Santé et Bien-être
Carte


Smiley

Dépression : un peu de gaz hilarant ?

© Inconnu
Un essai afin d'obtenir une preuve de faisabilité a montré que le protoxyde d'azote ou gaz hilarant a le potentiel d'être un traitement efficace contre la dépression sévère chez les patients qui ne répondent pas ou plus aux traitements habituels. Le rire pourrait être le meilleur remède.

L'étude, qui a été menée à l'université de Washington à St Louis, est la première à examiner les effets du gaz hilarant sur des patients déprimés, ce qui est en soi assez surprenant : "Pourquoi ne pas utiliser un médicament qui fait rire les gens, en particulier s'ils sont super tristes ?".

L'idée de base est que le rire forcé a les mêmes avantages physiologiques et psychologiques que le rire spontané. En effet, rire, que ce soit volontaire ou involontaire, a été démontré comme conférant un certain nombre d'effets bénéfiques médicalement, y compris comme de booster la santé cardiovasculaire et l'humeur. Le rire augmenterait même le seuil de la douleur d'une personne.
Donut

Fructose et obésité

© Inconnu
Une brève communication de l'American College of Neuropsychopharmacology vient de jeter un gros pavé dans la mare bien glauque de l'industrie agro-alimentaire malgré le fait que l'étude réalisée à l'Université de Californie du Sud ne portait que sur 24 personnes, femmes et hommes âgés de 16 à 25 ans. On a fait boire à ces volontaires un grand verre d'eau sucrée mais pas sucrée n'importe comment : soit avec du glucose soit avec du fructose. Puis on leur a montré des images de mets appétissants tout en suivant l'activité de leur cerveau par imagerie fonctionnelle en résonance magnétique. Le résultat est tombé presque comme un couperet : le glucose provoque une sensation de satiété alors qu'il n'en est pas de même pour le fructose. Cette sensation a été suivie par imagerie au niveau du noyau accumbens, une partie essentielle du circuit cérébral de la récompense. Non seulement le fructose diminue le taux de circulation de la leptine, l'hormone de la satiété, mais il accroit la réponse du cerveau au désir de se nourrir tel que l'imagerie fonctionnelle a pu le montrer avec l'activation de ce noyau accumbens ce qui n'est pas le cas pour le glucose.

Le glucose est la première source d'énergie du cerveau et si l'organisme n'a pas le temps de prendre en charge le fructose ajouté à de nombreux aliments sous forme de sirop de maïs enrichi en ce sucre, car son pouvoir sucrant est supérieur à celui du glucose, alors il atteint le cerveau.


Commentaire : Le glucose est la première source d'énergie du cerveau... si on a une alimentation basée sur les hydrates de carbone. Le régime cétogène propose une autre alternative au corps, et solutionne par la même bon nombre de problèmes de santé. Car ne nous leurrons pas : le glucose reste seulement moins nocif que le fructose.

- Une présentation du régime cétogène

Beaker

Pesticides : 30 ans après, ils remontent encore à la surface

© MaxPPP
Les pesticides et engrais sont l'une des principales sources de pollution en France
Des chercheurs de trois laboratoires de l'Université de Savoie ont fait une importante découverte dans le secteur du lac de Saint-André (Savoie). Un secteur composé à 30% de terres viticoles. Leur étude montre que des insecticides et pesticides utilisés il y a plus de 30 ans remontent à la surface aujourd'hui.

Des chercheurs de l'Université de Savoie ont fait une importante découverte. Depuis 2011, ils travaillent dans le secteur du lac de Saint-André (Savoie). Un secteur composé à 30% de terres viticoles. Ils ont montré que des insecticides et pesticides utilisés, il y a plus de trente ans remontent à la surface aujourd'hui près du Lac de Saint-André. Grâce à une carotte sédimentaire prélevée dans le lac, ils ont pu reconstituer les pratiques viticoles des 150 dernières années. Ils ont observé que des insecticides de type DDT, interdits en France depuis les années 70, car néfastes pour l'écosystème et la santé, étaient encore présents dans les sols et surtout que des résidus remontent à la surface.

S'ils remontent, c'est à cause des herbicides, comme le Roundup, utilisés par certains vignerons. Ils tuent toutes les herbes autour des vignes, et provoquent l'érosion des sols. C'est ce phénomène d'érosion qui fait remonter de vieux insecticides. Jusqu'à présent personne n'avait fait ce constat. C'est une découverte majeure. Aujourd'hui, personne ne connaît les conséquences de cette découverte sur l'environnement. Pour le moment, les chercheurs savoyards ne pensent pas que les résidus d'insecticides aient une incidence sur les vins produits dans ce secteur.
Pills

Résidus de médicaments et cultures de plantes

© Inconnu
Trente millions de personnes de par le monde se traitent quotidiennement le plus souvent par auto-médication avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Ces molécules représentent un marché considérable « over-the-counter » puisqu'ils ne nécessitent pas de prescription et il est donc tout à fait compréhensible que leur usage soit aussi répandu. La population vieillissante en constante augmentation en raison de l'amélioration de l'espérance de vie et souffrant d'arthrite, d'arthrose et d'autres maux nombreux et variés ne peut plus se passer de ces médicaments loin d'être anodins. Les anti-inflammatoires les plus communément utilisés sont le diclofenac, l'ibuprofen et le naproxen, respectivement appelés aussi Voltarene, Paracetamol et Antalgine. Ce sont des inhibiteurs d'un classe d'enzymes impliqués dans les processus inflammatoires appelées COX pour faire court. Or trente millions de personnes s'administrant jusqu'à un gramme par jour de ces substances ça fait beaucoup !

Les stations d'épuration des eaux usées n'éliminent pas ces produits et ils se retrouvent naturellement dans les boues d'égout épandues dans les champs comme engrais et les eaux retraitées parfois utilisées pour l'irrigation. C'est ainsi qu'on a étudié l'effet de ces produits sur les lombrics et la faune aquatique mais ces travaux se sont limité à l'évaluation de la teneur en ces diverses molécules dans ces organismes vivants.
Stock Down

Baisse de QI pour les fœtus exposés aux phtalates

© REUTERS / Alex Lee
Exposés à des polluants chimiques pendant la grossesse, les enfants ont en grandissant un QI inférieur à la moyenne
Les polluants domestiques à nouveau pointés des doigts. Selon une étude américaine, les fœtus exposés à des niveaux élevés de deux phtalates, des substances chimiques présentes dans de nombreux produits de consommation, ont un quotient intellectuel en moyenne plus bas.

Il s'agit des phtalates de dibutyle (DnBP) et dedisobutyle (DiBP), précisent ces chercheurs de la faculté de santé publique de l'université Columbia à New York, auteurs de cette étude, première à établir un lien entre une exposition prénatale aux phtalates et le QI chez des enfants en âge scolaire.

Savons, vernis, rouge à lèvres

On trouve ces phtalates dans une grande variété de produits de consommation comme dans les feuilles d'assouplissant pour sèche-linges, le vinyle, certains rouge à lèvres, laques pour les cheveux, vernis à ongles ou encore savons, précise l'étude parue dans la revue scientifique américaine Plos one.

Pour cette étude, les auteurs ont suivi 328 femmes et leurs enfants à New York dont les revenus sont modestes. Ils ont mesuré dans leur urine, au troisième trimestre de leur grossesse, les niveaux de quatre phtalates (DnBP, DiBP, di-2-ethylhexyle et diéthyle). Le QI des enfants a été testé quand ils avaient sept ans.

Commentaire: Concernant les phtalates :

- Asthme et phtalates
- 60 % des vins français contaminés aux phtalates
- Même en mangeant sain et bio, on s'empoisonne aux phtalates et au bisphénol
- Les phtalates pourraient favoriser une ménopause précoce
- Santé : après le bisphénol A, les phtalates dans le collimateur
- Une étude prouve que les phtalates (omniprésents) diminuent la fertilité masculine

Ambulance

Ebola continue de se propager : plus de 6000 morts

La fièvre hémorragique Ebola continue de se propager rapidement dans l'ouest de la Sierra Leone ainsi que dans les zones forestières de Guinée, a déclaré aujourd'hui un responsable des Nations unies.

Pour David Nabarro, émissaire spécial du secrétaire général de l'Onu pour l'épidémie de fièvre Ebola, il faut davantage de professionnels de santé étrangers sur le terrain pour lutter contre la maladie, notamment en Sierra Leone où les centres de soins sont encore en phase d'ouverture et ont besoin de personnel qualifié.

Selon le dernier bilan fourni lundi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie de fièvre Ebola qui s'est déclaré en mars en Afrique de l'Ouest a fait 6.331 morts dans les trois pays les plus touchés - Liberia, Guinée et Sierra Leone.
Syringe

Une augmentation de 65 % des SEP après une campagne de vaccination contre l'hépatite B

© Inconnu
À partir de deux sources de données, celles du système national d'Assurance-maladie (CNAM) et du système de pharmacovigilance de l'ANSM (Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé), le Dr Dominique Le Houézec, conseiller médical du réseau REVAHB*, identifie une augmentation de 65 % des cas de scléroses en plaques (SEP) dans les années 1995-1996, soit deux ans après la campagne de vaccination de masse contre l'hépatite B qui a eu lieu en 1994. « Les données chiffrées disponibles en France montrent donc un signal statistique certain en faveur d'un lien de causalité entre l'événement vaccination-HB et l'apparition de SEP, avec une corrélation maximale dans les deux années suivant la vaccination », explique le Dr Le Houézec.

ANSM et CNAM

1994, c'est en effet la date à laquelle les autorités françaises ont débuté une campagne de vaccination de tous les élèves de classes de 6e, puis des nourrissons et adolescents. Une campagne qui est allée au-delà des objectifs attendus encourageant petit à petit la population adulte à se faire vacciner : au total, environ 20 millions de personnes ont été vaccinées (sur la base des 23 millions de boîtes de vaccins vendues). Pour cette analyse rétrospective publiée dans « Frontiers in Autoimmunity » le Dr le Houézec a comparé les chiffres officiels issus de deux bases de données nationales indépendantes.

Commentaire: Concernant la SEP :

- L'exposition au soleil et la vitamine D réduiraient les risques de sclérose en plaques
- La gestion du stress pourrait ralentir la progression de la sclérose en plaques
- Sclérose en plaques : certains lymphocytes T bloquent l'inflammation

Sun

Le rôle de la vitamine D dans la depression saisonnière

© Inconnu
Plutôt qu'être simplement l'un des nombreux facteurs qui contribuent au développement du trouble affectif saisonnier (dépression saisonnière), la vitamine D pourrait jouer un rôle régulateur, selon l'hypothèse d'une étude publiée dans la revue Medical Hypotheses.

Le trouble affectif saisonnier est un trouble polyfactoriel et polygénétique qui implique des sous-mécanismes biologiques et psychologiques concernant la dépression, la saisonnalité, les rythmes circadiens, la sensibilité rétinienne, la pigmentation de l'iris, des facteurs de sommeil et les neurotransmetteurs impliqués dans ces systèmes, soulignent les chercheurs. Dans le cadre de cette conceptualisation polyfactorielle, Alan Stewart de l'University of Georgia College of Education et des collègues (1) ont analysé plus d'une centaine d'articles portant sur les contributions possibles de la vitamine D3 à ces sous-mécanismes.

Commentaire: En sachant que selon la latitude ou l'on se trouve et la saison donnée, l'absorption de la vitamine D par le corps varie entre nullité et efficience. En France par exemple, il semblerait que la bonne période pour synthétiser cette vitamine grâce au soleil se situe entre avril et septembre.

Health

Myopathie : Et si un traitement existait déjà ?

André Gernez

André Gernez
Une explication sur le mécanisme de la myopathie et sur un traitement qui, appliqué au bon moment, semble éviter les problèmes musculaires inhérents à cette maladie. Évidemment si cela est réellement efficace, la poule aux œufs d'or du Téléthon est tuée.
Beaker

Perturbateurs endocriniens et fertilité masculine

© Inconnu
diethylstilbestrol
J'ai déjà laissé 6 billets dans ce blog sur le bisphenol A (BPA) dont le dernier en date au sujet du transfert par l'épiderme directement dans le sang de ce produit se trouvant abondamment sur la surface thermosensible des tickets de caisse, de distributeurs de billets et autres reçus qu'on s'empresse de prendre à pleine main et d'archiver pour bien s'assurer qu'on se contamine.

C'est déjà alarmant mais si on se penche sur la composition de n'importe quelle crème solaire ou encore de beaucoup de préparations anti-transpiration, les fameux déodorants, ces produits cosmétiques contiennent des benzophénones tout aussi dangereuses que le BPA en interférant avec l'action de l'estradiol chez la femme et de la testostérone chez l'homme avec comme résultat une réduction notoire de la fertilité.

Commentaire: Pour en savoir un peu plus sur notre exposition quotidienne à ces poisons :

- Les effets des perturbateurs endocriniens chimiques dévoilés
- Perturbateurs endocriniens : on en avale au quotidien
- Hopitaux, bons pourvoyeurs de perturbateurs endocriniens
- Notre poison quotidien - Le Bisphénol A

Top