12 novembre : depuis dimanche, l'Italie connaît un temps très perturbé. Cette situation s'explique par la persistance d'une petite dépression dans le golfe de Gênes, liée à un système perturbé plus organisé sur le Maghreb.

Toutefois, c'est en Italie que la situation est la plus perturbée, notamment sur un axe allant de l'ile d'Elbe au Frioul, en passant par la Toscane et la Vénétie. Venise a d'ailleurs toujours les pieds dans l'eau, ce sera probablement le cas une bonne partie de la semaine, jusqu'à la fin des grandes marées (coefficient de 107 jeudi). En revanche, les pluies les plus importantes se sont produites entre dimanche et hier sur la Toscane.

Italia & Switzerland follds
© Inconnu


Il est tombé par endroits plus de 350 mm de précipitations en l'espace de 24h, soit plus de 60 % des précipitations annuelles.

Le gouverneur de Toscane, dans le centre de l'Italie, a demandé l'aide de l'armée après des inondations qui ont tué au moins un homme, forcé des dizaines de personnes à quitter leurs maisons et emporté des ponts et des oliveraies. Des pluies torrentielles ont fait sortir les rivières de leur lit et révélé des dysfonctionnements dans les systèmes de drainage dans quasiment tout le nord de l'Italie. Les autorités ont annoncé qu'un homme était mort emporté par les flots de la rivière Chiarone, près de la ville de Capalbio.

Le gouverneur de Toscane, Enrico Rossi, a rencontré des responsables de l'Agence de protection civile et leur a demandé des pompes et d'autres équipements d'urgence de la région voisine d'Emilie-Romagne, qui a également connu de violentes intempéries ces derniers jours. Il a également demandé au gouvernement d'envoyer des unités de l'armée dans les villes de Grosseto, Arezzo et Sienne où des dizaines de personnes ont dû quitter leur domicile.

La Croix-Rouge italienne a déployé 150 bénévoles et a mis en place un système de cuisines délivrant des rations alimentaires d'urgence.

Venise s'est retrouvée quasiment aux trois quarts inondée, l'eau s'infiltrant dans des boutiques, des maisons et des palais de la cité des Doges et recouvrant 70 % de la superficie de la ville, selon les autorités. L'eau a atteint 149 cm à Venise, le sixième niveau le plus élevé depuis les premiers relevés effectués en 1872. Les habitants avaient de l'eau jusqu'à la taille et des touristes en tenue de bain se sont amusés à nager sur la place Saint-Marc ou à s'attabler à des terrasses de cafés inondées. C'est la quatrième fois depuis l'an 2000 que Venise est ainsi inondée et le responsable des questions environnementales auprès des autorités municipales a imputé ce phénomène au changement climatique.

En Toscane, 23 cm de pluie sont tombés en l'espace de quatre heures, entraînant le débordement des rivières Ricortola et Parmignola, selon les autorités régionales. Deux cents personnes ont été évacuées de leur domicile. Six ponts ont été détruits dans les collines, des inondations, des glissements de terrain, des vignes et des oliveraies dévastées [cité par le Corriere della Sera].

Dans le centre de l'Italie, des dizaines de personnes ont dû se réfugier sur les toits lorsque les cours d'eau sont sortis de leur lit, selon la presse italienne.

10 et 11 novembre : de fortes pluies se sont abattues sur le Nord de l'Italie et de la Suisse causant des inondations notables qui ont parfois nécessité l'évacuation de plusieurs centaines de personnes.

Italie

La vague de mauvais temps qui touche depuis samedi tout le nord de l'Italie a provoqué l'inondation d'une grande partie de Venise et l'évacuation d'environ 200 personnes en Toscane où des torrents ont débordé.

A Venise, les fortes précipitations et un vent du sud ont provoqué le phénomène « acqua alta » et 70 % de la ville était inondée dans la matinée, le niveau de la mer étant à une hauteur de 1,50 m au-dessus de son niveau normal.En milieu de journée, la mer avait commencé à redescendre, même si elle se trouvait encore à environ 1,40 m de hauteur, selon le Centre des marées de la cité des doges.

En Toscane, environ 200 personnes ont été évacuées en raison des fortes pluies qui ont entraîné des inondations de maisons et des éboulements de terrains, ont annoncé dimanche les autorités locales. La région la plus touchée est la province de Massa et Carrara, où est produit le marbre de Carrare.

Dans la seule localité de Massa di Carrara, une cinquantaine de personnes ont été évacuées et une voiture a été emportée par un torrent qui avait débordé, mais ses occupants - un couple - ont été sauvés par les pompiers qui sont des dizaines à opérer dans la zone avec l'aide de collègues venus d'autres régions.

Les autorités invitent la population à ne pas sortir dans les rues et à occuper les étages supérieurs de leurs maison.

A Pise, certaines rues sont restées sans courant électrique après avoir été inondées et à Livourne, le grand port toscan, la protection civile est également en état d'alerte en raison des fortes pluies.

En Ligurie, la région voisine au nord de la Toscane, 30 personnes ont dû être évacuées.

Les autorités locales avaient lancé une alerte il y a deux jours déjà, prévoyant de nombreuses mesures de sécurité, de sorte que le mauvais temps n'a fait aucune victime, contrairement aux intempéries d'il y a un an qui avaient fait 13 morts entre la Toscane et la Ligurie.

La vague de mauvais temps se déplace lentement vers le centre du pays et devrait toucher dans l'après-midi la capitale où la protection civile est également en état d'alerte.

Suisse

Les précipitations les plus importantes ont été observées à Nyon (VD) avec 85 litres d'eau au m2, a indiqué Meteonews. Il est tombé 72 litres au m2 à Genève, 70 à Bière et à Cossonay (VD), 54 à Lausanne, 51 à Neuchâtel, 49 à Payerne (VD), 46 à La Chaux-de-Fonds (NE), 41 à Fribourg et 29 à Aigle (VD), entre autres. En Valais, 15 litres d'eau ont été mesurés à Sion.

Ces fortes pluies ont gonflé le niveau des cours d'eau. Le débit de la Venoge à Ecublens (VD) est passé de 20m3 par seconde samedi à l'aube contre plus de 70m3 par seconde durant la nuit de samedi à dimanche.

La centrale des pompiers du canton de Vaud est intervenue à plus de 400 reprises tandis que le numéro d'urgence 118 a reçu plus d'un millier d'appels et a dû renforcer ses effectifs. Dix-sept personnes ont répondu aux personnes sinistrées.

Les particuliers ont été nombreux à alerter la section vaudoise de l'Etablissement d'assurance contre l'incendie et les éléments naturels (ECA), notamment pour des maisons inondées. Six inspecteurs de la Division Incendie et Secours ont été engagés sur le terrain afin de coordonner les moyens.

Des barrages préventifs ont été érigés avec l'appui de la protection civile dans les situations les plus critiques. Des pompes spécifiques ont été livrées par l'ECA aux sapeurs-pompiers, voire même directement aux sinistrés. Une maison en périphérie de la rivière du Talent à Echallens a été évacuée préventivement. Mais les habitants ont pu être relogés immédiatement.

Les axes routiers n'ont pas échappé au petit cataclysme qui a secoué la région. La circulation sur l'autoroute entre Ecublens et Morges a été perturbée jusqu'à 00h30 dimanche par le débordement de la rivière du Bief à Préverenges. Plusieurs autres routes secondaires ont également dû être fermées momentanément.

Le trafic ferroviaire entre Payerne et Lausanne, perturbé depuis lundi dernier à la suite d'un glissement de terrain, n'a pas pu être normalisé comme prévu dimanche. Dans la nuit, les fortes pluies ont provoqué un nouvel éboulement et les travaux de déblaiement devront se prolonger jusqu'à vendredi, selon les CFF. La Cellule « météo » de l'Etat major vaudois de conduite (EMCC) a été activée samedi soir afin de coordonner l'opération. Elle suivait encore de près la situation dimanche après-midi en étroite collaboration avec le Service vaudois des eaux, sols et assainissement (SESA).

En montagne, la journée de samedi a été surtout marquée par un foehn tempétueux. Le vent a été violent dans la région du Petit Cervin (VS) où Eole a soufflé jusqu'à 135 km/h. Dans la vallée uranaise de la Reuss, les rafales ont atteint jusqu'à 100 km/h, selon les météorologues. Quelques dégâts mineurs ont été signalés dans le canton d'Uri et des Grisons.

Source : Romandie, Rai, Euronews