Les Maîtres du Monde
Carte


USA

Les Etats-Unis s'apprêtent à déployer des militaires en Ukraine

Image
Après des semaines de tergiversations, le Pentagone a annoncé le 19 mars l'envoi, d'ici la fin avril, de personnel militaire américain en Ukraine, afin d'entraîner les forces armées ukrainiennes. Il s'agit donc d'une victoire pour la secrétaire d'Etat-adjointe Victoria Nuland et d'autres néoconservateurs qui poussent à l'affrontement avec la Russie.

Le commandant de l'armée américaine en Europe, le général Ben Hodges, a défendu la décision, prétendant qu'une telle décision ne signifie pas automatiquement que Washington estime que les accords de Minsk ont échoué.

Ce qui est certain, c'est qu'une telle attitude n'encourage pas Kiev à vouloir les respecter. Dernière exemple en date : la semaine dernière, le gouvernement du président Porochenko a déposé au parlement un projet de loi, censé prévoir une plus grande autonomie pour l'Est du pays. Le seul hic, c'est qu'il contient une disposition perfide exigeant que les forces anti-Kiev se rendent avant de pouvoir ouvrir les entretiens sur le fédéralisme ou l'autonomie.

Chess

Opérations de « regime change » en Russie : Poutine prend les devants

Image
© Inconnu
On connaît quelques extraits du discours qu'a prononcé Poutine devant les cadres du FSB, le service de renseignement russe, le 26 mars au matin. Ces extraits qui sont tous semblables et paraissent donc venir d'une seule source, proviennent de différents articles, notamment Le Figaro le 26 mars 2015 dans l'après-midi (à 16H53), dans le quotidien RBC de Moscou le lendemain matin, relayé par Sputnik-français ce même 27 mars 2015 au matin.

On peut envisager avec allant l'hypothèse que les informations venues du discours ont été volontairement "fuitées" par les autorités russes dans la mesure où elles contiennent un message extrêmement affirmé et extrêmement fort : l'annonce que le bloc BAO devrait tenter des opérations de regime change en Russie, pour les élections législatives de 2016 et les présidentielles de 2018. Poutine a explicitement parlé d'une planification en cours des services de renseignements des pays concernés du bloc BAO pour ces opérations. La présentation de ce passage par Sputnik-français :

Padlock

Vol MH17 : la CIA refuse tout bonnement de divulguer ses dernières informations...

Traduction : Christophe

Image
© Inconnu
La CIA ne divulguera pas sa plus récente analyse du crash du vol MH17 de Malaysia Airlines en Ukraine, car cela innocenterait le gouvernement russe de toute implication. C'est ce qu'a affirmé le célèbre journaliste américain Robert Parry (ci-contre), connu pour avoir contribué aux révélations de l'affaire Iran-Contras.

Le 17 juillet 2014, un Boeing 777 de Malaysia Airlines s'est écrasé dans l'Est de l'Ukraine, provoquant la mort des 298 personnes qui se trouvaient à bord. Kiev a immédiatement accusé les indépendantistes ukrainiens d'avoir abattu l'avion à l'aide de missiles de fabrication russe.

« Évidemment, il y a de nouveaux éléments sur lesquels ils [la CIA] ne veulent tout simplement pas s'étendre, » a affirmé Parry. « J'ai entendu dire que les services de renseignement privilégiaient un autre scénario... il n'existe aucune preuve que le gouvernement russe ait fourni de tels missiles aux rebelles. Il existe en revanche des preuves qui montrent l'implication de certaines personnes en dehors des rebelles. »...

Perry a déclaré que lorsqu'il a demandé à la CIA leurs dernières informations sur cette affaire, on lui a renvoyé le rapport du 22 juillet 2014, qui avait été diffusé à peine cinq jours après le désastre, et qui date donc de plus de huit mois aujourd'hui.

Des sources fiables ont indiqué à Parry que la CIA avait en effet élaboré de nouvelles analyses sur cette catastrophe sur la base de renseignements récents. Pourtant, il a affirmé que la CIA lui avait répondu qu'il n'existait aucune mise à jour de cet ancien rapport.

« Ils [la CIA] détiennent de nombreuses informations provenant du Renseignement à propos du vol MH17. Non seulement ils ont des images satellites, mais ils disposent également d'écoutes. Ce n'est pas un secret, les États-Unis ont la capacité d'espionner les conversations téléphoniques, et de faire bien d'autres choses encore, » a souligné Parry. « Et ils ont analysé toutes ces informations, mais il ne les partageront pas. »

Le 19 mars, le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov, a déclaré que les médias occidentaux avaient ignoré les informations officielles provenant de témoins oculaires interrogés par les médias et les enquêteurs russes, y compris celles indiquant la présence d'un avion de chasse ukrainien à proximité de l'avion de ligne abattu.

Un rapport final devrait être publié par le Conseil de sécurité hollandais d'ici à mi-2015.

Dollars

Europe : la tyrannie des castes marchandes

Image
© Inconnu
L'oligarchie occidentale est à cours de projets à défaut d'être à cours d'idées. Il n'y a aucun projet pour l'Europe, seules les idées porteuses de destruction prospèrent.

La dernière idée de l'oligarchie reprend la méthodologie de "la manne céleste", la création monétaire. Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE) depuis le 1er novembre 2011 prend la suite du Japon, lequel enchaînait sur ordre de Wall Street obnibulé par le culte de l'idole dollar. Il patientera avant de relancer un nouveau Quantitative Easing en 2017. La tyrannie des castes marchandes débouche toujours sur le néant de civilisation.

Deux ou trois choses que l'on sait

Lorsque l'on a enfin compris que les économistes "lyssenkiste" mentent, et que leurs pensums n'ont pas plus d'intérêt que les discours de l'ère léniniste, il reste deux ou trois choses que l'on peut prendre au sérieux.

USA

La Russie est attaquée de tous les côtés par les US

Traduit par Diane, relu par jj pour le Saker Francophone

L'Union européenne risquera-t-elle l'existence de ses propres populations en courbant l'échine devant un Washington complètement fou, dont la mégalomanie menace de détruire toute vie sur la terre?


Tandis que Washington travaille assidûment à saper les Accords de Minsk que la chancelière allemande Merkel et le président français Hollande ont obtenus afin de mettre fin au conflit militaire en Ukraine, Washington a envoyé Victoria Nuland en Arménie pour y organiser une révolution de couleur ou un coup d'État, a envoyé Richard Miles comme ambassadeur au Kirghizstan pour y faire la même chose, et a envoyé Pamela Spratlen comme ambassadrice en Ouzbékistan pour obtenir que l'allégeance du gouvernement s'éloigne de la Russie. Le but est de faire éclater l'Organisation du traité de sécurité collective en essayant de déstabiliser la Russie et à la Chine dans les régions où elles peuvent le moins se le permettre.

Ainsi, la Russie est confrontée au renouvellement de conflits de type ukrainien simultanément dans trois pays le long de sa frontière asiatique.

Et ce n'est que le début de la pression que Washington fait monter sur la Russie. Le 18 mars, le Secrétaire général de l'Otan a dénoncé l'accord de paix entre la Russie et la Géorgie qui a mis fin à l'agression militaire contre l'Ossétie du Sud.
Le Secrétaire général de l'Otan a dit que l'Otan rejette ce règlement parce qu'il «entrave les efforts déployés par la communauté internationale pour renforcer la sécurité et la stabilité dans la région».

Snakes in Suits

Plus de 300 espions démasqués en Russie en 2014

Plus de 300 espions étrangers ont été démasqués en 2014 en Russie par le contre-espionnage russe, s'est félicité jeudi le président Vladimir Poutine lors d'une réunion avec la direction du FSB, héritier du KGB.

Vladimir Poutine, lui-même ancien agent du KGB soviétique et directeur du FSB avant d'arriver au pouvoir en 1999, a salué "l'efficacité" de ses anciens collègues, selon les agences de presse russes.

"L'année dernière, nos services de contre-espionnage ont travaillé rapidement et efficacement. Ils ont mis un terme aux activités de 52 officiers traitants et de 290 agents de services secrets étrangers", a-t-il déclaré.

Eye 1

Loi sur le renseignement : la NSA française

Image
Plusieurs associations ont partagé leur inquiétude face à la tentative du gouvernement de passer en force sur la loi renseignement.

Ce jeudi a été donnée une conférence de presse commune réunissant plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme et des libertés individuelles telles que la Ligue des Droits de l'Homme, Amnesty International, Reporters sans Frontières et La Quadrature du Net, afin de faire part de leur inquiétude sur les intentions de ce texte de loi dont l'examen démarrera le 13 Avril face à l'Assemblée.

Le gouvernement utilise en effet la «procédure d'urgence» pour son projet de loi sur le renseignement, ce qui empêche tout débat sur un texte jugé par certains comme «liberticide» et «sécuritaire».

Selon les participants à cette conférence de presse, le projet de loi est mené «à un rythme d'enfer» qui évite à «la société civile et les parlementaires de se préparer».

Play

Epidémie de pédophilie dans le gouvernement des Etats-Unis


Bad Guys

L'État profond états-unien : interview de Paul Craig Roberts

Traduit par Diane, relu par jj

Image
© Inconnu
Paul Craig Roberts
The Saker : Il est devenu assez évident pour de nombreuses personnes, sinon pour la plupart, que les États-Unis ne sont pas une démocratie ou une république, mais plutôt une ploutocratie dirigée par une petite élite que certains nomment le 1%. D'autres parlent de l'État profond. Ma première question est donc la suivante : pourriez-vous s'il vous plaît prendre le temps d'évaluer l'influence et le pouvoir de chacune des entités suivantes, l'une après l'autre. En particulier, pouvez-vous spécifier pour chacune d'elles si elle occupe une position dominante en termes de prises de décision, ou une position moyenne dans la mise en œuvre des décisions dans la structure réelle du pouvoir (elles sont répertoriées sans ordre particulier).

- Réserve fédérale
- Grandes institutions bancaires
- Bilderberg
- Council on Foreign Relations [Conseil des relations internationales]
- Skull & Bones [Société secrète de l'université de Yale, NdT]
- CIA
- Goldman Sachs et grandes banques
- Les 100 familles (Rothschild, Rockefeller, famille royale néerlandaise, famille royale britannique, etc.)
- Lobby israélien
- Francs-maçons et leurs loges
- Grandes entreprises: grandes sociétés pétrolières, complexe militaro-industriel, etc.
- D'autres gens ou organisations non cités ci-dessus?

Qui, quel groupe, quelle entité estimez-vous être vraiment au sommet du pouvoir dans le régime politique actuel aux États-Unis ?

Nuke

Nucléaire français : 50 ans aprés, les retombées radioactives toujours présentes à Mururoa

Image
© Pierre J (via flickr)
Explosion d’une bombe atomique aérienne de 914 kilotonnes, le 3 juillet 1970 à 18h30, au dessus de l’atoll de Moruroa (essai Licorne)
Près de 50 ans après le premier essai nucléaire en Polynésie, l'armée française revient à Moruroa, ce printemps, pour rénover les installations de surveillance. 250 personnes viendront travailler sur ce chantier. Mais la Défense estime que leur suivi radiologique individuel n'est pas nécessaire. Pourtant, les retombées radioactives sont toujours présentes, mais passées sous silence. Du plutonium est enfoui sous l'atoll. Le lagon et ses récifs coralliens sont pollués. Les fonds sous-marins sont fragilisés par les explosions souterraines. Et les maladies génétiques liées à la radioactivité se développent dans les archipels environnants. Autant de tabous qui font penser à bon nombre de Polynésiens qu'ils ont été trahis. Enquête.

Dans les jardins de Pa'ofa'i, au centre de Papeete, quelques cocotiers se dressent, imperturbables, face à l'océan Pacifique et au soleil serein. A côté d'eux, une sculpture de bois représente une immense croix de Lorraine qui pénètre au coeur d'une silhouette polynésienne et y explose. Il y a un an, Gaston Flosse, alors président de la Polynésie française, décide de détruire ce monument dédié à la mémoire des victimes des essais nucléaires, pour le remplacer par une place baptisée "Jacques Chirac". Mais devant une forte mobilisation menée par de jeunes Polynésiens et par Moruroa e tatou, principale association des victimes et travailleurs de Moruroa et Fangataufa, à 1200 km au Sud-Est de Tahiti, il renonce.

Difficile en effet de balayer d'un revers de main 193 essais nucléaires, aériens puis souterrains. Ils ont été menés par la France entre 1966 et 1996 au Centre d'expérimentations du Pacifique (CEP), dans l'archipel des Tuamotu. Le 2 juillet 1966, répondant au nom de code "Aldébaran", une bombe atomique explose au-dessus de l'atoll de Moruroa. Première d'une série de tests militaires dont les conséquences environnementales, sanitaires et sociales empoisonnent toujours les Polynésiens.