Bienvenue à Sott.net
sam., 04 fév. 2023
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Volcans

Arrow Up

Islande : l'espace aérien de Europe est en extrême vigilance après l'éruption du volcan Grimsvötn

Un an après Eyjafjöll, les cendres du volcan Grimsvötn entré en éruption le samedi 21 mai pourraient atteindre la France et l'Espagne à partir de jeudi

Le principal aéroport d'Islande devrait rester fermé lundi pour la deuxième journée consécutive en raison du nuage de cendres né de l'éruption d'un des volcans les plus actifs de l'île. Le nuage pourrait atteindre l'Europe en milieu de semaine.

Les experts estiment qu'il y a peu de risque que l'éruption du Grimsvotn, volcan situé dans le sud-est du pays, provoque une paralysie totale du transport aérien en Europe, comme ce fut le cas l'année dernière après l'éruption de l'Eyjafjöll.

Arrow Up

Éruption du Grimsvotn : un signe supplémentaire d'une prochaine catastrophe alimentaire pour l'Occident

Image
Un autre volcan islandais est actuellement en train de faire la Une. L'éruption du Grimsvotn, volcan situé dans le sud-est du pays, provoque une paralysie totale du transport aérien en Europe, comme ce fut le cas l'année dernière après l'éruption de l'Eyjafjöll. C'est l'un des volcans les plus actifs de l'île. Le nuage pourrait atteindre l'Europe en milieu de semaine. Jusqu'à présent, seuls les villes et les villages situés au sud du glacier ont été affectés par le nuage de cendres qui a plongé les habitants dans l'obscurité et a recouvert voitures et immeubles. Dimanche, dans la soirée, le nuage se déplaçait vers la capitale Reykjavik.

Better Earth

Islande : Une éruption volcanique provoque la fermeture de l'aéroport principal du pays

Volcan Grimsvoetn
© inconnu
Les autorités aéroportuaires islandaises ont annoncé dimanche la fermeture du principal aéroport de l'île en raison de l'éruption du volcan Grimsvoetn, le plus actif du pays. Ce dernier a déclenché un immense panache de fumée.

Bizarro Earth

Equateur : le volcan Tungurahua se fait un peu plus menaçant

Environ 25 000 personnes ont été affectées par l'éruption du volcan Tungurahua (à environ 5 016 mètres d'altitude), localisé dans la cordillère royale de l'Equateur, à 140 km de la capitale, Quito, selon des informations émises par le sous-directeur, Felipe Bazán, rattaché au Secrétariat National à la Gestion des Risques. Ce dimanche 1er mai, le volcan a connu un regain d'activité éruptive générant des colonnes de cendres pouvant s'élever jusqu'à 8 km d'altitude, un phénomène qui a, en toute logique, atteint les populations proches du Tungurahua. Face à la situation, le secrétariat rattaché à la Gestion des Risques a envoyé dès lundi 1 400 rations alimentaires aux populations des provinces de Tungurahua, Chimborazo, et Bolívar.

« Avec cet envoi, estimé à 130 000 $, nous avons réparti jusqu'à aujourd'hui environ 4 400 paquets pesant respectivement 22 kilos et qui comprennent des produits de subsistance basiques comme du riz, des haricots et de l'huile, des aliments qui doivent permettre à une famille de cinq personnes de tenir huit jours avec ces réserves » a signalé Bazán.

Depuis le 26 avril, le gouvernement de l'Equateur a émis une alerte orange suite à l'éruption du volcan, deux jours plus tard, il prit la décision de modifier la trajectoire de certains couloirs aériens nationaux, une décision qui a contraint les avions qui se dirigeaient vers le sud « à dévier jusqu'à la côte où la région amazonienne » comme l'a expliqué à ce moment-là, la secrétaire à la Gestion des Risques, María del Pilar Cornejo.

Info

Equateur, le volcan Tungurahua est entré en eruption avant hier


Depuis avant-hier, l'édifice est de nouveau en éruption avec une activité explosive strombolienne sommitale. Elle a produit un panache dont la charge en cendres reste peu importante. L'OMI détecte des concentrations élevées en SO2 liées à cette activité jusqu'à presque 300 km de distance en direction de l'ouest.

La première explosion a créé un panache de presque 3 kms d'altitude prenant la direction du sud ouest. Les premières chutes de cendres ont été signalées dans les zones de Choglontus et Cahuaji. Il est peu probable que l'éruption génère des coulées pyroclastiques (écoulement rapide d'un mélange de cendres, de blocs et de gaz à haute température) dans les prochaines heures/jours, sans augmentation brutale de l'activité.

Source : IGEPN

Arrow Up

Russie, le volcan Bezymianny élevé au niveau d'alerte maximum

Image
Bezymianny, Russie, 2882 m

Le niveau d'alerte a été élevé au maximum par le KVERT hier. Les données sismiques indiquent qu'une phase d'activité intense a débuté à 20h20 TU. Les volcanologues n'ont pas pu donner plus d'informations du fait d'une importante couverture nuageuse, qui persiste d'ailleurs ce matin. Selon le VAAC de Tokyo le panache aurait pu atteindre 10 km d'altitude. A suivre.

Sources : KVERT ; VAAC de Tokyo.

Image
Etna, Italie éruption du 10 Avril

Durant le paroxysme de l'éruption de l'Etna du 10 avril 2011, de petites coulées pyroclastiques ont été générées par l'interaction explosive entre une coulée de lave en déplacement rapide et une couche épaisse de neige. Consécutivement, s'est développé un grand panache de vapeur et de cendres.

Source : earth of fire

Pour observer ce phénomène, allez au point 5:10 de cette vidéo :


Red Flag

La Nouvelle-Zélande surveille le Mont Ruapehu

Image
Le GeoNet indique avoir élevée le niveau d'alerte aviation au jaune aux abords du Ruapehu, mais sans modifier le niveau d'alerte volcanique, qui reste à 1.

Ce dernier montre en effet divers signes d'instabilité. Le lac sommital se révèle particulièrement chaud depuis octobre 2010 mais les volcanologues constatent, en plus de l'élévation de température de l'eau, une sismicité certes faible, mais anormale. Par ailleurs les prélèvements d'eau ont montré des modifications de la compositions chimique du lac.

Les volcanologues Néo-Zélandais continuent de surveiller l'édifice mais précisent dans leur bulletin qu'ils n'ont aucune indication d'une éruption imminente.

Source : GeoNet.

Mais aussi...

Image
Kirishima, Japon

Le VAAC de Tokyo indiquait avant hier soir qu'une nouvelle explosion s'est produite au Kirishima vers 23h40 TU.

Le panache se serait élevé jusqu'à une altitude d'environ 4500 m.

Sources : VAAC de Tokyo

Bizarro Earth

Philippines : le volcan Taal montre des signes d'énervement

Le volcan Taal * montre des signes d'énervement ces derniers jours, l'augmentation de ses émissions de dioxine de carbone ont quadruplé depuis l'année dernière, et elles sont même devenues le double de celles observées en Janvier dernier. Elles sont passées de de 1.000 tonnes / jour à 4.600 tonnes / jour.

Le magma semble dégazer ce qui, murmurent les volcanologues, nous laisse imaginer un sacré remue ménage sous sa surface, et laisse supposer que la lave approche de la surface. Néanmoins rien ne laisse présager qu'une éruption soit éminente, on dit même que plus de 5000 oiseaux migrateurs ont trouvés refuge sur son paisible lac ces derniers jours, ce qui, avouons le, ajoute à l'attraction. Néanmoins une petite alerte de courtoisie a été émise à l'encontre des touristes, surtout n'y jeter pas vos mégots, et un appel à la prudence aux habitants de l'ile. Sait on jamais.

Info

Les volcans marins produisent aussi des éruptions explosives

Une équipe de chercheurs a détecté aux dorsales océaniques, sorte de chaîne de montagnes sous-marines, d'importantes concentrations de CO2. Une découverte qui confirme l'existence d'éruptions volcaniques sous-marines explosives.

Si la plupart des volcans des dorsales océaniques rejettent des coulées de lave effusive, certains géologues émettent depuis plusieurs années l'hypothèse selon laquelle les volcans sous-marins pourraient aussi produire des éruptions explosives. Emise en raison de la présence de cendre volcanique à certains endroits, cette thèse n'avait jusqu'alors jamais été confirmée.

Info

Hawaï : les coulées de lave du Kilauea ont detruit plus de 800 Hectares.

L'incendie provoqué par les coulées de lave de l'éruption du 5 mars entre le Napau Crater et le Pu'uO'o continue à se propager et a détruit plus de 800 hectares de végétation dans le Parc des Volcans, en menaçant une forêt tropicale fragile et protégée. La zone concernée par les flammes se trouve à une dizaine de kilomètres au SE du Visitor Center du Kilauea.

Les autorités ne savent absolument pas quand l'incendie pourra être maîtrisé car les flammes sont attisées par de fortes rafales de vent. Les pompiers déversent par hélicoptère de l'eau sur les points les plus critiques dans l'espoir de protéger la forêt qui renferme - entre autres - des espèces rares d'araignées, chauves-souris, chenilles carnivores en voie de disparition et que l'on trouve uniquement à Hawaii.