Volcan au Kamtchatka
© Inconnu

Les images du volcan Plosky (plat) Tolbachik (3085 m), dans le Kamtchatka sont rares à plusieurs titres. D'abord, il s'agit d'une éruption qui a commencé le 27 novembre 2012, après 36 ans de sommeil, et qui se poursuit aujourd'hui, sans signes d'arrêt prochain, dans cette région glaciale de l'extrême est de la Russie.

Ensuite, au lieu d'être essentiellement verticale, même si les projections atteignent les 3000 m d'altitude pour la fumée et la poussière et 200 m pour la lave en fusion, le volcan a détruit une grande partie de la paroi de son cratère. La « fissure » mesurerait 5 km.

De véritables torrents de lave s'en écoulent et forment des rivières rougeoyantes sur plus de 20 km de distance qui finissent par se figer et se couvrir de neige. De plus, deux autres volcans de la région Kliuchevskaya, Shiveluch et Kizimen, sont également entrés en éruption. Le 12 janvier 2013, ils ont projeté des cendres jusqu'à une altitude d'environ 6 km au dessus du niveau de la mer, selon l'Observatoire géophysique russe de la région.

Un alerte orange, c'est-à-dire de moyenne gravité, a été déclenchée vis à vis de l'aviation internationale en raison des risques engendrés par les gaz, les cendres et les particules en suspension dans l'air. On se souvient de la paralysie des transports aériens provoquée par l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll, entre mars et octobre 2010. Rien de tel avec ceux du Kamtchatka pour l'instant. Néanmoins, le rapport émis par les autorités le 12 janvier fait état de 250 secousses sismiques engendrées par le volcan Kizimen. La plus puissance a projeté des cendres à 4,4 km d'altitude.

L'absence de victimes et de danger pour les villages les plus proches permettent de goûter sans amertume la beauté des images du volcan Plosky Tolbachik. Celle d'une équipe russe semblent les meilleures à ce jour. Elle est suivie par une autre vidéo réalisée par la chaine russe en langue anglaise, RT. Un spectacle dantesque.