11 septembre 2001


USA

Entretien avec Laurent Guyénot - John F. Kennedy et l'État profond

Laurent Guyénot est l'auteur de JFK - 11 Septembre, 50 ans de manipulations co-édité par Kontre Kulture et Blanche. Dans cet entretien, il revient sur la notion d'État profond et les relations tumultueuses que cette nébuleuse entretenait avec John F. Kennedy.
Laurent Guyénot
© Meta TVLaurent Guyénot
Propos recueillis par Kontre Kulture


Commentaire: Voir aussi la série d'articles écrits par Laura Knight-JadzcykLes Débris de l'Histoire


Bad Guys

Meilleur du Web: Décryptage - Les historiens, le 11-Septembre et les armées secrètes de Gladio

Traduit de l'anglais par VD pour Il Fatto Quotidiano.fr

Les armées secrètes de l'Otan, coverbook
© Collection Résistances
Les historiens d'aujourd'hui et de demain font face à un énorme défi : relater les événements du 11 septembre 2001. Ce qu'ils écriront sera enseigné dans les livres d'histoire. Mais que raconteront-ils ? Est-ce Ben Laden qui a envoyé 19 musulmans attaquer par surprise les USA ? Ou bien écriront-ils que l'administration du Président George W. Bush est responsable de l'attaque, soit en la concevant elle-même, soit en la laissant délibérément se produire de façon à générer un choc au sein de la population américaine et à créer un prétexte pour augmenter drastiquement les dépenses militaires et pour attaquer l'Afghanistan et l'Irak ?

J'ai étudié la plupart des données relatives aux événements du 11-Septembre, et je suis convaincu qu'une nouvelle enquête est nécessaire. Mais lorsque j'ai remis en cause la narrative officielle du 11/9 dans mon pays natal, la Suisse, j'ai dû faire face à de vigoureux reproches de la part de nombreuses personnes. On m'a par exemple demandé pourquoi un gouvernement, quel qu'il soit, devrait attaquer sa propre population ou, chose un peu moins criminelle, laisser délibérément un groupe étranger mener une telle attaque ? Tandis que les dictatures brutales comme le régime de Pol Pot au Cambodge, sont connus pour le peu de considération qu'ils portent à la vie et à la dignité de leurs concitoyens, on est amené à penser qu'une démocratie occidentale ne se permettrait jamais un tel abus de pouvoir. Et si des éléments criminels au sein d'une démocratie occidentale, en Amérique du Nord ou en Europe, avaient perpétré un tel crime, les élus ou les médias ne s'en rendraient-ils pas compte et ne le dénonceraient-ils pas ? Est-il concevable que des criminels à l'intérieur d'un gouvernement puissent mener des opérations terroristes contre des citoyens innocents, lesquels soutiennent ce même gouvernement au travers des impôts qu'ils paient tous les ans ?

Est-il possible que personne ne le remarque ? Voilà des questions difficiles, même pour des chercheurs spécialisés dans l'histoire des guerres secrètes. En fait, il existe des exemples historiques de telles opérations menées par des démocraties occidentales. Dans cet article, je ne traiterai pas directement du 11-Septembre, mais plutôt de ce que l'Histoire peut nous apprendre. Je vous propose d'examiner certaines des informations les plus récentes concernant les guerres secrètes durant la Guerre froide. Il existe bel et bien une stratégie militaire secrète qui utilise le terrorisme contre les populations civiles. Cela s'appelle la « stratégie de la tension. » Et une telle stratégie a effectivement été mise en oeuvre par des démocraties occidentales.

Commentaire:

Voir aussi : OTAN - La guerre secrète en Allemagne et la série de quatorze extraits de l'ouvrage Les armées secrètes de l'OTAN : Réseaux Stay-Behind, Gladio et terrorisme en Europe de l'Ouest de Daniele Ganser, en fin d'article.

1. « Quand le juge Felice Casson a dévoilé le Gladio... »
2. « Quand le Gladio fut découvert dans les États européens... »
3. « Gladio : Pourquoi l'OTAN, la CIA et le MI6 continuent de nier »
4. « Les égouts de Sa Majesté »
5. « La guerre secrète, activité centrale de la politique étrangère de Washington »
6. « La guerre secrète en Italie »
7. « La guerre secrète en France »
8. « La guerre secrète en Espagne »
9. « La guerre secrète au Portugal »
10. « La guerre secrète en Belgique »
11. « La guerre secrète aux Pays-Bas »
12. « La guerre secrète au Luxembourg »
13. « La guerre secrète au Danemark »
14. « La guerre secrète en Norvège »


Ainsi que le documentaire relatif au livre de Daniele Ganser :




Che Guevara

Super Bowl : un homme arrache le micro d'un joueur pour parler du 11 Septembre

Un individu a trompé la vigilance de la sécurité pour s'incruster à la conférence de presse du Super Bowl et livrer sa version des attentats du 11 Septembre.


Le Super Bowl a été marqué cette nuit par un incident pendant la conférence de presse qui suivait la rencontre.

Alors que le joueur Malcolm Smith était en train de répondre aux questions des journalistes, un homme s'est précipité à la tribune pour lui arracher le micro et affirmer que les attaques du 11 Septembre avaient été « commises par des personnes appartenant au gouvernement américain ».

L'homme a immédiatement été arrêté. Il s'appelle Matthew Mills, il est âgé de 30 ans et vient de Brooklyn.

Bug

SOTT Focus: Psychopathes au pouvoir : les parasites du super-organisme humain

Traduction : SOTT

Serve and protect, the ruling class
© InconnuServir et protéger – la classe dirigeante
L'autre jour, je lisais un autre commentaire accablant de l'auteur étasunien Chris Edges sur la tyrannie autoritaire de l'État et cela m'a fait penser à cette idée populaire de « soulèvement contre » les oppresseurs. L'analyse d'Edges est sur la bonne voie mais j'ai le sentiment que sa conclusion que nous devons « les démolir » afin de nous en échapper omet un élément d'importance.

Se « soulever contre nos oppresseurs », « reprendre le pays » et « renverser la classe dirigeante » suppose qu'ils soient « là-haut » pour commencer. Oui, ils le sont à de nombreux égards. Par leur domination de l'industrie, du gouvernement, des médias, de l'éducation et ainsi de suite, ils influencent invariablement - contrôlent même - à peu près tout ce qui est matériel dans notre monde ; ils possèdent la plupart des richesses, travaillent dans des gratte-ciels, vivent dans des banlieues chics et regardent généralement de haut, depuis leur position privilégiée exceptionnelle, les masses zoner en bas.

Mais quand il s'agit de choses importantes - le caractère moral, l'expérience terrestre, les aptitudes créatives et l'intelligence de base - que possèdent-ils réellement ? Pas grand-chose, si ce n'est rien de tout ça. En fait, je pense que l'on peut défendre que, psychologiquement parlant, ils se situent en réalité plutôt « tout en bas » de l'échelle de la richesse et de la pauvreté.

OK, donc ils ne constituent certainement pas un exemple moral à suivre. Bien, alors pourquoi avons-nous besoin de l'État ? La théorie politique standard enseigne que l'État est l'arbitre ultime des contrats entre les gens, sans quoi ce serait le chaos sans foi ni loi. Laissés à eux-mêmes, prétendus schizoïdes par des gens comme Thomas Hobbes, la vie des humains serait « solitaire, pauvre, désagréable, brutale et courte ». Je n'en suis pas aussi certain. En fait, je commence à penser que c'est l'inverse : la vie est brutale en grande partie à cause de l'État.

Bad Guys

Meilleur du Web: Funérailles d'Ariel Sharon, l'homme clé du 11-Septembre

Tabou. Panamza vous propose de découvrir les faits relatifs à la responsabilité -passée sous silence- de l'ancien Premier ministre israélien Ariel Sharon dans les attentats du 11 septembre 2001.
Hier encore, il était l'une des personnes les plus haïes en Israël et dans le monde. Aujourd'hui, après l'évacuation de Gush Katif, il est devenu presque partout le chouchou de l'opinion publique. Les dirigeants des nations l'ont sacré « grand guerrier qui s'est transformé en héros de la paix ».

Tout le monde est d'accord pour dire que Sharon a totalement changé, qu'il est passé d'un extrême à l'autre, qu'il est devenu l'Ethiopien proverbial qui a changé de peau, le léopard qui a changé ses taches.
Toutes ces analyses n'ont qu'une chose en commun : elles n'ont rien à voir avec le vrai Ariel Sharon. Elles sont basées sur l'ignorance, l'illusion et l'aveuglement.

Un Napoléon made in Israël, Uri Avnery, 7 janvier 2006
Le coeur du titre de l'article ("homme clé") peut choquer ou surprendre certains lecteurs. C'est volontaire.

Image

Crusader

Meilleur du Web: Le sionisme et le régime nazi : un texte important de Klaus Polkehn enfin disponible en français

J'ignore pourquoi les articles de Klaus Polkehn sur le sionisme n'ont jamais été traduits intégralement en français.

Merkel & Netanyahou
© Inconnu
Cette lacune est maintenant en partie réparée puisque, après l'article sur les relations entre le mouvement sioniste et l'impérialisme, notamment allemand, dont je vous ai déjà livré la traduction, je vous propose un autre article qui tombe à point nommé en ce jour où les sionistes redoublent de condamnations morales, en attendant parfois des mesures plus pratiques, contre ceux qui selon eux ne prendraient pas assez au sérieux ce qu'ils appellent « holocauste » ou « shoah. »

« Ne pas prendre au sérieux cet « holocauste » c'est par exemple contester le chiffre officiel de 6 millions de Juifs tués pendant la deuxième guerre mondiale ou nier l'existence des chambres à gaz.

Mais c'est aussi situer le malheur des Juifs à l'époque dans une histoire commune des malheurs qui ont accablé et continuent à accabler l'humanité. C'et précisément l'erreur commise par le député Anglais David Ward qui provoque un tollé chez les sionistes parce que, adepte convaincu de la religion de l'holocauste, il pense être autorisé, au nom de principes universels, à critiquer les Juifs qui spolient et martyrisent le peuple palestinien. Les Juifs en question sont bien entendu les sionistes et personne d'autre.

Mais il est interdit de critiquer l'entité sioniste parce que c'est le plus souvent une expression voilée d'antisémitisme et que comparer peu ou prou ses agissements à ceux du nazisme relève du sacrilège.

Pourtant, s'il est des gens qui devraient faire profil bas quand on parle du nazisme, ce sont bel et bien les sionistes ainsi qu'on peut le constater en lisant le texte qui suit de Klaus Polkehn. Ce dernier présente de manière détaillée la somme des relations connues entre la clique sioniste et le régime nazi dès l'arrivée au pouvoir d'Hitler, une clique sioniste qui aurait dû être jugée à Nuremberg avec le reste de la bande.

Et contrairement aux apparences, la politique prosioniste des puissances européennes, de l'Allemagne tout particulièrement, loin de s'inscrire en rupture avec celle du fascisme hitlérien, se situe en fait dans une étonnante continuité. Une continuité dont la perception est cependant rendue très difficile par tout le brouillard émotionnel entretenu sur la première moitié du 20ème siècle et une guerre qu'on a voulue inanalysable par l'opinion publique.

L'article sur lequel j'ai basé ma traduction est en anglais (l'article original de Klaus Polkehn est écrit en allemand). Je n'ai pas reproduit l'important appareil de notes de l'auteur qui renvoie aux documents sur lesquels il s'est appuyé. Vous trouverez toutes ces références dans l'article en anglais disponible en format pdf (lien ci-dessous)

TheSecretContacts-ZionismAndNaziGermany1933-1941 - journal-of-palestine-studies - polkehn-klaus-vol-5-no-3-4-1976-pp-54-82_text (1).

Post-It Note

Le dessin qui a étrangement prédit les événements du 11 septembre 2001

Johnny Bravo et le 11 septembre
Dans l'un des épisodes de « Johnny Bravo », une série d'animation américaine diffusée sur Cartoon Network entre 1997 et 2004, un dessin intégré au fond de l'illustration parait très étrange.

En effet, dans l'un des épisodes appelé « Chain Gang Johnny », on y aperçoit un bâtiment en feu qui rappelle le World Trade Center le 11/09/2001.
Ce qui est très étrange, c'est que cet épisode a été diffusé à la télévision le 27 Avril 2001, soit 4 mois avant les événements du 11 septembre 2001. On peut également lire sur le dessin « Coming Soon » qui veut dire : Prochainement !

Alors ? S'agit-il d'une simple coïncidence ou non ?

Ce n'est en tout cas pas la première fois que des visuels ont semblé prédire ce qui s'est déroulé ce jour ci.

Eye 1

On pratique toujours la torture à Guantánamo

Image
Maître James Connell, avocat d'Ammar al-Baluchi, détenu à Guantánamo et âgé de 36 ans, affirme que son client a été torturé durant des années.

Me Connell s'appuie sur deux documents médicaux non-classifiés qui font état de probables tortures. Cependant, selon le procureur Clay Trivett, tout ce qui concerne les interrogatoires est classé comme « sources et méthodes » de la CIA. Le secret s'applique également aux interrogatoires pratiqués dans les prisons secrètes off shore, sur des bateaux de la Navy en eaux internationales. L'avocat ne peut donc ni évoquer les occasions, ni les manières dont son client aurait pu être torturé.

USA

Meilleur du Web: Résistance au mensonge d'état - Des journalistes américains dénoncent le mensonge sur le 11-Septembre

Traduit de l'anglais par Résistance 71

Le mensonge permanent sur les attentats sous fausse-bannière du 11 septembre 2001 au pays du goulag levant n'est que le prolongement, un des outils du façonnage de l'impérialisme occidental mené à une nouvelle apogée par l'empire anglo-étasunien dont les piliers du financement et source du pillage mondial sont la City de Londres, la banque du Vatican (un des plus gros actionnaires de la City et protectrice de celle-ci...) et Wall Street.

Le mensonge du 11-Septembre est le pilier idéologique récent, qui trouve ses origines profondes dans le colonialisme européen sur le monde depuis l'empire romain, qui fut légué à l'église par le « don de Constantin » au IVe siècle.

Détruire l'idéologie colonialiste euro-centriste génocidaire, c'est détruire l'empire. Nous sommes tous des colonisés et l'humanité doit en sortir, à tout jamais...

Airplane

Le 11-Septembre & l'opération Gladio


Le 8 septembre 2013, l'émission populaire "Truthseeker" (Chercheur de vérité) de Russia Today a publié, avec plus d'un million d'abonnés sur YouTube, ce reportage de 13 minutes intitulé « Le chercheur de vérité : le 11/9 et l'opération Gladio (E23).»

Plus grave que le Watergate : des réunions régulières entre des officiels US et le leader d'al-Qaïda ; preuves à l'appui, le terrorisme sous faux drapeau de la Maison Blanche pour mener le peuple « comme des moutons » ; le père d'une des victimes du 11/9 raconte pourquoi il soutient la campagne de pub ReThink911 sur Times Square et dans le monde entier.