évidence les pires prescriptions médicales coupables de rendre les patients violents. Parmi le top dix des plus dangereuses, on trouve les antidépresseurs Pristiq (desvenlafaxine), Paxil (paroxétine) et Prozac (fluoxétine).

L'inquiétude s'accroît au sujet des effets secondaires négatifs extrêmes de nombreux antidépresseurs et antipsychotiques populaires car, en plus de provoquer de graves problèmes de santé chez l'utilisateur, ces remèdes constituent aussi une menace importante pour la société. Le rapport de l'ISMP indique que, d'après l'organe d'enregistrement des événements indésirables de la Food and Drug Administration (FDA), de nombreux médicaments populaires sont même liés à des homicides.

Health

Psychiatrie moderne - L'expérience de Rosenhan

Traduction SOTT

L'expérience de Rosenhan (aussi connue sous le nom d'expérience « Thud »[bruit sourd]) est une célèbre enquête sur la validité du diagnostic psychiatrique menée par le psychologue David Rosenhan en 1973. Elle fut publiée dans le Journal of Science sous le titre de « Un individu sain dans des lieux qui ne le sont pas. »

L'étude de Rosenhan a été conduite en deux parties. La première partie impliquait l'utilisation d'assistants mentalement sains, ou « pseudo patients », qui simulaient brièvement des hallucinations auditives dans le but d'obtenir leur admission dans 12 hôpitaux psychiatriques différents dans 5 états différents aux USA. Tous furent admis et diagnostiqués comme étant victimes de désordres psychiatriques. Après admission, les pseudo patients se comportaient normalement et disaient au personnel qu'ils se sentaient bien et n'avaient pas été sujet à de nouvelles hallucinations. Les personnels des hôpitaux échouèrent a détecter un seul pseudo patient, pensant au contraire que tous les pseudo patients montraient des symptômes de maladie mentale. Plusieurs des pseudo patients furent mis a l'isolement pendant des mois.

Bien que prenant constamment et de façon visible des notes détaillées sur le comportement du personnel et des autres patients, aucun des pseudo patients ne fut identifié comme imposteur par les personnels des hôpitaux, bien que beaucoup des autres patients psychiatriques semblaient correctement les identifier comme tel. Lors des 3 premières hospitalisations, 35 des 118 patients exprimèrent le soupçon que les pseudo patients étaient mentalement sains, certains suggérant qu'ils étaient des journalistes ou des chercheurs enquêtant sur l'hôpital.

Tous les pseudo patients furent forcés d'admettre qu'ils souffraient de maladie mentale et d'accepter de prendre des médicaments antipsychotiques comme condition préalable a leur sortie.

La seconde partie de l'expérience fut de demander au personnel d'un hôpital psychiatrique de détecter de faux patients que Rosenhan acceptait d'envoyer. Après un mois, le personnel de l'hôpital avait identifié un grand nombre de patients ordinaires comme étant des imposteurs. Rosenhan révéla alors qu'il n'avait envoyé aucun faux patient.


Vidéo sous-titrée en français

Health

Les boissons «light» et l'aspartame provoqueraient des naissances avant terme

Image
Les édulcorants chimiques, souvent épinglés, provoqueraient des naissances avant terme chez les femmes, selon une étude danoise, tandis que des expériences menées sur des souris consommant ces produits concluent à un risque accru de cancer chez les mâles, selon deux études récentes dont les scientifiques du Réseau environnement santé (RES) se font l'écho.

La consommation de ces édulcorants est énorme. Ainsi, l'aspartame, édulcorant le plus utilisé au monde (Canderel, Nutrasweet...), se retrouve dans plus de 6.000 produits, du chewing-gum aux boissons light, dont plus de 500 produits pharmaceutiques. Selon le RES, 200 millions de personnes en consommeraient «régulièrement».

Health

Stimuler un nerf vague offre un espoir pour guérir les acouphènes

WASHINGTON - Stimuler un nerf dans le cou élimine les acouphènes, selon des expériences animales ouvrant la voie à un traitement pour ce mal dont souffrent des millions de personnes sous forme de bourdonnement ou de sifflement persistant dans le crâne ou l'oreille, montre une étude mercredi.

Des essais cliniques devraient débuter en Europe dans les prochains mois pour ce traitement consistant à stimuler le nerf pneumogastrique tout en produisant simultanément une gamme de sons de différentes fréquences durant des périodes prolongées.

La stimulation de ce gros nerf qui innerve le pharynx, le voile du palais, le larynx et l'abdomen est déjà utilisée pour soigner l'épilepsie et la dépression.

Health

Pourquoi vos gènes ne déterminent pas votre santé

Traduction : SOTT

Image
© Huffington Post
Le décodage du génome humain à l'aube du millénaire a porté l'espoir et la promesse du début de la fin des souffrances humaines. Toutefois, après plus d'une décennie d'intense exploration du génome humain, le fardeau des maladies et des souffrances de l'humanité n'a fait que s'accroître autour du globe. Maladies de cœur, cancers et diabètes ainsi que les troubles allergiques et auto-immunes ont tous continué à grimper en flèche. L'espoir a cédé la place à la déception lorsque les scientifiques ont reconnu que, à part dans les troubles de gène unique comme le syndrome de Down, vos gènes ne déterminent pas votre destin.

En novembre de cette année, un article sur la génomique, les diabètes de type 2 et l'obésité paru dans le New England Journal of Medicine (i) a rapporté tristement le peu de corrélation qui existe entre l'obésité, les diabètes et vos gènes. Il y a des modèles associés qui confirment de petits risques mais les auteurs déplorent le manque de liens forts entre la composition génétique et la plus grande épidémie de notre temps (obésité et diabètes) avec des refrains comme « modeste taille des effets », « relativement peu de succès », « reste loin d'être clair, » « peu mesuré par la connaissance biologique existante. »

L'histoire de votre santé est bien plus complexe qu'une programmation génétique. Elle est déterminée en fin de compte par l'action mutuelle dynamique de l'environnement dans lequel baignent les gènes, créant le « vous » de ce moment. La bonne nouvelle est que 2010 a été l'année des découvertes sur les « omiques » - épigénomique, exposomique, nutrigénomique, microbiomique et toxigénomique - qui détiennent, en fait, la clé pour débloquer les des mystères de notre santé et nos maladies.

Heart

Du yoga et de la méditation pour des enfants de plus en plus stressés !

Image
Saviez-vous que le stress touche aussi les enfants aujourd'hui ? Ils sont souvent excités, nerveux, délicats psychologiquement ou même hyperactifs.

Gisèle George qui est pédopsychiatre et l'auteur du livre « Ces enfants malades du stress » (Ed. Anne Carrière) dans lequel qu'elle est confrontée dans son travail chaque semaine dans ses thérapies de groupes à des enfants anxieux. Elle titre le signal d'alarme : « L'école est devenue aussi stressante que l'entreprise ! »

Le plus gros facteur de stress explique-t-elle, « c'est la réflexion des autres, c'est d'être intégré, de ne pas dire de bêtises devant les autres, de ne pas se faire agresser etc... Les autres sont stressants, agresseurs, agressant, moqueurs, comparateurs, compétitifs... C'est une entreprise quoi ! »

Et bien sûr, le stress est souvent lié aussi aux parents : « La grande majorité des parents d'enfants que je traite pour stress sont des stressés ... C'est contagieux, en effet. »

Il est possible que la plus grande utilisation d'ordinateurs, de téléphones portables et de jeux vidéo par les enfants au détriment du contact avec la nature expliquent le stress.

Selon une étude récente, 5 % des enfants scolarisés souffrent d'hyperactivité, surtout des garçons.

Commentaire: Le programme de respiration et de soulagement du stress Éiriú Eolas inclut la respiration ventrale (la « bonne » façon de respirer) ainsi qu'une partie méditation. Pour plus d'informations, visitez le site Éiriú Eolas.


Display

La TV augmenterait le risque d'infarctus

Rester assis à regarder la télévision pendant plus de deux heures par jour pourrait augmenter les risques de maladie cardiaque et d'infarctus, conclut une étude britannique publiée aujourd'hui dans le Journal of the American College of Cardiology.

Les chercheurs ont suivi à partir de 2003 et pendant en moyenne quatre ans 4512 Ecossais, qui devaient consigner le nombre d'heures passées quotidiennement à regarder la télévision ou un DVD, à utiliser un ordinateur en dehors du travail et à jouer aux jeux vidéos. Pendant ces quatre années, 325 des personnes suivies sont décédées, toutes causes confondues, et 215 ont subi un incident cardiaque.

En analysant leurs comportements, les scientifiques ont conclu que la mortalité était 48% plus importante chez les individus passant plus de quatre heures par jour devant un écran - travail exclu - que chez ceux y passant moins de deux heures. Le risque d'incident cardiaque, comme un infarctus, serait en outre 125% supérieur chez les personnes restant inactives devant un écran plus de deux heures par jour, par rapport à celles y passant moins de deux heures.