Bienvenue à Sott.net
jeu., 20 jan. 2022
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Family

Bébé doit dormir contre sa mère jusqu'à 3 ans

Image
Les années 70, on s'en souvient encore lorsque le « co-sleeping » a été pointé du doigt par les psychanalystes... et voilà que le docteur sud-africain Nils Bergman de l'Université du Cap remet le sujet sur le tapis. Les nouveaux-nés devraient dormir avec leur mère juste après la naissance, et ce au moins jusqu'à sa 3ème année.

Commentaire: "Nos aïeux étaient de bien meilleurs parents que nous ne le sommes aujourd'hui", affirme la très controversée [controversée = qui ne va pas dans le sen de la "science" officielle - NdE] psychologue américaine Darcia Narvaez après ses trois essais consacrés à la comparaison entre les parents d'aujourd'hui et ceux de la préhistoire.

Les enfants parqués ça et là

"Nos ancêtres avaient une bien meilleure idée de ce qu'est être parent que ce que nous en avons au 21e siècle. Nos pratiques actuelles, de laisser les bébés pleurer, de les caser dans des poussettes ou des sièges auto et de ne pas les faire promener ont engendré une brisure dans le coeur de générations entières", argumente Darcia Narvaez.

Epidémie de crainte

"Nos jeunes sont envahis par une épidémie de peurs. Ils ne reçoivent pas les soins dont ils ont besoin, ils manquent d'affection, deviennent égoïstes. Ils témoignent moins d'empathie que ceux qui avaient jadis grandi dans des familles avec une vraie chaleur humaine".

Plus de câlins

"Dans les groupes de chasseurs ou de cueilleurs d'autrefois, les enfants restaient dans les bras et portés où que soient les parents, ils étaient donc immédiatement réconfortés en cas de chagrin, profitaient de l'allaitement maternel des années durant et passaient le plus clair de leur temps à l'extérieur. Sans compter les bons soins prodigués par la famille élargie, la communauté, soit d'autres papas et mamans qui s'occupaient de l'enfant, et avaient une bonne influence sur la conscience parentale. Les enfants n'étaient jamais battus, mais soutenus et cajolés grâce à l'entourage de la maman".

Moralité

"Notre sens moral est formé depuis l'enfance. Mais les parents du 21e siècle gâchent cela pour assouvir leurs envies, répondre à leur bien-être, atteindre leurs buts. La chaleur humaine qu'offraient nos aïeux à leurs enfants avaient le mérite d'apaiser l'esprit du bébé au moment où sa personnalité et son appréhension du monde se forment".

Hyperactifs

"Des études démontrent maintenant que les enfants qui ne jouent pas assez à l'extérieur développent des problèmes d'hyperactivité et mentaux. Le bien-être de l'enfant a dégringolé aux Etats-Unis ces cinquante dernières années", explique encore la psychologue.

Source : 7sur7.be


Heart - Black

Les nanoparticules peuvent endommager le cerveau

Les nanoparticules de dioxyde de titane sont présentes dans les peintures, les cosmétiques, les crèmes solaires ou les revêtements autonettoyants. Le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) a publié le 16 octobre une étude qui révèle que ces particules sont capables d'altérer ou de briser la barrière hémato-encéphalique qui protège notre cerveau. L'exposition chronique à ces nanoparticules « pourrait entraîner leur accumulation dans le cerveau avec un risque de perturbation de certaines fonctions cérébrales », précise le CEA. Et la présence de nano-TiO2 peut provoquer « une inflammation cérébro-vasculaire ».

Des études ont déjà montré la capacité des nanoparticules d'oxyde de titane à traverser la paroi cellulaire, endommager l'ADN et réduire les capacités cellulaires à réparer ces dommages. Une étude a mis en évidence que l'inhalation prolongée de nanoparticules de titane endommage l'ADN des cellules des poumons. Ces nombreuses études ont conduit l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (AFSSET) à recommander en 2010 d'« agir sans attendre au nom du principe de précaution » pour réduire les risques liés aux nanomatériaux, et notamment à limiter l'exposition du public aux produits contenant des nanoparticules de dioxyde de titane.

Syringe

Le groupe consultatif du CDC déclare que les jeunes garçons doivent être vaccinés contre le VPH

Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info

Image
Dans une démonstration choquante de totale corruption et ignorance, le comité consultatif d'un Centre de contrôle des maladies (CDC) zunien a déclaré officiellement que les jeunes garçons et les hommes entre 11 et 21 ans devraient être vaccinés contre le papillomavirus humain (VPH), le virus infectieux ayant soi-disant un rapport avec le cancer du col de l'utérus chez la femme.

En dépit du fait que les hommes n'ont pas même de col de l'utérus, 12 des 14 membres du comité du CDC ont décidé que vacciner dès neuf ans les jeunes garçons contre le virus est toujours une bonne idée. Et, lors d'un vote séparé, la majorité des membres du comité a en plus décidé que les hommes jusqu'à 26 ans, aussi bien, devraient être vaccinés contre le VPH, ce qui englobe pratiquement tous les jeunes hommes.

Le CDC a fondé cette décision sur sa croyance selon laquelle le Gardasil de Merck & Co. et le Cervarix de GlaxoSmithKline (GSK), les deux vaccins approuvés pour le VPH, aident aussi à prévenir les verrues génitales et divers types de cancers chez les hommes. Pourtant, ces prétentions n'ont jamais réellement été démontrées. Les études ayant servi de témoignage sont biaisées, et toutes étaient financées par des fabricants de vaccins.

Il n'existe en réalité aucune preuve médicale solide montrant que soit le Gardasil, soit le Cervarix, empêche l'infection du VPH, le cancer ou la transmission du VPH des hommes vers les femmes, comme l'affirment les partisans du vaccin.

Red Flag

Manger pour vivre ou pour mourir

Parce que notre société technologique et moderne nous apporte l'abondance, et qu'une grande variété d'aliments de toutes sortes (fruits, légumes, poissons, viandes) sont à notre portée douze mois par année, peut-être croyons-nous, bien naïvement ou distraitement - car prenant pour acquis notre évolution sur nos ancêtres qui devaient se plier aux caprices des saisons pour se nourrir - que ces aliments sont bons pour notre santé. Faux! Il y a, en tout cas, deux aliments qui peuvent nuire grandement à notre corps : le sucre et le gluten. Surtout parce que nous les retrouvons dans presque tous les produits commercialisés. Cet article ne fera qu'un bref survol sur les insidieux dommages que fait le sucre dans l'organisme. Le sucre serait procancer.

Le sucre est perçu comme une récompense, d'où notre assuétude

Le sucre est doux, fondant dans la bouche. L'enfant est très vulnérable aux publicités sur les gâteries sucrées. Les mauvaises habitudes ont fait que les sucreries et les desserts sont devenus un moyen de récompenser l'enfant. En effet, trop souvent, pour calmer un enfant ou lui faire plaisir, ou le remercier, on lui présente un bonbon, une sucrerie, un cornet, une boite de smarties. Son goût s'habitue à ces saveurs. Devenu adulte, l'enfant se récompense en mangeant du sucre.

Syringe

Un médecin ose parler : Le dangereux vaccin Gardasil est complètement inutile pour prévenir le cancer du col de l'utérus

Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info

L'énorme controverse sur l'épouvantable décret de 2007 du gouverneur du Texas, Rick Perry, exigeant que toute jeune fille de son État se fasse vacciner au Gardasil de Merck & Co. avant l'entrée à l'école, a ramené le problème de l'innocuité et de l'efficacité du vaccin, ou de sa carence en cela, sur le devant du débat national. Et un médecin européen a maintenant osé dénoncer ouvertement le Gardasil. Il affirme qu'il est à la fois dangereux et totalement inefficace pour prévenir le cancer du col de l'utérus.

Dans un article récent du WorldNetDaily (WND), le Dr Christian Fiala, médecin généraliste à Vienne, en Autriche, a déclaré que le Gardasil de Merck ne marche pas vraiment pour prévenir le cancer du col de l'utérus, et n'est pas sans danger. Selon le Dr Fiala, « il n'existe aucune preuve d'une relation causale entre le HPV (papillomavirus humain) et le cancer du col de l'utérus, et aucune preuve ne montre que le vaccin contre le VPH réduit globalement le nombre de (cas de) cancer du col de l'utérus. »

Même en supposant un instant que le vaccin Gardasil aide réellement à éviter le VPH, le Dr Fiala soutient que ce virus n'est pas lui-même responsable de provoquer le cancer du col de l'utérus, ce qui rend le vaccin complètement inefficace à remplir le rôle réel pour lequel il est commercialisé. Et, comme nous l'avions déjà signalé, depuis au moins 2003, la Food and Drug Administration (FDA) sait elle aussi que le VPH n'est pas associé à la cause du cancer du col de l'utérus.

Heart

Le poisson bon contre la démence

Les risques de démence sont réduits avec une consommation régulière de poisson.

Si vous mangez du poisson régulièrement, vous avez moins de risques de souffrir de démence plus tard. C'est ce qui ressort d'une étude rapportée par le Daily Mail.

Les bénéfices des oméga-3, acides gras que l'on retrouve beaucoup dans les poissons, ont déjà été prouvés à maintes reprises.

Toutefois, les chercheurs mentionnent que les oméga-3 n'améliorent pas les performances cognitives, mais qu'ils augmentent le flux sanguin vers le cerveau. Cela réduirait les risques de démence, de déclin cognitif et d'autres troubles mentaux chez les personnes âgées.

Syringe

Psychopathie en action : Des enfants vaccinés à l'anthrax pour vérifier s'ils peuvent survivre à une attaque terroriste

Traduit par Conscience du peuple

Image
L'administration Obama examine si les scientifiques devraient injecter à des enfants sains le vaccin de la fièvre charbonneuse pour voir si elle pourrait les protéger contre une attaque bioterroriste.

Un groupe de travail doit se réunir vendredi pour voter sur cette recommandation.

Il semble que les critiques disent que cette vaccination est contraire à l'éthique, inutile et dangereuse pour les enfants et que ceux-ci devront être vaccinés seulement dans un contexte de menace réelle.

Syringe

En Haïti, au lieu de fournir de l'eau potable, l'ONU préconise de vacciner contre le choléra

Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info

Image
Les Haïtiens ont subi la pire épidémie de choléra mondiale des suites directe de la pollution de l'eau. Bien documentée, la cause originelle précise même que le réseau sanitaire des troupes de maintien de la paix de l'ONU était si inefficace que l'eau a été largement polluée. Le remède évident est d'arrêter de polluer l'eau potable.

Or, que veulent faire les Nations Unies ? Vacciner ! Jusqu'à ce qu'il soit frappé par un séisme dévastateur qui a perturbé l'accès facile à l'eau potable de la population et le réseau sanitaire de base, Haïti était un pays ou ne sévissait absolument pas le choléra. Seulement, au lieu d'essayer de résoudre le vrai problème, le manque d'eau potable, qui restaurerait la santé des gens ou du moins mettrait fin au choléra, l'ONU veut les pousser à se faire vacciner.

Le Dr Paul Farmer, un envoyé spécial de l'ONU en Haïti, reconnaît que l'épidémie a été soudaine. Il a déclaré : « C'est d'un dingue incroyable ! En 365 jours, vous passez d'aucun cas au plus grand nombre du monde. » Il suggère même que le choléra est susceptible de devenir endémique, qu'il pourra faire partie du quotidien des Haïtiens. La cause, dit-il, c'est la précarité de l'eau, Haïti est le pays à « l'eau la moins sûre » du monde.

Coffee

Une étude américaine lie consommation de soda et comportement violent

Image
© AFP / Joel Saget
Selon des chercheurs américains, les gros buveurs de soda présentent plus de risques de consommer de l'alcool et de fumer, et l'impact de la consommation de sodas sur la violence est similaire à celle du tabac ou de l'alcool.
Comme la consommation de cigarette et d'alcool, celle de boissons gazeuses sucrées va de pair avec un comportement violent, sans qu'on puisse pour autant établir un lien de cause à effet, révèle une étude menée auprès de jeunes de Boston de milieux défavorisés.

Des chercheurs américains, qui étudiaient le lien éventuel entre consommation de boissons gazeuses sucrées et obésité, ont constaté de fait une association non pas avec le surpoids, mais avec la violence. Ils ont noté que les lycéens du centre de Boston consommant plus de cinq canettes de soda par semaine avaient 9 à 15 % plus de risques de participer à des actions violentes que leurs camarades qui en consommaient moins. "Ça nous a choqués quand on a vu combien l'association entre les deux était évidente", indique David Hemenway, professeur à l'école de santé publique d'Harvard. L'étude a été publiée dans un journal britannique, Injury Prevention.

Commentaire: Une alimentation riche en graisses saturées animales et pauvre en sucres offre des bénéfices importants pour la santé.


Red Flag

Le bisphénol A associé à des troubles de comportement

Une exposition élevée au bisphénol A (BPA) durant la grossesse est associée à des troubles comportementaux et émotionnels chez les enfants de trois ans, et ce, particulièrement chez les fillettes, montre une étude américano-canadienne.

Selon Bruce Lanphear de l'Université Simon Fraser et ses collègues américains, les filles dont les mères étaient très exposées sont plus anxieuses, plus hyperactives et plus dépressives que les autres.

Le taux de BPA été calculé trois fois pendant la grossesse à partir d'échantillons d'urine de la mère et trois fois chez les enfants après la naissance. La substance a été détectée dans 85 % des échantillons des urines des mères et 96 % de ceux des enfants.