Bienvenue à Sott.net
sam., 08 août 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Microscope 1

Les anciens virus sont enfouis dans votre ADN et peuvent se réveiller

En juillet [2017, comme indiqué à la fin de l'article - NdT], des scientifiques ont révélé qu'une étrange protéine circule dans les veines des femmes enceintes. Personne ne sait exactement à quoi elle sert.
Embryon humain à 45 jours
© Omikron, via Science
Un embryon humain à 45 jours. Les scientifiques ont appris qu'une protéine appelée Hemo, fabriquée par un fœtus et son placenta, est produite à partir de l'ADN viral qui est entré dans le génome de nos ancêtres il y a 100 millions d'années.
Ce qui rend cette protéine, appelée Hemo, si inhabituelle, c'est qu'elle n'est pas fabriquée par la mère. Au contraire, elle est fabriquée dans son fœtus et dans le placenta, par un gène qui provient d'un virus qui a infecté nos ancêtres mammifères il y a plus de 100 millions d'années.

L'hémo n'est pas la seule protéine d'origine aussi exogène : notre ADN contient environ 100 000 morceaux d'ADN viral. Au total, ils constituent environ 8 % du génome humain. Et les scientifiques commencent seulement à comprendre ce que cet ADN viral nous fait.

Aris Katzourakis, virologiste à l'université d'Oxford, et ses collègues ont récemment publié dans la revue Trends in Microbiology une analyse dans laquelle ils explorent la possibilité que les gènes viraux qui produisent des protéines comme Hemo affectent notre santé de diverses manières inattendues.

Certains de nos anciens virus peuvent nous protéger des maladies, d'autres peuvent augmenter nos risques de cancer, entre autres. Le Dr Katzourakis a déclaré dans une interview que,
« Ce n'est pas une question de choix ces choses sont-elles bonnes ou mauvaises ? C'est beaucoup plus compliqué que cela. Nous sommes à peine au début de cette recherche. »

Gingerbread

COVID19 : La ventilation artificielle avec intubation tue-t-elle les gens ?

ventilateur,ventilator
L'intubation et la ventilation étaient considérées comme les seuls moyens de traiter les patients atteints du COVID19 dans les premiers jours de l'épidémie, mais aujourd'hui, certains professionnels de la santé remettent cette pratique en question.

Depuis que le coronavirus a fait un bond aussi spectaculaire de la Chine à l'Italie, la plupart des discussions dans le monde occidental ont porté sur la capacité de nos services de santé à faire face au raz-de-marée de patients prévu.

Un tsunami de souffrances humaines a été prédit et, quelques semaines plus tard, il ne s'est pas encore matérialisé. Le NHS a construit un nouvel hôpital d'urgence de 4000 lits, le Nightingale Center... qui a été à peine utilisé et qui est maintenant fermé. Aux États-Unis, des hôpitaux de campagne ont été construits, laissés vides pendant quelques jours, puis démantelés.

Plus précisément, dans les premiers temps, on ne parlait presque que de ventilateurs. En avons-nous eu assez ? Pouvions-nous en obtenir davantage ? Devrions-nous imprimer en 3D les nôtres ? Faut-il que les constructeurs automobiles et les marchands d'armes réoutillent leurs usines pour en fabriquer davantage ?

Ce récit médiatique n'a jamais correspondu à la réalité scientifique de la situation

Depuis, de nombreux médecins ont déclaré que la ventilation mécanique n'est pas seulement inappropriée pour les personnes souffrant d'infections respiratoires, mais qu'elle est sérieusement surutilisée pour les patients atteints de coronavirus, et qu'elle fait peut-être plus de mal que de bien.

Dans un article paru dans The Spectator, le Dr Matt Strauss a souligné que les ventilateurs n'étaient pas un "traitement" en soi, et qu'ils n'étaient pas destinés aux patients souffrant de maladies respiratoires :
"Les ventilateurs ne guérissent aucune maladie. Ils peuvent remplir vos poumons d'air lorsque vous vous trouvez dans l'incapacité de le faire vous-même. Ils sont associés aux maladies pulmonaires dans la conscience du public, mais ce n'est pas en fait leur application la plus courante ou la plus appropriée."

Sun

Le niveau de vitamine D détermine la gravité dans le COVID-19 : Les chercheurs irlandais exhortent leur gouvernement à modifier ses conseils

vitamin d
Les chercheurs du Trinity College de Dublin signalent des changements nécessaires dans les conseils gouvernementaux au Pays de Galles, en Angleterre et en Écosse.

Des chercheurs du Trinity College de Dublin appellent le gouvernement irlandais à modifier les recommandations concernant les compléments en vitamine D.

Une nouvelle publication du Dr Eamon Laird et du professeur Rose Anne Kenny, de la faculté de médecine, et de l'Etude Longitudinale Irlandaise sur le vieillissement (TILDA), en collaboration avec le professeur Jon Rhodes de l'université de Liverpool, souligne la corrélation entre les taux de vitamine D et la mortalité due à COVID-19.

Les auteurs de l'article, qui vient d'être publié dans le Irish Medical Journal, ont analysé toutes les études de la population adulte européenne, achevées depuis 1999, qui ont mesuré la vitamine D chez les sujets et comparé ces taux de vitamine D à la mortalité par le COVID-19.

La vitamine D est produite dans la peau par l'exposition aux rayons UVB du soleil et est transportée vers le foie puis vers les reins où elle est transformée en une hormone active qui augmente le transport du calcium provenant de la nourriture présente dans l'intestin et assure ainsi que le calcium soit suffisant pour maintenir un squelette solide et exempt d'ostéoporose.

Mais la vitamine D peut également soutenir le système immunitaire par un certain nombre de voies immunitaires impliquées dans la lutte contre le SRAS-CoV-2. De nombreuses études récentes confirment le rôle essentiel de la vitamine D dans les infections virales.

Syringe

Covid-19 — Le fer de lance pour la mise en place d'une « nouvelle ère » de VACCINS à haut risque, génétiquement MODIFIÉS

Depuis des semaines, les têtes parlantes font la promotion du ou des vaccins qui sauveront le monde c'est ce que proclament Bill Gates et Tony Fauci dans ce que Gates a maintenant baptisé « Pandémie 1 » ; des vaccins dont les fabricants cherchent à s'exonérer de toute responsabilité quant aux risques qu'ils peuvent faire courir aux populations. Alors que Microsoft News colporte des histoires auto-élogieuses sur la réorientation des priorités de la Fondation Gates pour consacrer « une attention totale » à la pandémie, Fauci qui fait le tour des talk-shows promet qu'un vaccin sera disponible en janvier 2021. Pour ne pas être en reste, la Maison Blanche a maintenant dévoilé l'« Opération Warp Speed » un effort conjoint des secteurs pharmaceutique, gouvernemental et militaire visant à « considérablement réduire le temps nécessaire au développement d'un vaccin » et le Président Trump en promet un d'ici la fin de l'année.
Vaccination planétaire contre le Covid-19
L'idée d'une vaccination planétaire contre le Covid-19 l'objectif déclaré qui fait saliver par anticipation tous ses acteurs néglige un certain nombre d'obstacles irréfutables. Tout d'abord, le virus à ARN visé, le SRAS-CoV-2, a déjà « muté en au moins trente variantes génétiques différentes ». Parmi ces variantes, on en compte dix-neuf qui sont inédites ainsi que « de rares changements que les scientifiques n'avaient jamais imaginé pouvoir se produire ». La connaissance de ces mutations peut s'avérer utile aux cliniciens désireux de mieux adapter leurs traitements contre le Covid-19, mais la prolifération des mutations rend les chances de développer un vaccin efficace immensément plus incertaines.

Il n'y a pas lieu de s'inquiéter, disent les entités financées par Gates et aussi le Pentagone. Les scientifiques qui travaillent dans le domaine florissant de la biologie synthétique sont convaincus qu'ils peuvent « supplanter » et surpasser la Nature en utilisant les technologies de vaccination de nouvelle génération telles que le transfert de gènes et les nanoparticules auto-assemblées ainsi que les nouveaux mécanismes invasifs d'administration de vaccins et de gestion de données tels que les tatouages à points quantiques lisibles par smartphone. Est-ce important si les chercheurs ayant expérimenté ces approches n'ont jamais réussi à surmonter les « dangereux effets secondaires » ? Apparemment pas. Grâce à la générosité de M. Gates et au financement militaire, la planification du vaccin contre le Covid-19, qui suscite un vif intérêt, progresse rapidement.

Les scientifiques ont réitéré ce point : le principal obstacle pour la plupart des vaccins contre les virus émergents n'est pas l'efficacité des approches conventionnelles mais la nécessité d'un développement plus rapide et d'un déploiement à grande échelle.

Commentaire: Voir aussi :


Arrow Down

Le grand bide des rats de labo d'Emmanuel Macron : Les européens n'ont pas voulu entendre parler de l'essai Discovery de Yazdan Yazdanpanah

Macron, Pinnochio
Vous avez tous entendu parler du fameux essai européen qui devait clouer le bec à Didier Raoult. Il n'a pas eu lieu ou plutôt se limite à une expérience franchouillarde aux résultats connus d'avance .

Après les Brésiliens, les Italiens, les Chinois viennent de publier une nouvelle étude qui confirme l'utilité de l'hydroxychloroquine .

2020.04.26.20081059.full

https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.26.20081059v1.full.pdf+html

https://pgibertie.com/2020/04/29/une-etude-italienne-sur-65000-personnes-demontre-que-les-patients-traites-par-lhydroxychloroquine-pour-des-maladies-chroniques-sont-protegees-du-covid/

2020.04.15 journal manuscript final

Aucune étude ne se prononce contre, tout le monde, sauf Véran qui n'a pas compris, se moque dans le monde entier de statistiques américaines falsifiées....

Rien de sérieux en dehors de la bêtise ou de la cupidité ne peut expliquer le blocage à l'égard de l'hydroxychloroquine

Commentaire: Lire aussi : Discovery, l'étude européenne visant à évaluer l'efficacité de plusieurs traitements est un échec


Syringe

Covid-19, pots-de-vin et corruption — Le cartel criminel Big-Pharma supervise le nouveau vaccin

Big-Pharma coupable de mensonges, de tricheries, de vols, de corruption et d'avoir exposé le public à des médicaments dangereux et même mortels reçoit des milliards pour développer un « vaccin » Covid-19. Confieriez-vous votre santé à ces criminels ? La maladie à coronavirus 2019 ou hystérie « Covid-19 » balaie le globe la panique publique provoquée par les médias de masse paralysant des nations entières, vidant pour des milliards de dollars des économies [déjà bien en berne avant la crise - NdT], alors que les lieux de travail sont fermés et que le public est confiné chez lui tout en étant exposé à des bulletins d'infos continus qui attisent les flammes de la peur de façon délibérée.
vaccin Covid-19
© Inconnu
L'industrie des « soins de santé » de l'Occident en profite déjà, tant sur le plan monétaire qu'en termes de crédibilité artificielle, alors qu'un public paniqué se tourne vers elle pour obtenir des réponses et se mettre à l'abri. L'industrie pharmaceutique occidentale, en particulier, attend de gagner de l'argent en offrant des « remèdes » et des « vaccins » contre un virus. Il s'agit de sociétés notoires comme GlaxoSmithKline (GSK), Novartis, Bayer, Merck, Johnson and Johnson, Pfizer, Lilly et Gilead [qui appartient à Donald Rumsfeld - NdT].

Toutes les entreprises — sans exception — qui cherchent des vaccins et des thérapies financés par le gouvernement pour « lutter contre » le Covid-19 sont des entreprises coupables et condamnées à plusieurs reprises par les tribunaux du monde entier pour des crimes tels que la falsification des données de recherche et des études de sécurité et d'efficacité, la corruption de chercheurs, de médecins, de régulateurs et même de responsables de l'application de la loi, et la commercialisation de médicaments qui étaient soit totalement inefficaces, voire carrément dangereux.

Commentaire: Voir aussi :


X

Le vaccin contre la grippe H1N1 2009 a causé des lésions cérébrales chez les enfants. Ne laissez pas cela se reproduire

En 2009, le directeur du NIAID, Anthony Fauci, a soutenu avec fermeté un projet de vaccin contre la grippe H1N1 de plusieurs milliards de dollars Aujourd'hui, il est un fervent partisan d'un vaccin contre la COVID-19.
uuuu
Ce qu'il ne reconnaît pas, c'est que le vaccin H1N1 2009 a causé des lésions cérébrales chez les enfants. Il a été développé par Glaxo Smith Kline qui est aujourd'hui à la pointe de l'initiative du vaccin COVID-19.

Calendar

Étude de l'Institut Pasteur : « La souche française du Covid-19 pourrait être locale, ne PAS provenir de Chine » et lui être ANTÉRIEURE

Le virus du Covid-19 qui a ravagé la France pourrait ne pas provenir de Chine, selon une étude publiée par les virologistes de l'Institut Pasteur à Paris. La souche française pourrait avoir circulé localement et n'avoir pas été reconnue avant que l'épidémie mondiale ne s'accélère.
Institut Pasteur
© Charles Platiau- Reuters
Une sculpture représentant Louis Pasteur vue de l'extérieur du siège de l'Institut éponyme
Les tests effectués sur des échantillons provenant de 97 Français et de trois Algériens infectés par le Sars-CoV-2 suggèrent que le virus pourrait avoir existé en France avant le début de la pandémie.

L'étude de seize pages, réalisée par des chercheurs affiliés au prestigieux Institut Pasteur de Paris, a été publiée pour la première fois dans le South China Morning Post de Hong Kong. Elle indique que dès le 10 janvier, la France a mis en place une « surveillance renforcée des cas de Covid-19 », cinq jours après que l'Organisation mondiale de la santé ait publié le premier « Avis d'épidémie » sur une « pneumonie de cause inconnue » qui avait été signalée pour la première fois par la Chine le 31 décembre 2019.

Chart Pie

Fausse pandémie de COVID-19 : deux médecins sur le terrain expliquent pourquoi le confinement est inutile


Comment: YouTube a supprimé tous les partages vidéos de ce briefing de deux médecins californiens, et les médias mènent actuellement une campagne de diffamation contre eux, qualifiant de « douteuses » leurs critiques des mesures de confinement. Nous nous faisons donc une joie de diffuser leur vidéo (ci-dessous).


COVID-19 Doctors Erickson

Les Drs Dan Erickson et Artin Massihi
Le Covid-19 analysé avec logique par deux médecins urgentistes californiens possédant une grande expérience en immunologie et en microbiologie. Leur analyse se base sur les statistiques au niveau national.

« BAKERSFIELD, Calif., (KBAK/KBFX) — Les Drs Dan Erickson et Artin Massihi d'Accelerated Urgent Care appellent à la réouverture du comté»

À VOIR ABSOLUMENT. « Des millions de cas, un petit nombre de décès »

Briefing COVID-19 du Dr Erickson :


Commentaire: Voir aussi : Tucker Carlson : les mesures de confinement sont-elles efficaces ?


Chart Pie

Discovery, l'étude européenne visant à évaluer l'efficacité de plusieurs traitements est un échec

Plaquénil
L'infectiologue Yazdan Yazdanpanah déplore le manque de coopération européenne, qui entrave le démarrage de Discovery, une étude visant à évaluer l'efficacité de plusieurs traitements.

Le 22 mars, l'Inserm a lancé un vaste essai clinique européen destiné à évaluer quatre traitements expérimentaux contre le Covid-19. En France, il devait inclure au moins 800 patients atteints de formes sévères, parmi un total de 3.200 patients européens. Les résultats de cet essai sont très attendus, dans la mesure où certains traitements, comme celui à base d'hydroxychloroquine promu par Didier Raoult (Institut hospitalo-universitaire, IHU, de Marseille) doivent être testés. L'hydroxychloroquine sera évaluée, aux côtés du remdesivir, du lopinavir et du ritonavir, ces deux derniers associés ou non à l'interféron bêta. Il s'agit d'un essai randomisé ouvert : le choix du traitement pour chaque patient a lieu de façon aléatoire, mais patients et médecins savent quel traitement est utilisé.

La cohorte Discovery rencontre cependant des difficultés à monter en puissance, explique Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital Bichat (Assistance publique-Hôpitaux de Paris, AP-HP), membre des deux instances nommées par le gouvernement pour éclairer ses décisions sur le Covid-19, et directeur du consortium Reacting qui chapeaute cet essai.