Bienvenue à Sott.net
mer., 20 oct. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Chart Pie

Quelle est la balance bénéfice-risque des produits expérimentaux nommés « vaccins » anti-Covid-19 par tranche d'âge ? Les données du 1er juillet 2021

Alors que le conseil constitutionnel a validé les points essentiels [1, 2] du projet de loi [3] instaurant entre autres, la vaccination obligatoire des soignants et la généralisation d'un passe sanitaire pour accéder aux activités de la vie courante (y compris les hôpitaux), il est raisonnable de s'interroger sur la balance bénéfices/risques de la « vaccination » de masse, en comparant la mortalité liée au Covid-19 et la létalité supposée liée à la « vaccination » par tranche d'âge.
Vaccins Covid bénéfice risque
© Inconnu
À RETENIR
  • Nous ne pouvons plus établir le bénéfice/risque des soi-disant - NdE] vaccins Covid après le 16 juillet 21, car Santé Publique France ne publie plus les données brutes nécessaire à ces calculs.
  • Pour les personnes de moins de 45 ans, la létalité supposée liée au [soi-disant - NdE] vaccin est plus importante que la mortalité liée au Covid-19.
  • Les séquelles très graves regroupant les décès, invalidité et pronostic vital engagé, ont plus que doublé entre le 27 mai et le 1er juillet 2021 pour le [soi-disant - NdE] vaccin Pfizer.
  • Pour les personnes sans comorbidité, le [soi-disant - NdE] vaccin apparaît délétère pour les moins de 65 ans.
  • Le rapport bénéfice/risque de la « vaccination » est défavorable lorsque le nombre est supérieur à 1 (cases rouges).

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


2 + 2 = 4

L'immunité naturelle offre une protection bien supérieure aux vaccins : le Dr. Brigitte Milhau (CNews) confirme les propos du Pr. Raoult

Ce matin, sur CNews, le docteur Brigitte Milhau a confirmé l'allégation du professeur Didier Raoult selon laquelle la protection conférée par l'infection naturelle est bien supérieure à la protection vaccinale.

milhau

Le Dr Brigitte Milhau sur CNews, le 25/08/21.
« On a observé chez ceux qui se présentent pour se faire tester, soit 600.000 tests PCR réalisés, que les infections naturelles sont, sur les éléments que nous avons, au moins 10 fois plus protectrices que les infections par vaccin, c'est-à-dire que les rechutes sont très rares par rapport aux infections chez les vaccinés. », avait indiqué le microbiologiste dans une vidéo publiée sur le compte YouTube de l'IHU de Marseille.

Ce qu'a également assuré la spécialiste santé de CNews, ce mercredi 25 août, sur le plateau de la chaîne :
« Les dernières études l'ont montré. On pensait que la charge virale, c'est-à-dire ce qui va permettre de transmettre le virus, serait moins importante chez les personnes vaccinées. Il s'avère qu'elle est à peu près identique chez les vaccinés et chez les non-vaccinés. En revanche, elle dure beaucoup moins longtemps. Donc, on transmet peut-être mais beaucoup moins tout de même qu'une personne non-vaccinée. Autre chose : On imaginait que l'immunité vaccinale était plus importante que l'immunité naturelle. Or, de récentes études montrent l'inverse. Lorsque vous êtes infecté naturellement par le virus, votre immunité est plus forte, ce qui paraît assez logique... ».
Le médecin a par la suite explicité les fondements de cette information.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Magnify

« Notre espèce est génétiquement modifiée » — L'humanité est-elle en marche vers l'extinction ? Première partie : Analyse du microbiome et du virome

Cette année marque un tournant décisif dans l'histoire humaine. Pour la première fois depuis le début de la civilisation humaine, notre espèce est génétiquement modifiée. Les fabricants de vaccins ont maintenant permis de modifier définitivement le génome humain — et de modifier à jamais la relation de l'humanité avec la Nature — au moyen d'une injection pharmaceutique expérimentale qui est faussement appelée « vaccin ».
Vaccin Covid
© Inconnu
À la lumière de cet événement déterminant, je crois que nous devons examiner attentivement les motifs et les actes qui sont en train de transformer l'humanité telle que nous la connaissons. Par ailleurs, nous devons examiner le traitement de plus en plus destructeur que nous réservons au monde naturel.

Afin d'étudier les multiples facteurs qui contribuent à accélérer la disparition de l'humanité et à compromettre notre rôle essentiel de protecteurs de la Terre et de ses milliards d'espèces végétales et animales, j'ai divisé cette étude en quatre parties principales, qui apparaîtront sous forme d'articles distincts.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Magnify

Données israéliennes : comment l'efficacité du vaccin contre les formes graves peut-elle être élevée quand 60% des hospitalisés sont vaccinés ?

Je l'avais déjà évoqué sur ce blog parce que Didier Raoult l'avait fait dans une de ses vidéos, le paradoxe de Simpson est un piège statistique qui peut survenir lorsque des données présentent une distribution particulière telle que celle représentée schématiquement à gauche. Généralement, toute recherche de causalité entre deux phénomènes est précédée d'une recherche de corrélation car, si une corrélation n'implique pas un lien de causalité, en revanche une absence de corrélation implique l'absence de relation de cause à effet.

iSSraheil
Pour ce faire, un des moyens les plus simples consiste à représenter sur un graphe une variable en fonction de l'autre et de constater si le nuage de points formé révèle une corrélation (s'il est allongé suivant une diagonale ascendante ou descendante) ou non. Le cas le plus flagrant étant bien sûr lorsque les points s'alignent parfaitement suivant une courbe (qui peut être une droite). Mais il arrive que le nuage de points présente deux tendances, parfois même opposées, suivant qu'on le considère globalement ou en le décomposant en deux sous-ensembles (illustration de gauche).

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Syringe

Walter Chesnut : « Les injections anti-Covid accélèrent le vieillissement et seront encore plus mortelles si répétées »

La protéine Spike du produit expérimental nommé « vaccin » anti-Covid-19 détruit l'immunité naturelle et l'enzyme nommée la télomérase. Une analyse indépendante de l'échec immunitaire qui a tendance à se produire après qu'une personne ait été « vaccinée » contre le Covid-19 a révélé qu'au moins l'une des causes en est une accumulation à l'intérieur du corps de protéines Spike induites par l'injection. Walter Chesnut de WMCResearch.org prévient que la « puissante réponse immunitaire » déclenchée par les injections « peut s'avérer mortelle », que cela se manifeste immédiatement ou plus tard.

Télomérase
© Inconnu
Après avoir examiné une étude scientifique évaluée par des pairs et une conférence informative, Chesnut a découvert qu'une fois que les protéines Spike des produits vendus comme des « vaccins » s'installent vraiment et commencent à faire ce pour quoi elles ont été conçues, la télomérase d'une personne injectée devient inactivée.

La télomérase, au cas où vous ne la connaîtriez pas, est une enzyme de l'ADN humain qui régule le vieillissement. À mesure que les télomères qui encapsulent l'ADN se raccourcissent avec le temps, le vieillissement commence vraiment à s'accélérer.

Ce qui suggère que les injections anti-Covid accélèrent le processus de vieillissement.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Syringe

Nouvelle étude évaluée par des pairs : Les vaccins Corona pourraient gravement endommager le système immunitaire

Il n'y a jamais eu de vaccin à ARNm approuvé en médecine humaine contre une maladie infectieuse. Alors que les cas d'effets secondaires graves se multiplient, une étude actuelle n'exclut même pas le risque de dommages mortels dus au phénomène dit d'ADE.
juyh
De plus en plus de contributions scientifiques indiquent que les vaccinations corona pourraient augmenter le risque de maladies graves. La cause réside dans le processus connu sous le nom de "Antibody-Dependent Enhancement" - ADE en abrégé. Les anticorps éponymes se fixent à la surface des virus, renforçant l'infection, mais ne peuvent pas les neutraliser.

Commentaire:

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Syringe

14 Israéliens infectés par le COVID malgré une 3e dose de vaccin

9 jours après qu'Israël a lancé sa campagne de rappel du vaccin (3e dose), les statistiques du ministère de la Santé révèlent que 2 personnes ont été hospitalisées malgré une injection de rappel.

covid vaxxxx
Selon les données du ministère israélien de la Santé publiées dans un reportage de Channel 12 dimanche soir, quatorze personnes qui ont reçu une troisième dose du vaccin Pfizer-BioNTech COVID ont été infectées par le coronavirus au moins sept jours après avoir reçu leur rappel.

Commentaire: Ceci est la preuve que le « vaccin » marche très bien et qu'il faut continuer. En route pour la 4e dose !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Health

Les phénomènes de facilitation de l'infection par des anticorps (ADE) et le Covid-19

Par les scientifiques (pharmaciens, médecins et docteurs es science) du collectif Reinfocovid : des études suggèrent que les vaccins anti-Covid peuvent déclencher une réaction immunitaire chez certaines personnes, qui pourrait les amener à développer des symptômes plus graves en cas d'exposition au virus sauvage que si elles n'avaient pas été vaccinées
Sras
À RETENIR
  • Des études suggèrent que les vaccins anti-Covid peuvent déclencher une réaction immunitaire chez certaines personnes, qui pourrait les amener à développer des symptômes plus graves en cas d'exposition au virus sauvage que si elles n'avaient pas été vaccinées.
  • En effet, les vaccins pourraient déclencher un renforcement de la maladie par les anticorps (ADE). Cela signifie que les personnes vaccinées pourraient, paradoxalement, souffrir d'une maladie plus grave lorsqu'elles sont exposées au virus sauvage que si elles n'avaient pas été vaccinées.
  • L'ADE est bien connue pour être un risque pour les infections à coronavirus, ainsi que pour la dengue. L'ADE est une réponse immunitaire paradoxale qui rend une personne précédemment exposée à la maladie, ou à un vaccin la ciblant, plus — et non moins — vulnérable en cas d'infection ultérieure.
  • Les risques d'ADE peuvent être associés au taux d'anticorps (qui peut diminuer au fil du temps après la vaccination) et également si les anticorps sont dérivés d'expositions antérieures à d'autres coronavirus.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Alarm Clock

Silence total sur la façon dont l'ivermectine a éliminé le covid-19 en Inde

La nouvelle de la défaite du variant Delta par l'Inde devrait être de notoriété publique. C'est à peu près aussi évident que le nez sur le visage. C'est tellement clair quand on regarde les graphiques que personne ne peut le nier. Pour une raison inconnue, nous ne sommes pourtant pas autorisés à en parler.
jkuy
Ainsi, par exemple, Wikipedia ne peut pas mentionner les méta-analyses évaluées par des pairs du Dr Tess Lawrie ou du Dr Pierre Kory publiées dans l'American Journal of Therapeutics. Wikipedia n'est pas autorisé à publier la récente méta-analyse sur l'ivermectine rédigée par le Dr Andrew Hill. De plus, il n'est pas permis de dire quoi que ce soit concernant ivmmeta montrant les 61 études portant sur 23 000 patients qui révèlent jusqu'à 96 % de réduction des décès [prophylaxie] avec l'ivermectine.

Health

Myocardites post-vaccinales : les médecins suisses reçoivent un courrier d'avertissement de Pfizer et Moderna

Nous avons donc tous les médecins suisses qui ont reçu ce courrier de Moderna et Pfizer expliquant que les jeunes étaient sujets à des myocardites post-vaccinales et pourtant personne n'en parle dans les médias français et les médecins continuent de pousser à la vaccination des plus jeunes ! Que le gouvernement le fasse est une chose mais que les médecins se retrouvent complices de ce massacre relève de la pure folie !

pfizer
C'est la première fois dans toute l'histoire de la médecine moderne et de la pharmacovigilance qu'une telle folie perdure aussi longtemps. Il y a peu de temps, pour beaucoup moins que ça, des médicaments auraient été retirés de la circulation ! Ce n'est plus le cas aujourd'hui ; pourtant bien que les jeunes ne soient pas du tout touchés par le covid-19, ils risquent de contracter une maladie très grave avec la vaccination ; la balance bénéfice/risque est, de ce fait, inversée.


Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :