NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK

Santé et Bien-être
Carte


Health

Une « puce » pour détecter les cellules cancéreuses du sang

Mehmet Toner , Daniel Haber
© National Institutes of Health
Mehmet Toner (à gauche) et Daniel Haber
Le flux sanguin est une voie de prédilection pour la diffusion d'un cancer à d'autres organes (métastases). La détection précoce dans le sang de rares cellules tumorales qui y circuleraient pourrait favoriser la lutte contre la maladie.

Une équipe de la HarvardMedical School (Boston) propose un dispositif qui y parvient avec une précision inédite. Les mêmes chercheurs avaient mis au point en 2007 une puce de silicium comprenant des canaux tapissés d'anticorps spécifiques pour stopper les cellules tumorales, mais certaines d'entre elles - notamment les mélanomes - , dépourvues de cette clé de reconnaissance, échappaient à la détection. Le nouveau système, baptisé i-Chip, présenté dans Science Translational Medicine le 3 avril, vise à détecter toutes les cellules tumorales circulantes en trois étapes.

Commentaire: L'organisme sait parfaitement éliminer les cellules cancéreuses qui se forment régulièrement dans le corps. Mais ce dispositif peut se laisser déborder et un cancer se développe. Dans son livre « Quand le corps dit non » , Mate Gabor fait le lien entre le dysfonctionnement de ce mécanisme et le stress.

Bug

Les chercheurs américains nous préparent-ils une « apocalypse épidémiologique » ?

frrecherche
Depuis la « grande terreur » du H1N1 qui avait relativement bien pris avec la complicité des grandes institutions internationales comme l'OMS, le sujet de la grippe aviaire revient de manière récurrente, mais avec de moins en moins de force.

Si la machine à faire peur avait été enrayée, c'est qu'il était désormais admis par tout le monde que la grippe aviaire, même dans sa forme la plus virulente, le H5N1, ne se transmet qu'au contact des oiseaux infectés. Vers la fin des années 90, cette forme avait causé, dit-on, environ 300 morts dans le monde. L'épidémie, qui concernait plutôt les volailles qui périrent par millions, ne s'appliquait pas tout à fait à l'homme, malgré le branle-bas de combat qui eut lieu alors. Le branle-bas de combat prit encore plus d'ampleur avec le H1N1 au nom d'un nouveau principe en vogue, le principe de précaution, qui sera également utilisé pour la Sécurité des Etats-Unis sous le nom de guerres préventives.
Syringe

Vaccins à l'aluminium : un débat loin d'être clos

© DR
La myofasciite, maladie de l'adjuvant aluminium?
La polémique sur les vaccins adjuvantés à l'aluminium ne faiblit pas, même entre les scientifiques, comme en témoignent les échanges tenus lors du colloque organisé ce jeudi 22 mai par l'Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (Opecst).

Ce jeudi aura vu deux colloques sur les vaccins à l'aluminium se succéder à l'Assemblée nationale: l'un organisé par l'association d'entraide aux malades de myofasciite à macrophages (E3M), l'autre par l'Opecst. Et force est de constater que le consensus est loin d'être acquis quant à un éventuel rôle de l'adjuvant aluminium, employé depuis les années 1920, et la myofasciite à macrophages. Originalité du sujet: il ne s'agit pas d'une simple querelle entre associations et experts, comme c'est souvent le cas, mais d'une réelle controverse entre scientifiques.

La myofasciite à macrophages évoque le syndrome de fatigue chronique, avec ses douleurs musculaires et articulaires, sa fatigue généralisée et persistante, ses troubles cognitifs. Et ce en présence de lésions au niveau du muscle - là où a eu lieu l'injection-, avec infiltration de macrophages, des cellules immunitaires, qui s'avèrent chargés de sels d'aluminium.

Commentaire: On pourra consulter les articles suivants concernant la présence d'aluminium dans les vaccins :

- Vaccins : nouveau syndrome d'auto-immunité lié à l'aluminium
- L'aluminium vaccinal, responsable de maladies incurables
- Aluminium et mercure des vaccins liés à des maladies neurologiques selon des scientifiques et des associations
- La myofasciite à macrophages, une maladie qui serait liée à l'aluminium dans les vaccins

Pills

Nouvelle polémique autour des statines : elles provoqueraient le diabète

© Flickr/KJGarbutt
Une notice sur deux de statines ne fait pas état de l'effet diabétogène du médicament.
Nouvelle polémique autour des statines: elles seraient responsables de cas de diabète. En exclusivité pour L'Express, le docteur Philippe Nicot, qui a dirigé une thèse consacrée à l'effet diabétogène du traitement, revient sur ce travail qui replace une fois de plus les statines au cœur du débat.

Plus de six millions de personnes en France traitent leur cholestérol avec des statines. Or leur effet diabétogène, prouvé par la thèse de Frédérick Stambach, est encore méconnu.

Philippe Nicot, médecin généraliste depuis 24 ans et membre du Formindep, association qui se bat pour une médecine indépendante du marketing des laboratoires pharmaceutiques, a dirigé cette thèse dont l'élaboration a duré deux ans, pendant l'internat de Frédérick Stambach, 31 ans. Le docteur Philippe Nicot dévoile, en exclusivité pour L'Express, les principaux enjeux de cette recherche qui pose de nouvelles questions autour de la consommation des statines.

Rares sont en effet les études qui aboutissent à des conclusions positives concernant le médicament, souvent accusé de provoquer des atteintes musculaires. Le scientifique Philippe Even était allé jusqu'à clamer son inutilité. Les statines restent donc sujettes à polémique. La thèse de Frédérick Stambach ne fait pas exception.
Magnify

La ghréline, hormone de la faim aux effets bénéfiques

© Inconnu
Des chercheurs du centre médical de l'UT Southwestern dirigés par le Professeur Jeffrey Zigman ont montré que l'hormone de la faim, la ghréline, possédait la propriété de pouvoir limiter sensiblement l'ampleur de la dépression après une exposition à long terme au stress.

En 2008, le même équipe avait déjà montré que la ghréline, qui est produite dans l'estomac et les intestins, présente des effets antidépresseurs puissants et naturels qui se manifestent lorsque ses niveaux augmentent en raison de la restriction calorique ou d'un stress psychologique prolongé.

Dans cette nouvelle étude, ces chercheurs ont montré sur l'animal, la capacité de la ghréline à stimuler la neurogenèse ou formation de nouveaux neurones dans l'hippocampe, une zone du cerveau qui régule l'humeur, la mémoire et les comportements alimentaires mais joue également un rôle majeur contre la dépression après une exposition prolongée au stress.

Les composés P7C3 de la ghréline, découverts en 2010, étaient déjà connus pour leurs capacités neuroprotectrices dans la maladie de Parkinson, la sclérose latérale amyotrophique et certaines lésions cérébrales. Mais selon ces nouveaux travaux, ces agents, en ayant la capacité de stimuler la neurogenèse, auraient un effet antidépresseur plus important que la plupart des médicaments antidépresseurs actuellement disponibles.

Ces scientifiques pensent que les patients souffrant de dépression liée au stress chronique, associée à des niveaux de ghréline modifiés, comme c'est le cas pour l'obésité et l'anorexie mentale, pourraient être réceptifs à un traitement utilisant ces composants neuroprotecteurs.
Pills

Antibiotiques et obésité : un lien de cause à effet ?

© Inconnu
Les antibiotiques nous ont-ils rendus gras ?
Les antibiotiques, largement utilisés dans l'élevage conventionnel, pourraient avoir un lien avec le développement de l'obésité. En détruisant la flore bactérienne de l'organisme, ils favoriseraient la prise de poids.

À l'heure où l'Union Européenne et les États-Unis négocient les conditions du Traité de libre-échange TAFTA pour créer un grand marché économique transatlantique, de nombreux citoyens européens craignent que l'UE n'effectue un pas en arrière en commercialisant des produits américains non conformes à la réglementation européenne, plus stricte que celle de ses partenaires outre-Atlantique. Outre la questions des OGM ou du poulet lavé au chlore, le problème des hormones de croissance et des antibiotiques dans l'alimentation des animaux de ferme anime vivement le débat. En 2009, l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux révélait que 80 % des antibiotiques aux États-Unis étaient destinés à l'alimentation animale.
Sun

Propagande : le soleil est notre ennemi

© Inconnu
Un chapeau, des lunettes de soleil, des manches longues, de l'écran total pour les bouts de peau qui dépassent quand même, rester à l'ombre, et même à l'intérieur de midi à 16 heures.
C'est ainsi que nous croyons nous protéger du cancer de la peau.
Mais ce programme ne va pas seulement vous gâcher le plaisir de l'été et des vacances. Il est aussi mauvais pour la santé.
Il faut savoir ce qui suit.


Connaissez le risque réel de mourir d'un cancer de la peau

On parle beaucoup du cancer de la peau car sa fréquence double tous les 10 ans depuis 1945.

Cela paraît énorme, mais, en même temps :

- sur 60 millions de Français, 1 672 personnes sont décédées en 2012 du cancer de la peau [1].

Cela fait 1 612 personnes de trop. Mais c'est à comparer au 150 000 qui meurent des autres types de cancers ; et aussi aux 130 000 qui meurent d'une maladie cardiaque.

Pourquoi est-ce important de faire la comparaison ?
Heart - Black

Plan Cancer 2014 - La grande imposture des « molécules innovantes »

Plan cancer 2014
© Inconnu
Le Plan Cancer 2014 relègue les traitements éprouvés au bénéfice de ceux fondés sur la génétique - et des profits qui y sont liés. Qu'on cherche à améliorer les traitements et qu'on favorise l'innovation, c'est bien. Qu'on remplace délibérément les traitements qui marchent par des « essais précoces » sans validation par des expérimentations jusqu'alors obligatoires et sans recul sur l'efficacité ou les effets délétères parfois retardés, c'est inadmissible (1).

Cette substitution des traitements éprouvés ne repose pas sur une démarche scientifique élaborée par des cancérologues indépendants des lobbies. Les injonctions de prescription viennent d'en haut et les lanceurs d'alerte sont automatiquement exclus, réprouvés et harcelés. Les traitements sont imposés aux patients en dépit des codes de déontologie de la médecine. Ils deviennent des cobayes, privés du choix thérapeutique entre les différentes options.

Regardons ensemble les phrases clefs du Plan Cancer, ce texte qui va régir les soins des patients par leurs médecins sommés d'obéir à ces contraintes thérapeutiques.

La médecine dite « personnalisée » n'a jamais modifié le pronostic des cancers

Dès la page trois, les pions sont avancés au bénéfice d'une nouvelle cancérologie basée sur la génétique : « Plus que jamais, l'avènement d'une médecine personnalisée oblige à repenser les méthodes de diagnostic et de traitement des cancers. Des progrès significatifs ne seront possibles que par un décloisonnement entre la recherche et le soin. Ces innovations doivent être anticipées et accompagnées par les pouvoirs publics, garants de leur pertinence et de leur accessibilité à tous sur tout le territoire » (2).

Commentaire: C'est vraiment un scandale, les soins de santé (Sécurité sociale) sont supposés être en mauvais état, mais ils créent de nouvelles molécules jamais testés en lieu et place du bénéfice de Big pharma !

Voir aussi :
Cancer et études frauduleuses
La (malfaisante) industrie du cancer dévoilée par des médecins
Un régime fort en glucides lié à la progression du cancer ?
La vitamine D, le cancer du sein et Big pharma, ou le bon la bête et le truand !
Un lien évident entre le sucre et le cancer
La (malfaisante) industrie du cancer dévoilée par des médecins
Le régime cétogène pourrait être la clé pour guérir du cancer
Cancer du cerveau : guérir grâce au régime cétogène

Cookie

Gluten : l'un des plus gros fléau de notre société moderne

© Inconnu
Le gluten c'est une protéine contenue dans le blé, et donc dans tous les aliments de grande consommation à base de blé, d'épeautre, d'orge, de seigle et d'avoine et ce ne sont pas des céréales naturelles, car pour le blé par exemple, tous les blés d'aujourd'hui sont obtenus par rétrocroisement, c'est à dire par manipulations génétiques, donc des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) Qui dit OGM, dit également traitement chimique aux herbicides et pesticides. La recherche montre aujourd'hui que ces blés trafiqués sont impliqués dans beaucoup de maladies : sclérose en plaques, arthrose, polyarthrite rhumatoïde, dépression...etc.

C'est grâce au gluten que le pain, les viennoiseries ou autre produits raffinés ont une texture moelleuse, cela permet également une bonne élasticité et un gonflement correcte lors de la cuisson, mais c'est également pour cette dernière raison que beaucoup d'industriels rajoute du gluten en excès dans certaines de leur compositions.


Commentaire : Si le blé, l'orge, le seigle et l'avoine contienne en effet du gluten (gliadine et gluténine), il faut savoir que le riz et le maïs en contiennent aussi, même si moins « virulent » ( zénine, orzénine )...Certains quinoas contiendraient également du gluten.


Commentaire: Pour aller plus loin : Au-delà du régime sans gluten : le rôle critique des lectines fixant la chitine dans les maladies humaines

People 2

Se sentir utile peut ajouter des années de vie

© Psychomedia
Se sentir utile peut ajouter des années de vie, confirme une étude publiée dans la revue Psychological Science. Des études précédentes ont suggéré que le sentiment que sa vie a un sens (avoir des buts, se sentir utile...) réduit le risque de mortalité plus que tous autres facteurs connus pour être liés à la longévité.

Commentaire: Lire également:
Aider son prochain serait bénéfique pour la santé cardiovasculaire

Top