Santé et Bien-être
Carte


Life Preserver

Diète : la meilleure des solutions pour traiter les affections intestinales?

© Inconnu
J'ai souvent remarqué, probablement comme beaucoup de parents, aussi bien avec mes enfants qu'avec mes petits-enfants, que lorsque ces derniers souffraient de petits troubles digestifs ils s'imposaient une diète et se contentaient de boire de l'eau ou parfois un verre de lait ou à la limite manger un morceau de pain. Un enfant de deux ans ne peut pas sciemment décider de faire un tel choix. Il existe donc chez lui un comportement qui relève de l'instinct et que les adultes ont oublié. Les parents déplorent d'ailleurs « la perte d'appétit » de leur enfant malade mais est-il vraiment utile de forcer un enfant malade à manger ? Voilà bien une question tellement inattendue qu'elle pourrait faire croire à mes lecteurs que j'ai perdu la tête. Et pourtant il existe une explication à ce comportement qui vient d'être découverte à la suite d'une étude collaborative entre plusieurs laboratoires universitaires dirigée par le Département de Pathologie de l'Université de Chicago. Ce travail a été réalisé avec des souris mais il est parfaitement transposable aux êtres humains.

Commentaire: Quelques articles concernant l'intestin, ce merveilleux organe :

- Focus sur le rôle immunitaire de nos intestins
- La santé de vos enfants commence dans les intestins

Et bien sûr, des infos concernant le jeûne :

- A propos du jeûne en cancérologie
- Les bienfaits du jeûne intermittent
- Un jeûne périodique aurait de grands bénéfices pour la santé

Heart - Black

Des traitements de la ménopause cancérigènes ?

© Inconnu
La réponse est malheureusement "oui" ! Nous allons voir pourquoi et proposons une alternative simple et économique.

Curieusement, la Haute autorité de santé vient d'accepter, en juillet 2014, le remboursement « des traitements hormonaux de la ménopause (THM) » .

Je n'en suis pas surpris tant les laboratoires pharmaceutiques sont efficaces pour convaincre les "spécialistes" en les inondant de publications scientifiques "publicitaires". Les experts, eux, gobent sans mot dire, sans réfléchir. Est-ce la mode, les labos ou la santé publique qui comptent ?
Que la sécurité sociale accuse un déficit abyssal importe peu. Il faut absolument traiter cette "maladie" qu'est la ménopause !

Commentaire: Pour une reminéralisation générale de l'organisme, rien ne vaut les produits animaux, sélectionnés avec soins. Les bouillon d'os, les os, les poissons entiers, le gras, qui favorise l'assimilation des minéraux, la gélatine, etc.

- Les bienfaits secrets du bouillon maison

Pour les végétaux, certains facteurs limitants entraveront l'assimilation des minéraux, comme l'acide phytique par exemple, et donneront comme résultats des effets opposés à ceux attendus et une acidification de l'organisme.

Nuke

28 ans aprés Tchernobyl, les rennes norvegiens toujours trop radioactifs

© Inconnu
Près de trois décennies après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, des rennes de Norvège affichent une poussée de radioactivité qui les rend actuellement impropres à la consommation, a indiqué une chercheuse jeudi.

Le niveau de césium 137, isotope radioactif pouvant découler d'un accident dans une centrale atomique, mesuré chez des rennes d'élevage a atteint jusqu'à 8 200 becquerels (Bq) par kilo cette année dans le centre de la Norvège. Cette région a été la plus touchée du pays par le nuage radioactif dégagé lors du désastre, survenu à des milliers de kilomètres de là, qui avait fait des milliers de morts en 1986.

"C'est bien au-dessus de la limite fixée pour autoriser l'abattage des animaux", à savoir 3.000 Bq par kilo, et très au-delà du niveau mesuré il y a deux ans (entre 1 500 et 2 500 Bq), a déclaré à l'AFP Inger Margrethe Eikelmann de l'Autorité norvégienne de protection contre les rayonnements.
Airplane

Ebola : bientôt des contrôles de température dans les aéroports du Canada

Les voyageurs présentant des symptômes associés au virus Ebola devront se soumettre à des tests de température corporelle ciblés dans les aéroports canadiens par mesure préventive.

Ottawa a emboîté le pas à Washington, mercredi, en annonçant un resserrement des contrôles de sécurité dans les aéroports du pays.

« Le gouvernement prendra des mesures additionnelles en implantant des contrôles de température ciblés », a affirmé en Chambre la ministre fédérale de la Santé, Rona Ambrose, en réponse à une question de l'opposition.

Déjà, « les voyageurs en provenance des pays d'Afrique de l'Ouest touchés [par l'épidémie] sont repérés, et on leur demande des informations sur leur état de santé », a-t-elle spécifié.

Dans une déclaration écrite transmise en fin de journée, mercredi, l'administrateur en chef de la santé publique, le docteur Gregory Taylor, a précisé en quoi consistaient ces nouvelles mesures.
Attention

Pas de discrimination, intoxication à l'aluminium pour tous!

© Inconnu
Depuis un certain nombre d'années, on entend parler ici et là des dangers de l'aluminium sur notre santé. Certains documentaires diffusés récemment mettent clairement en évidence sa dangerosité. Pourtant, presque aucune restriction sanitaire n'est prise et nous le trouvons toujours en abondance dans bon nombre de produits de consommation du quotidien. Sommes-nous à l'aube d'un scandale sanitaire, comme l'a été celui de l'amiante ? Nous allons dans ce dossier, essayer d'en avoir une vision plus claire, études scientifiques à l'appui.

En effet, l'aluminium est omniprésent dans notre quotidien, on en trouve dans les sodas contenus dans les canettes en aluminium, dans la nourriture acide en contact avec du papier d'aluminium, dans les déodorants/antitranspirants, l'eau du robinet, produits cosmétiques, additifs alimentaires tels que E173, 520, 521, 523, 541, 554, 555, 556, 559 et E55, colorants alimentaires, divers aliments comme le pain, les biscuits ou la charcuterie, ustensiles de cuisine, médicaments antiacides, vaccins et même dans le lait infantile.

Que savons-nous exactement de son influence sur la santé humaine ?

Officiellement le discours reste très vague, même s'il est admis que l'aluminium, sous « certaines conditions » est connu pour être un neurotoxique, les dosages minimes que nous incorporons via l'alimentation quotidienne ou l'utilisation de certains produits ou ustensiles ne seraient à priori pas si dangereux que ça. Si l'on découvrait son implication dans diverses maladies très graves, il serait bien évidemment interdit immédiatement.
Syringe

Tétanos, une propagande vaccinale supplémentaire

© Inconnu
Qui n'a pas tremblé devant le spectre du tétanos après une blessure, une piqûre de rosier, ou une brûlure ? Les autorités médicales, depuis qu'il existe un vaccin, ont tellement martelé la peur dans nos esprits en dressant un tableau très noir de la maladie et en nous persuadant que seule la vaccination était salvatrice, que bien peu d'entre nous prennent le temps de réfléchir et de considérer avec bon sens la réalité des faits.

Quels sont les faits ? Voici trois points importants :

- Le tétanos est une maladie non contagieuse. Un individu ne peut pas contaminer son voisin, il ne peut pas y avoir d'épidémies. Ceci doit nous interpeler. Pourquoi vacciner une population entière massivement alors que la maladie ne représente pas un danger en santé publique ?

- Le tétanos est une maladie non immunisante, on ne trouve pas d'anticorps antitétaniques chez un individu guéri du tétanos. Ceci doit nous interpeler. Comment le vaccin peut-il immuniser si la maladie elle même ne le peut pas ?

- Le tétanos est une maladie rare, c'est dans cette catégorie que l'OMS le classe. Elle ne touche que des personnes âgées ; les enfants ne sont pas atteints dans les pays industrialisés. Ceci doit nous interpeler. Pourquoi vacciner tous les enfants dès le bas âge contre une maladie qui ne les menace pas ?
Megaphone

L'ADN des OGM transféré aux humains qui les mangent?

Traduction : Pleinfeux.org

© Inconnu
Dans une nouvelle étude publiée par la revue « Public Library of Science », des chercheurs affirment qu'il y a des preuves suffisantes que des repas qui ont des fragments de ces ADN portent des gènes complets peuvent entrer dans le corps humain par un mécanisme inconnu.

Il serait intéressant de savoir si les scientifiques des sociétés en biotechnologie ont déjà identifié cette méthode. Dans l'un des échantillons sanguins, la concentration relative de l'ADN végétal est plus élevée que celui de l'humain.

L'étude a été basée sur l'analyse de plus de 1000 échantillons humains qui provenait de 4 études indépendantes. « Public Library of Science » est une revue scientifique qui couvre la recherche primaire des disciplines au sein de la science et de la médecine. C'est une bonne nouvelle de voir que les résultats de cette étude confirment ce que de nombreuses personnes ont soupçonnent depuis des années.

En ce qui concerne les cultures et les aliments OGM , nous ne savons vraiment pas quels seront les effets sur les gens sur le long terme. La vente commerciale d' OGM n'a commencé qu'en 1994.

Commentaire: Remplaçons quand même le « la plupart des pays » par « quelques pays »...

Health

Fatigue décisionnelle : plus la journée avance, plus le médecin prescrit d'antibiotiques...

© Inconnu
À mesure que leur journée de travail avance, les médecins ont tendance à prescrire plus d'antibiotiques de façon inappropriée, selon une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Internal Medicine.

Les médecins prennent de nombreuses décisions de soins pour les patients chaque jour. La demande cognitive cumulative de ces décisions peut éroder leur capacité à résister aux choix potentiellement inappropriés, expliquent les chercheurs.

Les psychologues ont appelé fatigue décisionnelle cette érosion de la maîtrise de soi après des prises de décisions répétées. Ils ont montré que le phénomène affecte des professionnels non médicaux. Par exemple des études ont montré une détérioration de la qualité des décisions chez les juges après une session de prises de décision.
Attention

Virus Ebola : cinq personnes hospitalisées en Espagne

Cinq personnes sont hospitalisées à Madrid, en Espagne, en lien avec le virus Ebola. Outre l'aide-soignante qui est devenue la première personne à contracter la fièvre hémorragique hors d'Afrique, son mari, deux infirmières et un ingénieur sont actuellement suivis de près.

Une des infrimières et l'ingénieur pourraient obtenir leur congé de l'hôpital Carlos III dès aujourd'hui, leurs premiers tests n'ayant pas révélé la présence du virus. L'autre infirmière présente toutefois une légère fièvre, selon le quotidien El Pais.

Le temps presse

Le autorités espagnoles mènent une véritable course contre la montre pour tenter d'identifier les contacts que l'aide-soignante a pu avoir avant d'être hospitalisée. Déjà, une cinquantaine de contacts potentiels ont été identifiés.

Les efforts pour repérer d'autres personnes qui ont potentiellement été exposées au virus continuent puisque l'aide-soignante, qui est hospitalisée depuis lundi, présentait des symptômes dès la fin du mois de septembre.
Pills

Quand certains antibiotiques rendent obèse

© DR
La malbouffe certes, mais pas seulement
Les antibiotiques, mais seulement ceux à large spectre, favorisent l'obésité chez le jeune enfant, confirme une étude publiée dans la revue JAMA Pediatrics. Le phénomène serait lié à la flore intestinale, qui se met en place au cours des premiers mois de vie.

Voilà qui devrait inciter à réduire plus nettement notre consommation d'antibiotiques. Et qui démontre, une fois de plus, que l'obésité n'est pas qu'une question d'alimentation trop riche. Comme d'autres maladies métaboliques, dont le diabète, elle est liée à la flore intestinale. Or celle-ci, constituée de milliards de bactéries, goûte assez modérément les antibiotiques.

Charles Bailey, du Children's Hospital de Philadelphie (Pennsylvanie), et ses collègues en apportent la démonstration dans leur étude. Menée sur 64.580 enfants de 0 à 2 ans soignés entre 2011 et 2013 dans cet hôpital, elle montre que ceux qui ont reçu au moins 4 traitements par antibiotiques ont un risque accru de 11% de devenir obèses plus tard dans l'enfance.

Élément confirmant cette association, seuls les antibiotiques à large spectre [1], les plus susceptibles de fragiliser toute la flore intestinale, favorisent l'obésité. Aucun effet n'est observé pour ceux à spectre étroit, qui sont ceux recommandés en première ligne dans les infections pédiatriques.

Outre l'obésité, l'excès d'antibiotiques favorise l'antibiorésistance, une résistance des bactéries qui rend les maladies infectieuses de plus en plus difficiles à traiter. Autre effet collatéral, les infections par la bactérie Clostridium difficile, liées à une déstabilisation de la flore intestinale: source de diarrhées nosocomiales parfois mortelles, leur incidence a doublé entre 2010 et 2010 aux États-Unis, révèle une nouvelle étude américaine.

Notes :

[1] Les plus connus sont l'ampicilline, l'amoxicilline, la pénicilline, la tétracycline et la streptomycine.
Top