Bienvenue à Sott.net
mer., 20 oct. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Attention

Covid-19 — La campagne vaccinale expérimentale à venir constitue un viol du Code de Nuremberg et une atteinte à l'intégrité d'autrui

Le « code de Nuremberg » établi une liste de dix critères contenue dans le jugement du procès des médecins de Nuremberg, qui s'est tenu de décembre 1946 à août 1947, une liste qui précise les conditions auxquelles doivent satisfaire les expérimentations pratiquées sur l'être humain pour être considérées comme « acceptables ».
Vaccin Covid
© Inconnu
Nicole Delépine écrivait en 2017 :
« Le Dr Leo Alexander, chef médical consultant américain au procès de Nuremberg, a averti en 1949 que « C'est à partir de débuts insignifiants que les valeurs d'une société entière peuvent être renversées ». Il a souligné que bien avant l'arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne, un changement dans la culture médicale s'était déjà produit « ouvrant la voie à l'adoption d'un point de vue hégélien utilitariste » avec une littérature traitant de l'euthanasie et de l'extermination des personnes handicapées dès 1931. »

Selon le principe de précaution médicale, le principe, par défaut, de la vaccination doit relever de recommandations et non d'obligations et c'est le rôle du parlement que de protéger les droits des citoyens en dehors de toute querelle médicale et en l'absence de péril. »
Ceci étant posé, voici le communiqué de Christian Cotten du 2 décembre 2020.

* * * * * * * * * * * * * * * *
Médecins — Pharmaciens — Infirmiers — Fonctionnaires de la santé !

Premier avertissement avant poursuites pour viol du Code de Nuremberg et atteinte à l'intégrité d'autrui
Une campagne de vaccination est organisée par la Haute Autorité de Santé de l'État français. Vous serez ainsi sollicités dans les prochaines semaines pour la mettre en œuvre, tout particulièrement dans les EHPAD. Les vaccins qui seront utilisés sont des vaccins à ARN messager. Ce type de formulation n'a jamais été utilisée auparavant et les études préliminaires ne sont pas publiées. Il n'existe à ce jour aucune information disponible ni pour les scientifiques ni pour la population, relativement à la composition précise et exacte de ces produits médicaux, pas plus qu'aux probables effets secondaires à court et long termes, bénins ou handicapants voire létaux.

Cette campagne vaccinale est ainsi constitutive de façon irréfragable d'une expérimentation médicale, puisque son caractère novateur conduit à ce que strictement personne ne puisse en connaître les conséquences pour les populations qui seraient sujets de cette expérimentation et qu'il est largement documenté scientifiquement que nombre de vaccins produisent de multiples effets secondaires et des accidents vaccinaux handicapants ou mortels.

Les expérimentations médicales sont encadrées en droit pénal international par le Code de Nuremberg, d'interprétation la plus stricte : un certain nombre de médecins ont ainsi été condamnés à mort en 1947 pour violation des principes de ce Code, reconnu internationalement depuis cette époque.

Syringe

Dépeuplement ? Les docteurs Wodarg et Yeadon demandent l'ARRÊT immédiat de toutes les études vaccinales anti-Covid-19 qu'ils considèrent dangereuses

Le 1er décembre 2020, l'ancien directeur de la recherche en pneumologie de Pfizer, le Dr Michael Yeadon, et le pneumologue et ancien directeur du département de santé publique, le Dr Wolfgang Wodarg, ont déposé une demande auprès de l'Agence européenne des médicaments — responsable de l'approbation des médicaments à l'échelle de l'Union européenne — pour la suspension immédiate de toutes les études sur le vaccin Sras-CoV-2, et en particulier l'étude BioNtech/Pfizer sur le BNT162b (numéro EudraCT 2020-002641-42).
Wodarg et Yeadon Stop études vaccins covid
© Inconnu
Les docteurs Wodarg et Yeadon demandent que les études — pour protéger la vie et la santé des personnes testées [voire vaccinées, puisque c'est initié dans certains pays dès la semaine prochaine - NdT] — ne soient pas poursuivies jusqu'à ce que l'on dispose d'un protocole d'étude adapté pour répondre aux importantes préoccupations en matière d'innocuité, préoccupations exprimées par un nombre croissant de scientifiques de renom à l'encontre du vaccin et du protocole d'étude.

Les pétitionnaires demandent d'une part qu'un séquençage dit de Sanger soit utilisé en raison du manque patent d'études sérieuses quant au test PCR. C'est la seule façon de faire des déclarations fiables sur l'efficacité d'un vaccin anti-Covid-19. Sur la base des nombreux tests PCR de qualité très variable, ni le risque de maladie ni l'éventuel bénéfice d'un vaccin ne peuvent être déterminés avec une certitude suffisante, et c'est la raison pour laquelle les tests du vaccin sur des humains sont en soi contraires à l'éthique.

En outre, ils exigent qu'il soit exclu, par exemple au moyen d'expérimentations animales, que des risques déjà connus par des études antérieures — qui proviennent en partie de la nature des coronavirus — puissent se concrétiser. Les préoccupations portent en particulier sur les points suivants :

Bell

Le pouvoir des élites est une illusion et leur contrôle n'est qu'une façade

Les populations d'un grand nombre de pays auront cette année été soumises à un véritable déluge de leçons oubliées depuis des générations sur la manière dont s'exerce sur eux le pouvoir et le contrôle. Je pense que la majorité des Occidentaux, en particulier, se croient depuis longtemps « à l'abri » des gouvernements totalitaires, de la micro-gestion collectiviste et de la culture communiste. Ils étaient convaincus que nous avions dépassé les cauchemars du XXe siècle. Ils imaginaient que le « nouveau monde » serait plus utopique, et que les progrès technologiques nous feraient la grâce d'une liberté accrue.
Prenez votre place dans le rang
© Wikimedia
« PRENEZ VOTRE PLACE DANS LE RANG »
Poster de propagande créé par la Grande-Bretagne en 1915
Bien sûr, dans le subconscient de chacun, la crainte que les bons moments soient une illusion et que la dystopie ne soit qu'un mince vernis de stabilité économique et de faux optimisme existe, mais la plupart ne pensent pas vraiment que de telles catastrophes se produiront au cours de leur vie. Nous sommes aujourd'hui au milieu d'une pandémie délibérément sur-médiatisée, d'un confinement national strict, de troubles civils, d'émeutes, d'une censure technologique agressive, d'une censure gouvernementale intrusive, d'un endettement sans précédent des entreprises et du Trésor, d'une relance des banques centrales stagflationniste [mot valise pour définir une croissance économique lente associée à un taux d'inflation et de chômage élevé - NdT] et de l'effondrement de bulles financières massives. Pourtant, je n'ai toujours pas l'impression que de nombreux citoyens saisissent réellement l'ampleur du danger ; ils croient toujours que la situation va se résoudre d'elle-même sans aucun effort ni aucun sacrifice de leur part.

C'est la première leçon du pouvoir : des sociétés entières peuvent être facilement influencées lorsqu'elles souffrent de l'illusion que les mauvais moments seront éphémères et que les gouvernements les garderont en sécurité quoi qu'il arrive.

Bullseye

Le revenu de base universel et les six autres théories qualifiées de « conspirations délirantes » jusqu'à ce que l'an 2020 arrive

L'article publié par Daisy Luther le 23 novembre dernier sur Organic Prepper décrit ces sept théories depuis le point de vue des États-Unis. Toutefois, et de par le contexte de Coup d'État mondial/ mondialiste actuel, ce point de vue vaut pour toutes les populations — notamment occidentales, mais pas seulement — quelles que soient leurs nationalités.

Théorie conspirationniste
© Inconnu
Le Covid-19, c'est une épidémie de peur. Un canular perpétré sur les populations mondiales. Là où il n'y a pas de peur, il n'y a pas de Covid-19. La peur et l'incertitude dominent la couverture médiatique. Le nouveau coronavirus est dépeint non pas comme un agent pathogène banal dont les miracles de la science moderne sont en passe de venir à bout d'un jour à l'autre, mais comme un mal invisible qui rôde partout, redoutable au point d'inspirer une terreur respectueuse même dans les hautes sphères de l'establishment médical. La réponse au coronavirus relève d'une campagne de terreur étatique basée sur la propagande. Les mesures de protection, comme les masques, ont pris un caractère talismanique, le lavage des mains est devenu une performance rituelle, et une secte fondée sur la dénonciation et la mise au pilori des « hérétiques » a pris possession de l'esprit de nombre de gens, tandis qu'on les dépouille tranquillement de leurs droits, désormais remplacés par un État policier paternaliste. Les confinements illégitimes d'un point de vue scientifique s'enchaînent et nous enchaîne chaque fois un peu plus, et on aurait parfois l'impression d'être embarqués à notre insu dans des montagnes russes. Ne parlons même pas des vaccins qui ont parait-il « sauvé l'humanité » des pires maladies infectieuses.

Laissons la parole à Daisy Luther, et nous reviendrons ensuite notamment sur son point 1, en tentant de démontrer pourquoi et comment le « revenu de base universel » constitue — sous couvert de panacée — un piège.

* * * * * * * * * * * * * * * *

Vous vous souvenez de l'époque, disons en 2019, où toute personne qui parlait d'implants de puces RFID, de l'obligation pour circuler de présenter des attestations de déplacement, ou encore de la mise en place de camps de rééducation, était considérée comme un théoricien du complot en plein délire ? Et puis, 2020 est arrivé, et voilà ! Il s'est avéré que ces théories du complot n'étaient pas si « délirantes » après tout.

Et je ne parle pas seulement du gouvernement [des États-Unis - NdT] qui publie des informations sur les OVNIs.

Nous vivons dans une époque où si vous avez voté pour le « mauvais » candidat à la présidence, un individu pourrait tenter de vous tabasser, de brûler votre maison ou même de vous tuer. Nous sommes soumis à des couvre-feux, nos déplacements sont limités et nos entreprises ont été fermées de force. Un jour, les gens considéreront 2020 comme l'année où tout a changé — ou selon la façon dont les populations réagissent aux obligations qui leur sont faites — comme l'année où nous avons enfin dit, ça suffit.

Voici sept théories qui étaient avant 2020 considérées comme des conspirations délirantes... jusqu'à aujourd'hui, où elles deviennent bien trop réelles.

Dominoes

Vaccins anti-Covid, sûrs et efficaces ? Avis du Conseil Scientifique, de la HAS, ce qu'en a fait la Commission européenne

L'industrie pharmaceutique s'est donc déjà lancée dans la production de centaines de millions de doses de vaccins anti-Covid un peu partout dans le monde, dans le plus grand désordre. Peu importe que toute la communauté scientifique encore indépendante tire toutes les sonnettes d'alarme possibles, les firmes s'entêtent dans un productivisme démentiel simplement justifié par des messages publicitaires atterrants de nullité.

alll
Où sont leurs preuves d'efficacités? Quels résultats ont-t-elles obtenu en matière de biosécurité s'agissant de ces produits? Plongée dans l'enfer de l'appât du gain sans limite, bonne lecture.

Bulb

Pourquoi tout le monde semble-t-il avoir oublié comment fonctionne le système immunitaire ? Le « terrain », les nutriments essentiels, le Covid-19 et les vaccins

Le bombardement médiatique autour de la crise du Covid-19 omet étrangement toute mention du pouvoir du système immunitaire humain. Il est essentiel pour les personnes qui ont un esprit critique de regarder au-delà du vacarme et d'apprendre pourquoi un mode de vie sain et une approche nutritionnelle ciblée — que je défends passionnément depuis plus de 30 ans dans ma pratique — constituent en réponse au Covid-19 une stratégie à ce point efficace.
Virus Covid
© Inconnu
Microbe ou terrain ?

Cette question reprend le grand débat entre deux hommes de science célèbres, Louis Pasteur et Antoine Béchamp. L'essentiel du débat peut se résumer à cela : Les microbes (Pasteur) provoquent-ils les maladies ? Ou est-ce un terrain pauvre (Béchamp) qui permet aux microbes de s'implanter et de se propager à un rythme rapide ? En d'autres termes, l'exposition à un microbe signifie-t-elle que vous êtes destiné à « attraper » la maladie ou à être « infecté » ? Le microbe possède-t-il le pouvoir total de contrôler votre destin ? Ou la personne exposée est-elle un hôte réceptif ? Son système immunitaire est-il une machine bien réglée, ou est-il faible et insuffisant ? En d'autres termes, son niveau de résistance à l'exposition est-il élevé ou faible ? Voir mon récent post sur Facebook pour une explication plus détaillée de ce « Grand Débat » [en anglais - NdT].

Nous baignons dans une mer de micro-organismes

Les scientifiques ont déterminé qu'il existe approximativement :
  • 30 milliards de milliards de cellules dans un corps humain de taille moyenne ;
  • 40 milliards de milliards de bactéries sur et dans le corps humain ;
  • 380 milliards de milliards de virus sur et dans le corps humain ;
Ainsi, et à en juger par les chiffres, il semblerait que les virus soient de loin le plus grand nombre d'organismes présents sur et dans notre corps, quoique nous fassions pour les éviter ou les éliminer. Ils font partie de notre constitution.

Gear

L'ère du Covid — Décryptage des « techniques de manipulation mentale dignes des régimes totalitaires » servies par une technologie diaboliquement efficace

Covidinfos.net a en septembre dernier partagé une tribune soumise par le Docteur Frédéric Badel, psychiatre, qui explore les différentes techniques de manipulation mises en œuvre depuis le début de la crise en cours dans un article intitulé : « Culpabilisation, conditionnement, mensonge... » Le Dr Badel dénonce des « techniques de manipulation mentale dignes des régimes totalitaires ». Le fait qu'il ait écrit cette tribune en septembre, avant le deuxième confinement (et avant qu'un troisième ne nous tombe dessus dans les prochaines semaines) rend très pertinents certains des aspects de manipulation mentale qu'il décrit et annonce, à l'avance.

Même si l'utilisation de la culpabilisation, du conditionnement et du mensonge, notamment dans le cadre du Covid, a déjà été traitée sur Sott (voir la série d'articles plus bas), avoir le point de vue d'un psychiatre reste néanmoins utile, d'autant que la parole discordante est rare. Cette tribune pourrait permettre à certains de nos lecteurs — potentiellement en proie à des difficultés pour expliquer autour d'eux comment les techniques de manipulation fonctionnent — de recourir au témoignage d'un professionnel en psychiatrie.
Peur par manipulation
Laissons dans un premier temps la parole au Dr Frédéric Badel, puis nous poursuivrons l'article avec plus de données sur le sujet.

* * * * * * * * * * * * * * * *

Bullseye

Réponses à l'argument fallacieux classique : « Si les masques ne protègent pas, pourquoi les chirurgiens les portent-ils ? »

Le Dr Jim Meehan a écrit en juillet dernier un article portant sur l'utilisation des masques à la fois pour le personnel médical qui intervient dans les blocs opératoires, mais aussi pour le tout un chacun. Nous allons dans un premier temps lui laisser la parole, puis nous poursuivrons en allant un peu plus loin, avec notamment plusieurs études scientifiques et revues d'études scientifiques, menées et publiées depuis plus de quarante ans, qui sont à même de nous éclairer sur les taux de risque d'infections post-opératoires ou nosocomiale,s selon que le masque chirurgical est utilisé ou pas dans les blocs opératoires. Nous reviendrons également sur l'étude randomisée danoise qui portait sur l'efficacité ou pas du port du masque dans les lieux publics et qui n'avait, jusqu'à la semaine dernière, pas trouvé de « revue scientifique assez brave » pour en publier les données ».
Masque Covid
© Inconnu
* * * * * * * * * * * * * * * *

Je suis chirurgien et j'ai effectué plus de 10 000 interventions chirurgicales avec un masque chirurgical. Cependant, ce seul fait ne me qualifie pas vraiment comme expert en la matière. Plus important encore, j'ai été rédacteur en chef d'une revue médicale. Je sais comment lire la littérature médicale, distinguer la bonne science de la mauvaise, et les faits de la fiction. Croyez-moi, la littérature médicale est remplie de mauvaises fictions qui se font passer pour de la science médicale. Il est très facile d'être trompé par la mauvaise science.
Note : Voir nos articles relatifs à à cette « mauvaise science » :
Depuis le début de la pandémie, j'ai lu des centaines d'études scientifiques consacrées aux masques médicaux. Sur la base d'un examen et d'une analyse approfondis, il ne fait aucun doute dans mon esprit que les personnes en bonne santé ne devraient pas porter de masques chirurgicaux ou en tissu. Nous ne devrions pas non plus recommander le port universel du masque pour l'ensemble de la population. Cette recommandation ne s'appuie sur aucune preuve scientifique digne de ce nom.

Tout d'abord, soyons clairs. L'hypothèse selon laquelle le port du masque chez les chirurgiens serait une preuve que « les masques doivent par conséquent fonctionner pour prévenir la transmission virale » constitue un sophisme que je qualifierais d'argument de fausse équivalence, ou de comparaison entre deux choses qui ne sont pas comparables.

Bien que les chirurgiens portent des masques pour empêcher leurs gouttelettes respiratoires de contaminer le champ opératoire et les tissus internes exposés de nos patients, l'analogie s'arrête là. Il est évident que les chirurgiens ne peuvent pas « s'éloigner socialement » de leurs patients — à moins d'utiliser des dispositifs chirurgicaux robotisés, auquel cas, je ne porterais certainement pas de masque.

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Octobre 2020 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

Des records de chutes de neige précoces, un froid exceptionnel, des grêlons d'une taille énorme, des incendies de forêt dévastateurs, des inondations mortelles, des sécheresses, de puissantes éruptions volcaniques, des tremblements de terre, des boules de feu météoriques incroyables... et sans citer tous les événements, ce mois d'octobre les a tous réunis.
Résumé SOTT octobre 2020
© Sott.net
Dire que ce mois-ci fut le plus extrême de 2020, et même des années précédentes, ne serait pas exagéré. Nous conseillons à chacun de prêter attention à ces événements et de se préparer en conséquence.

Ce fut le mois d'octobre le plus froid jamais enregistré pour les États-Unis, avec de nombreux records de chutes de neige précoces battus dans le monde entier. Elles ont recouvert les États américains depuis le Montana jusqu'au Nouveau-Mexique, et certaines régions de l'Ouest et du Midwest des États-Unis ont pulvérisé des records de froid.

Lyman dans le Wyoming a battu tous les records avec -35° C ; Potomac dans le Montana a atteint -33,9° C ; et Boise dans l'Idaho a enregistré -13° C, battant ainsi le vieux record de -8° C établi en 1878... et nous n'en sommes qu'au deuxième mois de l'automne.

Le passage d'une puissante tempête verglaçante a engendré un véritable « carnage pour les arbres » à Oklahoma City. La végétation a été détruite et les lignes électriques se sont effondrées, privant d'électricité jusqu'à 300 000 personnes.

La Colombie-Britannique et le Canada ont été en proie à des chutes de neige telles qu'elles ont battu un record vieux de 120 ans, tandis que 80 % de la Russie s'est retrouvée à des degrés divers nappée de blanc.

Sortez vos lainages d'hiver, car si ces tendances se poursuivent, cet hiver pourrait bien être spectaculaire !

Curieusement, et peut-être pour la première fois dans les chroniques historiques, l'océan arctique n'avait pas commencé à geler comme il le fait habituellement en octobre et la saison glaciaire du Groenland s'est arrêtée un mois plus tôt. Pour autant, cette situation ne relève pas d'un « réchauffement climatique », mais plutôt de la modification des courants océaniques et de l'augmentation de l'activité volcanique, deux symptômes du minimum solaire en cours.

La presse institutionnelle tente de focaliser l'attention sur certains « points chauds » du globe ou de normaliser ce qui semble être le début d'une mini ère glaciaire, tandis que les « mondialistes » planifient une « réinitialisation » économique, politique et sociale, sous prétexte de lutter contre le Covid.

Phoenix

De nouvelles souches du COVID pourraient rendre les vaccins complètement inutiles, et deux mutations dangereuses se propagent déjà

Et si toutes les hypothèses que les gens font sur cette pandémie de COVID étaient complètement fausses ? Lorsque Pfizer a annoncé qu'il avait mis au point un vaccin efficace contre la COVID, le monde entier s'est réjoui. Et quand Moderna a annoncé qu'il avait mis au point un vaccin efficace contre la COVID, le monde a applaudi encore plus fort. Mais le COVID a muté, et les scientifiques nous assurent qu'il continuera à muter. Que se passera-t-il donc si les vaccins qui sont mis au point finissent par être complètement inutiles contre les nouvelles souches mutantes du virus ? Cela nous ramènerait-il à la case départ (ou pire encore) ?

virus
Pour mettre ce problème en perspective, parlons un instant de la grippe. Chaque année, les autorités sanitaires proposent un vaccin antigrippal qui, selon elles, sera efficace contre la ou les variations de la grippe dont elles pensent qu'elle sera dominante cette année-là. La plupart des gens supposent simplement qu'un "vaccin antigrippal" leur procurera une protection complète contre "la grippe", mais ce n'est pas du tout vrai en réalité. Certaines années, la correspondance entre le vaccin antigrippal et les variations de la grippe est assez bonne, et d'autres années, ce n'est absolument pas le cas. Ce qui suit provient du site officiel du CDC...