Santé et Bien-être
Carte


Cheesecake

Malbouffe et graisses partiellement hydrogénées

© Inconnu
L'industrie agroalimentaire parfaitement organisée pour réaliser le maximum de profits sur le dos des producteurs et au détriment de la santé des consommateurs maitrise parfaitement les techniques qui permettent de présenter au consommateur des aliments agréables au regard et au goût indépendamment de la qualité intrinsèque de ces derniers. Un des points les plus représentatifs de la dangerosité de la malbouffe industrielle est l'usage inconsidéré et sans aucun contrôle des graisses partiellement hydrogénées, un terme pudique pour dissimuler un processus industriel destiné à réduire le rancissement des graisses ajoutées dans un nombre impressionnant de plats préparés et précuits proposés aux accros du plat TV ou de la cuisine vite faite en fermant les yeux.

Or il se trouve que l'hydrogénation partielle des graisses et autres huiles fait apparaître des acides gras que l'organisme ne peut pas prendre en charge car ils sont artificiels et n'existent que très rarement dans les aliments naturels comme le lait ou les graisses animales. L'utilisation intensive de ces triglycérides essentiellement d'origine végétale que ce soient les huiles de colza, de coton, de soja, de tournesol ou de palmier à huile, le plus souvent mélangées avant ou après hydrogénation fait que quelques soient les législations adoptées, il existe toujours un risque pour la santé. Et un très gros risque !
Attention

Le bisphénol A, de pire en pire!

© Inconnu
Quand on sait (ou ne sait pas) que le bisphénol A (BPA) est l'un des composés chimiques les plus abondants dans de nombreuses applications on peut se poser de réelles question sur son innocuité. Le BPA en chiffres : 7 millions de tonnes produites en 2013 pour un chiffre d'affaire global de 14 milliards de dollars et une croissance annuelle d'environ 4,5 %. Ce marché considérable se partage entre Bayer, Dow, SABIC et Mitsui et quelques autres firmes chinoises et indiennes. En très bref les applications du BPA vont des polycarbonates, résines époxydes, retardateurs de feu, polyacrylates, donc essentiellement l'industrie des plastiques dont les films et emballages alimentaires, peintures et vernis mais aussi le papier thermosensible. On comprend dès lors qu'il est impossible de trouver une personne exempte de BPA dans son sang ou ses urines à moins d'aller dans un village reculé de la forêt de Papouasie-Nouvelle Guinée à condition qu'aucun ustensile en plastique ne soit utilisé dans ce village !

C'est sur l'application du BPA dans l'élaboration des papiers thermosensibles qu'une équipe de biologistes se répartissant entre l'Université du Missouri à Columbia et l'Université et l'INRA de Toulouse en France s'est penchée pour suivre le devenir du BPA dans l'organisme, une première mondiale dont les résultats sont tout simplement alarmants. Les résultats sont en effet assez effrayants surtout quand on sait que le BPA est reconnu comme étant un puissant perturbateur endocrinien. Les régulateurs ont tout simplement « oublié » la possibilité d'un passage direct dans le sang du BPA par contact avec la peau.
Evil Rays

« Le téléphone portable m'a détruit la santé » avoue l'ex-directeur de technologie chez Nokia

© emfwise.com/children
Matti Niemelä Il est particulièrement inquiet pour les enfants et l’utilisation qu’ils font du téléphone portable, car la distance recommandée à maintenir entre l’appareil et l’oreille ou la tête n’est pas du tout respectée
Matti Niemelä, ex-Directeur de Technologie chez Nokia, a participé au développement des premiers téléphones portables dans le monde, mais lui-même est tombé gravement malade à cause de leurs rayonnements. En outre, on lui a diagnostiqué une sclérose en plaques. Certaines études indiquent que les rayonnements peuvent accroître le risque de développement de cette maladie.

Pour Matti Niemelä, établi à Tampere, 44 ans, la vie était comme dans un film, lorsque jeune homme, il a été recruté et formé par Nokia en 1997. En presque dix ans, ce jeune surdoué est devenu le Directeur technologique de Nokia, et a participé au développement des premiers téléphones portables dans le monde, des clés USB et des connections WLAN / WIFI. En 2007, la santé de Niemelä s'étant détériorée, sa carrière a pris fin brutalement. Aujourd'hui, cet homme n'est capable de se déplacer qu'avec l'aide d'un déambulateur (ou marchette). Niemelä refuse d'utiliser un fauteuil roulant.

« L'ironie dans tout ça, c'est que je ne peux plus utiliser les appareils que j'ai développé », dit Niemelä en souriant. Niemelä est l'un des malheureux ayant présenté de graves symptômes dus aux rayonnements. « Je me déplaçais partout dans le monde avec un transmetteur à la main, l'exposition aux rayonnements était très forte du matin au soir, et même la nuit. Peu de gens en ont eu une telle dose », dit Niemelä.
Windsock

Les éoliennes, nocives pour la santé?

© Inconnu
De plus en plus agressif, le lobby éolien va jusqu'à nous parler de « milliers d'emplois créés grâce à l'installation d'éoliennes ». Manœuvre destinée à nous faire oublier leur prix ? Leur inutilité ? Leur nocivité ? La pollution qu'elles créent directement ou indirectement ? Les lobbies se moquent pas mal du citoyen à plumer ! (1) Un exemple de cette convoitise jointe à une indifférence crasse me choque particulièrement. Il s'agit des infrasons générés par les éoliennes et qui augmentent avec l'augmentation de leur dimension et puissance.

Les nuisances des éoliennes sur la santé des riverains sont reconnues depuis longtemps. Au Danemark, les plaintes des victimes sont systématiquement ignorées ou rejetées. Le lobby éolien affirme que le bruit des éoliennes ne dérange que quelques opposants de mauvaise foi et les infrasons ne sont même pas mesurés : les infrasons - moins de 20 Hertz - n'existent pas... puisqu'on ne les entend pas !(2)

Le sud de la Belgique a confié à la firme ICA l'étude du bruit des éoliennes industrielles en fonctionnement pour pouvoir fixer des normes. Jusque-là on copiait les Pays-Bas. Le résultat des mesures a amené à augmenter le seuil de bruit éolien à tolérer de 40 à 43 dB... Les oreilles belges seraient-elles plus résistantes que les hollandaises ? En ce qui concerne les infrasons, le rapport ICA dit qu'il y en a peut-être bien... mais ne les mesure pas. Il est vrai que, s'il y a beaucoup de plaintes, il existe peu de rapports de ces mesures en dehors de l'étude de Rand Acoustics (3)

Commentaire: Voire également à ce sujet :

- Éoliennes et basses fréquences, futurs problèmes de santé publique?

Life Preserver

Scoliose : problématique, idées reçues, solutions

© Inconnu
Contrairement aux idées reçues, la scoliose n'est pas d'origine posturale, mais génétique, biomécanique, neurologique et environnementale. En clair, les raisons sont obscures. Et ce que l'on sait encore moins, c'est que, pour les scolioses importantes, des alternatives au port du corset ou à la chirurgie existent.

Les scolioses sont dites idiopathiques, ce qui signifie que la médecine n'en connaît pas la cause. On en est donc réduit à préconiser des traitements qui ne peuvent être que symptomatiques. N'agissant que sur la conséquence et non sur la cause, inconnue, ils ne peuvent pas être très efficaces pour la guérir, ni même pour stopper son évolution.

Diagnostic et évolution

La scoliose est une torsion de la colonne vertébrale qui se traduit par une ou deux courbures d'inclinaison latérale dorsale, lombaire ou dorso-lombaire, associée à une rotation des vertèbres sur leur axe ce qui provoque une déformation thoracique appelée voussure ou gibbosité, constatée lorsque le patient se penche en avant. Un hémithorax est alors plus haut que l'autre. De plus, la cyphose dorsale est diminuée. Curieusement, personne n'envisage jusqu'à présent qu'il faut a priori une cause musculaire pour tordre une colonne. La confirmation du diagnostic et le suivi sont radiologiques : on mesure l'inclinaison latérale selon la méthode de Cobb. Pour les scolioses de faible amplitude, jusqu'à 10°, le meilleur traitement reste encore de ne rien faire tout en surveillant l'évolution. En effet, les courbures initiales de moins de 10° s'aggravent rarement. Ce qui n'est pas le cas des courbures de 10 à 20° qui s'aggravent dans 10 à 30 % des cas. Dans le même registre, notons que les scolioses de plus de 20° s'aggravent dans 50 à 80 % des cas. Au-delà de 30 %, il y aura aggravation quasi systématique.
Health

Ebola : une infirmière américaine mise en quarantaine a été traitée « comme une criminelle »

Une infirmière américaine, de retour d'une mission en Sierra Leone où elle a aidé les malades d'Ebola, a dénoncé son placement d'office en quarantaine à son retour aux Etats-Unis alors qu'elle ne présentait aucun des symptômes d'une infection.

Kaci Hickox, qui a travaillé pour Médecins sans Frontières en Sierra Leone, a été la première personne placée d'office en quarantaine, une mesure décrétée vendredi par les gouverneurs du New Jersey, Chris Christie et de New York, Andrew Cuomo, pour toutes les personnes soupçonnées d'avoir été en contact avec des malades d'Ebola.

«Absence flagrante d'organisation»

«Je ne souhaite à personne une telle situation et j'ai peur pour les gens qui vont être dans mon cas à l'avenir», a souligné l'infimière dans le quotidien The Dallas Morning News samedi. «J'ai peur pour les autres personnels de santé qui vont expliquer dans les aéroports qu'ils ont lutté contre Ebola en Afrique de l'ouest», a-t-elle ajouté dénonçant une situation chaotique et une absence flagrante d'organisation et de consignes précises pour l'accueil de ces personnes.
Magnify

Le POEA, composant du Roundup, 10 000 fois plus toxique que le glyphosate

© Inconnu
Une équipe de chercheurs de l'Université de Caen, affiliée au laboratoire BioMEA, s'est penchée sur les effets du POEA, le principal adjuvant des herbicides à base de glyphosate comme le Roundup, et confirme sa toxicité pour la vie aquatique à des doses correspondant à la pollution moyenne des rivières en zone agricole. Des travaux qui viennent confirmer les résultats d'études initiées par le Pr Séralini.

Depuis 2005, s'appuyant sur de nombreuses expériences inédites et publiées dans des revues scientifiques à comité de relecture, l'équipe du Pr Séralini, basée à l'Université de Caen, a démontré le rôle fondamental des adjuvants dans les formulations de pesticides. Les chercheurs alertent sur le fait que l'évaluation des pesticides néglige systématiquement la toxicité des adjuvants pour se concentrer uniquement sur l'analyse d'une seule molécule, dite « principe actif ».

L'autorisation du Roundup, l'herbicide le plus vendu au monde, repose ainsi depuis 1975 sur la seule évaluation du glyphosate, sa molécule dite « active », dans l'étude des effets à long terme. Or, les adjuvants comme le POEA sont jusqu'à 10 000 fois plus toxiques sur des cellules humaines que le glyphosate. Par ailleurs, de nombreuses études « in vitro » réalisées par l'équipe du Pr. Séralini sur le glyphosate et le Roundup ont montré des effets de toxicité (nécrose, modification de l'apoptose, perturbation endocrinienne) de l'herbicide en formulation bien plus important qu'avec le glyphosate seul.
Ambulance

L'épidémie d'Ebola dépasse les 10.000 cas

La fièvre hémorragique Ebola a dépassé la barre des 10.000 cas, avec 4.922 morts, selon le dernier bilan publié samedi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon le bilan établi au 23 octobre, 10.141 cas ont été déclarés dans huit pays depuis le début de l'épidémie, faisant 4.922 morts.

Un précédent bilan arrêté au 19 octobre faisait état de 4.877 morts sur 9.936 cas enregistrés dans sept pays.

L'OMS divise en deux groupes les pays touchés, distinguant les pays les plus gravement atteints (Guinée, Liberia, Sierra Leone) et ceux ayant dénombré un ou quelques cas (Mali, Nigeria, Sénégal, Espagne et États-Unis).

Parmi ces derniers, le Nigeria et le Sénégal ne sont plus considérés comme affectés par l'épidémie.
Propaganda

Les cinq plus gros mensonges sur le virus Ebola

Traduit par Esprit Science Métaphysique

Les cinq plus gros mensonges sur le virus Ebola répandus par le gouvernement et les médias

Malheureusement, toute la désinformation que le gouvernement et les médias complices propagent sur Ebola rendra la pandémie du virus Ebola bien pire. C'est parce qu'on ne dit pas la vérité aux gens sur la façon dont le virus Ebola se propage et comment ils peuvent aider à empêcher la transmission de la maladie.

Les médias et le gouvernement protègent les intérêts financiers des compagnies pharmaceutiques qui semblent être beaucoup plus importants que la santé.publique. Les gens sont tellement nombreux à ignorer la façon dont le virus Ebola se propage et de quelle façon ils peuvent améliorer leur capacité à survivre à une pandémie mondiale.

Voici cinq des plus gros mensonges répandus sur Ebola en ce moment.

Mensonge n ° 1- Ebola ne pourra jamais arriver chez nous

Ce mensonge a été brisé quand on a enregistré des cas en Europe et aux Etats-Unis. Non seulement le virus Ebola s'est déjà répandu, mais des scientifiques de haut niveau disent que ce n'est que le début et que Ebola va se propager encore plus.
Ambulance

Ebola gagne New York et le Mali

Un médecin new-yorkais contaminé par le virus Ebola en Guinée a été hospitalisé tandis que le Mali a enregistré son premier cas jeudi soir.

Après Dallas, New York. Un médecin récemment revenu d'Afrique de l'Ouest a contracté le virus Ebola, premier cas avéré de la maladie dans la plus grande ville américaine.

Quand au Mali, il a enregistré son premier cas confirmé, une fillette de 2 ans venue de Guinée voisine avec sa grand-mère, qui a été placée en quarantaine à Kayes (ouest), a annoncé jeudi soir le ministère de la Santé. Toutes les personnes ayant été en contact avec l'enfant ont été placées sous surveillance, selon les autorités sanitaires.

4e cas d'Ebola aux Etats-Unis

Craig Spencer, 33 ans, a travaillé en Guinée pour Médecins sans Frontières (MSF) avec des malades d'Ebola. Il avait quitté ce pays le 14 octobre pour revenir, via l'Europe, à New York, ont indiqué jeudi soir les autorités, annonçant le résultat des examens médicaux menés dans la journée, après qu'il a développé une forte fièvre. C'est le quatrième cas d'Ebola aux Etats-Unis.
Top