Santé et Bien-être
Carte


Ambulance

Le virus Ebola est hors de contrôle

Peter Piot, le médecin louvaniste qui a découvert le virus Ebola en 1976 au Zaïre, estime la nouvelle percée du virus en Afrique "hors de contrôle". "C'est sans précédent", a-t-il confié à la chaîne américaine CNN, redoutant que l'épidémie ne s'étende à plus de pays et que le bilan mortel ne s'alourdisse encore.

L'épidémie d'Ebola qui frappe actuellement l'Afrique de l'ouest a déjà causé la mort d'au moins 467 personnes sur les 759 cas (ceux recensés, ndlr) en Guinée, au Sierra Leone et au Liberia.

Une première à trois niveaux

Peter Piot, le médecin belge qui a découvert le virus à Yambuku il y a près de quarante ans, semble effrayé par la recrudescence de la maladie. Ancien directeur d'ONUSIDA et directeur actuel de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, le docteur Piot qualifie l'épidémie d'inédite et la juge incontrôlable.

"Tout d'abord, une telle épidémie n'a jamais eu lieu en Afrique de l'ouest", analyse-t-il dans une interview accordée à la présentatrice Christiane Amanpour pour CNN. "En second lieu, c'est la première fois qu'une épidémie touche trois pays en même temps. Troisièmement, c'est également une première de voir le virus apparaître dans des capitales". Le virus avait en effet jusqu'ici toujours concerné des zones rurales très isolées.

Ambulance

Ebola : le risque d'importation n'est pas exclu

L'explosion inattendue, depuis la Guinée, du nombre de nouveaux cas d'infection par le virus Ebola et la propagation de l'épidémie à des zones auparavant non touchées, en Sierra Leone et au Liberia, inquiète les autorités sanitaires mondiales. L'organisation mondiale de la Santé (OMS) a dépêché une mission de haut niveau en Guinée afin d'optimiser la stratégie de riposte à la maladie et endiguer la flambée. L'Agence européenne ECDC qui estime le risque d'infection encore très faible si les précautions élémentaires sont suivies, ré-évalue néanmoins actuellement le risque d'introduction et de transmission du virus Ebola en Europe.

Eviter le contact avec les patients symptomatiques et avec leurs fluides corporels, se laver régulièrement les mains, éviter les contacts étroits avec des animaux sauvages, laver et éplucher les fruits et légumes avant de les consommer, se cantonner à des rapports sexuels sûrs restent les principales recommandations de prévention.

Il s'agit bien d'une flambée, alors qu'en Guinée, au 18 juin 2014, 398 cas et 270 décès étaient déjà signalés en Guinée. La Sierra Leone fait état de 92 cas confirmés et 49 décès et notifie actuellement une trentaine de cas en 48 heures. Enfin, au Libéria du 11 au 16 juin, une dizaine de nouveaux cas nouveaux ont été notifiés portant à 33, dont 24 décès le nombre total de cas signalés. Dans ces 3 pays, les patients sont gardés en observation durant 21 jours et environ 40% achèvent cette période d'observation.
Health

98% de cellules cancéreuses détruites en seulement 16 heures grâce à une plante

© inconnu
Artémisinine
Des scientifiques ont fait de nombreuses études pour trouver un remède afin de mettre un terme au cancer, sachant que c'est l'une des maladies les plus mortelles.

Cette herbe magique est un de ces remèdes dont personne ne parle dans la communauté médicale, car il peut tuer jusqu'à 98% des cellules cancéreuses en seulement 16 heures. À savoir, selon une série d'études publiées dans « Science de la vie » : l'artémisinine, de la « Douce vermouth » du dérivé « d' Artemisia Annua » était utilisée dans la médecine chinoise et peut tuer 98% des cellules cancéreuses du poumon en moins de 16 heures.

La plante utilisée seule réduit les cellules cancéreuses du poumon jusqu'à 28%, mais en combinant avec le fer, « Artemisia Annua »,elle réussit à « effacer » complètement le cancer et en plus, la consommation de cette plante n'a aucun impact sur les cellules pulmonaires saines.

L'artémisinine a été utilisée dans le passé comme un remède antipaludéen puissant, mais il est maintenant prouvé que ce remède est également efficace dans la lutte contre le cancer.
Display

Trop de télé peut causer une mort prématurée

Les adultes regardant la télévision trois heures par jour ou plus doubleraient leur risque de mort prématurée par rapport à ceux passant moins de temps devant le petit écran, selon une étude parue mercredi dans la revue de l'American Heart Association.

«Regarder la télévision est l'un des principaux comportements sédentaires de notre mode de vie où d'autres types de sédentarité se développent également», relève le Dr Miguel Martinez-Gonzalez, professeur de santé publique à l'Université de Navarre, à Pampelune en Espagne, principal auteur de ces travaux.

«Nos résultats vont dans le même sens que ceux d'études précédentes indiquant un lien entre le temps passé à regarder la télévision et la mortalité», ajoute-t-il.

Ces chercheurs ont suivi 13 284 adultes espagnols en bonne santé, âgés en moyenne de 37 ans, dont 60% de femmes, avec des diplômes universitaires, pour déterminer le lien entre trois types de comportements sédentaires et le risque de mortalité de toutes causes. Il s'agissait du temps passé devant un téléviseur, un ordinateur et à conduire une voiture.
Health

L'épidémie d'Ebola est devenue incontrôlable en Afrique de l'ouest

Le nombre de cas de fièvre hémorragique Ebola ne cesse de croître en Guinée et dans les pays limitrophes, une recrudescence due à la grande mobilité de la population, en particulier pour assister aux funérailles de leurs proches. Or c'est à ces occasions que le risque de transmission de la fièvre hémorragique est le plus important. L'organisation non gouvernementale Médecins sans frontières (MSF) lance un cri d'alarme face à une situation difficile à contenir.
De nombreuses personnes entrées en contact avec le virus Ebola vivent dans des zones difficilement accessibles.
© MSF
De nombreuses personnes entrées en contact avec le virus Ebola vivent dans des zones difficilement accessibles.
« L'épidémie est hors de contrôle, s'inquiète le docteur Bart Janssens, directeur des opérations de MSF. Avec l'apparition de nouveaux foyers en Guinée, en Sierra Léone et au Libéria, le risque d'une propagation à d'autres zones est aujourd'hui réel. » L'organisation constatait déjà il y a 20 jours, la difficulté à circonscrire les nouveaux cas sur un territoire nettement délimité. « La multiplication des zones touchées rend difficile la prise en charge des patients et le contrôle de l'épidémie. » Les enterrements représentent une des situations les plus à risque de transmission de la fièvre hémorragique Ebola. Comme les mesures de contrôle de l'infection ne sont pas appliquées, de nouveaux cas se font jour... à des dizaines de kilomètres puisque les proches viennent de loin pour honorer leurs morts.

« Nous avons atteint nos limites, poursuit le docteur Janssens. Malgré [nos] moyens humains et matériels déployés dans les trois pays touchés (Guinée, Libéria et Sierra Leone, NDLR), nous n'avons plus la capacité d'envoyer des équipes sur les nouveaux foyers actifs. » En effet, pour effectuer le suivi des personnes ayant été en contact avec des malades, « nous devons en principe leur rendre visite tous les deux jours au moins », nous indiquait Marie-Christine Ferir, coordinatrice du programme d'urgence de Médecins sans frontières (MSF), le 3 juin dernier.

Commentaire: Voir aussi :
« Il y a réellement des données suffisantes présentées dans le livre de Baillie pour soutenir la théorie que la Peste Noire était due à un impact par des débris de comète - similaires aux impacts sur Jupiter par les fragments de la comète Shoemaker-Levy en 1994. Quant à savoir comment ces morts sont survenues exactement, il y a nombre de possibilités : tremblements de terre, inondations (tsunamis), pluies de feu, produits chimiques libérés par les explosions à haute énergie dans l'atmosphère, y compris cyanure d'ammonium et d'hydrogène, et peut-être même des agents pathogènes nés de la comète. Si cela est arrivé aussi souvent que Baillie le suggère, cela peut arriver à nouveau. Et si, comme nous le suspectons, la Terre est inscrite pour un bombardement dans un avenir pas trop éloigné, il semble qu'il y a plus de façons de mourir dans un tel événement que d'être seulement frappé par un fragment de comète. »
« Il existe aussi une preuve scientifique plausible que quelques-unes parmi les nombreuses catastrophes et épidémies (y compris les relativement récentes) infligées à notre planète et à ses habitants furent le résultat du passage de comètes porteuses de maladies, qui se sont approchées et/ou ont impacté la Terre. »
« Dans un rapport commissionné par l'US Air Force, l'astronome britannique Victor Clube, auteur de The Cosmic Serpent et d'Hiver Cosmique, a succinctement résumé la doctrine fondamentale de la géopolitique :
« Nous n'avons pas besoin de la menace céleste pour dissimuler les intentions de la Guerre Froide, nous avons plutôt besoin de la Guerre Froide pour dissimuler les intentions célestes ! »
Non, Clube ne faisait pas référence à des extraterrestres ou à des vaisseaux spatiaux ; la « menace céleste » à laquelle il fait référence apparaît dans les cieux de la Terre lors des époques de tumultes et de bouleversement social qui sont liées à un sérieux déséquilibre dans l'évolution humaine. Elle induit aussi toutes sortes d'effets environnementaux bizarres, dont les moindres sont ces étranges sons du ciel et autres phénomènes électromagnétiques qui gagnent aussi en fréquence et en intensité. Inonder internet de désinformation à propos des chemtrails en a convaincu certains que les gouvernements peuvent maîtriser les forces les plus puissantes de la Nature. Pour les autres, il y a toujours le croquemitaine « terroriste » et le réchauffement planétaire dû à l'homme pour leur rappeler pourquoi ils ont besoin de Big Brother. »
Le virus Ebola est originaire du centre de l'Afrique, et le virus de souche « Ebola-Zaïre » qui affecte actuellement l'Afrique de l'Ouest a muté mais appartient à la même espèce que l'original découverte au Zaïre en 1976.

La question que l'on pourrait se poser est la suivante :

Si le lien existe entre la maladie/les symptômes et les déséquilibres de la psyché (voir Gabor Maté, Peter A. Levine), et s'il existe un lien entre les changements terrestres et la connexion anthropocosmique, que nous disent les épidémies/pandémies sur l'état psychique du monde et de l'humanité ?

Pour poursuivre sur le sujet, voir le troisième tome de la série The secret History of the World : Earth Changes and the Human-Cosmic Connection par Pierre Lescaudron et Laura Knight-Jadczyk, en attendant la version française.
Le livre est aussi disponible en format Kindle ici.

Cookie

L'impact pharmacologique du blé - 23 788 protéines potentiellement dangereuses

Traduit de l'anglais par NOT
Champ de blé
© ceciliawyu
La plupart des gens ne réalisent pas que lorsque nous parlons de problèmes de santé liés au blé ou au gluten, nous ne parlons pas d'une entité monolithique, d'un unique « méchant », seul responsable des ravages que causent souvent la consommation de cette céréale. Après tout, comment un unique méchant pourrait provoquer les plus de 200 différents effets, observés cliniquement, nuisibles à la santé que la littérature biomédicale associe maintenant à la consommation de blé ?

Non, le problème est que « gluten » est une abstraction, et qu'en se concentrant uniquement sur lui, on dénature profondément la véritable ampleur du problème, un peu la pointe de l'iceberg qui cache en-dessous une énorme menace...

Le gluten veut dire « colle » en latin, et se réfère au complexe pâteux de protéines dans le blé, comprenant les gliadines (solubles dans l'alcool), les glutélines (solubles dans des alcalins ou acides dilués), et d'autres. Comme le blé est une espèce hexaploïde (c'est déjà effrayant, non ?), un sous-produit de trois plantes ancêtres réunies, avec pas moins de 6 lots de chromosomes et 6,5 fois plus de gènes que dans le génome humain, il peut produire pas moins de 23 788 protéines différentes - un fait aussi incroyable qu'inquiétant. [i]
Family

Maltraitance - Cascade d'altérations physiologiques et neurobiologiques

Des modifications de la matière grise du cerveau se retrouveraient chez les adultes qui ont subi des agressions ou de la maltraitance pendant l'enfance.
Maltraitance de l'enfant
© Inconnu
On définit la maltraitance par toute forme d'agression physique ou émotionnelle, d'agression sexuelle, de négligence ou d'exploitation (commerciale ou autre).

Jusqu'à présent, les scientifiques n'avaient pas réussi à mettre le doigt sur les dommages cérébraux de ce type d'enfance. Ils viennent de découvrir, rapporte Science World Report, que le point commun est la diminution du volume de la matière grise. Celle-ci est responsable du traitement de l'information.

« La maltraitance chez l'enfant crée un stress sévère produisant une cascade d'altérations physiologiques et neurobiologiques, et conséquemment, elles mènent à une modification de la structure cérébrale », explique Joaquim Radua.

Les chercheurs ont procédé à une comparaison cérébrale de deux groupes de personnes, le premier ayant subi différentes agressions pendant l'enfance. À l'aide d'une analyse par neuro-imagerie, les spécialistes ont pu différencier le volume de la matière grise des deux groupes.

Ces résultats, selon eux, expliqueraient le déficit d'attention et d'affection chez les gens ayant été victimes de sévices dans leur enfance.

L'étude a été publiée dans la revue American Journal of Psychiatry.

Commentaire:
« La façon dont nous gérons le traumatisme en tant qu'individus, communautés ou sociétés influence considérablement la qualité de nos vies. En dernière analyse, elle décidera de la survie de notre espèce. »

~ Peter A. Levine, Réveiller le tigre - Guérir le traumatisme


Health

Exposition aux perturbateurs endocriniens : 4 milliards d'euros par an pour le système de santé français

© PHILIPPE HUGUEN/AFP
Epandage de pesticides dans un champ à Godewaersvelde, dans le nord de la France, en mai 2012.
L'exposition de la population aux perturbateurs endocriniens (PE) coûterait environ 4 milliards d'euros par an au système de santé français (31 milliards d'euros au niveau européen). C'est l'une des conclusions d'un rapport préparé par deux économistes et rendu public mercredi 18 juin par l'Alliance pour la santé et l'environnement (Health and Environment Alliance, HEAL), une organisation non gouvernementale européenne qui rassemble une soixantaine d'associations de la société civile, de syndicats de soignants ou de mutuelles.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances ou mélanges de substances qui peuvent perturber une ou plusieurs fonctions du système hormonal et ainsi accroître le risque de problèmes de santé. Les plus célèbres d'entre eux sont le bisphénol A (BPA), certains phtalates, certaines dioxines, le célèbre insecticide DDT, les polychlorobiphényles (PCB), ou encore le pesticide chlordécone - utilisé dans les Antilles françaises jusque dans les années 1990. Au total, plusieurs centaines de molécules de synthèse en circulation - dans les matériaux d'emballage, les pesticides, les cosmétiques et de nombreux produits d'usage courant - sont considérées comme perturbateurs endocriniens avérés ou suspectés.
Health

Merci à Monsanto pour le lien certifié entre lymphomes et pesticides

© Inconnu
Les preuves qui établissent le lien entre pesticides et cancers, ou entre pesticides et maladies neurodégénératives telles que le Parkinson, s'accumulent de manière alarmante. Dernièrement, 44 articles publiés démontraient clairement les corrélations entre l'exposition aux pesticides et le lymphome non hodgkinien.
Une équipe française de l'Agence Internationale pour la Recherche du Cancer a effectué une étude épidémiologique qui couvre près de trois décennies. On peut espérer qu'elle sera prise au sérieux dans le monde entier.


Phénoxyherbicides et lymphome

Cette recherche a étudié principalement 6 phénoxyherbicides qui sont clairement associés à 3 types de lymphomes non hodgkinien. Il est évident que d'autres risques pour la santé associés à ces herbicides sont relatés par cette étude dont les plus connus sont les problèmes de développement et de reproduction.

Commentaire: Et rien que pour ceci, Monsanto devrait être assigné pour crime contre l'humanité :

- Le Roundup serait la principale cause de la maladie caeliaque selon des chercheurs
- Le Roundup accusé de causer cancers et Parkinson
- Le Roundup de Monsanto détruit les cellules rénales humaines
- L'herbicide Roundup de Monsanto détruit la testostérone et la fécondité masculine
- Le Roundup de Monsanto, lié à la stérilité, trouvé dans tous les échantillons d'urine analysés
- Les autorités de réglementation savaient que le Roundup provoque des anomalies congénitales

Syringe

Liens de causes à effets entre vaccination et mort subite du nourrisson

Traduction : Initiative citoyenne

© Inconnu
Une nouvelle étude publiée dans Current Medicine and Chemistry , intitulée « Mort subite du nourrisson après le vaccin hexavalent : une étude neuropathologique », apporte un soutien au lien qui fut longtemps considéré théorique entre un nombre toujours croissant de vaccins infantiles et le Syndrome de la Mort Subite du Nourrisson (SMSN).

Le fait que le pic d'âge pour les morts subites du nourrisson est de 2 - 4 mois, ce qui coïncide avec l'introduction de 11 injections contenant 16 vaccins (programme de vaccination aux Etats-Unis), est une cause tellement évidente de préoccupation, que même le CDC a été obligé de répondre directement à l'apparente coïncidence :

Commentaire: Pour aller un peu plus loin :

- Les chercheurs considèrent rarement que les vaccins puissent être la cause de la mort subite d'un nourrisson
- Absence de vitamine C et mort subite du nourrisson
- Vaccination Hépatite B interrompue après le décès de 3 nouveau-nés
- Accidents vasculaires cérébraux chez les jeunes : induits par les vaccins ?

Top