Bienvenue à Sott.net
lun., 06 fév. 2023
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Comètes

Fireball 4

2014, l'autre année des comètes !

Image

Vue d'artiste de la comète Siding Spring dans le ciel martien
Crédit : D.R.
Avec les arrivées annoncées des comètes PanSTARRS et ISON, 2013 avait été un peu vite baptisée « Année des Comètes ». S'il est vrai que l'actualité cométaire de l'an passé fut riche quoiqu'un brin décevante, en 2014, nous devrions encore beaucoup entendre parler des comètes.


Souvenez-vous, c'était il y a un an. Les astronomes du monde entier attendaient avec fébrilité l'arrivée de deux comètes potentiellement très brillantes, à savoir C/2011 L4 PanSTARRS et C/2012 S1 ISON, ce qui avait valu à l'année 2013 d'être baptisée « Année des Comètes ».

Las, la maxime de David Levy voulant que « les comètes sont comme sont les chats : elles ont une queue, et font absolument ce qu'elles veulent » n'a jamais été aussi vraie que cette année, puisque le double spectacle tant annoncé n'a franchement pas été à la hauteur. La comète PanSTARRS, perdue dans les lueurs crépusculaires, a souffert de conditions d'observation totalement apocalyptiques, tout du moins en Europe.

Quant à ISON, l'activité de son noyau a d'abord eu beaucoup de mal à se mettre en route. Malgré une hausse spectaculaire de son éclat à la mi-novembre, cette célèbre boule de neige sale n'a pas survécu à son passage au plus près du Soleil.

Fireball 5

Les mystères de la comète ISON

Image
Ces prochains jours (les 15 et 16 janvier), de la poussière cosmique tombera sur Terre. Il s'agit de restes de la queue de la comète ISON, morte récemment. Si les particules sont assez grandes, alors les Terriens pourront voir une pluie d'étoiles. Il est toutefois plus probable qu'il y ait un autre phénomène : des nuages noctulescents. Les scientifiques vont tenter de ramasser les grains de poussière qui vont tomber sur Terre. Ils devraient y retrouver d'anciennes matières du Système solaire, peut-être même sous forme de bloc de matières organiques.

Fin novembre, ISON a honoré son unique et fatal rendez-vous avec notre astre. La comète est née dans le nuage d'Oort, vaste sphère composée de blocs de glace entourant le Système solaire. À l'époque où il n'y avait même pas une bactérie sur la jeune planète Terre, ISON commençait sa lente chute vers le Soleil en gagnant de plus en plus de vitesse. Sa matière porte une marque intacte du milieu interstellaire. Sergueï Boulat, directeur du groupe de cryoastrobiologie de l'Institut de physique nucléaire de Saint-Pétersbourg, explique que c'est pour cela qu'aura lieu une véritable chasse sur Terre.
« Lorsque la comète a volé vers le Soleil, il y avait déjà une trainée de gaz et de poussière derrière elle. Maintenant, à la mi-janvier, la Terre va rentrer dans cette trainée, qui existait déjà avant son approche du Soleil. Notre objectif est de rassembler les restes de cette poussière qui n'auront pas été trop soumis à la chaleur. Elle a quatre milliards d'années et des poussières. Il s'agit surtout de microparticules de poussière ne mesurant pas plus que quelques microns. Pourquoi ? Ces particules, en rentrant dans l'atmosphère terrestre, même à une grande vitesse, n'ont pas été suffisamment chauffées pour que toute la matière organique qu'elles pourraient contenir disparaisse totalement. »

Fireball 5

Bonne Année 2014 ?

Traduction : SOTT

Astéroïde Terre
© Inconnu
Le 31 décembre 2011, j'écrivais un court article prédisant que le monde n'allait pas prendre fin en 2012 comme tant de personnes le voulaient. Je faisais remarquer que beaucoup de « Fins du Monde » avaient été prédites au cours de l'histoire et que l'épouvantail 2012 n'était pas tellement différent. En fait, vous pouvez presque parier que si quelqu'un prédit quelque chose, cela n'arrivera pas parce que dès qu'une prédiction est faite, les gens se mettent à agir différemment, ce qui change l'issue. Pensez simplement à Jonas qui avait prophétisé la destruction de Ninive et à quel point il fut furieux quand Dieu changea soi-disant d'avis car les gens avaient jeûné et s'étaient repentis de leurs méfaits, quels qu'ils fussent.

D'un autre côté, il semble y avoir quelque chose dans cette affaire de prédiction mais peu de personnes comprennent correctement. Pensez simplement à la secte fondamentaliste qui prédit la fin du monde pour mi-mars 2011. Dans l'ensemble, le monde n'a pas pris fin, évidemment, mais la vie telle qu'ils la connaissaient a bien cessé pour beaucoup de personnes au Japon, grâce à un séisme impressionnant et un tsunami.

Donc, nous avons survécu à 2012 et maintenant nous avons une année supplémentaire à notre tableau de chasse : nous avons survécu à 2013 et le monde n'a toujours pas pris fin. Ou l'a-t-il fait ?

Je proposerai que le Monde Tel Que Nous Le Connaissions a pris fin le 11 septembre 2001, il y a plus de douze ans. Nous ne vivons plus dans la même réalité (au cas où vous n'auriez pas remarqué). Et ceci était mentionné dans cet article écrit il y a deux ans aujourd'hui.

Comet

Un morceau de la comète Halley a pu percuter la Terre en 536, amenant la Peste Noire

Traduction par SFH

Image

Cette photographie de la comète de Halley a été prise le 13 Janvier 1986 par James W. Young, astronome résident de Table Mountain Observatoire du JPL dans les montagnes de San Bernardino, à l'aide du télescope de réflexion de 24 pouces.
Credit: NASA/JPL
Il semblerait que les Anciens avaient de bonnes raisons de voir les comètes comme des précurseurs de malheur...


Un morceau de la célèbre comète de Halley a probablement percuté la Terre en l'an 536, l'explosion a créé tellement de poussière dans l'atmosphère que la planète s'est refroidie considérablement, suggère une nouvelle étude. Ce changement climatique dramatique est lié à la sécheresse et la famine dans le monde, ce qui peut avoir eu par conséquence que l'humanité ait été plus sensible aux «pestes de Justinien» dans les années 541-542 - la première apparition enregistrée de la peste noire en Europe.

Les nouveaux résultats proviennent d'une analyse de la glace du Groenland qui a été établi entre l'an 533 et 540. Les carottes de glace ont enregistré de grandes quantités de poussières atmosphériques au cours de cette période de sept ans, pas toutes originaires de la Terre.

" J'ai tout ce matériel extraterrestre dans ma carotte de glace ", a déclaré le responsable de l'étude de Dallas Abbott, du Lamont-Doherty Earth Observatory de l'Université de Columbia, à LiveScience la semaine dernière lors de la réunion annuelle de l'American Geophysical Union.

Fireball 5

Lovejoy : une comète visible à l'oeil nu

Image
Découverte il y a 3 mois, la comète Lovejoy brille suffisamment depuis quelque temps pour être observée à l'œil ou aux jumelles, au cœur de la nuit.

Il est désormais acquis que la comète ISON ne fera jamais le « show » du siècle... Aux dernières nouvelles communiquées par les chercheurs qui la suivent depuis des mois, elle est en piteux état, pour ne pas dire morte. Le Soleil a eu raison de ce petit corps pétri de glace et de poussières, âgé de plus de 4,5 milliards d'années.


Toutefois, même si avec elle se sont envolé les espoirs d'une observation spectaculaire, il en est une autre qui console les amateurs : C/2013 R1 (Lovejoy).

Surgit elle aussi du lointain nuage de Oort qu'elle aurait quitté il y a environ 7 000 ans, elle ne fut découvert qu'il y a un petit plus de trois mois (8 septembre 2013) par l'astronome australien Terry Lovejoy (on lui doit aussi la mémorable C/2011 W3 laquelle, souvenez-vous, s'était aventurée très prés du Soleil et lui avait survécu quelques jours).

Fireball 4

Lovejoy, la comète de secours

Image

La comète Lovejoy, le 9 décembre 2013. Crédit : Waldemar Skorupa
Après la disparition d'Ison dans les flammes du Soleil, il reste quand même une comète à observer : Lovejoy. D'une brillance située à la limite de la visibilité à l'œil nu, cette vagabonde céleste prend le relais et offre tout de même un bon spectacle aux astrophotographes. Témoin cette image prise le 9 décembre 2013 par l'amateur allemand Waldemar Skorupa depuis les Alpes de Haute-Provence. On y voit une queue très développée dont certaines volutes semblent déconnectées, signe, peut-être d'un événement ponctuel.

Lovejoy est actuellement observable dans le ciel de l'aube, entre Véga et Arcturus, dans la constellation d'Hercule.

Comet

Pourquoi la comète ISON n'a-t-elle pas fondu au soleil ? Comment la NASA et la science officielle ont (encore) tout faux

Traduction : SOTT

La comète ISON le 15 novembre 2013. Le champ de vision est de 2,5°, cinq fois la largeur de la pleine lune.
© Damian Peach
La comète ISON le 15 novembre 2013. Le champ de vision est de 2,5°, cinq fois la largeur de la pleine lune.

Commentaire : Note des Éditeurs

Cet article se base sur un extrait d'un livre à paraître, aux éditions Red Pill Press, qui s'appuie sur le concept d'« Univers Électrique », la théorie de l'information, l'astronomie, la paléogéologie - et bien davantage - pour présenter une cosmologie étendue reliant le soi-disant « changement climatique » et les « bouleversements terrestres » avec le rôle de l'humanité au sein du plus grand environnement cosmique.

L'article qui suit, écrit par Pierre Lescaudron, rédacteur et chercheur pour SOTT.net, offre une explication au comportement « bizarre » et « inattendu » de la comète ISON jusqu'à ce jour, particulièrement au sujet de sa survie imprévue lors de sa rencontre avec le Soleil le 28 novembre 2013.


Comètes ou astéroïdes ?

Classification des comètes, astéroïdes, météores et météorites – selon la science conventionnelle.
© Narwhall
Classification des comètes, astéroïdes, météores et météorites – selon la science conventionnelle.
Comme le décrit l'illustration ci-dessus et comme l'avance systématiquement la science conventionnelle, les comètes sont de « gros morceaux de glace et de roche », c'est-à-dire « des boules de neige sales ». Cependant, cette croyance est incompatible avec les données réelles. Par exemple, en 2011, la comète Lovejoy a plongé dans l'atmosphère solaire et émergé de l'autre côté après un voyage d'une heure à travers la couronne solaire. Sa taille et sa brillance n'ont pas semblé avoir diminué[1]. Voici quelques commentaires (assez typiques) d'observateurs de cet événement :
Ce matin, une armada d'engins spatiaux ont été témoins d'un événement que beaucoup d'experts pensaient impossible. La comète Lovejoy a traversé l'atmosphère chaude du Soleil et en est ressortie intacte. « C'est absolument stupéfiant, » déclare Karl Battams du laboratoire de recherche navale de Washington DC. « Je ne pensais pas que le noyau glacé de la comète était assez gros pour survivre à un plongeon dans les plusieurs millions de degrés de la couronne solaire pendant près d'une heure, mais la comète Lovejoy est encore parmi nous. »

Commentaire: pour aller plus loin sur les comètes et l'univers électrique.

Les articles de Laura Knight-Jadczyk

Comètes & Catastrophes Série

Articles de fond sur les comètes électriques

Les comètes électriques - 1re partie
Les comètes électriques - 2e partie
Les comètes électriques - 3e partie
Les comètes électriques - 4e partie
Les comètes électriques - 5e partie
Les comètes électriques - 6e partie
Les comètes électriques - 7e partie
Les comètes électriques - 8e partie

Articles de fond sur les comètes

Explication du modèle de décharge plasmique des comètes de James Mccanney
Les comètes électriques réécrivent la science spatiale
Le danger des météorites et des comètes pour la civilisation
Véritables origines de la théorie de la comète électrique
Comètes, épidémies, tabac et origine de la vie sur terre
Influence des comètes, phénomènes atmosphériques et pandémies
Thomas Forster, chutes d'empire et phénomènes remarquables


Bizarro Earth

Vidéo - Météorologies extrêmes, boules de feu et ovnis - Novembre 2013 - Deuxième partie

Cette série de vidéos inclut les étranges phénomènes de toutes sortes et d'incroyables événements naturels ou de beaux phénomènes pour l'année 2013 seulement.


Commentaire: Retrouvez la première partie de novembre 2013 ici : Vidéo - Météorologies extrêmes, boules de feu et ovnis - Novembre 2013 - Première partie


Comet

Comète ISON : elle pourrait avoir survécu, selon la NASA

[Mise à jour : 30 novembre à 09h54, heure de Paris] - La comète ISON a bel et bien survécu sous la forme d'un fragment qui contiendrait une partie du noyau de la comète, selon la NASA. Toutefois, dans la nuit de vendredi 29 à samedi 30, la brillance de ISON a considérablement chuté. Plus d'informations à ce sujet dans les prochaines heures.

Mise à jour 30 novembre à 09h54 : Disons le tout net, les choses ne se passent pas bien du tout pour ISON en ce moment. En effet, sa brillance a rapidement chuté dans la nuit de samedi à dimanche.

A l'heure actuelle, la magnitude de ISON est actuellement estimée à 5 (la magnitude est une échelle numérique qui évalue la brillance d'un objet céleste : les valeurs négatives désignent une luminosité élevée à l'inverse des valeurs positives), alors qu'elle était aux alentours de 2 hier soir (une valeur de 2 indiquant donc une brillance plus élevée qu'une valeur de 5, conformément à la définition donnée ci-dessus).

Fireball 5

La comète Ison pourrait ne pas avoir survécu à son rendez-vous avec le soleil

Image
Ison, ce gros bloc de glaces et de roches qui frôlait ce jeudi soir la surface du soleil au plus près à 1,17 million de km, subissant des températures de 2.700 degrés et perdant 3 millions de tonnes par seconde, "paraît avoir disparu, s'être disloqué au cours des dernières heures", selon les experts de la Nasa.

La comète Ison n'a apparemment pas survécu jeudi à son passage rapproché de la surface du soleil, ont conclu des astronomes en examinant les images transmises par plusieurs satellites d'observation solaire. "Il semble bien que la comète Ison n'a probablement pas survécu à son périple", a conclu Karl Battams, un cométologue au Naval Research Laboratory à Washington lors d'une table ronde organisée par la télévision de la Nasa. "Je viens de regarder les dernières images des satellites et ne je vois rien ressortir derrière le disque solaire et cela pourrait être le dernier clou dans le cercueil", a-t-il ajouté.