Santé et Bien-être
Carte


Bacon n Eggs

Petite histoire du gras : genèse d'une désinformation et plus encore (Partie 2)

© Inconnu
L'essor des huiles végétales

Les huiles végétales n'étaient pratiquement pas consommées aux États-Unis en 1910 (jadis, les restaurants McDonald's faisaient cuire leurs frites dans du suet de boeuf), mais représentent de nos jours 7% à 8% des calories. Elles ont d'abord été utilisées comme gras de cuisson sous les marques Wesson et Mazola, puis sous forme solide dans la margarine, le Crisco, les biscuits, les craquelins, les muffins, le pain, les croustilles, les repas surgelés et la mayonnaise.

Les huiles végétales font diminuer le cholestérol sanguin total comparativement au gras saturé, mais elles ont un effet secondaire majeur : le cancer. N'étant pas saturées, elles deviennent cancérigènes lorsqu'elles s'oxydent. Convertir une huile végétale en un gras solide permet d'en augmenter les utilisations possibles de manière exponentielle, surtout au niveau des produits alimentaires manufacturés, mais si cela est fait par hydrogénation, l'apparition de gras trans viendra rendre le produit final fort nocif pour l'humain.

Cow Skull

Des millions de moustiques génétiquement modifiés bientôt libérés aux USA ?

© Inconnu
Des millions de moustiques génétiquement modifiés pourraient être libérés dans les Keys de Floride si les chercheurs britanniques obtiennent l'autorisation d'utiliser les insectes contre deux maladies virales extrêmement douloureuses. Le district de lutte contre les moustiques des Keys de Floride attend la décision de l'Administration des Aliments et Médicaments des USA sur l'utilisation de moustiques avec un ADN modifié en tant que médicament pour soigner la dengue et le virus Chikungunya.

Bien que les virus soient considérés comme des menaces dans le pays, beaucoup sont effrayés à l'idée d'être attaqué par un organisme génétiquement modifié et plus de 130 000 personnes ont signé une pétition contre l'expérience lancée par la plateforme Change.org. Même les promoteurs potentiels de l'initiative admettent qu'il faut faire davantage pour démontrer les avantages de l'utilisation des insectes modifiés qui, pouvant piquer les personnes, augmentent les risques. Avec le changement climatique et la mondialisation des maladies tropicales qui se répartissent de plus en plus loin de l'Équateur, il n'y a toujours pas de vaccins ou de traitements pour ces maladies.

Commentaire: Petit rappel concernant un éventuel transfert d'ADN :
Des études prouvent que quand les humains ou les animaux digèrent les OGM , les gènes artificiellement créés transfèrent et modifient la nature des bactéries bénéfiques dans l'intestin. Les chercheurs rapportent que les microbes trouvés dans l'intestin grêle de personnes ayant l'ilestomie (maladie intestinale) sont capables d'acquérir et d'abriter des séquences d'ADN provenant de OGM .
- L'ADN des OGM transféré aux humains qui les mangent?

Pas besoin d'une imagination débordante pour réaliser que par la piqure d'une moustique, on peut transmettre ce que l'on désire.

A propos des moustiques :

- Des moustiques OGM dans la nature
- Des moustiques transgéniques sont produits en masse par le Brésil
- Surprise! Les moustiques OGM seraient-ils inefficaces ?

Bacon

Petite histoire du gras : genèse d'une désinformation (Partie 1)

© Inconnu
La journaliste scientifique Nina Teicholz a récemment publié un best-seller intitulé « The Big Fat Surprise », au sujet de l'impact du gras saturé sur la santé. Elle a épluché des centaines d'études publiées depuis les 1960s et interviewés des acteurs importants du domaine de la nutrition qui ont influencé les politiques gouvernementales à l'égard du gras.

Des connaissances oubliées...

En 1906, Vilhjalmur Stefansson, un Américain d'origine islandaise oeuvrant comme anthropologue à l'Université Harvard, a décidé de vivre parmi les Inuits dans l'Arctique Canadien. Environ 70% à 80% des calories de ces populations provenaient du gras, surtout saturé. Ils semblaient en excellente santé, pas d'obésité ni de maladies telles que le diabète.

En 1928, de retour à New York, Stefansson et un collègue, sous la supervision d'une équipe de scientifiques qualifiés, ont débuté une diète constituée exclusivement d'eau et de viande pendant un an. À la fin de l'année, les deux hommes se sentaient très bien et étaient en parfaite santé. (voir l'étude ici) Stefansson a poursuivi la diète jusqu'à la fin de sa vie et est demeuré en bonne santé jusqu'à sa mort à 82 ans.

Commentaire: Quelques précisions afin de faciliter la compréhension de l'article. Comme le souligne l'auteur dans un de ses propres commentaires :
- Question : Vous écrivez: « Il observa aussi qu'au sein d'un pays, l'incidence des maladies cardiaques était corrélée au niveau de cholestérol sanguin. » Ensuite vous écrivez : dans les années 1950s, on savait déjà que de remplacer la graisse animale par la graisse végétale faisait diminuer le cholestérol total dans le sang.

Donc, manger davantage de graisse végétale réduit l'incidence de maladies cardiaques.

La deuxième affirmation était basée sur quoi exactement? Comment ça qu'on savait déjà dans les années 1950s que la graisse végétale faisait diminuer le cholestérol ?

Finalement, vous écrivez : « En 1957, Keys publia une série d'études démontrant que le meilleur moyen de faire baisser le cholestérol total était de réduire la consommation de gras saturé (donc animal). » Est-ce que cette étude a aussi été discréditée?.

- Réponse : Attentions aux syllogismes. Les deuxièmes et troisièmes affirmations sont vraies. La première affirmation aussi dans un sens, mais corrélation n'implique pas causalité. La troisième partie de l'article éclaircira ce point.
Pour bien comprendre, prenons un exemple : « il y a une forte corrélation entre la consommation de gras saturé et les décès par maladies cardiaques par pays. » ne veut pas dire que la consommation de gras saturé est la cause des maladies cardiaques. (Dans ce cas précis, il est plus probable que la consommation d'hydrates de carbones, parce qu'ajoutée à la consommation de gras, soit le vrai responsable du délit).

Pour commencer à se faire une autre idée du gras :

- Une présentation du régime cétogène
- Interview de Stephen Phinney sur le régime cétogène
- Le régime cétogène pourrait être la clé pour guérir du cancer
- Le gras est bon pour la santé
- Ne privez pas votre enfant de gras !

Beaker

Bisphénols, EE, phtalates et avenir de l'humanité

© Inconnu
Cette fois, le scandale pourrait être d'ampleur planétaire et les malthusiens de tous bords, y compris les écologistes, Greenpeace en tête, vont pouvoir se réjouir ! La fertilité masculine diminue dramatiquement et les ovules des femmes sont tout simplement inutiles car de moins en moins capables de produire un embryon viable. Parallèlement l'ensemble de la population se dégrade au niveau des facultés intellectuelles en raison d'interconnexions neuronales défectueuses, tout pour plaire !

C'est en étudiant l'effet du bisphénol A (BPA) sur la maturation des gonades au cours de la vie fœtale et leur fonctionnement durant l'âge adulte qu'une équipe du Centre de Biologie Reproductive de l'Université de l'État de Washington à Pullman dirigée par le Docteur Patricia Hunt que l'idée lui est venue de comparer les effets de cet additif universellement utilisé pour la production de matières plastiques et de films à usage alimentaire ainsi que de papier thermosensible avec les effets du 17-alpha-ethynyl-estradiol (EE), l'un des anticonceptionnels les plus utilisés dans le monde.
Health

Le jeûne, d'utilité publique

© Inconnu
3 repas par jour, plus des goûters, est anormale d'un point de vue évolutionniste. Voici l'essence de la toute récente publication du National Institute of Aging à Baltimore aux États-Unis. Cette étude a été publiée dans l'un des journaux scientifiques les plus prestigieux, le PNAS pour Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States, classée 3ème derrière Nature et Science dans la catégorie « multidisciplinaire ».

Egalement un point fort de ce papier paru novembre de l'année dernière : elle ne présente aucun conflit d'intérêt. Les auteurs sont même connus pour être des spécialistes de la restriction calorique et du jeûne intermittent en relation avec les maladies dites de civilisation (diabète, obésité, maladies cardiovasculaires, etc.). Dans cette étude, les auteurs mettent en relation l'évolution de la fréquence (1, 2, 3 repas ou plus) et du rythme (quand mange-t-on ? Le matin, le soir ?) de nos prises alimentaires avec l'évolution des grandes épidémies sanitaires modernes, l'obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires.
Cheeseburger

Junk-food : la vraie fabrication des frites McDo

© Inconnu
Un journaliste américain a réussi à s'infiltrer chez un fabricant de frites pour le fast-food McDonald's et révèle la liste des 18 additifs utilisés, en plus de l'ingrédient de base qu'est la pomme de terre.

Les frites de McDonald's sont-elles faites avec de vraies pommes de terre ? Et que des pommes de terre ? Le journaliste américain Grant Imahara a pu pénétrer dans une des usines produisant pour le fast-food mondial et découvrir de ses propres yeux, les secrets de fabrication des frites. Verdict : 19 ingrédients dont la pomme de terre et... 18 additifs.

18 additifs et pas de danger pour la santé ?

Parmi ces nombreux additifs, des arômes comme ceux de bœuf et de lait, de l'huile de soja hydrogénée saupoudrée de sel, mais aussi du dextrose - un sucre naturel qui donne l'aspect reluisant et bien jaune aux frites-, du pyrophosphate de sodium qui les empêchent d'être toutes rabougries. Mais aussi beaucoup d'antioxydants pour éviter que toutes ces huiles et additifs ne tournent.
Syringe

Vaccin contre la grippe : historiquement inefficace

Traduction : Initiative citoyenne

© Inconnu
Nous voici dans l'hiver 2015. Les responsables américains de la Santé Publique admettent que le vaccin contre la grippe historiquement inefficace est une fois de plus un échec épique. [1, 2]

La mesure d'efficacité du vaccin contre la grippe a été évaluée de 0 à 62 pour cent

Au cours des trois dernières saisons grippales, le CDC a revendiqué une efficacité globale du vaccin contre la grippe de 47 à 62 pour cent [3], alors que d'autres experts l'ont évaluée de 0 à 7%. [4] D'autres études suggèrent que lorsque les enfants se font vacciner chaque année contre la grippe, cette vaccination peut interférer avec de saines réponses immunitaires et faire en sorte que ces enfants soient davantage susceptibles d'attraper la grippe au cours de certaines saisons grippales. [5, 6] La littérature médicale indépendante documente que les vaccins contre la grippe n'empêchent pas vraiment la grippe, ses complications [7,8] ou d'autres types de maladies grippales (syndromes grippaux, SG) associées à d'autres types de virus qui provoquent environ 80% de toutes les infections respiratoires ou gastro-intestinales au cours de n'importe quelle saison grippale. [9, 10 ,11 ,12]

Aucun américain n'achèterait ou n'accepterait de conduire une voiture dont les freins et la ceinture de sécurité ne fonctionnent que dans la moitié des cas. Les constructeurs automobiles qui vendraient pareil produit défectueux seraient poursuivis devant un tribunal, et à juste titre.
Smoking

Cigarette électronique : une étude controversée remet en cause son innocuité

© AP/Nam Y. Huh
Chauffé à une certaine puissance, le liquide contenu dans la cigarette électronique s'avère particulièrement cancérigène
Des chercheurs de l'Université d'État de Portland aux États-Unis ont publié une nouvelle étude s'inquiétant des effets néfastes de la cigarette électronique sur la santé. Selon leurs travaux en laboratoire, publiés sous forme d'une lettre dans la dernière édition du New England Journal of Medicine (NEJM), le liquide à partir duquel se forme la vapeur inhalée par les utilisateurs d'e-cigarette fabrique une substance cancérigène, le formaldéhyde.

Selon leur étude, cette substance ne se forme pas lorsque la cigarette électronique fonctionne à faible voltage (3,3 volts). Néanmoins, il apparaît lorsque le liquide est chauffé grâce à un courant d'une tension plus importante (5 volts). A ce voltage, le taux de formaldéhyde fabriqué est alors largement plus élevé que ceux trouvés avec la combustion des cigarettes conventionnelles.

Plus cancérigène que la cigarette ordinaire ?

Selon eux un utilisateur de cigarette électronique qui inhalerait chaque jour l'équivalent de trois millilitres de ce liquide vaporisé chauffé au maximum, absorberait quelque 14 milligrammes de formaldéhyde. En comparaison, une personne qui fume un paquet de cigarettes par jour absorbe, elle, environ trois milligrammes de ce cancérigène.

Commentaire: La cigarette industrielle est certes un véritable poison et la cigarette électronique sans doute bien moins innocente qu'il n'y parait. Pourquoi ne pas fumer du bon tabac bio ?

- Le tabac en Amazonie n'est pas une drogue mais une médecine
- Le scandale de la falsification des données sur les dangers du tabac
- Le cancer du poumon et le tabac
- Dr William T. Whitby : vive le Tabac, où l'on découvre que l'usage du tabac n'est pas mauvais pour notre santé
- Le tabac : une plante médicinale anti-cancer

Bacon

Exclusivité SOTT - L'ultime menace terroriste alimentaire en 2015 : (encore) la viande rouge

Traduction : SOTT
© Inconnu
Ne vous faites pas avoir par ce délicieux morceau de perfection. Ce n'est rien d'autre qu'une portion grillée de Satan en personne !
En matière de nutrition et de diététique, la viande rouge est grandement détestée des médias grand public et du milieu universitaire depuis les années 1950. Et lorsqu'on examine minutieusement la question, comme je l'ai fait, on se rend compte que cet état de fait ne repose (et n'a jamais reposé) sur aucun raisonnement solide. Mais avec leur besoin constant d'obtenir des subventions ou de vendre des gros titres, ou simplement de justifier leur propre existence, il leur faut un ennemi. La viande rouge semble actuellement faire l'affaire. Pensez-y comme à l'État Islamique de votre assiette.

Tout cela remonte au brouhaha ridicule qui a débuté dans les années 1950 quand des nutritionnistes apparemment lucides décidèrent d'ignorer toute leur scolarité (et toute pensée rationnelle) pour apporter leur soutien à une science vraiment de piètre qualité « montrant » comment les graisses saturées étaient liées aux maladies du cœur. Je n'entrerai pas ici dans les détails de fond (il existe déjà quantité de présentations de cette histoire).

La perception du public de la viande rouge ne s'en est jamais vraiment remise, et les médias « frappons les hommes à terre » continuent sans relâche à asséner des coups à leur victime. Associez ce vieux truc d'accuser des boucs émissaires avec la mythologie tendance politiquement correcte de la nécessité d'une « alimentation à base de végétaux » et vous avez la recette parfaite pour que de un « méchant », on en arrive à tous « méchants ». Au diable la vérité : la viande rouge est Hitler (bravo à Fox News pour celle-là).
Stock Down

Les fruits et les légumes jusqu'à 100 fois plus pauvre qu'il y a 50 ans...

© Pixabay
Avec l'augmentation des rendements agricoles, nos aliments sont devenus des coquilles vides... de nutriments. Combien de pêches, d'oranges, de brocolis faut-il ingurgiter pour retrouver les bienfaits d'il y a un demi-siècle ?

Mordre à pleines dents dans une pêche et avaler... de l'eau sucrée. Manger toujours plus, pour se nourrir de moins en moins. Tandis que, dans les pays développés, nos apports en calories augmentent, la plupart des aliments non transformés que nous consommons - fruits, légumes et céréales - deviennent des coquilles vides sur le plan nutritionnel. Une dizaine d'études d'universités canadiennes, américaines et britanniques, publiées entre 1997 et aujourd'hui, font état d'une dégringolade de la concentration en nutriments dans nos aliments. Ces travaux résumés dans l'étude « Still no free lunch » de Brian Halweil, chercheur au Worldwatch Institute confirment l'essor de la « calorie vide » : grasse, sucrée, mais inutile pour la santé. Même dans les aliments réputés sains, vitamines A et C, protéines, phosphore, calcium, fer et autres minéraux ou oligo-éléments ont été divisés par deux, par vingt-cinq, voire par cent, en un demi-siècle. Pour retrouver les qualités nutritionnelles d'un fruit ou d'un légume des années 1950, il faudrait aujourd'hui en manger une demi-cagette !

Commentaire: C'est finalement le meilleur constat d'échec que l'on puisse dresser. « C'est à ses fruits que l'on reconnait l'arbre », et c'est parfaitement le cas de l'écrire. L'agriculture moderne a échoué. Elle remplit les ventres mais ne nourrit plus. Le productivisme a conduit à l'utilisation intensives des intrants chimiques. A force d'usage, ceux-ci ont lessivé les sols, devenus vides de sels minéraux nourriciers, détruisant dans la foulée les insectes et tous les micro-organismes indispensables à la construction de toute autre vie issue de la terre. Le cercle vicieux est entamé : quelle plante mal nourrie donnera de bons fruits ?

- Comprendre l'agriculture passée, présente... à venir ?
- Où va le monde ?

Ici, à Sott, nous ne sommes pas trop d'accord avec le dicton qui dit : « Une pomme par jour éloigne le médecin pour toujours ». On aurait même tendance à penser le contraire. Mais il y a une bonne nouvelle : nous pouvons trouver ces vitamines ailleurs, dans les produits issus des élevages respectueux de l'environnement et du bien-être animal.

- Vitamine C : foie, rognon, abats en tout genre, pas trop cuits. Ou vitamine C liposomale à faire soi-même.

- Vitamine A : bien meilleure quand elle d'origine animale : oeufs, beurre, ghee, abats, poisson. La vitamine A végétale est souvent du béta-carotène, un précurseur de la vit.A, et qui demande au corps un travail de transformation, pour un taux de rendement médiocre.

- Fer, sels mineraux : le miraculeux bouillon d'os.

Enfin, de manière générale, cela peut être l'occasion de réfléchir et d'envisager la possibilité de se nourrir différemment :

- Une présentation du régime cétogène

Top