Bienvenue à Sott.net
jeu., 20 jan. 2022
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Heart

Manger moins de glucides pour éviter les fringales

Une étude récente propose un régime un peu moins riche en sucres, ou glucides, pour augmenter la satiété et limiter la prise de poids.

Comment faire « ami ami » avec son appétit ? En trouvant un moyen naturel d'avoir moins faim et d'empêcher les fringales et le grignotage. Pour y arriver, des chercheurs américains suggèrent qu'il faudrait peut-être réduire la proportion des sucres, ou glucides, dans les habitudes alimentaires.

Pour parvenir à cette conclusion les chercheurs ont recruté 30 volontaires dont la moitié a consommé un régime comportant 55 % de glucides et l'autre moitié un régime avec seulement 43 % de glucides mais davantage de lipides. Les quantités de protéines consommées par les volontaires des deux groupes étaient identiques.

Magnify

La choline améliorerait la mémoire et réduirait le risque de démence

Image

La choline, présente dans le poisson par exemple, réduirait les risques de vieillissement des fonctions cognitives. © Fotolia
La choline, présente dans les œufs et le poisson, améliorerait la mémoire et diminuerait les risques de démence. Explications.

La chercheuse Rhoda Au et son équipe du département de médecine de l'université de Boston ont réalisé une étude de longue haleine, observant l'alimentation de 1.400 adultes sur dix ans.

Les participants dont l'alimentation comportait du poisson contenant en quantité importante de la choline - un nutriment essentiel généralement classé dans la catégorie des vitamines B - ont obtenu de meilleurs résultats aux tests de mémoire et seraient moins susceptibles de souffrir de problèmes mentaux comme la démence que ceux qui ne disposaient pas de choline dans leur régime alimentaire.

La choline est présente dans les légumes (soja et haricots blancs ou rouges), le poisson, le foie et le lait selon le site australien ninemsn.

Heart

Les oméga-3 du poisson, une piste pour prévenir la maladie d'Alzheimer ?

Image
D'après une récente étude néo-zélandaise, le DHA, un acide gras contenu dans certains poissons serait capable de nettement booster nos capacités de mémoire. Un bénéfice qui pourrait permettre de réduire le risque de développer certaines formes de démence.

A l'heure où la maladie d'Alzheimer est devenu un véritable enjeu de santé publique, ces recherches fournissent une nouvelle piste pour tenter de réduire l'incidence de la maladie. En effet, des chercheurs de l'université Massey en Nouvelle-Zélande ont découvert que les acides contenus dans le poisson et les fruits de mer étaient capables de booster les fonctions de la mémoire, et ainsi de prévenir l'apparition de certaines formes de démence. Or, si le poisson et ses composants avaient déjà la réputation d'améliorer la mémoire, c'est la première fois qu'une étude solide démontre que des compléments d'oméga-3 suffisent à présenter un tel bénéfice.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont suivi pendant six mois 176 adultes en bonne santé à qui ils ont donné des compléments alimentaires contenant du DHA (acide docosahexanoïque), un acide gras oméga-3 présent dans les poissons gras tels que le saumon, le maquereau, la sardine, la truite, la crevette ou encore les moules. Dans le cerveau, cette substance est très abondante mais l'organisme ne peut pas la produire efficacement. L'alimentation reste donc la principale source de DHA. Durant les six mois, les chercheurs ont ainsi évalué les fonctions cognitives et de mémoire des sujets, avant de les comparer à celles d'un groupe placebo.

Arrow Down

Le Wi-Fi des portables dégraderait l'ADN des spermatozoïdes

Selon des chercheurs argentins, les émissions Wi-Fi d'un portable installé sur les genoux réduiraient la mobilité des spermatozoïdes et dégraderaient leur ADN. L'expérience a porté sur du sperme installé ou non à proximité d'un ordinateur en train d'émettre ces ondes.

Jusqu'à présent, les études retenues par l'OMS n'indiquent pas que les émissions Wi-Fi des appareils domestiques puissent représenter un danger pour la santé. Ces ondes, avec leur fréquence de 2,4 GHz, voisinent celles des fours à micro-ondes. Mais leur puissance de quelques dizaines de milliwatts est dix mille fois plus faible et vingt fois plus petite que celle d'un téléphone mobile.

Dans les laboratoires de Nascentis Medicina Reproductiva, à Cordoba (Argentine), Conrado Avendaño et son équipe ont mesuré un effet possible dans un domaine bien précis : la santé des spermatozoïdes humains exposés à une émission Wi-Fi toute proche. Et leurs conclusions sont que la mobilité de ces cellules sexuelles se réduit tandis que les défauts dans leur ADN se multiplient. Le travail vient d'être publié dans la revue Fertility and Sterility.

Family

Retard de sommeil : attention danger

Image

Les troubles du sommeil entraînent fatigue et troubles de l'humeur.D.R.
Une personne sur trois se plaint de son sommeil. Un phénomène qui n'est certes pas nouveau mais qui s'amplifie. Ces troubles "encore imparfaitement prévenus et traités" peuvent avoir des conséquences parfois dramatiques, ont rappelé, le 25 novembre, les Académies nationales de médecine et de pharmacie. En cinquante ans, le temps de sommeil moyen a diminué de 1 h 30 pour s'établir à 6 h 58 en semaine et à 7 h 50 le week-end, selon l'Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV).

Favorisés par les nouvelles habitudes de vie - notamment le temps passé devant les écrans, surtout chez les jeunes -, les troubles du sommeil entraînent fatigue et troubles de l'humeur. Plus grave, ils peuvent causer la somnolence au volant. Sans parler de l'absentéisme ou des difficultés scolaires. La dette de sommeil pourrait aussi être à l'origine de maladies cardio-vasculaires, voire de cancers.

Les Académies de médecine et de pharmacie préconisent de "faire du sommeil de l'enfant et de l'adolescent une question de santé publique". Ceux-ci, qui "se couchent de plus en plus tard, ont une dette de sommeil de plus en plus importante, qui entraîne une grande fatigue, laquelle peut avoir des effets sur leur vigilance et leur performance", constate le professeur Yvan Touitou, chronobiologiste, membre de l'Académie de médecine.

Pills

Un virus capable d'exterminer la moitié de l'humanité

Image
Une équipe de chercheurs néerlandais ont mis au point, dans leurs laboratoires, un virus génétiquement modifié qui serait capable d'exterminer la moitié de la population mondiale.

Le virus en question est une version génétiquement modifiée du H5N1. Dans sa forme originale, ce dernier se transmet très rarement d'homme à homme, privilégiant les animaux et plus particulièrement les oiseaux. Depuis la décennie qui nous sépare de la découverte de ce virus en Asie, moins de 600 cas ont été décelés chez un être humain, mais près de la moitié d'entre eux ont succombé.

L'équipe du Dr. Fouchier a utilisé des furets pour conduire ses expériences, de part leurs similitudes à l'égard de la transmission du virus par rapport aux hommes. Après seulement 10 générations du virus modifié, ce dernier se transmettait par simple présence d'un furet en bonne santé près d'un furet malade. Ce virus modifié est donc aussi contagieux qu'une simple grippe.

Red Flag

France : La suspension de culture du maïs Monsanto annulée

Le gouvernement avait suspendu sa culture en février 2008, avant que la justice européenne ne lui tape sur les doigts...

Le maïs OGM de Monsanto a de nouveau le champ libre. Le Conseil d'Etat a annulé lundi la suspension de culture du maïs de la firme américaine prise par le gouvernement français en février 2008 et remise en cause depuis par la Cour de justice européenne. «Tirant les conséquences de l'arrêt de la Cour de justice européenne, le Conseil d'État relève que le ministre de l'Agriculture n'a pu justifier de sa compétence pour prendre les arrêtés, faute d'avoir apporté la preuve de l'existence d'un niveau de risque particulièrement élevé pour la santé ou l'environnement», a indiqué le Conseil dans un communiqué.

Dès la prise de position de la Cour de justice européenne, qui avait demandé début septembre à la France de revoir sa copie, estimant que sa décision ne reposait pas sur une base juridique acceptable, le gouvernement avait indiqué qu'il prendrait «une nouvelle clause de sauvegarde» si la suspension actuelle était annulée. L'objectif, avait alors souligné le ministère de l'Ecologie, reste «d'éviter la mise en culture d'un OGM qui n'a pas été évalué suivant les nouvelles exigences demandées au niveau européen ou pour lequel des incertitudes quant à ses impacts potentiels sur l'environnement persistent.»

Nuke

Au Japon, le génocide de la population se poursuit : Les effets de la catastrophe de Fukushima sur la santé

Image
Les mères de Fukushima avaient alerté le monde dès le mois de juin : les enfants avaient des saignements de nez, des diarrhées, de la toux, des thyroïdes enflées, etc. Elles n'ont eu cesse d'informer et d'agir pour que tous les enfants soient évacués de la région de Fukushima. Encore dernièrement, elles se sont mobilisées à Tokyo pour sensibiliser la population, mais en vain pour l'instant. Pourtant, l'actualité semble leur donner raison. Un grand nombre d'informations convergentes indiquent que, suite à la catastrophe nucléaire, l'état général de la santé des Japonais vivant dans une vaste région correspondant au moins à 8% du Japon est en train de se dégrader.

Tweet d'un habitant d'Ibaraki : "Je travaille dans un hôpital d'Ibaraki. Il y a eu des patients avec des saignements de nez perpétuels en avril. Il y en a eu sans raison avec de la diarrhée et de la fièvre en juillet. Maintenant même les membres du personnel de l'hôpital souffrent de diarrhée sans raison...Ça commence à craindre." Tweet d'un habitant de Fukushima : "Mon ami vit à Iwakashi. Il vient finalement de commencer à avoir de l'hématurie (sang dans les urines, NdT). Mes petits enfants ont des saignements de nez. Ils ne peuvent évacuer parce qu'ils n'ont pas assez d'argent." (source)

Même si ces tweets n'ont aucune valeur statistique, ils se rencontrent de plus en plus souvent et sont à mettre en relation avec l'augmentation de certaines pathologies, visible sur ces graphiques mis en ligne par le gouvernement japonais : conjonctivites, pneumonies, et diverses autres maladies sont en nette augmentation en 2011.

Cult

Le laboratoire Merck et « les valises de biftons »

«Libération» diffuse l'enregistrement d'une réunion interne qui en dit long sur la vision décomplexée des conflits d'intérêt qui s'exprime encore au sein de certaines firmes pharmaceutiques.


La loi réformant le système de santé suite au scandale du Mediator, dont l'examen en seconde lecture a repris mardi soir à l'assemblée, prévoit que les labos seront obligés de déclarer les rémunérations qu'ils versent aux médecins.

Ce ne sera pas du luxe, vu la vision décomplexée des conflits d'intérêt qui s'exprime encore au sein de certaines firmes pharmaceutiques. C'est en tout cas ce qui ressort de l'enregistrement d'une réunion interne de MSD France (l'entité française de l'américain Merck), où le directeur médical du laboratoire évoque en souriant l'idée de payer les médecins trop critiques envers Merck avec «une valise de biftons», afin de créer un lien d'intérêt avec eux. Et d'empêcher ainsi qu'ils ne soient désignés par les autorités de santé pour évaluer les molécules du laboratoire.

Cette réunion s'est tenue le 23 juin au siège de Schering Plough France (racheté par Merck en 2009) à Courbevoie, en proche banlieue parisienne (1). Au menu: la prochaine évaluation de l'efficacité du Victrelis, nouveau traitement de Merck contre l'hépatite C, par la Haute autorité de santé (HAS). L'enjeu commercial est majeur, puisque l'appréciation de la HAS détermine le prix des médicaments et leur taux de remboursement par l'Assurance maladie.

Pills

Les effets secondaires des médicaments tuent des milliers de malades

l est possible que plus de 10,000 malades meurent chaque année à cause des effets secondaires des médicaments.

Une étude rapportée dans le « British Medical Journal » indique que les réactions adverses aux médicaments, comprenant de l'aspirine et des anti-dépresseurs, sont à l'origine d'une sur chaque '16 entrées' à l'hôpital.

Les chercheurs évaluent le coût de ces hospitalisations pour le NHS (Service de Santé Nationale [en Angleterre] ) à £466 millions par an.

Ils ont réclamé des mesures urgentes afin de réduire la charge sur le NHS et afin d'améliorer la pratique de l'ordonnance.

Les chercheurs, de l'université de Liverpool, ont étudié 18,820 patients, âgés de plus de 16 ans, qui ont été admis à deux hôpitaux du réseau NHS à Merseyside pendant une période de six mois en 2001-2002.

Les malades ont été évalués afin de savoir si leurs admissions à l'hôpital étaient dûes à une réaction à leurs médicaments.

L'équipe a trouvé que 1,225 hôpitalisations étaient en rapports avec des réactions néfastes aux médicaments, avec un séjour moyen de huit jours.

Commentaire: Mais bon, haro sur les médecines naturelles et alternatives, hein...