© Photo Feisal Omar. Reuters
L'ONU redoute le retour de la famine en Somalie.
Les prochaines sécheresses risquent de provoquer la famine.

L'ONU a sollicité mardi un milliard d'euros de la communauté internationale pour aider la Somalie à éviter que les prochaines sécheresses ne tournent à la famine, comme celle qui avait fait des dizaines de milliers de morts en 2011. L'appel a été lancé depuis Mogadiscio, une première rendue possible par l'amélioration de la sécurité dans la capitale somalienne, que les insurgés islamistes shebab ont été contraints d'abandonner en août 2011.

«Avec 3,8 millions de personnes ayant besoin d'aide, la crise humanitaire en Somalie est une des plus graves au monde. Plus de 1,1 million de personnes sont des déplacés à l'intérieur de leur pays, et plus d'un million de Somaliens sont réfugiés hors de leur pays», selon le bureau de la coordination des Affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA selon l'acronyme anglais). La population en Somalie, qui tente de sortir de 21 ans de guerre civile, est estimée à environ 8 millions d'habitants.

L'aide demandée - 1,3 milliard de dollars soit 995 millions d'euros - doit permettre à l'ONU et aux organisations non gouvernementales travaillant à ses côtés de financer 369 projets humanitaires au profit de 3,8 millions de Somaliens en 2013. Au delà de cette aide d'urgence, «l'amélioration de la situation alimentaire et la nouvelle situation politique et sécuritaire (en Somalie) offre des chances de casser le cycle de crises récurrentes provoquées par les sécheresses et les conflits», a déclaré le coordinateur humanitaire en exercice des Nations Unies pour la Somalie, Stefano Porretti.

Une force de l'Union africaine en Somalie aidée par un contingent éthiopien et par l'embryon d'armée somalienne est parvenue à chasser les islamistes de leurs principaux bastions du sud et du centre du pays au cours des derniers dix huit mois. La Somalie dispose également de nouvelles institutions - Parlement, président et gouvernement - mises en place depuis septembre dernier, même si la situation ne permet toujours pas d'organsier une élection au suffrage universel dans le pays.

Mais « il y a une nécessité absolue à continuer de soutenir le travail humanitaire en Somalie », a souligné Stefano Porretti. Les Nations Unies n'ont obtenu pour cette année des donateurs internationaux que 57% de l'aide demandée, soit 668 millions de dollars sur un total de 1,1 milliard selon OCHA.