Peu de temps après l'opération psychologique spéciale dénommée 9/11, le Général Wesley Clark, ancien général en chef de l'OTAN (Organisation Terroriste de l'Atlantique Nord) rencontre, au Pentagone, un officier d'état-major qui le convie à consulter un document confidentiel émanant du Ministère de la Défense US et stipulant que, dans les cinq années suivantes, sept pays seront envahis (« libérés » dans le langage Orwellien) par les USA : l'Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et l'Iran.

Le Général Wesley Clark, en retraite, s'est exprimé publiquement plusieurs fois à ce sujet : « C'était une déclaration stupéfiante : l'armée servirait à déclencher des guerres et à faire tomber des gouvernements et non pas à empêcher les conflits. Nous allons envahir des pays. Mes pensées se bousculaient. J'ai mis ça de côté, c'était comme une pépite que vous conservez. Un groupe de gens a pris le contrôle du pays avec un coup d'État politique, Wolfowitz, Cheney, Rumsfeld... je pourrais nommer une demi-douzaine d'autres collaborateurs du Projet pour un Nouveau Siècle Américain (PNAC). Ils voulaient que le Moyen-Orient soit déstabilisé, qu'il soit chamboulé et placé sous notre contrôle ». (1)

Est-ce donc une coïncidence si l'organisation dénommée Avaaz a soutenu les interventions militaires en Libye (19 / 20 / 21) et en Syrie (25 / 26 / 27 / 28) ? Est-ce donc une coïncidence si Avaaz se mêle des affaires internes de la Somalie (2 / 3 / 4) ? Est-ce donc une coïncidence si Avaaz se mêle des affaires internes du Soudan (5) en accusant, par ailleurs, le très diabolisé Iran de livrer des armes (7 / 8) ? Est-ce donc une coïncidence si Avaaz se mêle des affaires internes de l'Iran (9 / 10) ?

Qui sont donc ces « activistes Avaaz » impliqués très concrètement, en 2012, dans des opérations de déstabilisation de la Syrie (11) ?

L'organisation Avaaz n'est-elle pas tout simplement une tête de pont de la CIA, un gigantesque écran de fumée occultant les bombes libératrices à uranium appauvri de l'Impérialisme Occidental ?

A l'automne 2009, en rédigeant mes quatre articles sur l'arnaque du réchauffement climatique anthropique (13), je découvris que cette organisation sollicitait les activistes pour récolter des fonds, en l'espace de quelques jours, à hauteur de 150 000 dollars afin de créer un blog durant le Sommet de Stockholm. « Il ne nous reste plus que quelques jours. Si d'ici lundi, nous pouvions collecter 150 000 dollars, Avaaz pourrait engager les grands moyens sur ce projet: construire une carte du monde et un blog dans le style de Twitter permettant de relier tous les événements organisés pour le climat le 21 septembre ; mettre en place une base de données téléphoniques mondiale pour permettre à des milliers d'entre nous d'inonder nos dirigeants de coups de téléphone; et enfin engager une équipe de professionnels pour faire la différence sur le terrain médiatique, face aux puissants lobbys industriels et pétroliers ».

150 000 dollars financés par des militants naïfs pour créer un blog !! On croit rêver. A l'époque, je pensais qu'Avaaz n'était qu'une ONG frauduleuse, une de plus, une Organisation pour Niaiser les Gogos, dont l'objectif unique est de soutirer beaucoup d'argent aux activistes et dont l'outil principal est fondé sur des pathologies modernes, la pétitionnite aiguë et la conjugaison débridée du verbe « cliquer ». Et il est clair qu'Avaaz excelle en tant que gigantesque machinerie à cliquer/glaner des dollars/euros. Il n'est que de consulter, sur internet, l'une de ses campagnes, en 2009, pour lever des fonds, à grands renforts de petits montants :

« C'est un moment d'une importance cruciale pour l'Iran et pour le monde. Nous pouvons aider à faire connaître la vérité en organisant de toute urgence un sondage post-électoral rigoureux auprès des citoyens iraniens, en leur téléphonant pour leur demander pour qui ils ont voté et en publiant les résultats dans les médias. Plus d'un tiers des votes sont en jeu - et notre sondage pourra ainsi prouver qui dit la vérité . Si nous arrivons à recueillir 119 000 € dans les prochaines 24 heures, nous pourrons publier les résultats avant que le Conseil des gardiens de la Constitution ne rende publics les résultats de son propre recomptage des voix. Si nous arrivons à recueillir plus d'argent, nous pourrons étendre la portée de cette campagne. Nous avons un besoin urgent que 10 000 d'entre vous donnent un petit montant. Aidez à financer le sondage dès maintenant en utilisant le formulaire sécurisé fourni ci-dessous. » (10)

On se demande d'ailleurs ce qui est sécurisé chez Avaaz car la phrase suivante apparaît en rouge gras : « $228,449 ont fait un don pour aider financer un sondage pour la vérité en Iran ». Où apparaît-elle ? Sur le site d'Avaaz France car aujourd'hui, en novembre 2012, il est toujours possible d'appuyer sur le bouton Paypal pour contribuer financièrement à ce sondage, pour le moins, très « post-électoral ». Après vérification de la même campagne sur son site US, il s'avère que la maison mère s'est répandue en plates excuses, en 2009, à propos de l'impossibilité d'effectuer le dit sondage à cause de la corruption en Iran. A l'époque, Avaaz proposa aux ponctionnés, en toute sincérité bien entendu, de récupérer leur dû - en envoyant un mail - ou de le mettre à disposition d'une autre campagne qu'ils venaient juste de lancer pour sécuriser un internet libre en Iran !! (12)... et pour sécuriser la cagnotte chez Paypal.

Car Avaaz a besoin d'argent, de beaucoup d'argent, pour organiser ses pétitions virtuelles à partir de quelques ordinateurs, et surtout pour les rémunérations de ses cadres. Car affirmons-le, haut et fort, les cadres chez Avaaz ne sont pas rémunérés avec des cacahuètes virtuelles : le fondateur et directeur exécutif, Ricken Patel, a ainsi touché, en 2010, la modeste somme salariale de 183 264 dollars (15 200 dollars par mois) - en légère augmentation par rapport à ses salaires de 120 000 dollars des années précédentes - tandis que le directeur de campagne, Ben Wikler, a touché 111 384 dollars de salaire. Cette même année 2010, Avaaz a déclaré sur sa feuille de revenu (form 990): 921 592 dollars de « frais de campagnes et de consultance », 182 196 dollars de « frais de voyages », 262 954 dollars de « frais de publicité », 404 889 dollars de « frais de technologie d'information », etc, etc. Tout cela pue l'arnaque financière et le copinage archi-dollarisé. Parmi ses quelques frais de gestion, Avaaz a payé Milena Berry (et son mari Paul), pour un travail de consultance IT (technologie d'information), la bagatelle de 245 182 dollars en 2009 et de 294 000 dollars en 2010. Malgré la très haute rémunération de Milena Berry, qui se présente comme la technicienne en chef de la gestion informatique de l'organisation, Avaaz a fait appel à la générosité des dons, afin de renforcer son système informatique, suite à une prétendue cyber-attaque en mai 2012. Sans commentaires.

L'organisation Avaaz ne semble d'ailleurs pas très pressée de publier sa déclaration de revenus pour 2011, ce que l'on comprend fort bien de par la pléthore d'articles, émergeant sur internet, afin de dénoncer cette organisation frauduleuse. A la mi-novembre 2012, la "form 990" est toujours absente de son site alors que l'audit du rapport financier a été délivré par son cabinet comptable de New-York (Lederer, Levine et Associates), le 19 juin 2012.

Avaaz a été créé en 2006 par MoveOn.org et Res Publica. « Avaaz », dans différents langages de l'Asie et de l'Europe de l'est signifie « la voix ». La voix silencieuse, derrière Avaaz et Res Publica, est celle de trois individus : Tom Perriello, un ancien membre du Congrès US, Ricken Patel, consultant chez de nombreuses entités contrôlées par les psychopathes prédateurs, et Tom Pravda, un ancien diplomate d'Angleterre consultant pour le Ministère de l'Intérieur US.

Parmi les autres fondateurs d'Avaaz se trouvent Eli Pariser (le directeur exécutif de MoveOn), Andrea Woodhouse (consultant pour la Banque Mondiale), Jeremy Heimans (le co-fondateur de GetUp! et de Purpose), et l'entrepreneur Australien David Madden (le co-fondateur de GetUp! et de Purpose).

MoveOn, le co-fondateur d'Avaaz, a distribué, en 2002, par le biais de son Comité d'Action Politique, 3 millions et demis de dollars à 36 candidats politiques au Congrès US. En novembre 2003, MoveOn reçut 5 millions de dollars du spéculateur milliardaire George Soros. Ricken Patel a, d'ailleurs, déclaré publiquement que l'Open Society Institute de George Soros (renommé Open Society Foundation en 2011) était l'un des membres fondateurs d'Avaaz.

Qui est George Soros ? L'un des prédateurs psychopathes à la direction du CFR (Council for Foreign Relations) et l'un des membres du Groupe Bilderberg. Le CFR et le Groupe Bilderberg sont deux des pseudopodes de la baudruche dénommée « Nouvel Ordre Mondial ». Le CFR et le Groupe Bilderberg ont été créés par les Rockefellers, la famille responsable de nombreux maux qui sévissent sur la planète. Pour mémoire, la Fondation Rockefeller a promu les lois eugénistes aux USA dès le début du siècle passé; elle a financé le Nazisme avant et durant la seconde guerre mondiale; elle a financé les recherches génétiques, dès 1945, et donc tout le secteur des chimères génétiques ; elle a lancé la dévastatrice Révolution Verte...

Avaaz fut, en juin 2009, l'un des partenaires dans la campagne Tcktcktck lancée par Havas, aux côtés d'EDF, de la Loyds Bank... et de 350.org, une organisation financée par la Fondation Ford, la Fondation Rockefeller, le Rockefeller Brothers Fund et le milliardaire George Soros.

George Soros est le financeur incontournable de toute cette mouvance d'ONGs aux objectifs occultes. Durant l'été 2009, l'Open Society Institute (de Soros) donna une subvention de 150 000 dollars à Avaaz. En sus de cette subvention, Avaaz reçut de Res Publica (financée par Soros) 225 000 dollars en 2006, 950 000 dollars en 2007 et 500 000 dollars en 2008. La Foundation to Promote Open Society (de Soros) donna à Avaaz, en 2008/2009, 300 000 dollars de soutien général et 300 000 dollars pour la campagne (sur l'arnaque) climatique durant laquelle Avaaz a particulièrement brillé dans son expertise pour susciter de l'argent non virtuel afin de combattre un réchauffement climatique virtuel avec des pétitions tout aussi virtuelles. Ricken Patel ne précise d'ailleurs, nulle part, dans sa croisade contre le réchauffement climatique anthropique, comment il effectue la rédemption de « l'empreinte carbone » générée par les émoluments grandioses de ses bons amis au sein d'Avaaz (une redistribution des libéralités généreuses de la clique de Soros alors qu'Avaaz prétend effrontément que l'organisation ne reçoit de l'argent que de dons individuels!!!) et de « l'empreinte carbone » générée par ses très hauts salaires chez Avaaz ! Il s'agit vraisemblablement d'une rédemption virtuelle.

Et, qui plus est, nous ne sommes pas allés vérifier si les multiples casquettes de Ricken Patel généraient de multiples "empreintes carbone" liées à de multiples salaires. En effet, il est le co-fondateur et co-directeur de Faith in Public Life (une grosse organisation chrétienne) ; il est consultant pour International Crisis Group, pour la Fondation Rockefeller, pour la Fondation Bill Gates, pour l'ONU, pour l'Université Harvard, pour CARE International, pour International Center for Transitional Justice ; il est le co-fondateur et co-directeur de DarfurGenocide.org ; il est le co-fondateur et directeur de Res Publica. Etc, etc, ad nauseam.

Dans la clique des fondateurs d'Avaaz - dont l'idéologie est fondée sur la pratique du clic-clic et le syndrome du petit montant - Patel n'est pas le seul à arborer de multiples casquettes. On retrouve Tom Perriello dans la consultance ou la direction chez : National Council of Churches of Christ, Catholics United, Catholics in Alliance for the Common Good, Faithful America, Faith in Public Life, Center for a Sustainable Economy, Center for American Progress Action Fund, Youth and Environmental Campaigns, E-Mediat Jordan, International Center for Transitional Justice, Res Publica, The Century Foundation, l'ONU, Open Society Institute, etc, etc. Il oeuvra avec le Reverend Dr. James Forbes sur des concepts de « justice prophétique ». Tom Perriello soutient l'opération psychologique spéciale dénommée « guerre à la terreur » qui fut lancée par Bush et prolongée par Obama. Sa vision d'Israël participe du conte de fée : il considère ce pays comme l'une des « créations les plus spectaculaires et excitantes de la communauté internationale » au 20e siècle et est convaincu qu'il « existe une relation stratégique et morale permanente entre les USA et Israël ». Etc, etc, ad nauseam.

Le grand amour que Tom Perriello éprouve pour Israël n'empêche nullement Avaaz de lancer une pétition pour soutenir les malheureux Palestiniens persécutés par l'Etat Sioniste ! Et c'est là que réside le grand génie stratégique d'Avaaz pour enfumer les militants et activistes sincères : Avaaz promeut, de temps en temps, de « nobles » causes : les abeilles, les Palestiniens... et même Kokopelli. Avaaz a même lancé une pétition pour mettre les banquiers en prison, ces mêmes banquiers qui ont promu avec Avaaz la législation « cap and trade » (JP Morgan Chase, Bank of America... ) ou avec lesquels les fondateurs d'Avaaz collaborent dans l'International Crisis Group (Morgan Stanley, Deutsche Bank Group...).

Avaaz atteint des sommets de grand guignolesque lorsque l'organisation lance une campagne pour stopper la « guerre contre les drogues ». Le 3 juin 2011, la marionnette Ban Ki-moon reçoit des mains de Ricken Patel - accompagné de Richard Branson, le fondateur de Virgin - une pétition de 600 267 personnes : « End the War on Drugs ». De quoi parle-t-on ici ? D'une campagne de dépénalisation du cannabis, de l'ayahuasca, des champignons psilocybes et du peyotl ? Ou bien d'une campagne pour stopper la guerre contre la gangrène sociale que constitue la commercialisation tout azimut de l'héroïne et de la cocaïne ? Gageons qu'il s'agit bien de la seconde alternative. L'héroïne et la cocaïne constituent les deux sources les plus généreuses des caisses noires de la mafia des psychopathes prédateurs tout autant que des liquidités des grandes banques internationales. La présence de l'Alliance Occidentale en Afghanistan s'explique, entre autres, par le contrôle de l'opium dont 95 % de la production mondiale est concentrée dans ce pays. Quels sont les journalistes, dignes de ce qualificatif, qui ont informé le public quant au scandale gigantesque du blanchiment de centaines de milliards de dollars de l'argent de l'héroïne et de la cocaïne par les grandes banques internationales (23 / 24) : HSBC, Wells Fargo, Bank of America... ?

Toutes ces campagnes ne constituent qu'un gigantesque écran de fumée pour occulter toutes les finalités odieuses qu'Avaaz soutient au service de l'Impérialisme Occidental: la destruction de la Libye, la déstabilisation de la Syrie, la déstabilisation de l'Iran, la déstabilisation de la Bolivie d'Evo Morales..

Toutes ces opérations de destruction et de déstabilisation de pays souverains sont promues par Tom Perriello dont les visions bellicistes (« pro-war ») ne sont un secret pour personne.

Dans une vidéo (14), Tom Perriello, est présenté comme l'honorable directeur de E-Mediat Jordan, une organisation localisée en Jordanie, un pays limitrophe de l'Irak et de la Syrie. Il s'adresse aux jeunes de cette organisation (« un centre d'entraînement, de technologies et d'outils ») qui sont prêts, déclare-t-il, « à se sacrifier pour leur pays », à savoir à servir de chair à canon pour l'avancement de l'Impérialisme Occidental.

En mai 2009, alors que 60 membres du Congrès US votèrent contre l'attribution de 97 milliards de dollars supplémentaires dans les guerres d'Irak et d'Afghanistan, Tom Perriello vota pour.

En mars 2010, une réception fut organisée par deux organisations de coloration pseudo-verte « League of Conservation Voters » et « Environmental Defense Action Fund » pour lever des fonds pour la réélection de Tom Perriello au Congrès US. MoveOn.org, le co-fondateur d'Avaaz, lui attribua 100 000 dollars pour sa campagne de réélection.

En mars 2010, alors que 60 membres du Congrès US votèrent contre la prolongation de la guerre en Afghanistan, Tom Perriello vota pour.

Le 27 juillet 2010, Tom Perriello vota contre le retrait des troupes US du Pakistan.

Le 27 juillet 2010, alors que 115 membres du Congrès US votèrent contre l'attribution de 33 milliards de dollars supplémentaires dans la guerre d'Irak, Tom Perriello vota pour.

Le 30 juillet 2010, Tom Perriello vota contre les régulations (HR 3534) visant à encadrer les forages de pétrole en haute mer et vota en faveur de la suspension d'un moratoire imposant des gardes-fous sur les dits forages en haute mer.

Le 15 décembre 2011, Tom Perriello devint le directeur de CAP Action, l'une des branches du Center for American Progress. Dans la revue Democracy Journal, après avoir vanté le « succès » de l'intervention militaire en Libye, il déclara :
« Aujourd'hui, Kadhafi est mort et le peuple Libyen peut, pour la première fois depuis des décennies, jouir de l'opportunité d'une gouvernance responsable et démocratique... Il n'y a pas eu de décès dans les troupes Américaines. Les combattants insurgés et la vaste majorité de la population ont célébré la victoire comme une libération et les Syriens courageux, qui quotidiennement risquent la mort en s'opposant à leur propre régime répressif, se sont réjouis de la chute de Kadhafi. Tous ces accomplissements ne sont pas de petits exploits pour ceux qui se soucient de la dignité, de la démocratie et de la stabilité... »
Ce sont effectivement de grands exploits qui caractérisent la « libération » de la Libye qui fut le pays le plus riche de l'Afrique: un chaos social généralisé, des attentats quotidiens, des luttes intestines continuelles, sans oublier les 50 à 100 000 civils Libyens libérés à jamais de l'« oppression » de Kadhafi en mourant sous les bombes à uranium appauvri de l'Occident.

Que ce soit au travers des conceptions bellicistes de ses fondateurs ou de ses propres campagnes de déstabilisation et d'invasion militaire de pays souverains, Avaaz est clairement une organisation complice de crimes de guerre.

Je n'ai ni le temps ni l'envie de sonder plus avant les profondeurs d'immoralité de cette organisation crapuleuse. Je renvoie les lecteurs et lectrices à de nombreux articles et témoignages qui commencent à poindre sur internet (29 / 30 / 31 / 32) et, en particulier, aux quatre excellents rapports d'investigation rédigés au Canada par Cory Morningstar. (15 / 16 / 17 / 18).

Ce dont je suis convaincu, c'est que l'énorme rideau de fumée mis en place par Avaaz par le biais de campagnes « humanistes » en faveur des Palestiniens, des abeilles, de la forêt Amazonienne ou de Kokopelli... est en train de s'estomper rapidement. Avaaz est la « voix » occulte du complexe militaro-industriel qui cherche à semer le chaos de la guerre sur toute la planète.

Avaaz, bas les masques !