Santé et Bien-être
Carte


Health

Sida : les réservoirs à virus s'installent très rapidement dans le corps

© Isaac Kasamani
Un technicien de laboratoire teste le sang de patients pour le sida à Kampala, en Ouganda, le 20 janvier 2014
Les réservoirs à virus qui constituent aujourd'hui l'obstacle majeur à l'élimination du VIH par les traitements antirétroviraux, s'installent très rapidement dans le corps, d'après une étude menée sur des singes et publiée dimanche dans Nature.

L'installation très rapide de ces réservoirs à virus représente « un défi nouveau et important pour les stratégies d'éradication du VIH », estiment les chercheurs américains qui ont conduit l'essai, dans une lettre publiée par la revue scientifique britannique.

Ces réservoirs sont situés dans des cellules du système immunitaire, des lymphocytes T, où les virus peuvent échapper aux traitements et d'où l'infection peut repartir lorsque le traitement antirétroviral est interrompu.

Ils constituent l'obstacle premier à l'efficacité complète des traitements qui aujourd'hui permettent de rendre indétectable le virus dans le sang mais qui ne permettent pas de s'en débarrasser complètement. Ces « sanctuaires » à virus focalisent une part important de la recherche contre le sida.
Blue Planet

Les avantages du bio incontestablement prouvés

© Inconnu
Les produits bio sont meilleurs pour la santé, une étude britannique le prouve.
Selon une récente étude publiée dans le British Journal of Nutrition, les aliments bio seraient effectivement meilleurs sur le plan nutritionnel que les produits issus de l'agriculture conventionnelle.

La demande croissante des consommateurs en produits biologiques est souvent motivée par l'idée qu'ils sont meilleurs pour la santé. Pourtant, de récentes études avaient estimé que, faute de données suffisantes, il n'était pas explicitement prouvé que les aliments bio présentent plus de bienfaits pour l'organisme que les denrées produites de manière conventionnelle. À la demande de la Commission européenne et du Sheepdrove Trust, organisme engagé en faveur de l'agriculture biologique, les scientifiques de l'université de Newcastle au Royaume-Uni ont fait la synthèse de quelque 343 études scientifiques portant sur la valeur nutritionnelle des produits bio.

Commentaire: Pour replacer l'agriculture biologique dans un contexte plus global :

- « Oui, l'agriculture biologique peut nourrir le monde »

Pour ce qui est de l'alimentation en elle-même, quelques indices pour aller plus loin :

- Une présentation du régime cétogène

Health

Le chikungunya menace la métropole française

SANTE - «20 Minutes» fait le point sur la situation alors que l'épidémie fait des ravages aux Antilles et menace de débarquer en métropole...

Le moustique tigre peut se piquer de faire trembler la France. A l'origine d'une grosse flambée de dengue et de chikungunya aux Antilles, l'insecte pourrait bien également importer l'épidémie en métropole. 20 Minutes fait le point sur la situation sanitaire alors que Marisol Touraine, la ministre de la Santé, effectue un déplacement sur le sujet aux Antilles, à partir de mercredi...

Où en est l'épidémie dans les Antilles?
«Majeure». Voilà le mot qu'a choisi Marisol Touraine pour qualifier l'épidémie de chikungunya aux Antilles. Avec «5.000 nouveaux cas par semaine», la ministre a décidé de se rendre sur place pour «marquer la mobilisation du gouvernement». La maladie a déjà «provoqué indirectement 33 décès chez les personnes âgées fragilisées», selon le ministère.

Les Faits: Une épidémie «majeure» aux Antilles

En tout, près de 100.000 personnes ont consulté un médecin pour cette maladie, soit environ 13,5 % de la population antillaise. Un millier d'entre elles ont dû être hospitalisées.

Y a-t-il eu des cas en métropole?
Publié ce mardi matin, le dernier bilan de l'Institut national de Veille sanitaire (InVs) fait état de «427 cas suspects de dengue ou de chikungunya signalés» depuis le 1er mai.
Attention

Les substances chimiques des emballages alimentaires enfin repertoriées

© Inconnu
Nos aliments sont très souvent en contact avec les produits chimiques présents dans les emballages, notamment. L'Institut scientifique de santé publique a créé une base de données qui répertorie ces substances chimiques et leurs effets au contact des aliments. Cette base de données belge est déjà consultée par plusieurs pays européens.

Le carton, le papier, le verni qui le recouvre ou qui tapisse les barquettes en aluminium, ou encore le plastic contiennent tous des substances chimiques. Certaines sont inoffensives, d'autres présentent des risques au contact des aliments. C'est en partant du constat que les scientifiques disposent de trop peu de connaissances sur le sujet, que l'Institut de santé publique s'est lancé dans la création de cette base de données. « Les données existaient déjà, nous explique le toxicologue Paul Troisfontaine. Mais nous avons tout centralisé ».
Ambulance

MSF évoque une course contre la montre en Sierra Leone pour juguler le virus à Ebola


Le virus à Ebola (Photo AFP/CDC)
L'ONG Médecins Sans Frontières (MSF) se dit engagée dans une véritable « course contre la montre » en Sierra Leone, pour juguler l'épidémie de virus à fièvre hémorragique Ebola.

« MSF a augmenté les capacités d'accueil de son centre de traitement de 32 à 65 lits », explique Anja Wolz coordinatrice du programme d'urgence pour MSF, dans un communiqué. Mais ce nombre pourrait s'avérer insuffisant.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) confirme de son côté que si la flambée de fièvre hémorragique à virus Ebola a pratiquement cessé en Guinée, elle continue de faire rage au Libéria et en Sierra Leone.

Selon le Dr Bart Janssens, directeur des opérations à MSF, un travail de fond a été enclenché pour retrouver les patients cachés, mais aussi les personnes entrées en contact avec des malades, ou victimes présumées du virus. « Près de 40 cas ont été enregistré dans le seul village de Ngolahun », dans l'Est de la Sierra Leone, a déclaré le Dr Janssens.

MSF redoute n'avoir découvert « que la partie visible de l'iceberg ».
X

La Lettonie pourrait déclarer l'état d'urgence pour faire face à la peste porcine africaine

Traduction : SOTT

La Lettonie pourrait déclarer un état d'urgence pour la zone est du pays, à proximité de la frontière avec la Bielorussie et la Russie, pour combattre une épidémie de peste porcine africaine chez certains sangliers et cochons domestiques.

La peste porcine a été découverte en Lettonie fin juin et plus tôt en Lithuanie et en Pologne. La maladie apparaît chez les porcs et les sangliers sauvages, et ses effets sont dévastateurs, souvent mortels, et aucun vaccin n'existe. Elle n'affecte pas les humains.

Jusqu'à présent, un total de huit sangliers sauvages et trois cochons domestiques ont été testés positifs en Lettonie.

« L'infection a commencé chez les sangliers sauvages et nous ne savons pas pendant combien de temps elle va continuer à se répandre », a dit Maris Balodis, chef du service chargé des questions alimentaires et vétérinaires du pays. « Aussi, les mesures que nous pouvons prendre dans une situation d'urgence sont préférables en ce moment. »

Commentaire: De manière intéressante, tandis que la Lettonie et la Russie se battent contre la peste porcine africaine, un autre virus tueur de porcs aux USA a exterminé plus de 10% de la population porcine. Lisez le fil de discussion de notre forum pour en apprendre davantage et voir comment diverses maladies virales ont le don d'apparaître soudainement pour faire grimper en flèche les prix du porc un peu partout. Coïncidence ?

Attention

États-Unis : des souches de variole trouvées dans un carton


Une fiole contenant le vaccin contre la variole. © MATTHIAS SCHRADER / AFP
En faisant le ménage, des employés d'un laboratoire du Maryland ont fait une drôle de découverte... qui aurait pu provoquer un désastre sanitaire.

Des employés d'un laboratoire public du Maryland (États-Unis) ont fait une drôle de découverte. Le 1er juillet, en nettoyant une salle inutilisée depuis des années, ils sont tombés sur des souches de la variole. Renfermées dans des tubes, elles se trouvaient dans un carton, stocké dans cette pièce depuis les années 1950. De quoi alerter l'équivalent américain de l'Institut de veille sanitaire, qui n'a rendu publique l'information qu'une semaine plus tard. À en croire Tom Skinner, le porte-parole de l'agence, les souches vont être testées afin de mesurer leur dangerosité. Et elles seront détruites dans la foulée.
Health

Le virus Ebola va-t-il sévir en Europe ?

Le virus Ebola a atteint un niveau jamais vu en Afrique. « L'actuelle expansion du virus Ebola est la pire depuis sa découverte au Zaïre en 1976 et les experts sur la question sont sans pouvoir et impuissants», explique Bart Janssens, le médecin allemand de Médecins sans frontières. En Europe, des cas de maladies montrant les symptômes du virus Ebola ont été découverts sur des sujets venant d'Afrique.

En Allemagne en provenance de France, en Italie, en Espagne. Les services sanitaires et la police ne veulent pas confirmer si des sujets ayant Ebola ont été trouvés en Europe. Ces patients ont été retirés de la circulation et mis en quarantaine par des équipes spéciales de la police équipées de tenues de protection anti-contamination et qui semblent être de manière permanente en état d'alerte. L'OMS et son bureau spécialisé sur le virus Ebola à Genève ne répond pas à la question de savoir si Ebola se trouve en Europe. Les chercheurs contactés restent évasifs et expliquent que seul le service presse doit répondre aux questions mais ce dernier ne répond pas. Les services presse de la police disent que ce n'est pas Ebola. Pourtant en Allemagne, en Espagne, en Italie, diverses sources parlent de l'apparition du virus Ebola qui aurait franchi les portes de l'Europe. Le diagnostic d'Ebola est compliqué à obtenir car les symptômes ressemblent à ceux de la malaria. Est-ce-que les services officiels européens s'efforceraient de contenir l'information ?
Family

Notre ventre, cette intelligence supérieure

belly
© Shutterstock
Le système digestif a une capacité de réaction s’apparentant à une «  intelligence  »
Le cortex cérébral n'a pas l'exclusivité des commandes sur notre organisme. Les chercheurs découvrent l'indépendance d'action de l'appareil digestif et sa capacité à régir nos émotions.

En transférant la flore intestinale d'une souris obèse à une autre qui ne l'était pas, des chercheurs de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) ont fait une découverte surprenante : non seulement l'animal s'est mis à grossir lui aussi, mais son comportement vis-à-vis de la nourriture a radicalement changé, tant au niveau des préférences gustatives que de la façon, plus compulsive, d'avaler ses rations. «  Cela signifie que le contenu de notre ventre a indéniablement la capacité d'influencer le fonctionnement normal du cerveau  », s'enthousiasme Karine Clément, directrice de l'Institut du métabolisme cardiovasculaire et de la nutrition (Ican) à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Ces travaux pourraient se révéler d'une extrême importance dans la compréhension de nombreux dérèglements organiques. «  Sans flore, pas de vie  », souligne la nutritionniste. Sans doute 100.000 milliards de bactéries peuplent nos parois intestinales, dix fois plus que le nombre total de cellules du corps humain ! Cette constellation microbienne agit en symbiose avec son milieu «  comme un organe en prise directe avec notre environnement  », pressentent de plus en plus de gastroentérologues. Les travaux encore récents sur cette organisation bactérienne montrent que leur fonction dépasse de loin la simple usine à fermentation. «  Nos microbes entériques protègent des mauvaises bactéries, produisent de la vitamine B et participent à la maturation du système immunitaire  », détaille Dusko Ehrlich, professeur de microbiologie à l'Inra et coordinateur de deux projets d'étude du microbiote intestinal, Meta HIT et MetaGenoPolis.

Commentaire: Ce lien entre le fonctionnement du corps et le nerf vague est justement une des clés utilisées par le programme Éiriú Eolas

Ambulance

Le virus Ebola est hors de contrôle

Peter Piot, le médecin louvaniste qui a découvert le virus Ebola en 1976 au Zaïre, estime la nouvelle percée du virus en Afrique "hors de contrôle". "C'est sans précédent", a-t-il confié à la chaîne américaine CNN, redoutant que l'épidémie ne s'étende à plus de pays et que le bilan mortel ne s'alourdisse encore.

L'épidémie d'Ebola qui frappe actuellement l'Afrique de l'ouest a déjà causé la mort d'au moins 467 personnes sur les 759 cas (ceux recensés, ndlr) en Guinée, au Sierra Leone et au Liberia.

Une première à trois niveaux

Peter Piot, le médecin belge qui a découvert le virus à Yambuku il y a près de quarante ans, semble effrayé par la recrudescence de la maladie. Ancien directeur d'ONUSIDA et directeur actuel de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, le docteur Piot qualifie l'épidémie d'inédite et la juge incontrôlable.

"Tout d'abord, une telle épidémie n'a jamais eu lieu en Afrique de l'ouest", analyse-t-il dans une interview accordée à la présentatrice Christiane Amanpour pour CNN. "En second lieu, c'est la première fois qu'une épidémie touche trois pays en même temps. Troisièmement, c'est également une première de voir le virus apparaître dans des capitales". Le virus avait en effet jusqu'ici toujours concerné des zones rurales très isolées.

Top