Bienvenue à Sott.net
mer., 30 nov. 2022
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Comètes

Comet

La comète ISON sème du dioxyde de carbone sur son passage

En juin dernier, le télescope Spitzer a observé la comète ISON et les émissions qui s'échappent sur son passage. D'après les observations, la comète perd d'importantes quantités de dioxyde de carbone, ce qui l'aide à se déplacer à grande vitesse.

La comète ISON observée avec le télescope Spitzer
© Nasa
La comète ISON observée avec le télescope Spitzer
Certains l'appellent la "comète du siècle" et elle ne devrait pas tarder à être visible dans notre ciel. La comète ISON se trouve aujourd'hui à moins de 500 millions de kilomètres du Soleil et devrait au cours des prochains mois se rapprocher encore de notre étoile pour effectuer son plus proche passage en novembre 2013. En attendant ce moment fatidique, les astronomes continuent d'observer l'objet spatial afin d'en apprendre un peu plus sur lui grâce aux instruments dont ils disposent.

En mai dernier, c'était Hubble qui s'y était collé : il avait alors livré une magnifique vidéo de la comète ISON se déplaçant suivie de son impressionnante trainée blanche. Un mois plus tard, c'est un autre télescope qu'ont utilisé les scientifiques de la NASA : le télescope Spitzer qui a aussi pu capturer des images de la comète et rapporter de nouvelles informations la concernant. En effet, selon un communiqué publié par la NASA, les observations de Spitzer faites dans l'infrarouge ont permis de constater que la comète perdait sur son chemin de grandes quantités de dioxyde de carbone (CO2).

Les images capturées le 13 juin indiquent que le dioxyde de carbone "pétille" lentement mais sans discontinuer de la 'comète-soda', en même temps que de la poussière, dans la queue de la comète qui s'étend sur quelque 300.000 km, explique la NASA. "Nous estimons que ISON émet environ 1 million de kilogramme de ce qui est en grande partie du CO2 sous forme de gaz et environ 54,4 millions de kg de poussière chaque jour", a précisé Carey Lisse qui dirige la campagne d'observation de la comète ISON.


Commentaire: pour aller plus loin sur les comètes et l'univers électrique.

Les articles de Laura Knight-Jadczyk

Comètes & Catastrophes Série

Articles de fond sur les comètes électriques

Les comètes électriques - 1re partie
Les comètes électriques - 2e partie
Les comètes électriques - 3e partie
Les comètes électriques - 4e partie
Les comètes électriques - 5e partie
Les comètes électriques - 6e partie
Les comètes électriques - 7e partie
Les comètes électriques - 8e partie

Articles de fond sur les comètes

Explication du modèle de décharge plasmique des comètes de James Mccanney
Les comètes électriques réécrivent la science spatiale
Le danger des météorites et des comètes pour la civilisation
Véritables origines de la théorie de la comète électrique
Comètes, épidémies, tabac et origine de la vie sur terre
Influence des comètes, phénomènes atmosphériques et pandémies
Thomas Forster, chutes d'empire et phénomènes remarquables


Comet

Les premières images de la « comète du siècle »

La comète ISON commence à se vaporiser dans l'espace à mesure qu'elle se rapproche du Soleil. Sa chevelure et sa queue ont commencé à se former.

La première image détaillée de la comète ISOn avec sa chevelure et sa queue a été prise mi-avril par Hubble
© Nasa/Esa/J.-Y. Li (Planetary Science Institute), and the Hubble Comet ISON Image Science team
La première image détaillée de la comète ISOn avec sa chevelure et sa queue a été prise mi-avril par Hubble
La « comète du siècle », susceptible d'offrir l'un des plus beaux spectacles astronomiques de ces 50 dernières années, commence à se dévoiler. Les clichés pris par le télescope spatial Hubble depuis avril montrent que [la comète], découvert[e] entre Jupiter et Saturne en septembre dernier et baptisé ISON, se vaporise progressivement en se rapprochant du Soleil. La boule de gaz qui se forme, aussi appelée chevelure, fait environ 5000 kilomètres de diamètre. Ce dégazage progressif du noyau cométaire emporte de nombreuses poussières qui sont « poussées » par la lumière du Soleil pour former une traînée lumineuse, la queue cométaire. Celle-ci fait déjà plus de 90 000 kilomètres.

Pourtant, ISON est encore très loin du Soleil, à environ trois fois la distance Terre-Soleil (dite unité astronomique ou UA). Il ne fait donc pas assez chaud pour que ce soit l'eau solide, le composant essentiel d'une comète, qui se sublime en vapeur d'eau. Une nouvelle image prise en juin par le télescope spatial Spitzer et dévoilée mardi laisse penser que c'est plutôt du monoxyde ou du dioxyde de carbone congelé qui est en train de se vaporiser dans l'espace.

Le célèbre télescope spatial fournit une nouvelle image de la comète dans son environnement spatial le 30 avril.
© Nasa/Esa and the Hubble Heritage Team (STScl/AURA)
Le célèbre télescope spatial fournit une nouvelle image de la comète dans son environnement spatial le 30 avril.

Comet

En image, la comète Lemmon dans la profondeur des cieux

Alors qu'elle balaye largement le haut du plan de l'écliptique, la Comet Lemmon a, de façon spectaculaire, disparue dans le ciel nocturne de la planète Terre alors qu'elle se dirige vers le système solaire externe.

Comet Lemmon in the deep sky
© Nick Martin
A quelques 16 light-minutes (2 UA) [287 800 760 kilomètres] du Soleil, elle arbore cependant toujours un coma verdâtre, pose sur la droite captée par cette vaste vue télescopique de samedi dernier, avec des amas d'étoiles en arrière-plan et des nébuleuses dans Cassiopée.

En fait, le fond riche du paysage céleste est typique dans les limites Nord de la fanfaronne constellation [Cassiopée] qui se trouvent le long des champs d'étoiles bondés de la Voie Lactée. Mais la disparition à notre vue de la Comète Lemmon n'est pas le seul objet de premier plan sur la scène. Une bande faible à droite est un satellite en orbite pris alors qu'il traversait le champ pendant la longue exposition, brillant dans la lumière du soleil et clignant de l'œil alors qu'il passe dans l'ombre de la Terre .

Fireball 3

Astéroïdes, comètes : le 10 000e géocroiseur identifié

Image

Voici l'astéroïde 2013 MZ5 : il mesure près de 300 mètres de diamètre. © NASA
L'astéroïde 2013 MZ5 a été repéré pour la première fois le 18 juin dernier. Il marque un cap dans la traque des objets célestes potentiellement dangereux.

Découvert le 18 juin dernier grâce au télescope Pan-STARRS 1, il a été baptisé 2013 MZ5 et mesure près de 300 mètres de diamètre. Rien de très exceptionnel quand on sait que le record, détenu par Ganymède (1036), est de plus de 30 kilomètres. Sauf qu'il s'agit du 10 000e objet géocroiseur NEO - Near-Earth Object, croisant à moins de 45 millions de kilomètres de la Terre - identifié. Un seuil symbolique franchi alors que la Nasa vient de lancer une grande opération de chasse aux astéroïdes, ouverte à tous, même aux astronomes amateurs.

L'objectif est d'en repérer un maximum pour pouvoir anticiper une éventuelle collision. Car, du fait de la gravité terrestre, ces objets qui croisent l'orbite de notre planète sont susceptibles d'être attirés vers elle. Et même si, pour l'heure, aucun ne présente de risque sérieux, pas même 2013 MZ5 dont la trajectoire a pu être étudiée, il en reste encore beaucoup à détecter. À ce jour, les spécialistes de la Nasa estiment qu'environ 90 % des NEO de plus d'un kilomètre ont été répertoriés, mais seuls 30 % de ceux de 140 mètres et 1 % de ceux de 30 mètres seraient connus. Sachant que 30 mètres est la taille critique à partir de laquelle on considère que ces objets sont susceptibles de causer des dommages vraiment importants.

Fireball 5

La comète Panstarr part dans tous les sens

Image

La comète Panstarr, avec son antiqueue. Crédit : E. Beaudoin/C&E Photos
Spectaculaire en mars 2013, en conjonction avec la galaxie M 31 début avril, la comète Panstarr est toujours visible pour les astronomes amateurs. Ces derniers jours, Emmanuel Beaudoin, collaborateur régulier de Ciel et Espace, a pointé son télescope vers l'astre glacé qui s'éloigne du Soleil et obtenu cette image étonnante. Elle montre la comète affublée de deux queues. L'une d'elles est faite de gaz, produit par la sublimation de glaces sous l'effet du rayonnement solaire. L'autre contient des poussières qui étaient prisonnières des glaces sublimées.

Le fait étonnant est que ces deux queues semblent orientées dans des directions diamétralement opposées. Il s'agit d'un effet de perspective. Si elles n'ont pas exactement la même orientation, toutes les deux s'échappent à environ 180° du Soleil. Elles apparaissent comme cela par pur effet de perspective, parce que la comète est maintenant loin de la Terre et du Soleil.

Comet

La comète Ison prend la pose pour le télescope Gemini

Image

Fin novembre, la comète Ison sera à 1.2 million de km du Soleil. Les astronomes espèrent que cet astre chevelu fera aussi bien que Lovejoy (indiquée par une flèche dans ces deux images) qui, en décembre 2011, réussissait un redoutable examen de passage en survolant la surface solaire à seulement 140.000 km de distance. © Nasa, SDO
Ison, la comète qui pourrait illuminer nos nuits à la fin de l'année 2013, continue sa longue traversée du Système solaire en direction de notre étoile, qu'elle frôlera à la fin du mois de novembre. Les astronomes du télescope Gemini nord ont suivi cette belle voyageuse pendant quatre mois.

Personne ne sait, à l'heure actuelle, si la comète Ison (C/2012 S1) tiendra ses promesses. Découvert en septembre 2012 par deux astronomes russes travaillant dans le cadre du projet Ison (International Scientific Optical Network), cet astre chevelu présente toutes les caractéristiques communes aux grandes comètes.

Ce sera d'abord un passage à seulement 1,2 million de km du Soleil, le 28 novembre prochain qui permettra un fort dégazage alimentant une imposante queue. Puis, Ison, dont l'orbite est fortement inclinée par rapport au plan de l'écliptique, s'élèvera très rapidement au-dessus de l'horizon est, en fin de nuit. Elle pourra alors être observable dans un ciel bien noir, tout en continuant à se rapprocher de la Terre, dont elle ne sera qu'à 64 millions de km pour Noël. Si l'on ajoute à cela que C/2012 S1 suit une orbite étrangement similaire à celle de la Grande Comète de 1680, un membre célèbre du groupe de Kreutz qui fut visible à proximité du Soleil avec une magnitude de -18, on comprend mieux l'engouement des astronomes pour la comète Ison.

Fireball 3

ISON sera accompagnée par une pluie de météorites

Traduit par Les chroniques de Rorschach
Image
Le calcul anticipé de la trajectoire de la Comète ISON indique qu'elle devrait plonger vers le centre du système solaire pour froler le soleil en Novembre 2013. Chauffée à blanc par le rayonnement solaire, ISON deviendra probablement l'une des plus belles comètes que l'on ai vu depuis de nombreuses années.

Le chercheur Paul Wiegert de l'Université de Western Ontario a utilisé un ordinateur pour modéliser la trajectoire des poussières éjectées par la comète ISON, et ses conclusions suggèrent qu'une pluie de météores inhabituelle pourrait survenir.

"Durant plusieurs jours, aux environs du 12 Janvier 2014, la Terre va passer à travers un flux de fins débris de la comète ISON", explique Wiegert. "La douche qui en résulterait pourrait avoir des propriétés intéressantes".

Comet

Découverte d'un cimetière de comètes disparues

Des chercheurs de l'Université d'Antioquia ont découvert ce qui semble être un cimetière de comètes disparues. Les astronomes prétendent aussi avoir découvert un groupe de corps cométaires qu'ils ont surnommé « Comètes Lazarus ».

Astéroïdes/Fragments de comètes
© Nasa
Les comètes de la ceinture d'astéroïdes - ou ABC pour faire court - se trouvent dans la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter, comme l'a affirmé l'expert de la NASA Carolyn Crown, à une distance de 2,12 - 3,3 unités astronomiques (une unité astronomique est la distance moyenne entre le soleil et la terre). La ceinture d'astéroïdes contient au moins 85 000 comètes rocheuses dormantes et éteintes selon les rapports de Dr Ignacio Ferrin, qui est un astronome reconnu.

Cette région de l'espace extra-atmosphérique est estimée contenir au moins 500 000 objets, allant de 1 mètre à 987 kilomètres de long - qui est la taille de Cérès, la plus petite des cinq planètes naines découvertes jusqu'ici - même si on croit que plusieurs millions de plus demeurent inconnues.

Commentaire: pour aller plus loin sur les comètes et l'univers électrique.

Les articles de Laura Knight-Jadczyk

Comètes & Catastrophes Série

Articles de fond sur les comètes électriques

Les comètes électriques - 1re partie
Les comètes électriques - 2e partie
Les comètes électriques - 3e partie
Les comètes électriques - 4e partie
Les comètes électriques - 5e partie
Les comètes électriques - 6e partie
Les comètes électriques - 7e partie
Les comètes électriques - 8e partie

Articles de fond sur les comètes

Explication du modèle de décharge plasmique des comètes de James Mccanney
Les comètes électriques réécrivent la science spatiale
Le danger des météorites et des comètes pour la civilisation
Véritables origines de la théorie de la comète électrique
Comètes, épidémies, tabac et origine de la vie sur terre
Influence des comètes, phénomènes atmosphériques et pandémies
Thomas Forster, chutes d'empire et phénomènes remarquables


Fireball 5

Etats-Unis : observations de 4 boules de feu différentes à 4h du matin lors de ces dernières 24 heures

Dans les dernières 24 heures, l'AMS a reçu des témoignages au sujet de l'observation de 4 météores distincts qui ont été observés vers 4h du matin dans différents Etats.

L'événement le plus récent s'est déroulé le 19 mai vers 3:37 dans les Etats de l'Arkansas et du Missouri. Au même moment à 3:37, 4 témoins ont aperçu une boule de feu en Arizona. La distance entre ces deux endroits invalide l'hypothèse que les témoins ont vu le même météore.

Le 18 mai à une heure d'intervalle, 2 autres météores ont été vus, l'un au-dessus de la côte Est et l'autre au-dessus du Colorado.

Ci-dessous, un tableau récapitulant les 4 événements :

AMS ID UTC DATE AND TIME ESTIMATED HEADING STATES WITNESSED
1082 2013-05-18 03:47 UTC South East -> North West CO
1081 2013-05-18 04:26 UTC South East -> North West CT, MD, NJ, NY, OH, PA, VA, WV
1083 2013-05-19 03:37 UTC South East -> North West AR, IL, IN, MI, MO, OH, TN
1084 2013-05-19 03:37 UTC South South East -> North North West AZ

Comet

L'anti-queue de la comète PanStarrs

Comète PanStarrs
© Marco Fulle/INAF
Précédemment visible seulement au coucher du Soleil, la comète PanStarrs (C/2011 L4) est maintenant présente toute la nuit dans le ciel de l'hémisphère nord, regagnant les confins du système solaire en s'écartant largement du plan écliptique.

Perdant de plus en plus de son éclat, la large queue de poussière de la comète ne cesse cependant de grandir, comme en témoigne cette image à grand champ prise dans la constellation de Céphée le 15 mai. On y constate, sur la gauche de l'image, que PanStarrs a également développé une vaste anti-queue s'étendant sur plus de trois degrés d'arc, laquelle correspond à la traîne de poussière qu'elle a laissée dans son sillage.

La comète PanStarrs se trouvant à un peu plus de 1,6 unités astronomiques de la Terre, cela donne pour l'anti-queue une longueur de plus de 12 millions de kilomètres. Fin mai, la comète PanStarrs passera à quelques degrés du pôle céleste nord.