Santé et Bien-être
Carte


Windsock

Les éoliennes, nocives pour la santé?

© Inconnu
De plus en plus agressif, le lobby éolien va jusqu'à nous parler de « milliers d'emplois créés grâce à l'installation d'éoliennes ». Manœuvre destinée à nous faire oublier leur prix ? Leur inutilité ? Leur nocivité ? La pollution qu'elles créent directement ou indirectement ? Les lobbies se moquent pas mal du citoyen à plumer ! (1) Un exemple de cette convoitise jointe à une indifférence crasse me choque particulièrement. Il s'agit des infrasons générés par les éoliennes et qui augmentent avec l'augmentation de leur dimension et puissance.

Les nuisances des éoliennes sur la santé des riverains sont reconnues depuis longtemps. Au Danemark, les plaintes des victimes sont systématiquement ignorées ou rejetées. Le lobby éolien affirme que le bruit des éoliennes ne dérange que quelques opposants de mauvaise foi et les infrasons ne sont même pas mesurés : les infrasons - moins de 20 Hertz - n'existent pas... puisqu'on ne les entend pas !(2)

Le sud de la Belgique a confié à la firme ICA l'étude du bruit des éoliennes industrielles en fonctionnement pour pouvoir fixer des normes. Jusque-là on copiait les Pays-Bas. Le résultat des mesures a amené à augmenter le seuil de bruit éolien à tolérer de 40 à 43 dB... Les oreilles belges seraient-elles plus résistantes que les hollandaises ? En ce qui concerne les infrasons, le rapport ICA dit qu'il y en a peut-être bien... mais ne les mesure pas. Il est vrai que, s'il y a beaucoup de plaintes, il existe peu de rapports de ces mesures en dehors de l'étude de Rand Acoustics (3)

Commentaire: Voire également à ce sujet :

- Éoliennes et basses fréquences, futurs problèmes de santé publique?

Life Preserver

Scoliose : problématique, idées reçues, solutions

© Inconnu
Contrairement aux idées reçues, la scoliose n'est pas d'origine posturale, mais génétique, biomécanique, neurologique et environnementale. En clair, les raisons sont obscures. Et ce que l'on sait encore moins, c'est que, pour les scolioses importantes, des alternatives au port du corset ou à la chirurgie existent.

Les scolioses sont dites idiopathiques, ce qui signifie que la médecine n'en connaît pas la cause. On en est donc réduit à préconiser des traitements qui ne peuvent être que symptomatiques. N'agissant que sur la conséquence et non sur la cause, inconnue, ils ne peuvent pas être très efficaces pour la guérir, ni même pour stopper son évolution.

Diagnostic et évolution

La scoliose est une torsion de la colonne vertébrale qui se traduit par une ou deux courbures d'inclinaison latérale dorsale, lombaire ou dorso-lombaire, associée à une rotation des vertèbres sur leur axe ce qui provoque une déformation thoracique appelée voussure ou gibbosité, constatée lorsque le patient se penche en avant. Un hémithorax est alors plus haut que l'autre. De plus, la cyphose dorsale est diminuée. Curieusement, personne n'envisage jusqu'à présent qu'il faut a priori une cause musculaire pour tordre une colonne. La confirmation du diagnostic et le suivi sont radiologiques : on mesure l'inclinaison latérale selon la méthode de Cobb. Pour les scolioses de faible amplitude, jusqu'à 10°, le meilleur traitement reste encore de ne rien faire tout en surveillant l'évolution. En effet, les courbures initiales de moins de 10° s'aggravent rarement. Ce qui n'est pas le cas des courbures de 10 à 20° qui s'aggravent dans 10 à 30 % des cas. Dans le même registre, notons que les scolioses de plus de 20° s'aggravent dans 50 à 80 % des cas. Au-delà de 30 %, il y aura aggravation quasi systématique.
Health

Ebola : une infirmière américaine mise en quarantaine a été traitée « comme une criminelle »

Une infirmière américaine, de retour d'une mission en Sierra Leone où elle a aidé les malades d'Ebola, a dénoncé son placement d'office en quarantaine à son retour aux Etats-Unis alors qu'elle ne présentait aucun des symptômes d'une infection.

Kaci Hickox, qui a travaillé pour Médecins sans Frontières en Sierra Leone, a été la première personne placée d'office en quarantaine, une mesure décrétée vendredi par les gouverneurs du New Jersey, Chris Christie et de New York, Andrew Cuomo, pour toutes les personnes soupçonnées d'avoir été en contact avec des malades d'Ebola.

«Absence flagrante d'organisation»

«Je ne souhaite à personne une telle situation et j'ai peur pour les gens qui vont être dans mon cas à l'avenir», a souligné l'infimière dans le quotidien The Dallas Morning News samedi. «J'ai peur pour les autres personnels de santé qui vont expliquer dans les aéroports qu'ils ont lutté contre Ebola en Afrique de l'ouest», a-t-elle ajouté dénonçant une situation chaotique et une absence flagrante d'organisation et de consignes précises pour l'accueil de ces personnes.
Magnify

Le POEA, composant du Roundup, 10 000 fois plus toxique que le glyphosate

© Inconnu
Une équipe de chercheurs de l'Université de Caen, affiliée au laboratoire BioMEA, s'est penchée sur les effets du POEA, le principal adjuvant des herbicides à base de glyphosate comme le Roundup, et confirme sa toxicité pour la vie aquatique à des doses correspondant à la pollution moyenne des rivières en zone agricole. Des travaux qui viennent confirmer les résultats d'études initiées par le Pr Séralini.

Depuis 2005, s'appuyant sur de nombreuses expériences inédites et publiées dans des revues scientifiques à comité de relecture, l'équipe du Pr Séralini, basée à l'Université de Caen, a démontré le rôle fondamental des adjuvants dans les formulations de pesticides. Les chercheurs alertent sur le fait que l'évaluation des pesticides néglige systématiquement la toxicité des adjuvants pour se concentrer uniquement sur l'analyse d'une seule molécule, dite « principe actif ».

L'autorisation du Roundup, l'herbicide le plus vendu au monde, repose ainsi depuis 1975 sur la seule évaluation du glyphosate, sa molécule dite « active », dans l'étude des effets à long terme. Or, les adjuvants comme le POEA sont jusqu'à 10 000 fois plus toxiques sur des cellules humaines que le glyphosate. Par ailleurs, de nombreuses études « in vitro » réalisées par l'équipe du Pr. Séralini sur le glyphosate et le Roundup ont montré des effets de toxicité (nécrose, modification de l'apoptose, perturbation endocrinienne) de l'herbicide en formulation bien plus important qu'avec le glyphosate seul.
Ambulance

L'épidémie d'Ebola dépasse les 10.000 cas

La fièvre hémorragique Ebola a dépassé la barre des 10.000 cas, avec 4.922 morts, selon le dernier bilan publié samedi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon le bilan établi au 23 octobre, 10.141 cas ont été déclarés dans huit pays depuis le début de l'épidémie, faisant 4.922 morts.

Un précédent bilan arrêté au 19 octobre faisait état de 4.877 morts sur 9.936 cas enregistrés dans sept pays.

L'OMS divise en deux groupes les pays touchés, distinguant les pays les plus gravement atteints (Guinée, Liberia, Sierra Leone) et ceux ayant dénombré un ou quelques cas (Mali, Nigeria, Sénégal, Espagne et États-Unis).

Parmi ces derniers, le Nigeria et le Sénégal ne sont plus considérés comme affectés par l'épidémie.
Propaganda

Les cinq plus gros mensonges sur le virus Ebola

Traduit par Esprit Science Métaphysique

Les cinq plus gros mensonges sur le virus Ebola répandus par le gouvernement et les médias

Malheureusement, toute la désinformation que le gouvernement et les médias complices propagent sur Ebola rendra la pandémie du virus Ebola bien pire. C'est parce qu'on ne dit pas la vérité aux gens sur la façon dont le virus Ebola se propage et comment ils peuvent aider à empêcher la transmission de la maladie.

Les médias et le gouvernement protègent les intérêts financiers des compagnies pharmaceutiques qui semblent être beaucoup plus importants que la santé.publique. Les gens sont tellement nombreux à ignorer la façon dont le virus Ebola se propage et de quelle façon ils peuvent améliorer leur capacité à survivre à une pandémie mondiale.

Voici cinq des plus gros mensonges répandus sur Ebola en ce moment.

Mensonge n ° 1- Ebola ne pourra jamais arriver chez nous

Ce mensonge a été brisé quand on a enregistré des cas en Europe et aux Etats-Unis. Non seulement le virus Ebola s'est déjà répandu, mais des scientifiques de haut niveau disent que ce n'est que le début et que Ebola va se propager encore plus.
Ambulance

Ebola gagne New York et le Mali

Un médecin new-yorkais contaminé par le virus Ebola en Guinée a été hospitalisé tandis que le Mali a enregistré son premier cas jeudi soir.

Après Dallas, New York. Un médecin récemment revenu d'Afrique de l'Ouest a contracté le virus Ebola, premier cas avéré de la maladie dans la plus grande ville américaine.

Quand au Mali, il a enregistré son premier cas confirmé, une fillette de 2 ans venue de Guinée voisine avec sa grand-mère, qui a été placée en quarantaine à Kayes (ouest), a annoncé jeudi soir le ministère de la Santé. Toutes les personnes ayant été en contact avec l'enfant ont été placées sous surveillance, selon les autorités sanitaires.

4e cas d'Ebola aux Etats-Unis

Craig Spencer, 33 ans, a travaillé en Guinée pour Médecins sans Frontières (MSF) avec des malades d'Ebola. Il avait quitté ce pays le 14 octobre pour revenir, via l'Europe, à New York, ont indiqué jeudi soir les autorités, annonçant le résultat des examens médicaux menés dans la journée, après qu'il a développé une forte fièvre. C'est le quatrième cas d'Ebola aux Etats-Unis.
Attention

Des experts de l'Ebola déclarent que la souche sévissant en Afrique de l'Ouest est la pire de toutes les souches jamais vues auparavant

Traduit par SLT


Le directeur du Centre de recherche et de politiques sur les maladies infectieuses à l'Université du Minnesota - le Dr Michael Osterholm - est un scientifique de santé publique de premier plan et un expert en matière de biosécurité reconnu au niveau national.

Le Dr Osterholm vient de donner une conférence montrée sur C-Span expliquant qu'un virologue spécialiste de l'Ebola - le chef des pathogènes spéciaux à l'agence de la santé du Canada, Gary Kobinger - a constaté que la souche actuelle du virus Ebola semble être bien pire que n'importe quelle souche vu auparavant ... et que le virus actuel est peut-être plus susceptible de se propager à travers des aérosols que les souches déjà rencontrées par les scientifiques.

Un autre expert spécialiste de l'Ebola - scientifique en chef à l'Institut national étasunien des allergies et des maladies infectieuses, et découvreur de la souche Reston du virus Ebola (Dr Peter Jahrling) - a déclaré la semaine dernière que cette souche de virus Ebola semble être plus virulente que les autres souches que nous ayons vues, produisant une charge virale beaucoup plus élevée que les autres souches.
Attention

Des produits pour bébés bourrés de produits chimique

© JPC-PROD - Fotolia.com
Le magazine 60 millions de consommateurs a analysé 52 produits destinés à la toilettes des bébés. Les résultats publiés dans son édition d'octobre sont affligeants.

Lingettes, laits, eaux nettoyantes... Dans son édition du 23 octobre, le magazine 60 millions de consommateurs tire une nouvelle fois le signal d'alarme sur la composition de la majorité des produits d'hygiène destinés aux plus petits. "Propylparaben, phénoxyéthanol, méthylisothiazolinone : on trouve ces substances chimiques au nom imprononçable dans un grand nombre de cosmétiques. Or les scientifiques et les médecins mettent de plus en plus en garde contre les risques qu'elles présentent" note le magazine sur son site.

6 lingettes sur 9 ne devraient pas être utilisées

Après avoir analysé 52 produits, il montre notamment que la constitution des lingettes est loin d'être respectueuse de la santé des bébés. "Sur les neuf produits étudiés, nous estimons que six ne devraient pas être utilisés pour les bébés. Nos tests pointent notamment la présence de phénoxyéthanol dans quatre références alors que l'Agence nationale de sécurité du médicament déconseille son usage" poursuit le magazine. Et les grandes marques sont loin de montrer l'exemple. Un an et demi après les premières alertes de 60 millions de consommateurs, les lingettes Pampers et Mixa continuent d'utiliser le phénoxyéthanol. Quant aux Poupina, si elles ne contiennent pas ce composant, elles ont du propylparaben, un perturbateur endocrinien potentiel qui, à partir du 16 avril 2015, sera interdit dans les produits sans rinçage à appliquer sur le siège des enfants de moins de 3 ans. Elles ont aussi deux substances allergisantes (hydrolysat de protéines de blé, imidazolidinyl urée) et un composé irritant (propylene glycol). A l'opposé, les lingettes sensitives Cora sont les mieux notées du classement.
Ambulance

Ebola : décès d'un employé de l'ONU

Un employé de l'ONU a succombé au virus en Sierra Leone durant le week-end et son épouse est traitée médicalement, a annoncé lundi le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric.

Plus tôt en octobre un autre employé de l'ONU infecté au Liberia est décédé en Allemagne.

Le virus Ebola continue de se propager dans des pays d'Afrique de l'Ouest ayant déjà fait plus de 4 500 morts. La Sierra Leone, la Guinée et le Liberia sont les pays les plus touchés.
Top