Les Philippines, qui sont balayées par une vingtaine de typhons chaque année, n'en avaient pas connu d'aussi violent en 2012.

Le typhon Bopha, le plus violent à avoir frappé les Philippines cette année, a causé la mort d'au moins 500 personnes depuis son passage sur le sud du pays dans la nuit de mardi à mercredi, selon le dernier bilan annoncé par l'armée jeudi.
Bopha, accompagné de vents atteignant 210 km à l'heure, a traversé l'île de Mindanao (sud), provoquant inondations et glissements de terrains, sur une largeur de 700 km.

La priorité du gouvernement jeudi était de chercher les 379 personnes disparues et de construire des abris temporaires pour les 179 000 habitants dont le logement a été détruit, a indiqué le chef de la sécurité civile Benito Ramos. "Il n'y aura pas de limite dans le temps. Cela prendra le temps que ça prendra", a-t-il déclaré aux journalistes, qui lui demandaient combien de temps dureraient les recherches.