© unknown
Cancers cérébraux, développement des fœtus, baisse de la fertilité, accroissement de l'autisme... Les risques liés à l'exposition aux ondes électromagnétiques sont de plus en plus nombreux et avérés, selon le rapport BioInitiative 2012.

Un groupe de scientifiques vient de publier, hier 7 janvier, un nouveau rapport baptisé BioInitiative 2012 sur l'impact sanitaire des ondes électromagnétiques de la vie courante: téléphones portables, combinés DECT, réseaux Wifi, réseaux Wimax, ordinateurs portables, téléviseurs, lignes à haute tension, etc. Ce document compile les résultats de 1 800 études scientifiques réalisées durant les cinq dernières années. Conclusion: «les preuves de risques sanitaires se sont considérablement multipliés depuis 2007», année de publication du précédent rapport BioInitiative.

Preuve ou pas preuve ?

Ainsi, selon ce document, les ondes électromagnétiques - micro-ondes et ondes radio - devraient être classés cancérigènes et les seuils d'exposition être globalement revus. Les risques biologiques sont multiples et à tous les niveaux. Ces technologies de transmission favoriseraient le développement de tumeurs cérébrales malignes (gliomes), de leucémies et de cancers du sein. Elles altèreraient le développement cérébral des fœtus et des nouveau-nés et favoriserait le syndrome d'Alzheimer.

Les ondes électromagnétiques provoqueraient, par ailleurs, un abaissement de la fertilité masculine, en altérant l'ADN des spermatozoïdes - par le biais par exemple de téléphones portables enfouis dans une poche de pantalon ou d'ordinateurs portables posés sur les genoux. Elles auraient même un impact néfaste sur le développement de l'autisme. « Ce rapport confirme les risques. Il n'y a désormais plus de doute possible. Il devient urgent que les pouvoirs publics agissent », estime Etienne Cendrier, porte-parole de l'association Robin des toits, qui milite contre l'exposition aux technologies sans fil.

De son côté, la Fédération française des télécoms (FFT) - qui représente l'industrie des télécoms en France - souligne que tous les récents rapports des agences de sécurité sanitaire nationales s'appuient sur les mêmes études scientifiques et tirent la même conclusion, à savoir qu'il n'y a pas de preuve d'un risque sanitaire. En France, un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES, ex-AFSSET) estimait en 2009 que « les données issues de la recherche expérimentale disponibles n'indiquent pas d'effets sanitaires à court terme, ni à long terme de l'exposition aux radiofréquences ».

Une proposition de loi à l'Assemblée nationale

Dans ce même rapport, l'ANSES trouvait d'ailleurs que le rapport BioInitiative 2007 devait être lu avec prudence : « Il ne correspond pas à une expertise collective, est de qualité inégale selon les chapitres et est écrit sur un registre militant ». L'agence nationale devrait publier un nouveau bilan sur le risque sanitaire des ondes électromagnétique d'ici à juin 2013.

Néanmoins, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) avait classé, en mai 2011, toutes les ondes radiofréquences comme « peut-être cancérogènes », soit en troisième position sur une échelle de cinq. De son côté, le gouvernement a également préféré adopter une attitude prudente. Dans un dépliant diffusé en juillet 2012, il recommande d'adopter certains « gestes simples » pour réduire son exposition, comme l'utilisation d'un kit oreillette par exemple.

Par ailleurs, le groupe écologiste à l'Assemblée nationale a déposé le 12 décembre 2012 une proposition de loi visant à réduire les risques liés aux ondes électromagnétiques. Elle sera examinée à la fin du mois. Elle propose, entre autres, un encadrement plus strict du Wifi, une réglementation plus contraignante sur l'implantation des antennes-relais dont la puissance serait globalement abaissée, la reconnaissance de l'électro-sensibilité et le lancement d'une campagne de prévention.