Bienvenue à Sott.net
sam., 03 déc. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Control Panel

Sauriez-vous « zapper » votre cerveau à la normale ?

Traduction : SOTT

Au lieu de prendre des médicaments, un nombre croissant d'individus souffrant de douleur chronique, d'épilepsie ou d'un état de manque, ont recours à l'électrostimulation de leur crâne avec l'espoir que de légères décharges électriques les ramèneront à la santé.
© Inconnu
Tempête électrique dans le cerveau
Ce piratage du cerveau -- la « stimulation transcrânienne à courant direct » (tDCS) - est utilisé pour traiter des symptômes psychiatriques et neurologiques. Une communauté prônant le « à faire soi-même » née sur Reddit, fournit des astuces peu conventionnelles sur l'application d'un courant électrique léger pour soigner toute affection de la dépression à la schizophrénie. On voit même des gens améliorer leurs aptitudes ludiques avec un système tDCS commercial. Or la tDCS n'est pas homologuée par la FDA (l'agence américaine pour l'alimentation et les médicaments), et la communauté scientifique est partagée quant à son efficacité, certains l'accusant de charlatanisme ou de position scientifique sans fondement.

Voici l'idée : jusqu'à ce jour, les scientifiques se sont révélés incapables d'aller voir sous la jupe de cette technique thérapeutique DIY pour capter ce qui s'y passait. Danny JJ Wang, un professeur en neurologie à l'Institut de Neuroimagerie et Informatiques USC Mark & Mary Stevens, a annoncé que son équipe était la première à développer une méthode basée sur l'IRM permettant de visualiser les champs magnétiques suivant l'induction de courants tDCS chez des êtres humains vivants. Les résultats furent publiés le 4 octobre dans le Scientific Reports, journal du groupe « Nature Publishing ».

Commentaire: Articles associés :


Health

Cancer : des solutions


Commentaire : Concernant le cancer, le problème n'est pas sans solution, très loin de là. Nous ne parlons pas ici des « solutions » proposées par le système médical actuel, celui qui prescrit des dépistages inutiles, onéreux, dangereux, aux résultats biaisés. Pas plus des chimiothérapies qui envoient les malades plus rapidement encore dans la tombe, en prescrivant des traitements censés soigner le cancer, traitements qui en sont la cause, en réalité... L'on pourra plutôt évoquer la multitude de mesures prophylactiques qu'il est en notre pouvoir de mettre en place pour prévenir la maladie. De celles qui renforcent notre condition physique et mentale pour surmonter cette terrible épreuve, lorsque la maladie s'est installée.


© Istock
Paul Kalanithi, décédé à l'âge de 37 ans en mars 2015, a écrit une série de récits poignants décrivant « l'étrange relativité » de vivre en ayant un cancer en phase terminale, et la façon dont cela ébranle votre perception de vous-même et du temps. Voici ce qu'il a écrit :

« La conjugaison des verbes est devenue confuse. Laquelle était correcte ? ''Je suis neurochirurgien'', ''J'étais neurochirurgien'', ''J'avais été et serai de nouveau neurochirurgien'' ? Graham Greene pensait que la vie était vécue dans les 20 premières années et que le reste n'était qu'un reflet. À quel temps vivais-je ? Est-ce que, à la manière d'un personnage épuisé de Greene, j'avais dépassé le temps présent et était entré dans le plus que parfait ? Le futur semblait vide, et discordant dans la bouche des autres. J'étais récemment à ma 15ème réunion d'anciens élèves de l'université ; cela semblait impoli de répondre aux vieux amis qui me disaient en partant ''on se revoit à la 25ème'' ! par ''Probablement pas !'' »

Evil Rays

Les téléphones portables ? Toujours aussi nocifs


Commentaire : Depuis plus de 30 ans, on connait la nocivité avérée des ondes électromagnétiques. Depuis plus de 150 ans, on connait l'avidité criminelle des industriels qui ne se soucient jamais de savoir quels dégâts ils occasionnent à la nature et aux êtres humains. Depuis des dizaines de siècles, on connait l'indigence politicienne, en terme de morale et d'humanité, celle qui ne se préoccupe pas ou si peu du bien-être des populations. De tous temps, on connait le sort réservé à ceux qui tentent, scientifiques en particulier, de faire parler la vérité. Alors qu'avons-nous là ? Une technologie nuisible devenue universelle, que l'on s'est acharnée à nous rendre indispensable, et promue par : des inconscients, des cupides, des corrompus, et, sans doute un peu à part, une catégorie d'individus sachant pertinemment de quoi il en retourne. Et pour quels résultats ? Cancers, dépression, perte du sommeil, troubles du comportements.

Apple a annoncé que sa nouvelle création, l'iPhone 7, qui se vante d'un profil plus fin, d'une résistance à l'eau exceptionnelle et d'une qualité de son améliorée, n'a pas de prise jack standard pour les écouteurs.

Cependant, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a classifié les champs électromagnétiques (EMF) de radiofréquences (RF) associés à l'utilisation de téléphones sans fil comme probablement carcinogènes pour l'homme (c'est à dire provoquant le cancer), avec une possibilité « d'augmentation du risque de gliome, un type de cancer du cerveau malin. » Le rapport est paru en 2011.

La page des mentions légales d'Apple suggère « Pour réduire l'exposition à l'énergie des fréquences radioélectriques (RF), utilisez une option mains libres, comme le haut-parleur intégré, les écouteurs fournis ou d'autres accessoires similaires. Maintenez (votre téléphone) à au moins 5 [millimètres] (environ un demi-pouce) de votre corps pour que le taux d'exposition soit égal ou inférieur au taux des tests. »

Toutefois, les nouveaux AirPods sans fils (un accessoire disponible en supplément) placeront ni plus ni moins les récepteur de radio dans vos oreilles. CNN a fait valoir que l'un des problèmes de cette recommandation est que les écouteurs sans fils augmentent la distance entre votre téléphone et votre tête, mais vous ne faites finalement que remplacer un appareil de RF par un autre.

Apple Red

Petite réflexion sur la vieillesse (vidéo)

Le nombre de personnes âgées augmente. En 2040, un valaisan sur huit, par exemple, aura plus de 80 ans. Comment relever ce défi au niveau de la prise en charge, des infrastructures et du quotidien ? L'antidote fait le point.La population vieillit.

© Google
Apprenons sur la vieillesse
Les structures devront donc s'adapter pour prendre en charge les personnes toujours plus nombreuses qui nécessiteront des soins particuliers. Une autre piste se dessine : en aidant les personnes à rester autonomes et intégrées dans la société, on les aide à rester en meilleure santé et on améliore leur bien être. Avec le Dr Martial Couttaz, médecin chef spécialisé en gériatrie à la clinique St Amé de St Maurice.

Commentaire: Même si cette petite vidéo est un peu optimiste concernant la vieillesse, il n'en reste pas moins que nous devons nous poser la question suivante : Comment se préparer a bien vieillir ? Il faut s'y préparer !
Lire aussi :



Sherlock

Comment lire une étiquette alimentaire

Il n'est pas toujours facile de décrypter les étiquettes alimentaires au moment de faire ses courses. Entre les différents types d'additifs (colorants, conservateurs, antioxydants et agents de texture) et des noms génériques, toujours plus farfelus, on avoue être un peu perdue. Pourtant, quelques astuces pratiques suffisent à démêler toutes ces informations pour enfin savoir ce que l'on achète en hypermarché. Les emballages, plus alléchants les uns que les autres, sont bien souvent de mauvais indicateurs, mieux vaut se cantonner à la liste des ingrédients qui ne trompe jamais sur la marchandise.

© Google
Soyez comme un détective lorsque vous lisez une étiquette alimentaire
Vanessa Lopez, naturopathe spécialiste de l'alimentation, juge cet apprentissage crucial : « ne pas savoir ce que l'on mange, c'est s'exposer à des risques émotionnels, énergétiques, physiques ou même psychiques, car les additifs contenus dans certains produits vendus en grandes surfaces sont reconnus comme étant dangereux pour la santé ». Pour aider les novices que nous sommes, elle nous a confié quatre astuces pour y voir plus clair.

Health

Choc toxique pendant les règles : de plus en plus fréquent


Commentaire : On sait que les tampons hygiéniques contiennent du glyphosate et des dioxines. Dans le cas présent, et comme il est suggéré dans l'article, c'est peut-être la conjonction de plusieurs facteurs qui déclenchent le choc toxique : pollution chimique, flore vaginale anormale, alimentation déséquilibrée, le tout, étalé sur des années. Ajoutons à cela une faiblesse, passagère ou pas, du système immunitaire et le (vilain) tour est joué. Pour y voir plus clair :

© empire331 / istock
Depuis la fin des années 90, le choc toxique lié aux règles a réapparu et ne cesse de croître.
Le choc toxique lié aux règles a déjà provoqué la mort d'une femme, et plusieurs amputations. Pour mieux comprendre et analyser le phénomène, des chercheurs lancent une collecte de tampons usagés.

Fièvres soudaines pendant vos règles? Vomissement, diarrhée, éruption cutanée? Le choc toxique lié aux règles est en augmentation et "la recherche a besoin d'échantillons pour mieux comprendre la maladie", indique le centre national de référence des staphylocoques des Hospices civils de Lyon, qui a lancé ce mercredi une collecte de tampons hygiéniques usagés.

En 1990, plus aucun cas de syndrome du choc toxique (SCT) n'était recensé en France. Mais depuis la fin des années 90, la maladie a réapparu et ne cesse de croître: 5 cas déclarés en 2004, 19 en 2011 et jusqu'à 22 cas en 2014.

Health

Médecine régénérative : la reprogrammation des cellules grâce aux vitamines A et C

Les vitamines A et C ne sont pas uniquement bonnes pour votre santé, elles agissent aussi sur l'ADN en effaçant des marques épigénétiques. Cette découverte permettrait de faire perdre leur identité à des cellules, afin de les utiliser en médecine régénérative comme cellules pluripotentes.
En médecine régénérative, les scientifiques tentent d'obtenir des cellules capables de produire n'importe quel type cellulaire : neurones, cellules de peau, de cœur, de poumon... De telles cellules souches existent dans l'embryon. Mais, pour traiter quelqu'un en utilisant la médecine régénérative et régénérer des organes, il faut forcer des cellules adultes du patient a « revenir en arrière » pour qu'elles retrouvent les capacités d'une cellule embryonnaire.

Au niveau génétique, l'identité d'une cellule se met en place grâce a des changements épigénétiques : ces modifications ne touchent pas a la séquence des lettres de l'ADN, mais elles influencent les parties pouvant être lues. Chaque type cellulaire possède des caractéristiques épigénétiques qui font que certains gènes seront exprimés plutôt que d'autres. Pour que la cellule redevienne pluripotente, il faut qu'elle perde cette identité.

Une modification épigénétique bien connue est la méthylation des cytosines, des bases nucléotidiques symbolisés par la lettre C. Dans les cellules souches embryonnaires dites « naïves », il y a peu de méthylation des cytosines : moins de 30 % des dinucléotides CpG possèdent ce marquage. Mais une fois que les cellules sont différenciées en types cellulaires, le génome est beaucoup plus marque par des méthylations : 70 a 80 % des dinucléotides CpG sont méthylés dans des lignées cellulaires différenciées.

Syringe

Vaccination : l'aluminium s'accumule dans la rate puis le cerveau

De nombreuses découvertes scientifiques prouvent que l'aluminium est un produit neurotoxique. Utilisé dans les vaccins, il provoque des maladies graves et invalidantes.
© iStock
Le professeur Gherardi, neuropathologiste à l'Hôpital Henri Mondor (Créteil), nous explique en deux minutes et de façon pédagogique le fonctionnement de l'aluminium dans l'organisme.

Commentaire: Pensons à ces bébés à qui l'on administre des vaccins quelques semaines après leur naissance, ou parfois le jour même... La politique vaccinale est criminelle et les responsables ont leur niche sociale bien déterminée : politiciens, firmes pharmaceutiques, laborantins, pharmaciens et médecins. Et si certains, en toute bonne foi, promeuvent l'utilisation des vaccins, plus personne n'ignore leurs terribles effets secondaires, dus, par exemple, aux adjuvants qui entrent dans leur composition.

A propos de l'aluminium : Et puis bien sûr :


Hearts

Saviez-vous que pleurer est bon pour la santé ?

Durant longtemps, les larmes ont été perçues comme le principal signe de faiblesse d'une personne. Le seul fait de pleurer était considéré comme la démonstration d'une personnalité immature. Les personnes qui pleuraient étaient accusées de ne pas assumer leurs erreurs et de vouloir seulement attirer de la compassion.

© Inconnu
Pleurer est bon
Lorsque nous sommes tristes, et que nous l'exprimons par des pleurs, le corps libère des substances qui jouent le rôle de calmant naturel, qui nous aident à ce que notre douleur s'apaise petit à petit. Les pleurs permettent de libérer deux classes d'hormones distinctes, les opiacées et l'ocytocine. Ces deux substances ont la capacité d'apaiser nos souffrances. Elles fonctionnent comme deux véritables anesthésiants naturels, qui nous apportent de la tranquillité et, d'une certaine manière, un peu de « détente ».

Commentaire: Vous pouvez lire aussi :


Rose

Octobre rose : Allez-vous faire une mammographie inutile ?

La mammographie indispensable pour lutter contre le cancer du sein? Pas vraiment si l'on écoute la radiologue Cécile Bour, bien au contraire, la mammographie présenterait plus d'inconvénients que d'avantages... Vous trouverez beaucoup d'informations sur le sujet en fouillant les archives du blog, mais voici de quoi vous faire un peu réfléchir sur le sujet: chaque année, c'est inévitable, une information est faite autour du cancer du sein et de son dépistage, une étape presque obligatoire pour bien montrer aux femmes quelles sont les voies à suivre pour se faire dépister, et comment se faire soigner.


Allez-vous oui ou non vous faire irradier ?
Mais cela ne reste qu'une grosse opération de communication, car derrière, il y a des vérités qui restent bien trop discrètes sur le dépistage en question, ce que certains médecins ont décidé de dénoncer dans un blog au nom évocateur: cancer-rose.fr. Le mois d'Octobre rose prend alors une autre couleur, vert pour celle du billet, noire pour le nombre de victimes...

Commentaire: Lire aussi :