Traduit par Les chroniques de Rorschach

Certaines comètes à longue période pourraient faire subir au réseau global électronique le type d'effets en général associés aux armes à impulsion électromagnétique ou à une guerre nucléaire à grande échelle.

Selon David Eichler, auteur principal d'un papier à paraître dans « Astrophysical Journal Letters », une comète à longue période rasant le soleil (sungrazer) d'à peu près la taille de Hale-Bopp (avec un noyau d'environ 30 km de diamètre), pourrait générer une onde de choc de rayons cosmiques suffisamment puissante pour initier un Armageddon électromagnétique global..

L'astrophysicien de l'Université Ben Gourion du Néguev fait valoir que les satellites qui ne seront pas en mode de protection seraient anéantis avec la plupart des appareils électroniques dans le monde, tout à partir des micro-circuits des téléphones cellulaires jusqu'aux centrales électriques.

Si une telle comète avait la taille de Hale-Bopp, Eichler affirme que l'éruption solaire en résultant serait de loin la plus grande jamais observée. La comète sera comprimée puis explosera ensuite dans l'atmosphère solaire créant une onde de choc.

Eichler pense qu'une telle comète peut avoir déclenché une grande éruption solaire et des rayons cosmiques générant une onde de choc en 775 après JC, comme indiqué par l'analyse de cernes d'arbre indiquant vers une soudaine flambée de 1,2 pour cent du taux de carbone 14 atmosphérique.

« Je ne dis pas que cet événement ne pouvait pas avoir été causé par une poussée magnétique solaire, mais nous n'avons jamais vu une éruption solaire aussi importante « a déclaré Eichler. Bien que le mouvement de la comète pourrait à lui seul fournir assez d'énergie pour causer des ondes de choc », la véritable accélération de particules se passera dans le champ magnétique du Soleil, explique Eichler. Voyageant à 1000 kms par seconde, les ondes de choc atteindraient la terre en une journée et demie.

Et les effets seraient probablement bien pires que l'événement Carrington de 1859, une super-tempête solaire qui a fait des ravages sur les lignes télégraphiques provoquant des aurores boréales visibles aussi loin au sud que le Texas.

Lovejoy constitua une exception récente, cette comète à longue période qui en Décembre 2011, a été observée de façon inattendue survivre à son point le plus proche du soleil. Eichler affirme qu'il est tout à fait possible qu'une grande comète puisse froler le soleil une fois sur une période de plusieurs milliers d'années. « Si une comète de la taille de Hale-Bopp frôle la couronne solaire », a déclaré Eichler « , vous obtiendrez une éjection de masse coronale au moins 30 plus importante que lors de l'événement de Carrington. Hale-Bopp elle même pourrait devenir une cométe Sungrazer dans un lointain avenir.

Mais il y a un point positif dans la mesure où les astronomes devraient, en principe, avoir quelques années de préavis si une telle comète revenait de nouveau. Cependant, mis à part quelques exceptions dans le domaine militaire, nos appareils électroniques ne sont pas protégés contre de tels traumatismes magnétosphériques potentiels.

Aujourd'hui, un événement de type Carrington serait dévastateur, déclare Eichler, et il n'était pas particulièrement puissant ou inhabituel sur une échelle de temps astrophysique.

Après avoir terminé ses recherches, Eichler se dit très surpris par le fait que nous sommes toujours là pour témoigner. « Je ne savais pas que le système solaire était un endroit si dangereux».