Santé et Bien-être
Carte

Beaker

Jusqu'à 84 sortes de pesticides différents dans les fruits et les légumes

Image
© Inconnu
Certains fruits et légumes produits sur le sol européen contiendraient jusqu'à 84 sortes de pesticides différents. C'est ce que révèle le rapport annuel de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié jeudi 12 mars son rapport annuel 2013 sur les résidus de pesticides dans les aliments. Les résultats portent sur l'analyse de près de 81 000 échantillons alimentaires transformés ou non transformés, originaires des 27 États membres de l'Union européenne, d'Islande et de Norvège.

L'examen des produits a été mené selon deux programmes. Un premier programme national, établi par le pays concerné, et un autre commun aux 29 États soumis, qui imposait l'analyse de 12 produits : pommes, choux pommés, poireaux, laitues, pêches, seigle, avoine, fraises, tomates, lait de vache, viande de porc et vin rouge ou blanc. 68 % des échantillons analysés ont été produits sur le sol européen, précise le rapport d'étude.

Attention

Le glyphosate, officiellement reconnu comme « cancérogène probable »

Image
© Inconnu
Trois pesticides ont été classés vendredi cancérogènes "probables" par le Centre International de recherche sur le Cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un rapport publié dans la revue médicale Lancet Oncology. Deux autres ont été classés comme cancérigènes "possibles". L'étude est signée par 17 experts de 11 pays.

L'herbicide glyphosate présent dans le Roundup, le désherbant le plus utilisé au monde, et les insecticides malathion (utilisé en agriculture et sous forme de spray dans les maisons) et diazinon ont été classés cancérogènes "probables chez l'homme".

Les insecticides tétrachlorvinphos (interdit en Europe, utilisé dans les colliers pour animaux domestiques aux États-Unis) et parathion (interdit en Europe et aux États-Unis) ont pour leur part été classés cancérogènes "possibles".

Commentaire: Notre ami le glyphosate :

- Empoisonnement public de masse au glyphosate
- Le Roundup de Monsanto et son glyphosate tue les bananes
- Un herbicide de Monsanto dans votre urine
- La protéine Bt est toxique pour les cellules humaines


Heart - Black

L'air pollué des écoles

Image
© DR
De nombreux polluants en-dehors des clous
En matière de qualité de l'air, les écoliers de l'Union européenne (UE) sont bien mal lotis, révèlent de premiers résultats du projet Sinphonie rendus publics mercredi 11 mars. Nombre d'entre eux sont exposés à plusieurs polluants bien au-delà des normes, au risque d'engendrer des problèmes respiratoires, voire des troubles de la concentration.

Si l'école est avant tout un lieu où l'on apprend, il est accessoirement celui où les poumons en prennent un sacré coup. C'est ce que révèle le projet Sinphonie, financé par la Commission européenne, et dont les premiers résultats, pour l'instant assez bruts, ont été publiés mercredi 11 mars. Ils n'en sont pas moins inquiétants.

Prenons le cas des particules fines (PM2,5). Parmi les 114 écoles évaluées, réparties entre 23 pays européens, la valeur médiane, au-dessus de laquelle se situent 50% des établissements, est de 37 µg/m3 d'air. Bilan: 85% des 5.175 écoliers respirent un air dont la teneur en PM2,5 dépasse le seuil de 10 µg/m3, fixé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'exposition à long terme, et 65% celui de 25 µg/m3 -pour l'exposition à court terme.

Nuke

Documentaire : Aliments irradiés, mauvaises ondes dans nos assiettes


C'est l'un des secrets les mieux gardés de l'agroalimentaire. Nuggets, crevettes, épices... certains aliments sont irradiés. Officiellement, c'est pour notre bien : la radioactivité élimine les bactéries. Cependant, elle aurait peut-être des effets secondaires sur notre santé. Cette enquête braque le projecteur sur l'une des pratiques les plus opaques de l'agroalimentaire.

Health

Phagothérapie, cette médecine qui vient de l'Est

Image
© Inconnu
La phagothérapie (phage therapy en anglais), encore un mot savant à coucher dehors qui vient de sortir ? Pas vraiment car il s'agit d'une technique qui ne date pas d'aujourd'hui puisqu'elle existait bien avant l'apparition des antibiotiques mais n'a jamais été appliquée à grande échelle sauf en Russie et en Géorgie dès les années 1920 et jusqu'à aujourd'hui encore.

Puisque la résistance aux antibiotiques devient un problème majeur de santé publique il a paru, enfin, intéressant de s'intéresser de nouveau à cette « vieille » technique. En quoi consiste-t-elle ? Tout simplement à attaquer les bactéries pathogènes en les exposant à leur pire ennemi, un virus contre lequel elles n'ont aucun moyen de résistance car si depuis un siècle cette approche sanitaire est communément utilisé en Géorgie et en Russie, une résistance à ces virus particuliers ne serait pas passée inaperçue. Les virus anti-bactéries s'appellent des bactériophages (pour faire court des phages, mangeurs de bactéries au sens littéral du terme) d'où ce nom bizarre de phagothérapie. On aurait pu aussi utiliser le terme thérapie virale mais il est déjà utilisé avec un autre type de virus, un adénovirus, pour transférer des gènes chez l'hôte dans le cadre des thérapies géniques en développement pour le traitement de certaines maladies orphelines. La confusion n'est donc plus possible avec la phagothérapie.

Commentaire: On pourra également visionner ce reportage sur la phagothérapie :




Health

Ebola : 2,5 millions de Sierra-Léonais confinés trois jours

Image

A Freetown, en Sierra Leone, en novembre 2014. AFP/FRANCISCO LEONG
La Sierra Leone a annoncé jeudi 19 mars un confinement de trois jours pour quelque 2,5 millions d'habitants de la région de la capitale, Freetown, et du nord du pays. Cette mesure est destinée à endiguer l'épidémie d'Ebola.

« Le confinement durera du 27 au 29 mars et sera similaire à celui de septembre » - qui avait été imposé dans tout le pays - , a déclaré à la presse le chef du Centre national de lutte contre Ebola (NERC), Palo Conteh. Les autorités du pays estiment que des cas non signalés ou enregistrés pourront ainsi être découverts.

Comme lors des opérations précédentes, une vaste campagne de porte-à-porte va être menée. Des équipes interrogeront les habitants sur la présence de malades et leur rappelleront les dangers des pratiques funéraires rituelles impliquant le toucher du corps, particulièrement contagieux dans le cas de morts d'Ebola.

Beaker

Émulsifiants alimentaires : de la nourriture... à l'exploitation du pétrole

Image
© Inconnu
Parmi les innombrables additifs alimentaires figurent en bonne place les émulsifiants numérotés de E400 à E499. Mais oui, il y a près de 100 émulsifiants différents et ils sont loin d'être tous naturels. La créativité des officines de recherche et développement de l'industrie agro-alimentaire n'a ici pas de limites.

On y trouve par exemple des huiles végétales bromées, des esters variés de saccharose, des sels de phosphate - toute une panoplie - des détergents comme le laurylsulfate ou le polysorbate 80 appelé aussi Tween 80 dans les laboratoires de biologie, un genre de savon ( ! ) dont le nom s'écrit aussi Polyoxyéthylène sorbitane monooléate et enfin, mais la liste est longue, des dérivés de la cellulose dits « carboxyméthyl-celluloses », E466 pour faire court parce que c'est également compliqué, un genre d'émulsifiant alimentaire largement utilisé aussi dans le fracking pour l'exploitation du gaz et du pétrole de roches mères ! Je n'invente rien : si les industriels de l'agro-alimentaire prennent notre tube digestif pour un puits de pétrole on est en droit de se poser quelques questions.

Parmi quelques produits courants utilisant des louches d'émulsifiants variés on peut citer la mayonnaise industrielle que je ne consomme jamais car je suis certain d'avoir quelques heures plus tard pour la moindre petite cuillère à café une diarrhée qui n'a rien de virale. Le ketch-up, cette espèce de sauce épaisse rouge sombre et sucrée contient des émulsifiants et aussi des demi-louches de sirop de maïs enrichi en fructose (tout pour plaire) mais il y a aussi les ice-creams variés, la crème chantilly en cartouches sous pression et une multitude d'autres préparations industrielles tout aussi appétissantes et toxiques les unes que les autres.

Beaker

Pesticides : contamination généralisée des eaux de surfaces

Image
© Inconnu
Le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) vient de fournir les dernières données[1] sur la présence de pesticides dans les eaux....et les nouvelles ne sont pas bonnes !

Les données du CGDD sont des données 2012 qui viennent d'être traitées et publiées en ligne sur le site du MEDDE. Les résultats ont de quoi inquiéter et montre une contamination généralisée :

- Il y a des pesticides dans 89% des points de mesures en eau de surface. Dans 26% des points de mesures c'est même 20 pesticides et plus que l'on retrouve, dans + de 51% des points plus de 11 pesticides différents ! Au niveau des cours d'eau, 602 pesticides différents ont été identifiés.

- Les 2 molécules les plus quantifiées dans les cours d'eau sont le glyphosate et son principal métabolite l'AMPA

- Il y a des pesticides dans 71% des points de mesures en eau souterraine. L'atrazine et ses métabolites restent en tête des molécules retrouvées...mais l'AMPA fait son entrée dans le top 15 des molécules retrouvées.

- Dans les cours d'eau les normes DCE pour les pesticides sont dépassées dans 5% des cas, dans les nappes phréatiques elles le sont dans 19% des cas.

Syringe

Les vaccins sont la source d'attaques macrovasculaires

© Sciencephotolibrary
Outre ses qualifications de médecin et de chercheur, le Dr Moulden a reçu pas moins de 27 prix/récompenses pour ses recherches cliniques et biomédicales, son enseignement et son excellence académique. Il est aussi le leader du parti canadien « Action ». Sa philosophie peut se résumer ainsi : « Il ne s'agit pas d'être meilleur que ses concitoyens, il s'agit d'aider ses concitoyens à devenir meilleurs »

Au moyen de technologies classiques et ultra modernes de diagnostic et d'imagerie médicale, le Dr Moulden , M.D., médecin, expert en psychiatrie, neuro-psychiatrie et neurologie comportementale, apporte les preuves en termes de physiologie et de clinique médicales que TOUTES les vaccinations provoquent directement ou de manière différée des troubles et des maladies aiguës ou chroniques, permanentes ou transitoires susceptibles de toucher tous les systèmes du corps. Le Dr Moulden a mis au point une nouvelle technologie en imagerie médicale pour mettre en évidence les troubles et dégâts neurologiques se produisant après les vaccinations. Grâce à cette technologie il est possible de mettre en valeur et de démontrer sur clichés et vidéos prises 30 secondes avant et 30 secondes après une vaccination ce qui se produit dans différents tissus du corps. « Nous avons en quelque sorte, explique le Dr Moulden, mis au point une sorte de télescope Hubble avec nos examens neurologiques et microbiologiques. »

« Il s'agit probablement de la découverte la plus importante qui ait jamais été réalisée au cours de toute l'histoire de la médecine si l'on considère l'énorme épidémie silencieuse que nous avons créée avec ces vaccinations « passe-partout » qui constituent l'acte le plus odieux qui ait jamais été perpétré au cours de l'histoire, et que nous avons fait pour le profit.
 »

Beer

Les dégats du « binge drinking » sur le cerveau des adolescents

Image
© Inconnu
Une étude de l'Inserm confirme les dangers de la "biture express" (binge drinking) et montre que le fait de consommer rapidement de grandes quantités de boissons alcoolisées (plus de 5 verres, et parfois beaucoup plus) engendrerait des dégâts bien visibles dans le cerveau des adolescents : il apparaît en effet que cette pratique est associée à des dommages cellulaires dans le cerveau de jeunes souris ainsi qu'à une perte de la mémoire à court terme.

Environ 20 % des adolescents boiraient régulièrement et, en 2011, une étude européenne (ESPAD) indiquait que près de la moitié des jeunes de 15-16 ans avaient bu jusqu'à l'ivresse dans le mois précédent. Or l'adolescence est une période de maturation du cerveau pendant laquelle de nombreuses connexions synaptiques s'établissent : cette plasticité rend le cerveau plus vulnérable aux substances toxiques.

Ces chercheurs ont mené une étude chez la souris, en exposant des animaux adolescents et adultes à une prise excessive d'alcool, unique ou répétée. Les chercheurs ont ensuite analysé l'expression de nombreux gènes dans le cerveau des animaux et les ont soumis à des tests comportementaux.