Bienvenue à Sott.net
ven., 23 juin 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Microscope 1

Leptospirose : niveaux records de la maladie en France


Commentaire: Bombes, comètes, intempéries, virus et bactéries : il est toujours bon de garder à l'œil ce qui peut nous tomber sur le coin de la figure. Pour ce qui est des maladies, si les antibiotiques sont toujours efficaces dans une majorité de cas, ils le sont pourtant de moins en moins. Mutation et antibiorésistance, système immunitaire défaillant, expériences scientifiques criminelles ; ça se bouscule au portillon des scénarios de la fin du monde. Heureusement pour nous, nous avons quelques armes efficaces : tabac, iode, vitamine C, huiles essentielles, argent colloïdal, et plus encore...

© REUTERS/Samrang Pring
La forte présence de rats notamment dans les zones insalubres a permis la propagation croissante de la maladie
Le nombre de cas de leptospirose a doublé depuis 2011, et est à son plus haut niveau depuis 1920.

Tombée dans l'oubli, la "maladie des rats" frappe toujours. Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), du 4 avril, alerte sur la résurgence de la leptospirose en France métropolitaine. Le nombre de nouveaux cas est à son plus haut depuis 1920, et deux fois plus élevé qu'en 2011.

Selon le BEH, pendant les années 2014-2015, "un doublement du nombre de cas a été constaté par rapport aux années précédentes, avec plus de 600 cas, et une moyenne de 700 cas dans les départements et collectivités d'Outre-mer, où les conditions climatiques sont propices au maintien dans l'environnement de la bactérie responsable de la maladie". Pouvant être traitée par des antibiotiques, la maladie est transmise par les animaux, via leurs urines, surtout par des rongeurs, mais peut l'être aussi par des animaux sauvages ou domestiques.

Muffin

La maladie du gluten

Qu'est-ce que le gluten ? Chaque grain de blé contient un germe, une réserve alimentaire d'amidon, et un liant protidique qui est le gluten. Dans le gluten se trouve un polypeptide soluble dans l'alcool : la gliadine, qui chez un sujet normal est réduite en fragments lors de la digestion, mais pose problème pour certains intolérants.
© Inconnu
Où trouve-t-on le gluten ? Quatre céréales en contiennent d'office. Le blé, l'avoine, le seigle et l'orge. Chez nous, le blé est la base alimentaire depuis la plus haute Antiquité. S'il est facile d'éliminer le pain, les pâtes et les pâtisseries, il est moins évident d'échapper au gluten caché dans les sauces, les conserves, la charcuterie, les caramels... En règle générale, tout aliment provenant d'une technique industrielle peut contenir du gluten. Seuls sont garantis les aliments étiquetés " sans gluten ".

Commentaire: On ne vend pas de médicaments directement dans ce domaine mais plutôt des médicaments pour les maladies et les malaises causés par la prise du gluten ( par exemple : maux d'estomac, diarrhées, constipation, nausées, mauvaise digestion, migraines, fatigue, arthrite, douleurs musculaires, etc. )

Lire aussi :


Sun

Anémie spirituelle, manque de soleil, mauvaise alimentation : contributeurs de la dépression, de l'anxiété et de la maladie


Commentaire : En faisant la liste de ce qui nous tue, longue mais facile à établir, nous apprenons que nous devons payer rapidement, à notre époque, le prix de nos erreurs et/ou de notre ignorance. En regard de cette liste et en ce qui concerne la santé, nous pouvons conclure que, pour vivre en étant à peu près vivant, nous avons besoin d'air, d'eau, et de nourriture, tels que la nature les a crée. Un air non pollué, donc, une eau non contaminée, une nourriture peu transformée. Nous semblons avoir besoin de prendre conscience, également, du fait que notre corps et notre esprit sont si étroitement lié qu'il n'est pas possible de négliger l'un au profit de l'autre, et que, en ces temps qui semblent être ceux de la dernière chance, il n'est pas souhaitable de faire comme si cela n'était pas d'une extrême importance.

Des travaux scientifiques évoqués ci-dessous nous apprennent donc que l'alimentation et la lumière du Soleil nous déterminent mentalement, et de beaucoup. Que les décisions que nous prenons quotidiennement, de celles que nous pensons être issues de notre plus parfait libre-arbitre, sont aussi le résultat de facteurs dont nous ignorions l'existence jusqu'à présent. On pourra rajouter que l'activité physique, la qualité du sommeil et la nature des pensées que nous entretenons volontairement participent pareillement à ce qui est évoqué précédemment. En ces temps d'oppression généralisée où l'on ne sait plus très bien ce qu'il est possible de faire, à notre propre niveau, pour sauver les bribes de conscience qui nous animent encore, il ne fait pas de doute que la connaissance du fonctionnement de notre corps et de notre esprit contribuera certainement à la reconquête de notre liberté perdue.


© Inconnu
D'après une étude récente, le nombre d'adolescents touchés par la dépression est en très forte hausse depuis 2011 et les filles y sont plus sujettes que les garçons à cet âge. Les chercheurs suggèrent que les réseaux sociaux pourrait être en partie responsables du problème. Une analyse des données fédérales de 2005 à 2014 révèle que 500.000 adolescents environ, dont plus de trois quarts de filles, souffrent de dépression.

La tendance se confirme chez les personnes plus âgées, car près de deux fois plus de femmes que d'hommes utilisent des psychotropes (respectivement 21 et 12%). Les troubles mentaux sont aussi la deuxième cause la plus courante d'incapacité tant chez les hommes que chez les femmes, et ont fortement augmenté depuis 1980. Que peut-on faire pour arrêter cette tendance dévastatrice ? Le Dr. Steiner-Adair suggère que l'entrainement à la pleine conscience peut être utile pour lutter contre la surstimulation et l'influence des réseaux sociaux. Votre alimentation et votre exposition au soleil sont d'autres facteurs qui ne doivent pas être négligés.

Cow Skull

Cancer du sein : mort due au traitement de la médecine officielle


Commentaire : La santé, en France, est une affaire de pognon. Les bénéfices de l'industrie pharmaceutique sont si importants qu'une vérité s'est fait jour, il y a bien longtemps, dans l'esprit malade des personnes qui fabriquent, vendent et promeuvent ces traitements de la mort : il ne peut être question de guérir réellement les gens alors que leurs maladies rapportent tant d'argent. Si pour cela, il faut : trafiquer les rapports d'expertise, corrompre les scientifiques, soudoyer les hommes politiques, créer des organismes administratifs par avance acquis à la cause, avoir un contrôle certains sur les médias, avoir à sa botte un « Conseil de l'Ordre des Médecins » aux agissement inquisitoriaux et enfin, inventer un système d'Autorisations de Mise à Mort Autorisations de Mise sur le Marché des médicaments qui protégera ce beau monde de toutes éventuelles poursuites judiciaires, se sera chose faite. Exagérerions-nous ? Mais pas du tout : Pour ce qui est du cancer, la bonne nouvelle est qu'il existe de nombreuses solutions qui nous permettent d'y faire face, toutes à notre portée... (Voir les liens plus bas).


© SPL/PHANIE/phanie
L'Agence du médicament a reçu mardi 28 mars le rapport de pharmacovigilance sur le docetaxel. Malgré les nombreux décès engendrés par le médicament, l'Agence n'a pris aucune décision.

La réunion était attendue. L'Agence du médicament devait -enfin- présenter les résultats d'une enquête de pharmacovigilance lancée en septembre à la suite de décès de femmes soignées pour des cancers du sein avec du docetaxel. Il aura donc fallu six mois pour obtenir des résultats. Les investigations avaient été confiées au service de Jean-Louis Montastruc, du centre de pharmacovigilance de Toulouse. Le lundi 6 mars, l'ANSM avait convié des praticiens de Gustave Roussy et de l'Institut Curie pour leur faire part des premiers éléments de l'enquête. Les résultats complémentaires présentés ce mardi sont accablants : 27 morts (17 d'entérocolite, une atteinte inflammatoire du tube digestif et 10 de choc septique) sont à déplorer à cause des effets indésirables du docetaxel sur toute la période de commercialisation, soit de 1996 à 2016.

Commentaire: Les quelques solutions pour ceux qui, au grand étonnement de BigPharma, n'ont pas trop envie de mourir suite aux effets secondaires provoqués par des traitements qui ne soignent pas :


Apple Red

Le vinaigre de cidre pour notre santé

Nous avons déjà mentionné dans notre article sur la pomme le dicton nous rappelant qu'une pomme par jour éloigne le médecin. Nous devrions pouvoir donc dire la même chose d'un petit verre de vinaigre de cidre ! Si la pomme a fait dernièrement l'objet de nombreuses études scientifiques, il n'en est pas de même pour le vinaigre de cidre. La réputation des bienfaits de celui-ci demeure encore très empirique. Ceci ne signifiant pas que cette réputation est surfaite.

© Inconnu
Le vinaigre de pomme
L'utilisation du vinaigre de cidre comme remède a été popularisée par un médecin américain du Vermont, le Dr Jarvis. Il avait constaté qu'un grand nombre de ses patients obtenaient de remarquables résultats de guérison en utilisant le vinaigre de cidre, abondant dans cet état grand producteur de pommes.

Commentaire: Lire aussi :




Roses

Asperger : les autistes ignorés

Jérôme Ecochard a toujours su qu'il était différent, décalé. Vers 2 ou 3 ans, il était capable de reconnaître un itinéraire du premier coup, et même de le refaire à l'envers. Un peu plus tard, il n'est jamais arrivé à identifier ses propres coéquipiers lors d'un match de foot. Une petite voiture n'était pour lui qu'un bout de plastique et une épée de bois ne pouvait évidemment tuer personne.
© Inconnu
Le syndrome Asperger
En grandissant, les visages n'ont jamais été des livres ouverts, même dans la tristesse la plus profonde. Lorsqu'il enseignait au Greta (centres de formation pour adultes), il n'a pas compris les larmes qui coulaient sur les joues de ses stagiaires : un collègue était mort et lui, qui restait plein d'entrain, a choqué.

Commentaire: Poursuive la lecture :


Magnify

Gagnons en bonne graisse brune


Commentaire : Étonnamment, la découverte de la graisse brune chez l'être humain adulte est assez récente et l'on n'en finit pas de lui trouver des bienfaits. Comme un puzzle dont les pièces s'assembleraient au bon moment, on comprend toujours mieux, à la lecture de l'article qui suit, l'intérêt de parfaire ses connaissances à propos de la pratique du régime cétogène, de la cryothérapie, du jeûne et du sport de haute intensité, en ces temps de crises sanitaires généralisées, mondiales, en ces temps de changements climatiques aux tendances probablement réfrigérées... Donc :

© Inconnu
Votre taux de graisse corporelle est un indicateur utile de votre état de santé métabolique, un taux faible (jusqu'à un certain point) étant généralement associé à une meilleure santé. On parle ici de graisse blanche (le type qui s'accumule là où on ne le souhaite pas).

La graisse brune est plus présente chez les animaux à la naissance (y compris chez les humains), sa fonction principale étant de générer de la chaleur pour aider les nouveau-nés à réguler leur température. Voici où cela devient intéressant... la graisse brune génère de la chaleur en brûlant des calories, et c'est pourquoi elle est étudiée comme outil pour perdre du poids, favoriser un métabolisme sain, et de nombreuses autres applications. De plus, une nouvelle recherche a révélé que non seulement les adultes possèdent de la graisse brune, mais aussi qu'elle joue plusieurs rôles physiologiques, en plus de générer de la chaleur. Ces rôles commencent seulement à être étudiés...

Bacon n Eggs

Philippe Legrand : « les végétaliens doivent leur survie à la chimie »

Sans supplémentation et savants calculs, le végétalisme conduit à la mort. Manger de tout en quantité raisonnable est l'option qui présente le moins de risques pour bien grandir d'abord, et bien vieillir ensuite.
© Inconnu
S'opposant au fait que l'on puisse exploiter et tuer des animaux, plusieurs associations « vegan » ont manifesté au Salon de l'agriculture. De nouvelles attaques qui ont amené l'ensemble des syndicats agricoles (JA, Coordination rurale, FNSEA et Confédération paysanne) à faire front commun pour afficher leur ras-le-bol de cette « culpabilisation des consommateurs » et « stigmatisation des éleveurs. »

Attaques qui finissent par accroître le doute dans l'esprit des consommateurs, de moins en moins enclins à manger de la viande. Et à mettre mal à l'aise l'ensemble des filières de productions animales. Invité à l'occasion des 70 ans de l'entreprise Michel, Philippe Legrand, directeur du laboratoire de biochimie - nutrition humaine de l'AgroCampus Rennes et de l'unité Inra associée, a apporté un regard purement scientifique dans ce débat virulent. Sans même parler du plaisir lié à une alimentation diversifiée incluant des produits animaux.

Règle principale : l'homme est omnivore. « Les végétaliens, qui excluent de leur alimentation tous les produits animaux, se mettent en danger. Pour les enfants, les adolescents et les personnes âgées, c'est une prise de risque insensée », déclare Philippe Legrand, qui depuis plus de 30 ans collabore à des recherches sur la nutrition humaine.

Commentaire: Sur les dangers du végétarisme et sur les bienfaits d'un régime paléo/cétogène, voir :


Brain

Silence et cerveau

La science dit que le silence est beaucoup plus important pour notre cerveau que nous le pensons. En 2011, l'Office du tourisme Finnois a mené une campagne dont le « produit » marketing était le silence. En quelque sorte, ils incitent les gens à visiter la Finlande et à découvrir la beauté de cette terre silencieuse. Ils ont produit une série de photos de personnes seules dans la nature et ont utilisé le slogan « Silence, s'il-vous-plaît ». Un titre d'appel a été ajouté par Simon Anholt, un consultant en marketing international, « pas de paroles, des actions ».
© Inconnu
Le Silence de Auguste Preault (1809-l879)
Eva Kiviranta, directeur es médias sociaux pour VisitFinland.com a déclaré : « Nous avons décidé, au lieu de dire qu'il n'y a vraiment rien et que c'est vraiment calme et que personne ne parle de rien ici, que nous allons aimer cela et en faire une chose enviable ».

Il se peut que la Finlande ait trouvé un vrai trésor. Il se peut que vous assistiez aux tout débuts de l'usage du silence comme argument de vente car le silence devient de plus en plus attrayant. Alors que le monde environnant devient de plus en plus bruyant et agité, il se peut que vous cherchiez le réconfort qu'offrent les endroits silencieux et le silence. Cela peut être une recherche pleine de sagesse car les études montrent que le silence est beaucoup plus essentiel pour votre cerveau que vous pourriez le penser.

Commentaire: Lire aussi :


Brain

Iode : pourquoi la supplémentation est vraiment essentielle


Commentaire : Notre environnement moderne est devenu hostile, à tel point que l'on peut considérer maintenant, a priori, que nous ne naissons plus en bonne santé mais diminué, fragilisé, contaminé, carencé de ceci, déficient en cela. Une fois que nous avons accepté cette réalité, nous pouvons comprendre qu'il va falloir lutter activement, en quelque sorte, pour conserver ou récupérer notre capital santé. Dans la panoplie utile à notre quasi-stratégie de survie, l'iode tient une place très importante. Il est un élément indispensable à la bonne marche de tous les processus physiologiques de notre corps et rend possible le bon fonctionnement du superviseur en chef de notre santé qu'est le système endocrinien. L'iode est aussi utile, ponctuellement, pour soigner une multitude de maux, petits ou grands. On gardera malgré tout à l'esprit qu'il convient d'être très prudent quant à son usage et que la règle d'or qui s'applique est celle du dosage progressif, enthousiaste que l'on peut être à constater concrètement l'étendue de ses très diverses propriétés...

Les études scientifiques nous montrent que nous ne métabolisons pas tous l'iode de la même façon, que certaines personnes l'absorbent plus ou moins facilement, alors même que la carence est établie. Cette incapacité ou impossibilité du corps à reconnaitre et absorber ce qui est bon pour lui est probablement due à la pollution de ce dernier par les métaux lourds, les perturbateurs endocriniens, les rayonnement électromagnétiques. Il semblerait qu'il puisse y avoir aussi quelques causes génétiques : certaines populations, grecques par exemple, peuvent transmettre à leurs descendants une prédisposition à une mauvaise absorption de l'iode. Pour pallier aux inconvénients précités, on pourra avoir recours à de hautes doses de vitamine C, par exemple, ou bien utiliser une médecine qui saura redonner au corps le signal ou l'information « oubliée », comme un rappel de ce qu'il sait faire et de ce qu'il doit assimiler : l'homéopathie. Il y aurait peut-être intérêt, par un traitement approprié (T.H.S., iodum) à faire un travail de fond avant la prise d'iode en elle-même, de manière à pouvoir reconstruire cette réceptivité perdue. Le problème étant, à l'heure actuelle, de pouvoir trouver le bon homéopathe qui saura prescrire le similimum, à prendre au bon moment, au dosage judicieux, et de trouver aussi le bon laboratoire qui saura préparer correctement, et avec les meilleures souches, les meilleurs remèdes...

Sur l'iode :

© Inconnu
Nous savons déjà depuis plus de cent ans que nous avons besoin d'un apport supplémentaire en iode ; les gouvernements ont donc commencé à en mettre un tout petit peu dans le sel de table. Cela n'a jamais été suffisant et après l'accident nucléaire de Fukushima, nous en avons besoin de bien plus encore, en raison des rejets d'iode radioactifs dans l'environnement.

Les êtres humains du 21e siècle ont un besoin vital d'iode. Il est la seule médecine pouvant nous tenir éloignés de l'enfer de l'antibiorésistance. Il y a de nombreuses raisons qui font que nous avons besoin d'iode en abondance. Les principales, qui se démarquent nettement et qui font de la supplémentation en iode une médecine de grande importance, sont les suivantes :

1. Effets antibiotique, anti-viral et anti-fongique supérieurs aux antibiotiques. L'iode tue les virus, ce qu'un antibiotique ne fait pas. L'iode tue les champignons et les levures comme le candida, ce qui n'est pas le cas des antibiotiques. En outre, il le fait sans créer des souches de bactéries résistantes aux antibiotiques. Les scientifiques constatent également que les antibiotiques permettent aux bactéries de croître plus rapidement au lieu de les tuer ; il est donc presque suicidaire de ne pas employer l'iode comme première ligne de défense dans notre lutte contre les infections.