Santé et Bien-être
Carte


Bacon n Eggs

"L'alimentation est notre première médecine"

© Wavebreak Media Ltd/Veer/Corbis
Canadien, le professeur Richard Béliveau est docteur en biochimie, directeur scientifique du laboratoire de médecine moléculaire et de la chaire en traitement du cancer à l'université du Québec à Montréal. Coauteur avec Denis Gingras de L'alimentation anti-âge (Le Livre de poche), il explore depuis plus de 30 ans les vertus anticancer des aliments. Des recherches très avancées outre-Atlantique face à des maladies de civilisation en pleine expansion. Un dossier en partenariat avec La Quotidienne de France 5.

Maladie d'Alzheimer, cancer, diabète, problèmes cardiovasculaires... Ces maladies de civilisation pourraient être largement évitées en changeant notre alimentation explique le Dr Béliveau, rappelant le célèbre adage d'Hippocrate, il y a près de 2500 ans : « Que ton aliment soit ta seule médecine. » Au sein du laboratoire de médecine moléculaire qu'il dirige, le professeur canadien explore avec son équipe depuis plus de 30 ans les molécules des aliments et leurs vertus anticancer.

Les recherches sur les aliments santé proviennent en grande partie des États-Unis ou du Canada. Comment expliquez-vous cela ?

L'épidémie de l'obésité et la crise de la malbouffe nous ont touchés bien avant vous et les coûts et impacts sont si conséquents sur notre société qu'ils obligent les politiques à réagir, à l'exemple de Mme Obama qui en a fait un enjeu majeur de sa communication de première dame. Dans des régions comme le Mississippi, on compte jusqu'à 88% d'obésité ! Au Canada, c'est désormais la moitié du budget de l'État qui doit être consacré à la santé. On assiste à une rupture de la transmission des connaissances culinaires entre mères et filles. Aujourd'hui, la ménagère américaine connaît moins de huit recettes de cuisine. Ce désert culinaire a été comblé par l'industrie agroalimentaire et la vague d'épidémies de santé dues à la malbouffe rejoint l'Europe et même la France. Des bastions comme la Crète ou l'île d'Okinawa, des modèles de l'alimentation saine, sont désormais touchés : la culture des pizzas et des crackers a ainsi envahi l'île japonaise des centenaires au contact des bases américaines qui y sont installées.
Ambulance

Si vous faites la promotion d'un remède contre l'Ebola, des hommes en arme pourraient se montrer à votre porte

Extraits traduits par Hélios pour le BBB.

Si j'avais un remède contre l'Ebola, je ne pourrais jamais vous le vendre. Je n'ai bien sûr pas de remède, mais même si j'en avais un, je ne pourrai jamais en parler. Et si vous aviez un remède contre l'Ebola et que vous commenciez à en faire la promotion sur internet, des hommes armés pourraient bientôt se montrer à votre porte. Je ne plaisante pas, malheureusement. Même si vous avez fait une découverte qui pourrait sauver potentiellement des millions de vies, vous ne gagneriez pas un gramme de clémence de la part de la FDA [Food and Drug Administration, organisme qui gère les médicaments aux US]. En fait, la FDA vient de publier une déclaration qui contient un avertissement qui fait froid dans le dos adressé à tous ceux qui prétendent connaître un moyen de prévenir ou de guérir l'Ebola. Et sans doute, les bureaucrates de la FDA ratissent en ce moment internet pour tout ce qui ressemblerait à un remède ou un traitement contre l'Ebola. S'ils en découvrent un, ils sont susceptibles de sévir très durement. Donc si vous avez vraiment un remède contre l'Ebola, vous feriez bien d'être très prudent. Vous pourriez vous retrouver devant des hommes avec des armes automatiques qui font une descente chez vous quand vous vous y attendez le moins.

(...) La dure réalité est que nous sommes en 2014 et que nous vivons à une époque où notre gouvernement est dirigé par des obsédés paranoïaques du contrôle.
Bad Guys

Une plus grande concentration de mercure dans l'Atlantique nord

© Inconnu
Selon une étude franco-américaine, la concentration de mercure dans les océans ne cesse d'augmenter et touche un océan en particulier affectant aussi la population marine.
Selon une étude publiée dans la revue Nature, la concentration de mercure serait anormalement élevée dans les eaux profondes d'Atlantique du Nord ! Une fois dans l'eau, ce métal est absorbé dans l'organisme du poisson qui se retrouve après dans nos assiettes. Au cours de plusieurs expéditions, les chercheurs ont analysé les eaux des océans Arctiques, ceux du Sud, ainsi que le Pacifique et l'Atlantique."La concentration globale de mercure a augmenté de 150% et le niveau de mercure a triplé à la surface des eaux", écrit l'équipe de scientifiques. Selon eux, cela serait principalement dû à la pollution humaine et industrielle.

Commentaire: Ah le beau discours schizophrénique. D'un coté, la consommation de poisson ne présente aucun risque, et de l'autre... il faut faire attention malgré tout.

Syringe

Le vaccin antigrippal : danger pour les seniors!

© Inconnu
La propagande en faveur de l'inutile et dangereuse vaccination antigrippale commence désormais de plus en plus tôt : Vers l'Avenir y consacrait encore un article en plein mois d'août. Mais ce qui change encore la donne, c'est qu'il s'agit ici d'insister sur la fausse bonne idée d'administrer aux seniors un vaccin "renforcé", entendez donc un vaccin surdosé... quand on voit déjà que même à dose normale, le vaccin antigrippal est l'un des plus dangereux (avec le vaccin HB, le Prevenar et les vaccins HPV), voilà qui fait vraiment froid dans le dos.
Health

Immunonutrition et intolérances alimentaires

belly
L'immuno-nutrition est issue de nombreux travaux scientifiques mettant en relief le rôle primordial de l'intestin grêle et les réactions immunologiques d'intolérance qui peuvent se déclencher si son fonctionnement est perturbé.

De nombreuses références médicales attestent de sa réalité.

Alimentation, altération du système immunitaire et inflammation chronique

Nous savons bien, maintenant, qu'une alimentation déséquilibrée ou inadaptée contribue à entretenir une inflammation chronique de notre organisme, une altération de notre système immunitaire et de la qualité de notre longévité. Ces dysfonctionnements répétés et prolongés peuvent entraîner des symptômes comme des maux de tête, des ballonnements, des selles anormales (diarrhées ou constipations), des perturbations digestives, mais aussi certaines maladies de « civilisation » comme l'herpès, le psoriasis, l'eczéma et les maladies auto-immunes (inflammations et douleurs articulaires, diabète, pancréatite, thyroïdite, etc...) et certains états anxio-dépressifs ou « pseudo » fibromyalgiques.

Le concept de « maladie coeliaque » inaperçue toucherait bien au-delà de la stricte intolérance au gluten environ 30% de la population et expliquerait tant de symptômes peu spécifiques tels que ceux décrits ci-dessus.

L'intestin grêle : fondamental pour notre immunité

L'intestin grêle fragmente notre alimentation en macro et micro nutriments pour qu'ils puissent traverser la barrière intestinale et pénétrer la circulation sanguine.
Attention

Premier cas suspect d'Ebola en Espagne


L'hôpital Carlos III où avait été admis le missionnaire espagnol. © getty.
Une personne qui pourrait avoir contracté le virus d'Ebola, premier cas possible en Espagne après la mort du missionnaire espagnol rapatrié à Madrid le 7 août, a été placée en isolement dans un hôpital spécialisé à Alicante (ouest), ont annoncé samedi soir les autorités sanitaires.

Des examens ont été menés sur le patient mais "nous n'aurons pas les résultats avant la semaine prochaine, peut-être lundi", a précisé à l'AFP une source hospitalière à Alicante.

Le département de santé de la région de Valence affirme, dans un communiqué, avoir "activé de manière préventive le protocole prévu en cas de suspicion de présence du virus Ebola".

"Le patient est hospitalisé dans l'hôpital Saint Jean" à Alicante, "dans un état clinique stable, dans une zone isolée", selon le communiqué.
Info

Le basilic... un aromate mais aussi une huile énergisante !

Basilic


Pour ceux et celles qui croient que le basilic provient de l'Italie, et bien vous avez tort. Cette annuelle de la famille des lamiacées est plutôt originaire de l'Inde. Il existe plus de cent variétés de basilic, dont le basilic sacré et le basilic camphré, mais nous parlerons principalement du basilic exotique (Ocimum basilicum).

Le terme basilic est tiré du grec ancien et signifie «  plante royale  ». Le nom français de basilic et son utilisation comme aromate datent du XIIIe siècle, mais on en retrouve des traces aussi loin que dans l'Antiquité.

Haut de trente à cinquante centimètres, le basilic exotique a une tige carrée rameuse et velue qui devient souvent ligneuse. Toutes ses espèces sont très odorantes. Ses feuilles d'un vert foncé sont petites, ovales et lancéolées. Ses fleurs en épis, blanches et légèrement rosées, sont regroupées le long des tiges et apparaissent en été. Les graines sont noires, fines et oblongues.

L'huile essentielle d'Ocimum basilicum est obtenue par distillation des feuilles et des fleurs par entraînement à la vapeur d'eau. Le rendement, de l'ordre de 0,1 %, est de cent grammes d'huile essentielle pour cent kilos de plante. L'essence obtenue est limpide, jaune clair et très aromatique, herbacée aux notes épicées et anisées.
Syringe

L'adjuvant vaccinal VTX-294 cible les nouveau-nés

baby, vaccine
Un adjuvant est un produit qu'on rajoute dans les vaccins pour augmenter la réponse immunitaire de l'organisme.

Vous connaissez en effet le principe du vaccin : on vous inocule un microbe affaibli afin de stimuler vos défenses naturelles. Le jour où vous serez contaminé par la maladie vraie, votre système immunitaire aura gardé mémoire de ce microbe, et réagira plus vite et plus fort pour l'éliminer.

C'est du moins la théorie. En pratique, c'est plus compliqué.

La science médicale veut corriger le système immunitaire des bébés

Chez les bébés, le système immunitaire ne fonctionne pas du tout comme chez les adultes ni même comme chez les petits enfants. (1)

Au lieu de combattre les corps étrangers qui cherchent à pénétrer, le bébé les accueille. C'est logique parce que le fœtus est un peu comme un « invité » dans le ventre de sa mère. Il doit être en mesure d'accueillir tout ce qui passe au travers du placenta. Grâce à un processus qui n'est pas encore bien compris de la science médicale, peu de temps avant et après la naissance, le système immunitaire qui acceptait toutes les substances étrangères se met à les rejeter. Il faut environ six mois après la naissance pour que ce processus soit terminé.
Fish

Le poisson bon pour la santé ? De moins en moins...

© Inconnu
Il est recommandé de manger du poisson, ce serait bon pour le cœur et la mémoire, mais à cause de l'activité humaine certains sont potentiellement toxiques. C'est pourquoi l'ANSES (l'agence de sécurité alimentaire) ne recommande pas plus de 2 portions par semaines.

Depuis des décennies l'homme déverse des produits polluants dans les océans, de plus en plus de contrôles sont réalisés sur les poissons pêchés, mais on retrouve encore beaucoup de produits toxiques dans nos assiettes. Il y a des substances inorganiques comme le Mercure, l'Arsenic, le Zinc, le Plomb, le Cuivre, le Fer, mais aussi le Cadmium et le Sélénium. Toutes sont assez toxiques pour l'homme : risques d'intoxication aux métaux lourds, etc... On trouve aussi des composés organiques très dangereux comme le PCB (Polychlorobiphényle) les dioxines et des pesticides.

Le PCB était utilisé en France comme additif et isolant de toutes sortes, il est désormais interdit et les préfets peuvent règlementer la pêche au-dessus d'un certain seuil de pollution. Les PCBs sont cancérigènes (risque de cancer du foie, du pancréas et des voies biliaires), ils augmentent aussi les risques d'infertilités, même à faible dose et se fixent aux graisses dont le lait (maternelle). Il est donc déconseillé par l'ANSES de manger plus d'une portion de poisson par mois pour les femmes enceintes ou qui allaitent.

Commentaire: Après cette énumération des contaminants présents dans les poissons, on pourra rigoler et/où s'inquiéter des recommandations faites par l'ANSES.

Voilà de quoi calmer les ardeurs poissonnières :

- Corps pollués...
- Océans - Les poubelles radioactives
- Depuis la révolution industrielle, 3 fois plus de mercure dans les océans
- La consommation de poissons associée à la présence de mercure dans le sang
- Enfants hyperactifs. Il sont empoisonnés
- Les moules avalent le plastique. Et qui mange les moules... ?
- Pesticides : les Français en ont plein le sang, des niveaux trois fois plus élevés que les allemands et les américains

Health

Le mercure dentaire, le scandale d'un neurotoxique qui nous empoisonne

tooth
Après le Mediator, encore un scandale sanitaire ? Sous forme de plombages et d'amalgames pour soigner les caries, 17 à 18 tonnes de mercure seraient placées chaque année sur les dents des Français. Pourtant, de nombreuses études révèlent le rôle du mercure dans des troubles neurologiques. Qu'importe ! Pour l'Afssaps, qui s'appuie sur des rapports entachés de conflits d'intérêts, le mercure dentaire, dans son utilisation actuelle, ne présente pas de véritables risques. Des associations dénoncent l'isolement des autorités françaises. Et appellent à suivre l'exemple de plusieurs pays européens qui ont interdit l'utilisation du mercure dentaire.

Un poison. Comment qualifier autrement les plombages dentaires qui, lorsqu'ils sont retirés de la bouche des patients, sont classés comme déchets dangereux par la Commission européenne... et interdits de poubelle. Les « plombs », ou amalgames dentaires, contiennent 50 % de mercure élémentaire associé à de l'argent ou de l'étain. Dans la bouche, ces amalgames libèrent du mercure en permanence sous forme de vapeurs, qui s'accumule dans le cerveau, les reins ou le foie. Les données relevées par l'association Non au mercure dentaire sont effrayantes : 17 à 18 tonnes de mercure seraient placées chaque année dans la bouche des Français. La liste des méfaits des amalgames est longue : neurotoxiques, génotoxiques, immunotoxiques, reprotoxiques, ou encore perturbateurs endocriniens.
Top