Crédits : Laboratory of Human Evolution, Institute of Vertebrate Paleontology and Paleoanthropology, Chinese Academy of Sciences, Beijing (China) / Institute of Archaeology of Ningxia Hui Autonomous Region, Yinchuan (China)
En analysant via microscopie électronique un assemblage d'outils de pierre du Paléolithique découvert il y a 32 ans dans un site archéologique du Nord Ouest de la Chine, des préhistoriens chinois ont découvert l'existence d'un outil de pierre gravé, vieux de 30 000 ans.

« Une découverte accidentelle ». Tels sont les mots utilisés par le préhistorien Peng Fei, chercheur au laboratoire d'évolution humaine de l'Université de l'Académie des Sciences Chinoise (Beijing, Chine), pour commenter la publication de son article "An engraved stone artifact found at the Shuidonggou Paleolithic site, northwest China" dans le no26 du Chinese Science Bulletin.

Et pour cause, car c'est en analysant des outils de pierre déjà bien connus des chercheurs chinois, puisque découverts en 1980 sur le site paléolithique de Shuidonggou, situé au nord-ouest de la Chine, que Peng Fei et ses collègues ont eu la surprise de découvrir que l'une des pierres taillées présentait de minuscules incisions, tracées avec une étonnante régularité. Des gravures qui, après analyse de ces chercheurs, semblent bel et bien avoir été intentionnellement créées par l'homme, il y a 30 000 ans environ.

Or, cette découverte est un petit évènement pour les paléoanthropologues chinois. En effet, si de nombreux objets gravés par l'homme datant du Paléolithique ont été retrouvés en Europe Occidentale en Afrique, c'est en revanche la première fois qu'une pierre intentionnellement gravée par l'homme et datant du Paléolithique est retrouvée en Chine.

L'hypothèse d'un système de comptage

Quelle est la signification de ces gravures ? Si les chercheurs ne peuvent pour l'instant se prononcer de façon définitive, ils émettent en revanche l'hypothèse que ces incisions ont peut-être servi comme système de comptage. En effet, l'étude approfondie de ces gravures a permis de montrer qu'elles avaient été réalisées dans un court intervalle de temps, comme si son auteur avait souhaité comptabiliser un évènement survenant de façon récurrente dans un court intervalle de temps.

Quoi qu'il en soit, cette découverte renforce de façon décisive l'hypothèse que les hommes du Paléolithique Supérieur qui résidaient dans l'actuelle Chine étaient déjà dotés de facultés cognitives avancées. En effet, les préhistoriens corrèlent habituellement la production d'objets gravés à la faculté de recourir à l'abstraction et à la symbolisation.

Source : "An engraved artifact from Shuidonggou, an Early Late Paleolithic Site in Northwest China"