NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK

Santé et Bien-être
Carte


Blackbox

L'épidémie d'Ebola est-elle arrivée en Europe ? Malgré « tous les efforts de confinement », plusieurs cas sont suspectés à Pise en Italie

Traduction : SOTT

Bien que les responsables de l'Organisation mondiale de la santé travaillent fiévreusement pour stopper la diffusion du virus Ebola qui touche maintenant sept pays africains, leurs efforts pourraient être vains. En Guinée, un lieu à haut risque pour la contagion mortelle, les fonctionnaires du département de la Santé ont rapporté que l'épidémie était presque sous contrôle. Pourtant, Reuters rapporte que le gouvernement « a prévu de stopper d'énoncer publiquement le décompte des morts afin d'éviter de causer une panique inutile. ».
Virus Ebola
© Fuse/Thinkstockphotos
Mais la panique pourrait s'imposer.

Malgré les meilleurs efforts du personnel d'urgence, il apparaît que le virus pourrait avoir traversé l'Afrique jusqu'en Europe.
« L'épidémie du virus Ebola dans sept pays de l'Afrique de l'Ouest a déjoué tous les efforts de confinement et se répand comme un feu de brousse. D'après les groupes de secours chrétiens travaillant en Guinée et au Libéria, le nombre d'infections confirmées a grimpé de quinze pour cent juste dans les dernières vingt-quatre heures. De plus, quarante travailleurs clandestins venus de la zone d'épidémie et qui ont débarqué à Pise en Italie, y sont isolés du fait de fièvres et de « conjonctivites » (ensanglantées autour des yeux) et parce qu'ils montrent des signes d'infection au virus Ebola. Bien qu'elle soit proche de la souche du Zaïre, cette souche d'Ebola est - d'après l'Organisation mondiale de la santé - entièrement nouvelle et différente, expliquant ainsi les faux résultats négatifs des tests...depuis des semaines !

Ces faux résultats négatifs signifient que des personnes en réalité infectés par le virus Ebola, étaient rentrés chez elles pour se remettre de ce qu'elles pensaient être la grippe ou un cas d'empoisonnement alimentaire, avec pour conséquence de propager davantage le virus Ebola.

Le résultat a été une perte complète de cloisonnement de cette épidémie du virus Ebola.

Avec son arrivée probable à Pise, le continent européen est à présent en grave danger. »
Les officiels italiens nient les rapports, mais les médias alternatifs dans le pays suggèrent que c'est la raison pour laquelle un hôpital à Pise a été complètement fermé, parce que quelques quarante personnes y auraient été infectées. D'autres rapports tombant au goutte à goutte de sources variées - telles que les médias sociaux - indiquent que le virus pourrait également être apparu à environ quatre-vingts kilomètres de Pise, en Toscane.

Commentaire: Le temps nous le dira...

La peste noire serait en fait le virus Ebola
Nouvelle lumière sur la Peste Noire : la connexion cosmique
Comètes, épidémies, tabac et origine de la vie sur Terre
La Peste noire, mère de toutes les épidémies modernes
La peste aurait-elle contribué au déclin des romains ?
La peste et ses mystères
Peste de Justinien - Des scientifiques trouvent l'ADN de la toute première peste bubonique et avertissent d'une potentielle nouvelle épidémie
La Mort Noire serait d'origine céleste
De l'espoir dans le traitement de la fièvre Ebola

Health

De l'espoir dans le traitement de la fièvre Ebola

Un traitement mis au point par des chercheurs américains a permis de protéger des singes contre le virus, et ce, après l'apparition des symptômes. Des résultats prometteurs et importants puisque l'infection provoque des flambées épidémiques très graves sur le continent africain.

Ebola est l'un des virus les plus dangereux pour l'homme. Selon les épidémies, de 25% à 90% des personnes infectées ont succombé à cette fièvre hémorragique. Il n'existe ni médicament spécifique ni vaccin à ce jour. D'où l'intérêt du traitement expérimental élaboré par des scientifiques américains et testé sur des singes, à différents stades de l'infection.

Selon leurs travaux, les primates à qui ce traitement a été administré 1 heure après avoir été exposés au virus, ont tous été protégés. Pour ceux qui l'ont reçu 2 jours après avoir été infectés, ils étaient 2/3 à être protégés. Enfin, 43% des animaux qui en ont bénéficié 4 à 5 jours après l'infection ont été guéris, alors que les symptômes étaient déjà apparus.
Evil Rays

La peste noire serait en fait le virus Ebola

© Sott.net
Des aliments apportant des carences nutritionnelles, la consommation généralisée de céréales, et la très grande toxicité de notre environnement (métaux lourds, fluor, additifs alimentaires toxiques, etc), forment les conditions idéales d’une destruction de la population par la Peste Noire.
Les manuels d'histoire se trompent sur la peste noire, quand ils disent que c'est la peste bubonique, transmise par les rats et leurs puces. Une nouvelle étude suggère qu'elle était en fait causée par un virus de type Ebola, transmis directement d'une personne à l'autre.

Si les résultats sont valides, cela signifie qu'une forme moderne de la peste noire n'a pas besoin de l'insalubrité du Moyen-Âge pour se répandre. Des générations d'écoliers ont appris que la bactérie de la peste transmise par les piqûres de puces provoqua le dépeuplement de l'Europe médiévale. La peste est apparue au 14ème siècle et a tué au moins 25 millions de personnes - plus d'un quart de la population - sur une période de 300 ans. Mais deux spécialistes des maladies infectieuses ont étudié la peste noire et ont conclu qu'elle ressemblait davantage aux épidémies modernes du virus Ebola.

« A première vue, la peste noire a toutes les caractéristiques d'une maladie virale plutôt que d'une maladie induite par les bactéries de la peste« , a dit Christopher Duncan de l'Université de Liverpool. Les livres d'histoire se trompent, c'est certain.

Commentaire: À lire également :

Le virus de l'Armageddon ? Les experts craignent qu'une maladie transmise aux humains par les animaux ne dévaste l'humanité dans les cinq prochaines années

La peste et ses mystères

Comètes, épidémies, tabac et origine de la vie sur terre

Syringe

Vaccinée avec le Gardasil - La vie de Karina bascule après deux injections

Traduit de l'anglais pour Initiative Citoyenne

Karina, victime du Gardasil
© Inconnu
Karina, victime du Gardasil

Avant de commencer à vous raconter mon histoire, je tenais à dire que ma fille Karina (24 ans) était une fille très active avant qu'elle ne reçoive son vaccin Gardasil. Elle adorait surtout nager. Elle se rendait à la piscine 5 à 7 fois par semaine pour y nager environ deux heures. Elle a dû abandonner la natation quand elle est rentrée à l'université. La plupart du temps, elle faisait à vélo le trajet de la maison à l'université (17 Km) aller et retour. Karina étudie les sciences naturelles et les technologies de l'information. Elle se spécialise en biologie moléculaire et en biotechnologie à l'université de Copenhague. Malheureusement depuis qu'elle est devenue malade après sa vaccination, elle éprouve des difficultés avec ses examens et est très déçue de voir que ses résultats ne sont pas aussi bons qu'elle l'aurait espéré si elle n'avait pas été malade.


Si Karina a reçu cette vaccination alors qu'elle était plus âgée, c'est parce que le gouvernement a introduit un programme temporaire de vaccination à partir du 27 août 2012. Cela signifiait que le vaccin contre le HPV était gratuit pour les filles nées entre le 1er janvier 1985 et décembre 1992. Nous avons donc accepté la vaccination en pensant que la protection contre le cancer du col de l'utérus était du plus grand intérêt de notre fille. - Si au moins nous avions pu imaginer que ce que nous pensions qui devait la protéger, allait lui provoquer de graves problèmes de santé ! Avant de se faire vacciner, Karina était une jeune femme en parfaite santé - tous ses dossiers médicaux peuvent en témoigner.

C'est le 30 août 2012 que Karina a reçu son premier vaccin. Pendant environ un mois, elle a eu d'importantes douleurs dans le bras. Nous avons alors cru qu'il s'agissait d'un effet secondaire habituel qui ne devait pas être très grave. Une semaine plus tard, elle a commencé à avoir des maux d'estomac et à vomir. Encore une fois, nous n'avons pas fait le lien avec la vaccination. Deux semaines avant qu'elle ne reçoive sa deuxième injection, elle a eu de très fortes douleurs dans l'aine. Les douleurs n'ayant cessé de s'aggraver, elle alla consulter un médecin. Le test urinaire ayant fait apparaître des bactéries et du sang, il fut décidé que Karina devait être mise sous antibiotiques. Le jour suivant, après avoir reçu sa deuxième injection, elle dut être transportée à l'hôpital Hvidovre avec une température qui n'arrêtait pas de monter. Karina avait toujours des problèmes dans la région de l'aine et certains ganglions lymphatiques étaient pas mal gonflés. Les analyses d'urine se sont révélées négatives, bien qu'elles contenaient toujours du sang, comme ce fut encore le cas au cours des analyses pratiquées au cours des 3 ou 4 mois suivants.
Cow

Lettre à toi ami végétarien

Je connais ton discours et je partage ta vision des choses ; oui l'Homme est cruel, surtout sur l'élevage de nos chers amis les bêtes, qui nous le savons, ont en commun un sentiment appelé souffrance. Ces photos, vidéos, moi aussi j'en fus un spectateur choqué ; cette production de masse, animaux sur animaux se tenant dans la boue (Quand c'est de la boue), le gavage des oies, ces produits toxiques et ces antibiotiques que l'on injecte pour que poussin et saumon se transforment d'œuf en machine à viande en quelques jours.... Sur tout cela, tu pris donc la décision d'exclure la viande dont le goût ne t'a jamais trop excité ; et qui aujourd'hui te fait pleurer...

Tu es devenu du tout au rien, c'est à dire végétarien, prônant le végétal sur l'animal. Mais es-tu moins coupable que moi (mangeur de viande), toi qui manges de la tomate en décembre ?

Sache qu'en changeant ton régime alimentaire, tu as gardé la même bêtise : celle de la consommation stupide.

Je t'écris cette lettre que tu liras peut-être, si tu as le temps, pour te dire qu'une autre alternative est possible, que la solution est globalement dans un entre deux.

Je suis effectivement un mangeur de viande, mais pas ce mangeur de viande, amoureux de son 250 grammes de viande rouge midi et soir, venant de la grande surface, à un prix tellement dérisoire qu'il hésite d'en manger au petit déjeuné. Cette consommation là est un poison, nous ne sommes pas fait pour manger autant de viande, et cette viande elle même est un poison ; les antibiotiques, hormones, traitement en abattage etc. C'est ainsi qu'il faut la consommer autrement, une alternative est possible, réduire les portions, et choisir des éleveurs qui ont décidé de changer de cap, pour de la viande bio, rustiques, de proximité... Cette production, moins stressante et plus nature pour l'animal, donne autre chose, un autre goût (je te parlerai de cela plus tard).
Muffin

L'Anorexie en 5 mots... Vue par deux jeunes femmes en rémission

J'ai rencontré Léa Mauclère « virtuellement ». Impliquée dans la lutte contre les Troubles Alimentaires avec mon association SabrinaTCA92, je suis très présente sur les réseaux sociaux et j'ai bien sûr été ravie d'apprendre la parution de « Que je me suis arrêtée de manger » de Léa ! Tous les témoignages que j'ai lus m'ont à chaque fois apportés un éclairage différent et aidée à mieux comprendre ma maladie. Mieux comprendre pour mieux combattre...

Nous avons vite sympathisé et encore plus vite constaté la multitude de points communs que nous avons.

L'idée d'écrire à 2 mains est née tout naturellement et je suis heureuse que Léa ait acceptée ma proposition.

Nous espérons toutes deux, qu'à travers cet article et ce jeu de questions-réponses, d'autres malades se reconnaîtront et trouveront des clés leur permettant de mieux affronter leurs souffrances.

Entre anecdotes, clins d'œil, et mots douloureux... Nous avons en tous les cas pris beaucoup de plaisir à échanger de la sorte, sur ces thèmes qui nous tiennent tellement à cœur.

Nous proposons un échange sur les TCA en 5 mots clés : l'hyperactivité, le Combat, la Beauté, l'Amour et la transcendance. Parce qu'il a bien fallu faire des choix afin de ne pas trop écrire au risque de lasser et de perdre nos lecteurs...

Bien sûr, le sujet nous passionne tellement que nous n'écartons pas d'écrire à nouveau. Qui sait, un nouveau projet de livre naîtra peut-être de ce premier article ?

Bonne lecture et nos plus belles pensées à tout(e)s les Combattant(e)s !
Magnify

L'étrange flore intestinale des chasseurs-cueilleurs met fin à des idées reçues


Les Hadzas n’ont pas de bactéries du genre Bifidobacterium dans leurs intestins, alors qu’on en retrouve chez des peuples d’agriculteurs à travers le monde. © Julie3601, Wikipédia, cc by sa 3.0
Les bactéries de nos intestins jouent un rôle crucial dans notre santé et peu à peu, les scientifiques établissent la liste des bonnes et des mauvaises. Mais celle-ci doit être remise à plat, puisque le peuple Hadza, des chasseurs-cueilleurs africains, ne porte pas certains des probiotiques jugés importants, mais ne déclare pourtant pas les nombreuses maladies métaboliques ou intestinales rencontrées dans le monde occidental...

Nos entrailles constituent un terrain de jeu privilégié pour de nombreux micro-organismes. Il faut dire que nos intestins sont une aubaine pour de nombreuses espèces bactériennes, qui profitent de la nourriture qui passe dans ce long tuyau pour trouver de l'énergie. En retour, elles nous aident à la digestion, et interviennent en réalité à de nombreux niveaux, facilitant certaines fonctions et nous protégeant de maladies.

Elles sont si importantes qu'il est souvent préconisé de reconstituer les populations disparues après une prise d'antibiotiques ou des diarrhées, à l'aide d'une alimentation saine et équilibrée, ou avec des probiotiques, des compléments alimentaires contenant des bactéries. Les spécialistes savent quelles espèces nous sont les plus utiles, tandis que d'autres sont associées à des maladies.
Cell Phone

Augmentation du niveau d'exposition électromagnétique avec la 4G

© Focusur
Dans la quasi-indifférence, la technologie 4 G de téléphonie mobile se répand dans le pays. Mais elle est encore plus problématique pour la santé que les systèmes antérieurs.

A peine la génération technique 3 G de téléphonie mobile s'est-elle généralisée que la 4 G est répandue par les opérateurs et l'Etat. Justification : pouvoir recevoir toujours plus de données sur les appareils mobiles. Conséquence : un niveau d'exposition accru de la population aux ondes électromagnétiques.

Pour y voir plus clair, Silence a interrogé Janine Le Calvez, présidente de l'association Priartem (Pour une réglémentation des implantations d'antennes relais et de téléphonie mobile).
Question

La mystérieuse disparition de 2 349 tubes contenant du virus SRAS


Deux mille trois cent quarante-neuf tubes contenant des fragments du virus SRAS ont disparu d'un laboratoire de l'Institut Pasteur. | AFP/PHILIPPE LOPEZ
Comment 2 349 tubes contenant des fragments du virus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ont-ils pu disparaître d'un laboratoire de l'Institut Pasteur ? Et le coronavirus SRAS, potentiellement perdu dans la nature, pourrait-il faire de nouvelles victimes, onze ans après la pandémie qui avait infecté 8 000 personnes et causé la mort de plus de 800 malades ?

La réponse à la seconde question est claire : d'après le comité d'experts réuni à la demande du ministère de la santé, le risque infectieux est « nul » car les éprouvettes égarées ne contenaient qu'une partie du virus. Incomplet, celui-ci est inoffensif, y compris en cas de contact, de transmission aérienne ou d'ingestion.

Passée la question de la dangerosité, celle de savoir comment l'institution a pu perdre plusieurs milliers de tubes de SRAS demeure. Plus de deux mois après l'inquiétante découverte - et quelques jours après en avoir fait l'annonce officielle par communiqué de presse - , l'Institut Pasteur n'est toujours pas en mesure d'expliquer avec certitude ce qui a pu se produire.
Syringe

Vaccination : le discours simpliste des médias


Voir aussi cet article paru dans le Courrier d'ALIS de mars-avril-mai 2014 sur les anticorps.

Voir également, concernant la question de l'efficacité des vaccins, cette courte vidéo qui présente très brièvement le dernier livre du biologiste Michel Georget, auteur de « Vaccinations, les vérités indésirables » et de « L'apport des vaccinations à la santé publique » (chez Dangles):

Top