Bienvenue à Sott.net
jeu., 25 mai 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Health

Les merveilles du bicarbonate

Le bicarbonate, on en a tous entendu parler. Il paraît qu'il est bon pour blanchir les dents, pour soulager l'estomac, soigner les mycoses, cuisiner... Mais est-ce que tout cela est vrai ? Et si je vous disais que oui ? Je vais même vous dire plus : il est aussi efficace que certains médicaments.

© Inconnu
Les merveilles du bicarbonate
Le bicarbonate contient du sel, d'où son nom "bicarbonate de sodium ou de sodium". Et il contient une source alcaline qui neutralise les pH trop acides et, donc, combat les infections. Ainsi que les bactéries, les odeurs et tout un tas de choses que nous rencontrons au quotidien. Vous allez voir tout ça.

Smoking

Fumer, ça sauve la vie. Mais oui.

© Flickr/ PeterFranz
De nouvelles révélations ont été faites par des scientifiques allemands et américains au sujet des cigarettes. Fumer a toujours été considéré comme une habitude néfaste. Cependant, le tabac s'est avéré paradoxalement bénéfique pour certaines personnes souffrant d'anémie.

« Cet homme n'aurait jamais pu devenir sportif car son sang n'était pas capable de transporter une grande quantité d'oxygène, mais fumer l'a aidé à lutter contre l'anémie. Un autre avantage c'est que les porteurs de cette mutation sont généralement plus résistants à l'empoisonnement par l'oxyde de carbone », a déclaré John Olson, scientifique de la Rice University de Houston (État du Texas, États-Unis).

D'après M. Olson, l'histoire de cette étrange découverte commence par la visite d'une jeune fille dans la clinique allemande de Mannheim. La patiente se plaignait de faiblesse générale et de problèmes constants dus à un niveau bas d'hémoglobine dans le sang. Ayant analysé son ADN, les scientifiques ont mis au jour une mutation rare dans le gène HBA1. Cette mutation dans la structure de l'albumine faisait qu'un acide aminé comportait de la leucine au lieu de l'histidine.

Commentaire: Peut-on déduire que, même si l'on ne souffre pas de cette mutation génétique, le tabac protège des méfaits des oxydes de carbone, un peu, moyennement, beaucoup, passionnément ? C'est bien possible. Et que, dans notre environnement pollué devenu presque impropre à la respiration, le fait de fumer nous protège en réalité des multiples poisons disséminés dans cet air que nous sommes bien obligés de continuer à inhaler ? C'est bien probable. Et que, désinformés que nous sommes par certains propagandistes hystériques qui nous ont même pondu une journée mondiale anti-tabac, nous ne réalisons pas que nous sommes devenus à présent ignorants de l'existence de preuves irréfutables qui attestent des bienfaits de cette plante merveilleuse, Nicotiana tabacum ? C'est presque sûr ! Nous aurait-on menti ? C'est certain. Et si l'on a envie de savoir à propos de quoi :
Quant aux personnes qui continuent à pratiquer la course à pied le long des routes, accueillant à plein poumon les micro et nano-particules rejetées par les automobiles dans leur organismes, c'est confirmé : vous pouvez fumer avant, pendant, et après votre jogging.

Source de l'article scientifique dont il est fait mention.


Cookie

Une substance cancérogène trouvée dans des biscuits pour bébés

Quelle honte !!! Quelle horreur !!!! Après, nous sommes étonnés de la quantité de cancer développés chez les enfants. Quand on lit cet article, il ne faut pas être un expert pour comprendre que l'alimentation joue un rôle dans le déclenchement des cancers. Changin Markets tire la sonnette d'alarme. Selon la fondation, de l'acrylamide, une substance cancérogène, a été retrouvée à un niveau supérieur aux normes européennes dans des biscuits pour bébés de marque Nestlé vendus en France, et à des niveaux proches de ce seuil dans deux autres produits.

© Inconnu
Des méchants petits biscuits
Selon une analyse indépendante de 25 biscuits pour enfants en bas âges commercialisés en France, l'acrylamide, classée comme cancérigène probable par l'OMS, a été retrouvée à une concentration de 226,1 microgrammes par kilo dans les « P'tit Biscuit texture croquante et fondante » de marque Nestlé. La valeur maximale recommandée au niveau européen pour les biscuits pour jeunes enfants a été fixée à 200 microgrammes, rappellent Changing Markets, l'ONG environnementale WECF et le rassemblement de consommateurs SumOfUs dans un communiqué publié jeudi.

Commentaire: Lire aussi :


Evil Rays

Un peu d'humour noir : comment affaiblir son système immunitaire et devenir malade à coup sûr

Petit cours de médecine gratuit : Question pour un neuneu: Quel organe ou système nous permet de rester en bonne santé ? Je suis ? Je suis ???... Heuuuu...Le système immunitaire ?.... Oui, c'est gagné, bravo, vous avez gagné une tringle à rideaux.... Allez, soyons sérieux, notre système immunitaire est notre meilleur système de défense contre les maladies, c'est un réseau qui s'organisent pour défendre notre corps contre des agressions extérieurs : Il combat les bactéries et virus, il attaque les champignons, tue les parasites et les cellules tumorales.

© Inconnu
Soyons complices avec notre système immunitaire
L'organisme est journellement agressé par des agents pathogènes. Notre système immunitaire travail sans relâche pour que tous ces agents ne puissent pas proliférer. Il a plusieurs armes à sa disposition ; Il élimine l'agresseur par le sang via les globules blancs, ou il dévore l'intrus (phagocytose), ou il produit différentes substances de défense comme les enzymes, les cytokines, ou les peptides antimicrobiens...

Health

Santé cellulaire, sélénium, fer et prévention du cancer


Commentaire : Dans le domaine de la nutrition, les découvertes non falsifiées de la recherche scientifique sont inestimables : elles nous invitent, par exemple, à prendre conscience que notre condition physique influe sur notre santé mentale et émotionnelle. Et sur notre capacité à pouvoir faire face, au mieux, aux défis de la vie quotidienne. Les carences alimentaires, le manque d'activité physique et le perpétuel état inflammatoire entretenu par la consommation journalière d'aliments inappropriés, qu'ils soient naturels ou industriellement transformés, participent à l'affaiblissement général de notre capacité de réflexion et d'action. Dans une société au mode de fonctionnement pathologique, est-il utile de souligner que nous avons besoin de toutes nos forces et ressources pour pouvoir faire face à cette corruption généralisée du corps et de l'esprit ?

© Inconnu
Les micronutriments sont extrêmement importants et essentiels pour votre santé, mais en consommez-vous suffisamment, et ce qui est peut-être plus important encore, consommez-vous les bons ? Mark Whitacre, Ph.D., est l'un des plus grands experts de l'un des micronutriments les plus importants, le sélénium.

Le sélénium est un oligo-élément qu'un chimiste suédois, le Baron Jöns Jacob Berzelius, a découvert il y a près de 200 ans. Aujourd'hui, les scientifiques modernes le reconnaissent comme un minéral essentiel à la santé, ayant de puissants effets anti-inflammatoires, antiviraux et anti-cancer. Il y a dans le monde moins de 100 biochimistes diplômés d'un Ph.D., spécialistes du sélénium. Mark Whitacre a obtenu sa maîtrise en nutrition à l'université de l'état de Ohio à Columbus, Ohio, à la fin des années 1970 - à cette époque le sélénium était un sujet qui prenait rapidement de l'ampleur.

Le sélénium pour la santé et la prévention des maladies

Le sélénium joue deux rôles étroitement liés et très importants :
  1. Au niveau cellulaire, le sélénium est un composant actif du glutathion peroxydase, une enzyme qui convertit le peroxyde d'hydrogène en eau. Le glutathion peroxydase possède de puissantes propriétés antioxydantes, et est la première ligne de défense contre l'accumulation de radicaux libres nocifs dans vos cellules.
  2. Le sélénium joue également un rôle important dans la prévention du cancer. L'une des causes de cancer est la production excessive de radicaux libres. En réduisant les radicaux libres, le sélénium aide à réduire votre risque de cancer.

Syringe

Pr Luc Montagnier sur les vaccins

Franchement, comment s'étonner que les vaccins, qui contiennent un cocktail de substances chimiques, dont plusieurs notoirement cancérogènes (comme le formaldéhyde) alors que les vaccins restent pourtant tous dispensés de tests destinés à évaluer leur potentiel cancérogène (!), puissent leurrer encore davantage des systèmes immunitaires déjà lourdement affaiblis et provoquer des flambées cancéreuses??
© Reuters
Le Pr Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, en 2009
Seules les personnes les plus naïves ou les plus mal informées pourront croire le contraire, hélas aidées par les affirmations gratuites des pseudos experts officiels qui concluent fallacieusement de l'absence d'études officielles de cancérogénicité des vaccins que ceux-ci ne peuvent pas induire le cancer !

Oui, même le vaccin contre la grippe est donc une hérésie chez les patients cancéreux, en cours ou au sortir de chimiothérapies, déjà en elles-mêmes lourdement dévastatrices..... il y a bien d'autres moyens alternatifs non nocifs de renforcer son système immunitaire et de se protéger (sans risque de s'auto-saboter!)

Commentaire: Lire aussi :




Bulb

Le bon clou de girofle pour la santé

Le Clou de Girofle, de son nom latin « Syzygium aromaticum », trouve son origine en Indonésie dans l'archipel des Moluques. Son origine fut un mystère durant des dizaines et des dizaines d'années : Marco Polo croyait qu'il était issu du sud du Tibet et Vasco De Gama, quant à lui, croyait que c'était un produit des îles Célèbes. Ce n'est qu'Afonso De Albuquerque qui découvrit que le Giroflier, arbre portant les Clous de Girofle, était cultivé dans Les Moluques.

© Inconnu
Le clou de girofle
Pour terminer avec la petite histoire, les Clous de Girofle sont les boutons floraux du Giroflier qui sont en forme de clou. Ils sont cueillis à la main avant la floraison puis séchés au soleil.

Syringe

Adjuvants des vaccins : nocivité confirmée, par le Pr. Gherardi


Commentaire : Eh oui, Le Monde veut modifier notre perception de la réalité avec son prozac médiatique Deconnex Decodex, mais on peut constater qu'il n'a pas fait parfaitement le ménage dans ses bureaux, avec ce bon article sur les adjuvants vaccinaux. Pas de quoi tomber à genoux non plus : on parle bien des substances inutiles et dangereuses qui rentrent dans la composition des vaccins, et non pas de l'utilité de la vaccination elle-même... Ça, on peut s'en occuper nous-même : N'oublions pas enfin que l'on nous répète depuis des décades que les vaccins sont sans dangers ou que leurs effets secondaires sont négligeables, qu'ils sont utiles, qu'ils fonctionnent, qu'ils nous protègent. Inutile de dire que sur une si longue période, et après tant de problèmes causés par leur utilisation, il y a une volonté délibérée de tromper le public quant à leur efficacité. Ceci expliquant cela :

Chef du service du Centre expert de pathologie neuromusculaire de l'hôpital Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne), Romain Gherardi a signé, fin 2016, un ouvrage (Toxic Story, Actes Sud) dans lequel il narre son odyssée de lanceur d'alerte concernant les effets des adjuvants aluminiques présents dans les vaccins. De quoi revenir sur le temps médical et la recherche fondamentale.
© Inconnu
Vous faites partie des premiers à avoir détecté la myofasciite à macrophages et avez débuté vos recherches sur les effets des adjuvants à la fin des années 1990. Quand vous regardez le chemin parcouru, que ressentez-vous ?

On a vu apparaître cette lésion musculaire inconnue en 1993, et c'est ensuite que nous avons compris qu'elle est induite par l'aluminium. On est allé de surprise en surprise, en découvrant l'origine vaccinale de cet aluminium [depuis 1926, 60 % des vaccins contiennent des adjuvants aluminiques pour renforcer la réponse immunitaire] puis en comprenant que l'innocuité de ces adjuvants ne repose sur aucune base expérimentale solide. On a longtemps cru qu'ils étaient rapidement évacués dans les urines sous forme d'atomes d'aluminium, mais les toxicologues n'avaient pas compris que les microparticules d'adjuvants sont capturées par les cellules immunitaires et ont un comportement très différent de celui des atomes d'aluminium. Comprendre que, en matière de sécurité des adjuvants, tout était faux, fragmentaire et non pensé fut un choc.
Découvrir le fonctionnement des agences sanitaires fut un second choc. Je pensais, par exemple, que l'agence du médicament était la police du médicament, avec pour rôle de comprendre, de mettre en demeure, etc. Mais non : après le scandale du Mediator, le rapport de l'IGAS [l'Inspection générale des affaires sociales] a parfaitement décrit l'Afssaps [l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé] comme un bastion de l'industrie pharmaceutique, s'évertuant à temporiser et à empêcher que la lumière soit faite sur les questions dérangeantes. L'Afssaps, dissoute en 2012, a été remplacée par l'ANSM [l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé] mais il demeure une profonde réticence à remettre en question l'industrie pharmaceutique.

Commentaire: Concernant l'aluminium :


Heart

Le contact retrouvé : les bienfaits du massage pour les bébés

Le mot masser vient du verbe arabe mass et signifie toucher. Se faire masser, c'est se faire toucher, physiologiquement mais aussi psychologiquement, tant il est vrai que le massage est le moment de détente par excellence. C'est un moment de pur abandon durant lequel on se remet aux mains de l'autre. Le massage est pratiqué depuis la nuit des temps à travers le monde entier. Comme toutes les civilisations, nous pratiquions le massage adulte et le massage bébé.

© Inconnu
Les bienfaits du massage pour les bébés
Au moyen âge, les maîtres masseurs s'occupaient des adultes et les mamans de leurs enfants. Ces massages avaient lieu dans les bains publics. Interdit par le clergé qui voulait éviter de « ramollir les chairs » le massage bébé a progressivement disparu. Au milieu du 19 ème siècle, les découvertes scientifiques révolutionnent la médecine intuitive. La médecine scientifique est née. Des spécialités comme l'obstétrique, la puériculture, la rééducation voient le jour. Il y a maintenant ce qui savent et ceux qui doivent apprendre.

Commentaire: Lire aussi :


Microscope 1

Pourquoi la théorie des germes est la seule chose que la grippe peut tuer

Des recherches médicales révolutionnaires indiquent que presque tout ce que nous avons cru au sujet des propriétés présumées mortelles du virus de la grippe pourrait n'être basé que sur un mythe et une superstition institutionnalisée.
© Inconnu
La théorie du germe
Affectant les interactions quotidiennes qui vont d'une simple poignée de main jusqu'à l'échelle nationale des programmes de vaccination et des campagnes d'éradication mondiale, la théorie des germes est une force immensément puissante sur cette planète. Mais que faire si la recherche fondamentale sur ce que sont exactement ces « pathogènes » et la manière dont ils nous infectent n'a pas encore été effectuée ? Que faire si une grande partie de ce que l'on suppose croire sur le danger des microbes, en particulier les virus, se retrouve complètement compromis à la lumière de nouvelles découvertes radicales en microbiologie?

Certains de nos lecteurs savent déjà que dans mes écrits précédents, j'aborde le pourquoi du concept « les germes sont nos ennemis » a été ébranlé par la découverte relativement récente du microbiome. Pour le contexte, n'hésitez pas à lire « Comment le microbiome a détruit l'ego, la politique de vaccination et le patriarcat » [en anglais, NdT].

Dans l'article d'aujourd'hui, je vais adopter une approche moins philosophique et me concentrer sur la grippe en tant qu'exemple plus concret du changement de paradigme du système copernicien au sein de la biomédecine et des sciences de la vie dans lesquelles nous sommes actuellement tous entièrement immergés, même si beaucoup parmi les institutions médicales ne le reconnaissent pas encore pleinement.