© Inconnu
Un prospectus qui circulait le 21 novembre 1963 à Dallas au Texas, un jour avant l'assassinat de John F. Kennedy.
RECHERCHÉ POUR TRAHISON
CET HOMME est recherché pour des activités qui relèvent de la trahison contre les Etats-Unis.
  1. Trahison de la Constitution (qu'il a juré de faire respecter):

    Il est en train de détourner la souveraineté des Etats-Unis vers les Nations unies contrôlées par les communistes.

    Il trahit nos amis (Cuba, Katanga, Portugal) et fait ami avec nos ennemis (Russie, Yougoslavie, Pologne).
  2. Il a eu TORT sur d'innombrables questions affectant la sécurité des Etats-Unis (Nations unies-mur de Berlin-Suppression de missiles-Cuba-Marchés céréaliers-Traité d'interdiction des essais nucléaires, etc.)
  3. Il a été laxiste en imposant des lois d'enregistrement communistes.
  4. Il a donné son soutien et son encouragement aux émeutes inspirées par des communistes.
  5. Il a illégalement envahi un Etat souverain avec des troupes fédérales.
  6. Il a constamment nommé des anti-Chrétiens au gouvernement fédéral. Maintient la Cour Suprême dans sa direction anti-chrétienne.Des étrangers et des communistes connus abondent dans les bureaux fédéraux.
  7. Il a été pris dans des MENSONGES fantastiques envers le peuple américain (y compris des mensonges personnels comme son ancien mariage et son ancien divorce).
--------------------------------------------------------------------------

Le 21 novembre 1963, il y a 43 ans aujourd'hui, le 1.035ème jour du mandat de John F. Kennedy comme Président, il a demandé au Congrès 95,7 millions de $ en allocations supplémentaires pendant l'exercice 1964. Il a aussi demandé à ses conseillers économiques de préparer un programme "Guerre à la Pauvreté" pour 1964. Ensuite, le Président Kennedy et Mme Kennedy sont partis pour un voyage de deux jours au Texas. Ce devait être sa dernière journée complète sur Terre.

À la dédicace du Centre Médical Aéronautique de la Base de l'Armée de l'air Brooks, à San Antonio au Texas il a fait un discours dans lequel il s'est rappelé : "Frank O'Connor, l'auteur irlandais, dit dans un de ses livres comment, quand il était garçon, lui et ses amis marchaient à travers la campagne et quand ils sont arrivés au mur d'un verger qui semblait trop haut et trop douteux pour permettre à leur voyage de continuer, ils ont enlevé leurs chapeaux et les ont jetés par-dessus le mur - et alors ils n'eurent pas d'autre choix, que de les suivre... Cette Nation a jeté son chapeau par-dessus le mur de l'espace et nous n'avons pas d'autre choix que de le suivre."

Et il a prédit, "Quand certains se rencontreront ici en 1990, ils regarderont derrière eux ce que nous avons fait et diront que nous avons pris les décisions justes et sages. ' Vos vieillards rêveront des rêves, vos jeunes hommes verront des visions, ' nous dit la Bible et 'où il n'y a aucune vision, les gens périssent.'" (Remarques à la dédicace du Centre Médical Aéronautique, San Antonio, Texas, le 21 novembre 1963)

Plus tard, le Président Kennedy a fait de brèves remarques à la Ligue des Citoyens Latino-américains Unis à l'Hôtel Rice à Houston au Texas où il a participé à un dîner honorant le Représentant Albert Thomas de Houston, Texas.

Hier, nous avons parlé du Pétrole et des Pétroliers; aujourd'hui, nous voulons regarder les Texans, en gardant toujours en mémoire que George W. Bush est un Texan transplanté et lui et son père ont tous deux été des "Pétroliers". Après cela, nous regarderons les Services Secrets, les hommes qui étaient supposés protéger le Président. De Farewell America :

Les Texans
Le mythe de l'homme indispensable doit être brisé si notre pays doit survivre. - Haroldson Lafayette Hunt
Le Texas doit plus au pétrole qu'il ne doit à l'Alamo. Le Texas ne s'est vraiment épanoui que quand le pétrole a jailli des marais de Beaumont le 10 janvier 1901. Alimenté par plus de 100.000 barils par jour du puits Spindletop, (1) un lac de pétrole se forma qui fut bientôt consommé par le feu. Spindletop mit en route une deuxième ruée vers l'or. Le secteur fut envahi par les prospecteurs, le gisement de pétrole a été pillé et le prix du pétrole a fluctué d'une manière extravagante. Au début, Rockefeller a ignoré la découverte du Texas.

Mais après que la Standard Oil du New Jersey ait été démembrée en 1911, la Standard Oil de l'Indiana a accaparé Humble, devenant ainsi le plus grand producteur au Texas, tandis que Socony reprenait Magnolia. En 1930, l'empire pétrolier américain était contrôlé par 20 grandes sociétés qui semblaient destinées à une prospérité éternelle. Mais le 9 octobre 1930, un prospecteur têtu nommé "Dad" Joiner découvrit du pétrole à 3.000 pieds à l'Est du Texas. Il avait découvert le gisement de pétrole le plus riche aux Etats-Unis. De quarante miles [64 km] de long et 2 à 5 miles [3,2 à 8 km] de largeur, ses réserves ont été évaluées à 1,5 milliards de tonnes. Au moment où la Standard et les autres grandes sociétés arrivaient sur la scène, des milliers de prospecteurs foraient loin sur des dizaines de milliers de secteurs ruraux et urbains. Ce fut la perte la plus ruineuse dans l'histoire du pétrole et juste au début de la Dépression le fond partit du marché.

Les Standard, Gulf, Texaco et Shell ont réussi à regagner le contrôle avec l'aide du gouvernement fédéral. Des lois ont été votées par les Etats, des concessions ont été fermées par la force et la loi Connally sur "l'huile noire" mit fin à la production illégale à l'Est du Texas. Quand le bassin eut été vidé, des parts de production ont été établies et l'ordre a prévalu. Quelques producteurs indépendants ont réussi à survivre, mais ils étaient obligés d'observer les règles installées par les Quatre Grands, qui les ont tolérés parce que leurs dépenses de production plus grandes permettaient aux plus grandes sociétés de garder des prix élevés et des profits croissants.

Trente ans plus tard, en 1963, le Texas représentait la moitié des réserves pétrolières prouvées sur le sol américain. Avec 95.000 puits de pétrole actifs appartenant à 6.500 compagnies de pétrole (des 12.325 aux Etats-Unis), il constituait une position clef pour les grandes sociétés, car il contrôlait la production dans les Etats voisins de la Louisiane et de l'Oklahoma (65 % du total américain) et donc les prix.

Six sociétés contrôlent 80 % de la production du pétrole du Texas. Humble produit 15 % et raffine 30 % de ce total. Ces géants commandent non seulement le pétrole, mais aussi le soufre et les marchés du gaz naturel et par conséquent l'immobilier, les équipements de transport, l'énergie, l'eau et les banques partout dans l'Etat.

Même sans pétrole, le Texas serait un des Etats les plus riches dans l'Union. Cent fois plus grand que le Delaware, cinq fois plus grand que l'Etat de New York, quatre fois plus grand que le Missouri, trois fois plus grand que le Minnesota, deux fois plus grand que le Montana, il couvre 100.000 miles carrés de plus que l'Etat de la Californie et chacun de ses 254 comtés est plus grand que l'Etat de Rhode Island. Il y a 227.000 ranchs au Texas et le Ranch King couvre plus de territoire que la Suisse. Le Texas élève 10 millions de têtes du bétail et fournit un quart du riz, un tiers du coton et la moitié de tout le caoutchouc synthétique consommé aux Etats-Unis. En 1963 l'Etat avait une population de 10.228.000 habitants, y compris un million de Noirs et un million de 'Wetbacks' (NdT: ouvriers agricoles mexicains entrés illégalement aux Etats-Unis).

La Seconde Guerre mondiale a transformé le Texas en Etat industriel. Grâce à la Guerre froide, ses industries se sont étendues cinq fois plus rapidement que celles du reste de la nation. Cette expansion industrielle a atteint une apogée en 1963, quand on a attribué à General Dynamics de Fort Worth le contrat de l'avion de chasse TFX. Le développement fantastique de sociétés plus petites comme Texas Instruments est directement lié à la guerre au Viêt-Nam. (2)

Le Texas offre à ces industries des impôts inférieurs, du travail bon marché (de pauvres Blancs, des Noirs et des Wetbacks), une législation industrielle restrictive (l'atelier d'ouvriers syndiqués est interdit selon la loi de l'Etat) et ses ressources naturelles remarquables dans le pétrole, le gaz naturel et le soufre. (3) le gouvernement fédéral est un des bienfaiteurs principaux de l'Etat. Le Texas se classe second dans la nation en termes d'aide fédérale, avec 3,9 milliards de $ en 1960-61, soit 20,1 % du revenu total de l'Etat. (4) Le plus riche des Etats riches, le Texas en 1960 avait 53 % de plus d'employés fédéraux et recevait 65 % de plus d'aide fédérale que l'Etat américain moyen. (5) Les faveurs de Washington touchaient chaque secteur de l'économie. Le Texas, avec le réseau autoroutier le plus vaste (construit avec des fonds fédéraux) dans le pays, (6) a reçu la plus grande quantité d'aide fédérale pour les enfants paralysés et les subventions les plus hautes pour la prévention d'inondation.

Mais les habitants du Texas ne partagent pas tous cette munificence. En 1963, l'Etat du Texas a dépensé seulement 282,46 $ par personne pour la protection sociale (éducation, santé, hôpitaux, assistance publique), en comparaison de la moyenne nationale de 343,64 $ par habitant (une différence de 18 %). Dans le domaine de l'éducation, le Texas s'est classé troisième dans la nation en termes d'aide fédérale par habitant et 31ème en termes de dépenses. Il s'est classé premier en termes d'aide fédérale pour la protection de l'enfance et 44ème en termes de dépenses. C'était le deuxième dans la nation en termes d'aide fédérale pour les personnes âgées et 40ème en termes de dépenses. Le Texas ne néglige pas non plus seulement ses gens. En 1963 il a reçu plus d'aide fédérale pour les stations agricoles expérimentales qu'un autre Etat dans l'union, mais s'est classé 47ème en termes de la somme dépensée pour des améliorations de l'élevage du bétail.

Il y a peu d'indication que les gens du Texas méritent un tel favoritisme. Leur Etat est premier dans la nation en termes de meurtre et d'attaque à main armée et deuxième pour le viol. Le Texas est le royaume de l'intolérance. Il s'appelle démocratique, mais pendant les 25 années passées il a élu des Républicains ou des Démocrates potentiels. Il prétend être progressiste, mais seulement 15 % de ses 2,5 millions d'ouvriers non-agricoles sont syndiqués et depuis 1954 une amende de 20.000 $ et 20 ans de prison punissent l'adhésion au Parti communiste. En 1952, le gouverneur Allan Shrivers a même essayé d'obtenir la peine de mort pour ce "crime".

Le Texas ne voit rien de mal avec la prescription de la peine de mort pour une opinion politique, mais il protège le droit de commettre un homicide. C'est le paradis du meurtre et même du meurtre pour avoir des frissons.

Le nom "Texas" vient de l'indien "Tejas", signifiant "Amitié", qui est aussi la devise de l'Etat. En 1879 Harper Bazar a écrit, "Durant les 12 années passées il y a eu 300 meurtres au Texas et seulement 11 condamnations à mort." Depuis lors, les Texans ont fait encore mieux. En 1960 il y avait 1.080 meurtres au Texas et 5 condamnations à mort.

De plus, le Texas a sa propre définition du meurtre. Seulement 3 des 254 comtés au Texas exigent l'examen d'un coroner dans le cas de mort soudaine ou suspecte. Les 251 autres laissent déterminer à la Justice de la Paix (7) la cause de la mort. On a connu un verdict de mort en raison de causes naturelles qui coïncidait avec la découverte d'une balle dans le corps du décédé. Le FBI estime que le nombre de meurtres commis réellement au Texas est égal à plusieurs fois le chiffre officiel. Entre 5.000 et 10.000 morts arrivent chaque année au Texas à cause de la brutalité, l'avidité ou juste parce que. (8)

Cent trente-deux comtés au Texas sont prohibitionnistes, une autre forme d'intolérance qui satisfait le puritanisme de ses habitants et les intérêts de la communauté des affaires. Un Texan sur 12 - 800.000 en tout - est illettré, le pourcentage le plus haut dans la nation. Le Texas délivre des diplômes de fin d'études secondaires moins que l'Etat le plus pauvre dans l'union, le Mississippi. (9) Il se classe troisième dans la nation en termes du nombre d'automobiles enregistrées, mais seulement 36ème en termes de couverture d'assurance.

Rétro, intolérant et irresponsable, le Texas élève son âme seulement vers Dieu, si on doit juger au nombre de ses églises. Il y a plus de 1.000 églises rien qu'à Dallas. Waco (100.000 habitants} en a 122, Midland (68.000 habitants} 82 et Tyler (50.000 habitants) 94. (10) l'Évangéliste Billy Graham est populaire au Texas et les playboys y sont mal vus.

Les Texans ne se fatiguent jamais de regarder l'argent. Le centre d'attraction au Club de Pétrole de Dallas est une longue table d'ébène incrustée de pièces de monnaie du monde entier. Les maisons de Highland Park, University Park et River Oak sont décorées de Cézannes et Renoirs (beaucoup d'entre eux faux), mais ils contiennent rarement des livres. Les Texans ne lisent pas, à l'exception possible des journaux du dimanche. À la différence d'autres villes américaines, les villes du Texas n'ont pas de librairies. Il y a une librairie d'occasion à Dallas, mais elle est dans les faubourgs. Les autres librairies sont tenues par les églises. D'autre part, Dallas a un opéra, un musée d'art contemporain et 700 clubs de jardin. Les Texans aiment les fleurs.

Le Texas a 1.128 banques, plus que tout autre Etat dans l'Union, (11), mais malgré sa richesse, le revenu total des habitants du Texas chute bien au-dessous de beaucoup de celui d'autres Etats. (12) Un Etat oligarchique s'il y en eu jamais un, le Texas est néanmoins premier dans la nation en termes du nombre de revenus personnels excédant 1 million de $ par an. Quatre-cinquièmes de ces millionnaires sont des pétroliers.

Dans cet Etat de nababs et de mendiants, où des régions entières sont toujours sans électricité et où des centaines de milliers de personnes dorment dehors, la corruption est une institution, les témoins professionnels courent les rues et si vous composez un certain numéro vous pouvez entendre une diatribe antisémite enregistrée.

Un Etat si privilégié doit avoir de l'influence à Washington. Il en a eu, depuis avant Roosevelt. En 1947, Harry Truman a modifié la loi, pourvoyant la succession à la Présidence en faveur du Texan Sam Rayburn, en en faisant le Leader de la Majorité de la Chambre la troisième personne la plus importante dans le pays. Eisenhower, né à Tyler au Texas, a fait face à un Congrès mené par Rayburn, le Leader de la Majorité de la Chambre, un Texan et le Leader de la majorité du Sénat Lyndon Johnson, un autre Texan. Mais malgré les faveurs spéciales, toute l'aide fédérale et les employés fédéraux payés par Washington, la trésorerie d'Etat a souvent été au bord de la faillite. En 1959, le Texas a même donné à ses employés des chèques sans provision. De nouveau, le gouvernement fédéral a été obligé de renflouer l'Etat le plus riche dans l'union. En 1961, tandis qu'elle était toujours jeune et naïve, l'Administration Kennedy a essayé de mettre en application le paiement de l'impôt fédéral sur les transactions d'affaires au Texas. Aucun Texan ne pouvait se rappeler que cette loi avait jamais été imposée. Le Texas, l'Etat auquel la fortune a souri, se trouvait à l'extérieur des frontières de l'Amérique. Que voulait-il avec la Nouvelle Frontière ?

Le Texas est un mode de vie séparé. L'industrie pétrolière contrôle le gouvernement, la politique et la vie sociale de l'Etat. (13) Sa contribution à l'économie est si importante et son influence si répandue, qu'elle peut faire ou défaire un projet. Les producteurs indépendants exercent tant, sinon plus, le pouvoir que les présidents des compagnies de pétrole majeures et parce que leurs fortunes sont généralement le résultat de succès personnel et leur base d'opérations moins éloignée, ils sont aussi plus agressifs. Ils sont jusqu'à présent plus vulnérables à toute attaque sur les privilèges de l'industrie pétrolière et en particulier à tout changement des lois qui la dirigent.

Il a été évalué qu'il y a plus de 500 millionnaires vivant à Houston et probablement autant à Dallas. Le revenu des vingt producteurs pétroliers indépendants les plus riches réuni serait suffisant pour couvrir le budget de l'Etat.

Le Texas, qui ne connaît pas la signification de l'impôt sur le revenu, n'a plus idée de ce qu'une constitution devrait être. La Constitution du Texas date de 1876. Par conséquent, le gouvernement d'Etat n'a aucun pouvoir de traiter les abus de ses habitants. La législature de l'Etat se réunit seulement une fois tous les deux ans. Ses membres sont payés 10 $ par jour pour une durée de 120 jours. Si la session est prolongée au-delà de la limite, leur paie est partagée en deux. En conséquence, la plupart des membres du Congrès d'Etat sont des avocats représentant leurs clients à Austin ou des étudiants heureux d'avoir une chance de se faire un peu d'argent supplémentaire. À cet égard, les étudiants et enseignants pauvres intéressés par la politique sont particulièrement bien considérés par les propriétaires réels de l'Etat. Les pétroliers financent les études d'un certain nombre d'étudiants doués et méritants et s'ils sont élus à la législature de l'Etat ils sont récompensés avec des baux de terre, des actions et des allocations leur permettant de se consacrer au service de leur pays. Les pétroliers ont peu de difficulté à avoir leurs candidats élus au gouvernement - ils contrôlent la presse, la radio et la télévision. Leur influence sur les autorités de police et juridiques est telle que seules les affaires criminelles et civiles les plus insignifiantes, et celles dans lesquelles ils n'ont aucun intérêt en jeu, sont jamais amenées en justice.

Une des figures les plus éminentes au Texas et dans l'industrie pétrolière est apparue un jour dans la Librairie Cokesbury, une librairie méthodiste à Dallas, pour signer un livre qu'il avait publié lui-même. Cet homme a seulement sept lignes dans le Who's Who : "Haroldson Lafayette Hunt, producteur pétrolier; Vandalia, Illinois; publication de rédacteur. Schs; m. à Lynda Bunker (décédée le 7 mai 1955); 2nd mariage avec Ruth Ray Weight, décembre 1957. Producteur pétrolier, Hunt Oil Co. A fondé Facts Forum, une fondation produisant des programmes de radio et de télévision relatifs à des problèmes nationaux. Démocrate. Adresse : 4009 W. Lawther Dr., Dallas."

Sept lignes ne sont pas beaucoup pour un homme qui était en 1963 et sera probablement jusqu'à ce qu'il meure, l'homme le plus riche dans le monde, (14) avec une fortune évaluée d'une manière conservatrice à 4 milliards de $. Quand vous entrez dans cette sorte de chiffres, vous ne parlez plus de richesse, mais de pouvoir.

Le livre que l'homme le plus riche dans le monde venait signer s'appelait Alpaga, sans aucun doute d'après le ruminant sud-américain qui ressemble au lama, du même nom si célèbre pour sa résistance. Alpaga est la Bible de Hunt. Il décrit une nouvelle nation mythique où les impôts sur le revenu sont limités à 25 % et où on accorde un certain nombre de votes à chaque citoyen en proportion directe à sa fourchette d'impôt sur le revenu. (15)

Hunt était accompagné de sa deuxième femme et de ses deux belles-filles, et les petites filles - Hélène, 11 ans et Sewannee, 10 ans - chantaient une petite chanson :
Combien vaut ce livre dans la vitrine ? Celui qui dit toutes les choses intelligentes.

Combien vaut ce livre dans la vitrine? J'espère vraiment apprendre tout ce qu'il apporte.

Combien vaut ce livre dans la vitrine? Celui que mon Popsy a écrit.

Combien vaut ce livre dans la vitrine? Vous pouvez lui acheter sans signer un reçu.

Alpaga! Cinquante cents! (16)
Hunt est un homme dur à comprendre. Peu de journalistes ont même essayé. La personnalité réelle de ce puritain qui avait 74 ans en 1963 se trouve cachée derrière quelques descriptions prudentes :
"Aussi riche que Crésus, aussi astucieux qu'un joueur de riverboat, aussi serré qu'une nouvelle paire de chaussures..."

"Il pense que le communisme a commencé dans ce pays quand le gouvernement a pris en main la distribution du courrier..."

"S'il avait plus de flair et d'imagination, s'il n'était pas essentiellement un péquenaud si damné, il pourrait être un des hommes les plus dangereux en Amérique."
Pour le psychologue doué Hugh Hefner, Hunt est "une énigme irritante."
"Personne, pas même sa propre famille, ne prétend le comprendre; personne, une idée de ce qui l'a fait amasser sa fortune énorme; et personne, pas même Hunt lui-même, semble capable d'expliquer ce qu'il essaye d'accomplir dans l'arène politique." (17)
Hunt est l'incarnation du Texas, mais il est né dans une famille prospère dans l'Illinois. Il a quitté la maison à 15 ans avec un paquet sur son dos et a travaillé pendant peu de temps comme bûcheron. À 22 ans, il a pris sa succession de quelques milliers de dollars et est parti pour l'Arkansas, où il a acheté en 1912 une terre de plantation qui n'avait pas produit pendant 35 ans. Cette année et la suivante, elle a produit. L'année suivante la première guerre mondiale est arrivée et le prix de coton a baissé à 5 cents la livre. Hunt a été ruiné.

1918 a apporté un grand boom de terre et Hunt a vendu sa plantation et a acheté plus de terre. Trois ans plus tard, il s'est dirigé vers une découverte pétrolière à El Dorado, en Arkansas et a commencé à négocier dans des baux. Il a foré quelques puits dans les champs de West Smackover et a bientôt possédé cent puits en Louisiane, Arkansas et Oklahoma. En 1930 il est parti à l'Est du Texas et a acheté le célèbre puits Dad Joiner, le Daisy Bradford numéro un, que les grandes compagnies de pétrole avaient méconnu. Avant la Seconde Guerre mondiale, Hunt avait fait son premier milliard, surtout dans le pétrole et l'avait re-investi non seulement dans le pétrole et le gaz naturel, mais aussi dans une multitude d'autres entreprises intégrées verticalement ou horizontalement ou complètement diversifiées.

Hunt est le plus grand fermier national. Ses intérêts d'affaires couvrent cinq continents et vont des médicaments à l'immobilier, le coton, le bétail et le bois de construction. Il a été évalué que "les actifs de Hunt sont égaux à ceux de complexes d'entreprise comme General Electric." (18) Hunt possède et contrôle des sociétés dont les noms n'ont jamais été associés au sien. (19) Son nom n'apparaît pas dans la liste des 500 plus grandes sociétés internationales, bien qu'il soit probablement parmi les cinq premières. La Hunt Oil Company (incorporée dans le Delaware en 1934) possède des propriétés de production au Texas, Louisiane, Dakota du Nord et encore 9 Etats, de même que des terres non-développées dans 18 autres Etats, y compris l'Alaska. Hunt est derrière une multitude de compagnies de pétrole indépendantes comme Placid Oil, Hunt Petroleum Corp. et Placid International Oil, Ltd. (Incorporée en 1958 dans le Delaware), avec bureaux et activités en Australie, Pays-Bas, Liban, Angleterre et 17 autres pays.

Haroldson Lafayette Hunt n'a ni actionnaires, ni conseil d'administration. Il possède 85 à 90 % des parts dans toutes ses sociétés. (20) (Sa famille possède le reste.) Cet homme d'un mètre quatre-vingt et 90 kg est un retardataire à la politique. Jusqu'à 60 ans, il s'est occupé du forage de ses puits et de la construction de son empire. Il aime se décrire comme "un démocrate enregistré qui vote souvent républicain." Le dernier président qu'il a approuvé était Calvin Coolidge. Il appelle Franklin D. Roosevelt "le premier président à instituer la lutte des classes." Roosevelt a aussi reconnu l'Union soviétique, portant ainsi, à son avis, la responsabilité de "la reddition de centaines de millions de gens sous la domination communiste." Il attaque violemment "le mythe de l'homme indispensable" créé par Franklin D. Roosevelt et repris par Kennedy. " Ce mythe doit être brisé si notre pays doit survivre," a-t-il été cité en train de le dire. Pour lui, les armes principales de "l'Homme Indispensable" des années soixante étaient le "communisme" et les "impôts." Le communisme et les impôts, il doit être dit, sont les clés de l'esprit et des activités de Haroldson Lafayette Hunt.
"Les Etats-Unis ont été responsables du monde depuis la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle les communistes ont pris en domination un tiers de la population mondiale.

"Les activités communistes aux Etats-Unis sont criminelles et on peut en parler avec d'autres violations criminelles."

"Tous les services publics devraient être supprimés en faveur de l'entreprise personnelle où ils peuvent être réalisés plus efficacement et économiquement."
Hunt condamne "les personnes étranges avec une éducation tordue qui préféreraient être vaincues." Il attaque aussi les programmes d'assistance sociale fédéraux qui "font du tort au grand public et donnent à quelques personnes et groupes un avantage sur d'autres." Il écarte la Sécurité Sociale comme des "milliers de projets frivoles." Il déclare, "les personnes qui ont la richesse devraient l'utiliser sagement, d'une manière qui fera du bien à la société. Ils devraient être prudents qu'en faisant des cadeaux censément charitables, leur argent ne sera pas utilisé pour détruire ou détériorer le système américain et promouvoir l'athéisme."

Pour Hunt, l'attaque de Kennedy sur les privilèges fiscaux aimés par l'industrie pétrolière était des "violations criminelles" contre "le système américain. Les allocations d'épuisement sont nécessaires pour des ressources irremplaçables. Le revenu net pour le gouvernement, accru de leur élimination financerait le gouvernement 3 ou 4 jours par an..." déclare-t-il, en ajoutant, "Nous perdons le droit de garder une juste part de l'argent que nous gagnons et une juste part des profits que nous faisons."

L'en-tête des lettres de Hunt le décrit comme un "opérateur". (21) Il se considère comme un des meilleurs joueurs de poker dans le pays et il l'est probablement. Il a toujours placé sa confiance dans des techniciens compétents. Ses gardes du corps personnels sont d'anciens agents du FBI. Il y a des années, il a acquis l'habitude d'agir par des intermédiaires. Il a son propre réseau de renseignement et ses décisions sont réalisées par un personnel général puissant. Ses intérêts d'affaires sont si vastes qu'il subventionne (avec d'autres pétroliers importants) la plupart des hommes influents au Congrès, des hommes comme Lyndon Johnson. Hunt était un des protecteurs financiers du sénateur Joseph McCarthy, dont le député Roy Cohn a attiré son attention et a depuis travaillé pour lui plusieurs fois.

Hunt est le propagandiste américain le plus puissant de l'Extrême Droite. En 1951 il a financé le "Forum des Faits," une série de programmes de radio et de télévision qui furent remplacés postérieurement par la "Ligne de Vie," une série unilatérale d'émissions radiophoniques de 15 minutes portées quotidiennement sur 409 stations dans tout le pays. Sa campagne de propagande lui coûte 2 millions de $ par an et elle est financée par des sociétés qu'il possède ou sur lesquelles il est dans une position pour mettre la pression. (22)

La marque d'anti-communisme de Hunt a trouvé un soutien dans le camp militaire. En 1952, Hunt a soutenu la campagne "MacArthur comme Président" et il a appelé MacArthur "vraiment l'homme de ce siècle." Il a été aussi impressionné par le groupe de stratèges formés par MacArthur. (23) Il a déclaré une fois, "Nous devrions faire ce que nos généraux nous conseillent de faire."

Commençant en 1952, plusieurs hommes militaires influents, flattés par l'attention de Hunt et prenant conscience de son pouvoir, ont acquis l'habitude de le consulter et de se confier à lui. Ainsi le Général George C. Kenney (né en 1889), l'ancien général de commandement du Strategic Air Command, qui s'est retiré de l'Armée de l'air en 1951, lui parla de son plan personnel pour écraser la capacité nucléaire de la Russie, basée sur la stratégie d'une frappe préventive. Le général Albert C. Wedemeyer (né en 1897), auteur des "Rapports Wedemeyer" et membre actif de la Société John Birch, (24) retraité de l'Armée en 1951, (25) et l'amiral James Van Fleet (né en 1892 et retraité de la Marine en 1953) (26) étaient parmi les spécialistes consultés par Hunt, qui partageaient leur passion pour la stratégie et l'extermination. L'apparition de Kennedy et McNamara a créé une agitation dans l'armée et il y eut beaucoup de retraites et de renvois.

Le leader de ce clan de guerriers était le général Edwin A. Walker (né en 1909), un Texan qui est retourné à Dallas après son départ de l'Armée et est entré en contact avec H. L. Hunt. Puis, avec le soutien de John Birchers, (27) les Minutemen et plusieurs de ses anciens subalternes dans les forces américaines en Allemagne, il a lancé une campagne militariste et extrémiste. Robert A. Surrey, "l'associé" de Walker, avait le soutien financier des sociétés de Hunt. En 1962 l'ex-général Walker a travaillé pour le gouverneur du Texas, mais a été défait par John Connally, sur quoi il s'est plongé la tête la première dans une campagne d'action politico-économique. À l'hiver 1962-63, les plans étaient faits pour une frappe préventive.

Hunt est le Grand Homme au Texas, le Géant, la plus riche et la plus avare, (28) le plus puissant et le plus solitaire des pétroliers. Il était toujours à l'écart de l'autre Texas et des producteurs de pétrole de la Louisiane, des hommes comme Michel Halbouty, Ray Hubbard, R. E. Smith, Algur H. Meadows, Jake Hamon, Kay Kimbell, O. C. Harper, C. V. Lyman, J. P. Gibbins, Ted Wiener, Thomas W. Blake, John W. Mecom, Billy Byars et Morgan Davis, mais ils ont des intérêts en commun. Seule la solidarité de l'industrie pétrolière et, dans quelques cas, la peur empêcha certains habitués du Fort Worth Petroleum Club, des clubs Bayou et International à Houston, le Club Impérial, le Club Cipango et le Club de Déjeuner d'Affaires Public de Dallas de parler dans les mois et les semaines précédant le 22 novembre. Au lieu de cela, ils ont laissé les choses suivre leur cours.

Les avis et les aversions de vieillards obstinés mènent souvent aux excès. Des potentats puritains aigris effrayés de voir leurs vies tirer à leur fin sont un danger encore plus grand. Les Représentants Bruce Alger et Joe Pool bouchaient leurs oreilles. Dans les rues du Texas, des autocollants "Ecrasons les Kennedy" apparaissaient déjà sur des pare-chocs et des pare-brise. Hunt aimait dire, "C'est par la faiblesse - pas la force - que nous perdons l'estime dans le monde."

AVANCE RAPIDE : A 12h23 le 22 novembre, de son bureau au 7ème étage du Mercantile Building, Haroldson Lafayette Hunt observait le tour de John Kennedy vers Dealey Plaza, où le destin l'attendait à 12h30. Quelques minutes plus tard, escorté par six hommes dans deux voitures, Hunt a quitté le centre de Dallas sans même s'arrêter à sa maison.

À ce moment-là; le général Walker était dans un avion entre la Nouvelle Orléans et Shreveport. Il a rejoint M. Hunt dans une de ses cachettes secrètes au-delà de la frontière mexicaine. Ils sont restés là pendant un mois, protégés par des gardes personnels, sous les yeux impassibles du FBI. Ce n'est qu'à Noël que Hunt, Walker et leur groupe sont retournés à Dallas.

En février 1964, Elgin E. Crull, l'Administrateur Communal de Dallas, a déclaré, "La vaste majorité des gens à Dallas a été affectée par le meurtre du président comme ils l'auraient été par une mort soudaine et violente dans leur propre famille." Mais il a ajouté, "Quand la vie a repris son rythme régulier, il y avait un accord général que les actions de deux bandits armés dissidents - l'assassin présumé et son tueur - n'empêcheraient pas la croissance dynamique du Grand D."

Voir aussi : Halliburton Est 'Les plus Grands Travaux de Hermann Göring' de Houston pour des détails sur le rapport entre H. L. Hunt, Halliburton, Brown & Root et Permindex, la société avec laquelle Guy Bannister - accusé par Jim Garrison d'implication dans le complot d'assassinat de John F. Kennedy - était associé.
Selon la Nomenclature d'un manuscrit de Cabale d'Assassinat écrit sous le nom de plume "William Torbitt," tant Halliburton que George et Herman Brown étaient parmi les financiers principaux de Permindex, avec Jean de Menil, l'avocat de la mafia Roy Cohn, le Pétrolier de Dallas H.L. Hunt et d'autres.

Le Vice-président et ses alliés néoconservateurs comme le ministre de la Défense Nationale Donald Rumsfeld, Paul Wolfowitz, Richard Perle, et d'autres, sont les agents d'un pouvoir qui est engagé à l'élimination des principes soutenus dans la Déclaration d'Indépendance et la Constitution, en faveur d'une dictature des banquiers mondiaux. Ce même pouvoir oligarchique, agissant par des banques marchandes comme Lazard Frères et Rothschild et d'autres institutions financières, contrôle un grand nombre de Wall Street et de l'Amérique d'entreprise, y compris Halliburton. Le pouvoir d'Halliburton ne vient pas de Cheney, mais des protecteurs de Cheney, les banquiers synarchistes. La politique de Cheney envers le peuple de l'Irak est la même que la politique d'Halliburton envers ses revendicateurs contre l'amiante et la même que la politique de Göring envers les gens dans les camps de travail Nazis.

Arbeit Macht Frei (le Travail rend Libre) disait le panneau à l'entrée d'Auschwitz. C'était un exemple de la tactique du "grand mensonge" de Göring en action. Les déclarations de la cabale de Cheney disant que nous devons accepter la tactique d'Etat policier dans notre propre nation et des frappes préemptives contre d'autres nations au nom de la liberté, sonnent faux. Hermann Göring serait fier...

Halliburton a aussi des liens de renseignement forts, notamment par la présence dans son conseil de 1977 à 2000 de Anne Armstrong du King Ranch, qui a présidé le Conseil Consultatif du Renseignement à l'Etranger du Président (PFIAB) de 1981 jusqu'à 1990, en plus d'un travail assigné comme ambassadeur américain en Grande-Bretagne et son rôle de longue date comme président du comité exécutif au Centre pour les Études Stratégiques et Internationales (CSIS), un puissant groupe de réflexion de Washington.

Le successeur d'Armstrong comme fantôme supérieur d'Halliburton est Ray Hunt, un des cinq directeurs à rejoindre le conseil d'Halliburton. Hunt, le fils du fondateur réputé de Permindex H.L. Hunt, a été nommé au PFIAB par le Président George W. Bush en octobre 2001. Le pétrolier Hunt est aussi un administrateur du CSIS et un directeur du King Ranch, suggérant que Hunt prenne le poste d'Armstrong, qui prend sa retraite, dans un réseau de renseignement du Texas de longue date. Hunt est aussi un administrateur de la Bibliothèque Présidentielle George Bush et un ancien président de la Réserve Fédérale de Dallas.

Voir : Copains ultrasecrets Bush a rempli son conseil consultatif étranger avec ses copains d'affaires du Texas, qui sont là pour profiter de l'accès à la C.I.A. et aux services secrets militaires.

Le 17 novembre 2005 | Aucune discussion de copinage dans l'administration Bush ne serait complète sans parler du PFIAB, l'abréviation pour le Conseil Consultatif du Renseignement Étranger du Président. Les derniers rendez-vous de George W. Bush au PFIAB, qui conseille le président sur la manière dont des agences de renseignement diverses fonctionnent, représentent un who's who du club de copains d'affaires d'Halliburton-Texas Rangers-pétrole qui a fait de Bush un millionnaire et a aidé à le propulser à la Maison Blanche....

Créé en 1956 par le Président Dwight Eisenhower, le PFIAB est conçu - selon le communiqué de presse de la Maison Blanche - pour donner au président "un conseil objectif et expert." Dans un monde idéal, les membres du PFIAB analyseraient le renseignement qu'ils obtiennent et donneraient au président leurs avis à l'état brut à propos des mérites relatifs des différentes agences et le travail qu'elles font. Les membres du PFIAB ont accès aux secrets les plus secrets de l'Amérique, connu comme la SCI, pour Information Sensible Compartimentée. Les membres du PFIAB ont des certificats de sécurité qui sont parmi les plus hauts dans le gouvernement américain. Ils ont accès au renseignement qui est indisponible à la plupart des membres du Congrès. Ils sont au courant du renseignement de la C.I.A., de la N.S.A., des agences des services secrets militaires et d'autres.

Tout ce que les membres font pour le PFIAB est fait dans le secret. Rien de l'information qu'ils discutent ou voient n'est disponible au public. Ils ne sont pas soumis à la Loi sur la Liberté de l'Information. Et à la différence d'autres fonctionnaires qui travaillent pour le président, il n'y a aucune révélation publique des intérêts financiers des membres du PFIAB...

Pour Bush, il apparaît que l'argent de la campagne compte bien plus que l'expertise. Et peu de protecteurs ont donné plus d'argent comptant aux campagnes de Bush que Ray Hunt, le fils du légendaire pétrolier bigame milliardaire de Dallas H.L. Hunt. l'adhésion au PFIAB est une bonne place pour Hunt, qui a récolté environ 100.000 $ pour Bush pendant la campagne de 2000 et a aussi servi comme président des finances du Comité National Républicain.

La position de Hunt au PFIAB peut profiter à une entité familière dans le réseau de copains de Bush : Halliburton, qui fait des milliards de dollars de reconstruction et de travail de logistique pour le gouvernement américain en Irak et sur la Côte du Golfe. Hunt est assis au conseil d'administration d'Halliburton. Il a obtenu son poste au conseil d'Halliburton en 1998 tandis que Dick Cheney dirigeait la société. Aussitôt que Hunt est entré au conseil d'Halliburton, il a été mis à son comité de compensation, où il a aidé à déterminer La paie de Cheney. En effet, en 1998, le comité de Hunt a décidé que Cheney méritait un bonus de 1,1 millions de $ et des récompenses de stock-options limitées à 1,5 millions de $ en plus de son salaire régulier de 1,18 millions de $.

Hunt a été au PFIAB depuis 2001. Vraisemblablement, des mois en avance sur tous les autres, il avait accès au renseignement indiquant que l'administration Bush allait envahir l'Irak - information qui pourrait avoir été de valeur pour certaines sociétés de service d'opérations pétrolières au Moyen-Orient... la décision de nommer Hunt [et d'autres copains] font partie "du modèle familier que nous avons vu si souvent avec cette administration : les copains et les partisans du président sont estimés plus fortement que ceux qui ont une véritable compétence." Il continue : "Ces gens ne sont pas les meilleurs ni les plus brillants. Ils sont les mieux connectés. Et la qualité de notre gouvernement souffre en conséquence."
Les Services secrets
S'ils doivent vaincre, les prophètes doivent avoir des partisans attentifs pour les protéger du tumulte. (Mahomet)
La décision avait été prise, l'argent collecté. Les visionnaires politiques ont ouvert la voie aux politiciens. (1) Il était temps de faire des projets. Ce n'est pas assez de vouloir tuer le Président. Il faut aussi penser aux Services Secrets. Les assistants présidentiels ont été préparés à affronter les obstacles politiques, mais leur "grâce et leur flânerie aériennes" (2) les avait protégés du côté brutal de la vie américaine. Innocents de la violence et ignorant la haine, ils ont échoué à voir le danger. Seul Daniel P. Moynihan, un ancien docker, avait une certaine idée de telles choses. De tous les fonctionnaires de Cabinet, seul Bob Kennedy connaissait les risques de la Présidence. Mais il ne pouvait pas être derrière son frère à chaque minute du jour.

Kennedy lui-même a peu fait pour les décourager. Il était tolérant, il aimait les gens et il avait une croyance ferme en son destin. Ses copains sophistiqués et turbulents étaient à peine conscients des sentiments réveillés par l'action révolutionnaire présidentielle et ils ont peu tenu compte de sa protection. Ken O'Donnell, qui était responsable du personnel de la Maison Blanche, avait autorité non seulement sur le personnel, mais aussi sur les Services Secrets. Il pouvait transférer ou renvoyer qui il voulait et il avait le pouvoir de présenter des réformes. Il était aussi responsable des voyages présidentiels.

O'Donnell est l'âme de l'intégrité et, comme il aimait dire, il aurait donné sa vie pour le président. Il aurait mieux fait de le protéger. Il est surprenant de se rendre compte que cet homme, choisi par Kennedy pour sa capacité intellectuelle, a agi sans réfléchir. Comme il a dit un jour à Jerry Behn, à son avis, "la politique et la protection ne se mélangent pas." Il se trompait. C'est une combinaison difficile et dangereuse, mais c'est possible.

O'Donnell, quoiqu'un administrateur excellent, était un homme faible et il n'était pas sûr de lui. C'est devenu évident après la mort du Président à Parkland Hospital quand, en tant que fonctionnaire de la Maison Blanche de rang le plus élevé présent, à l'exception du Président Johnson, il s'est prouvé incapable de faire quoi que ce soit de plus qu' "à aboutir à une impasse d'un côté et fixer les yeux sur l'examinateur médical d'un air glacial" quand ce dernier s'est opposé au déplacement du corps du Président Kennedy. C'est devenu d'autant plus évident quand, après s'être comporté grossièrement envers le nouveau président pendant le voyage de retour en avion à Washington (qui était peut-être son droit), il a consenti à servir dans son personnel. C'était lui qui souleva une telle agitation, seulement le jour après l'assassinat, à propos d'obsèques à Boston, montrant une fois pour toutes que John Kennedy était pour lui plus un ami qu'un président. Il était si heureux d'avoir un tel homme comme ami qu'il a trop peu pensé à ses ennemis. Nous savons combien ces mots peuvent blesser Ken O'Donnell et comment ils peuvent apparaître injustes, mais nous imaginons que O'Donnell doit se blâmer lui-même.

Les 56 agents des Services Secrets assignés au renseignement de la Maison Blanche étaient sous l'autorité du Ministère de l'Economie et des Finances, mais le fonctionnaire responsable, l'Assistant du Ministre de l'Economie et des Finances Robert Wallace, a laissé la direction quotidienne du Service à James Rowley, un fonctionnaire médiocre. Gerald Behn, le chef du renseignement des Services Secrets de la Maison Blanche, manquait de l'intelligence et des qualifications nécessaires à ce travail.

Trois Présidents avant Kennedy avaient été assassinés (Lincoln, Garfield et McKinley) et quatre autres (Jackson, Théodore et Franklin Roosevelt et Truman) avaient échappé à un assassinat. Cet Etat de faits, inégal dans une autre république stable, devrait avoir inspiré aux Services Secrets une vigilance accrue. Les gardes du corps trop zélés de Marguerite Truman ont causé problème en Suède qui a certains des policiers les plus durs dans le monde. Les voyages d'Eisenhower ont été méticuleusement organisés à l'étranger. Mais depuis l'apparition de la télévision, la protection du Président sur le sol américain était devenue un travail difficile. Pour que le public puisse voir le Président, ses gardes du corps ont été bannis des marchepieds de la voiture présidentielle. D'abord ils ont opéré à côté; plus tard ils sont allés sur le pare-choc arrière. Mais personne n'a essayé de tuer Eisenhower pendant ses deux mandats en fonction et les Services Secrets se sont détendus. Sa relaxation était doublement dangereuse, car l'illusion que le Président était bien protégé est restée.

C'est difficile, bien sûr, de protéger un Président actif et il est impossible de le protéger complètement pendant ses interventions publiques. Mais il y a des façons de réduire le risque et il y a certaines règles qui sont appliquées par les forces de sécurité présidentielles dans le monde entier, que ce soit en France, URSS ou Bolivie. La protection du président à l'intérieur des Etats-Unis (3) présente un problème spécial. Les Services Secrets sont obligés de coopérer avec la police locale, qui est parfois incompétente ou incertaine et peut même, comme à Dallas, être dangereuse. (4) Mais une force de sécurité présidentielle devrait être capable de se montrer à la hauteur. Les spécialistes en guérilla qui ont organisé l'embuscade de Dallas ont été stupéfiés de découvrir que les Services Secrets de Kennedy travaillaient comme une troupe de scouts.

Depuis leur création après l'assassinat de McKinley en 1901, les Services Secrets avaient dégénéré en un mythe et une sinécure. En premier lieu, ils n'étaient pas secrets. O'Donnell utilisait les agents de Services Secrets comme des garçons de courses et à l'aéroport ils se sont arrêtés pour distribuer des souvenirs aux foules. (5) Ils s'habillaient de la même façon dans des costumes bleus avec des chemises blanches et des cravates rayées et pendant des voyages présidentiels ils portaient chacun un insigne identique. Les insignes pour le voyage au Texas étaient connus trois semaines à l'avance : doubles barres blanches sur fond rouge.

Plusieurs membres du détail de la Maison Blanche n'étaient pas qualifiés pour leurs emplois. Leur âge moyen était de 40 ans et, comme au Sénat, on attribuait les positions les plus hautes sur la base de l'ancienneté. Bill Greer, le pilote de la Lincoln Présidentielle, avait 54 ans et avait une expérience de 35 ans, suffisants pour endormir les réflexes de quiconque. Après O'Donnell et peut-être Kellerman (l'agent qui était devant la voiture présidentielle à Dallas), Greer porte une lourde responsabilité du succès de l'assassinat. Nous expliquerons pourquoi un peu plus tard.

Finalement, les Services Secrets ont manqué de direction. Une force de sécurité doit suivre certaines procédures et appliquer certains règlements sans exception. Les agents de la Maison Blanche n'avaient aucun leader réel. Pendant le mandat de Roosevelt en fonction, Frank J. Wilson a régné avec autorité, mais les chefs des Services Secrets qui lui ont succédé étaient des bureaucrates rien que médiocres.

Les agents de la Maison Blanche avaient deux sessions par an dans un stand de tir de Washington, mais ils pratiquaient seulement le tir à la cible comme n'importe quel amateur. Leurs réflexes n'étaient jamais testés. En tout cas, une arme à feu d'un agent de sécurité est d'importance secondaire. Généralement, il n'a pas le temps de tirer. Son travail doit prévoir une tentative contre la vie du président. Les agents de sécurité soviétiques, par exemple, ont étroitement défini les responsabilités. Dans des cortèges d'automobiles officiels, un agent observe les fenêtres au rez-de-chaussée, un autre au premier étage, un autre les spectateurs dans la rangée de devant, encore un autre les personnes seules, un autre les policiers locaux et un sixième les soldats longeant la route. Chaque fois qu'un fonctionnaire soviétique voyage, ses agents de sécurité parcourent une check-list de précautions de sécurité. Aucun détail n'est omis et il n'y a aucune exception. La même chose est vraie en France pour la protection du président de Gaulle. (6)

Lawson, l'homme précurseur des Services Secrets à Dallas, s'est fait montrer la ville par les autorités locales et son rapport n'a atteint la Maison Blanche que la veille du départ présidentiel. Une secrétaire dont le patron marié projette un week-end amoureux à Miami prend plus de précautions que Ken O'Donnell a fait pour John Kennedy au Texas. Dealey Plaza le 22 novembre 1963 était aussi lourdement gardée que le Grand Canyon un jour d'hiver et les gardes du corps de Robert Kennedy ont montré un peu plus de vigilance le 5 juin 1968. Bien sûr, comme le Rapport de la Commission Warren fait remarquer, "l'efficacité limitée des Services Secrets rend impossible d'observer des centaines de bâtiments et des milliers de fenêtres." Cela, cependant, n'est pas le problème.

Il y a une procédure standard pour assurer la sécurité d'un cortège d'automobiles traversant une ville. Comme le directeur Ducret, l'homme responsable du Président de la sécurité de De Gaulle, le décrit : "Bien sûr, il est impossible de tout observer et occuper tout le long de l'itinéraire présidentiel. Mais on peut supposer qu'un bureau ou des immeubles occupés sont relativement sûrs. Un assassin potentiel pourrait, bien sûr, essayer d'entrer dans un de ces bâtiments, mais il serait à la merci d'un témoin. Des conspirateurs sérieux prendront rarement un tel risque.
"D'autre part, tous les bâtiments inoccupés, les bâtiments administratifs en dehors des heures travaillées, les entrepôts, les chantiers et naturellement tous les ponts, les murs et les terrains vides qui seraient idéaux pour une embuscade doivent non seulement être observés, mais en réalité occupés par des forces placées directement sous la surveillance de la division de la sécurité présidentielle."
Entouré par cinq bâtiments (7) et beaucoup de terrain découvert, Dealey Plaza était l'endroit le plus dangereux sur l'itinéraire du Président Kennedy, mais quelques hommes auraient suffi à le garder efficacement.

Un représentant du Comité a suivi les voyages présidentiels à la fin de septembre à travers le Wisconsin, Dakota du Nord, Wyoming, Montana, Washington, Utah, Oregon, Nevada et Californie. Apparemment le Comité a planifié d'assassiner Kennedy, d'abord à Chicago et ensuite en Floride la semaine avant son voyage au Texas, mais les deux fois les Services Secrets ont été alertés. Le voyage de Chicago a été annulé et des précautions spéciales ont été prises à Miami (le Président a utilisé un hélicoptère). Le Comité aurait préféré agir en Floride, mais il avait ses doutes sur la fiabilité de la police d'Etat de la Floride et les départements de police de Tampa et Miami et l'opération a été reportée jusqu'à Dallas le 22 novembre. (8)

Le 21 novembre, les deux hommes responsables de l'embuscade ont observé le cortège d'automobiles de Kennedy à Houston. Au Texas, comme dans l'Utah, les Services Secrets étaient entièrement dépendants de la police locale. Non seulement les agents se sont comportés dans ces voyages comme s'ils étaient des membres du groupe; ils avaient toujours une étape d'avance. À 12h30, quelques secondes avant l'assassinat, l'agent Emory Roberts notait rapidement dans son rapport de changement, "12h35, le Président est parvenu au Centre Commercial." Les Services Secrets pensaient déjà à demain, quand Kennedy devait rendre visite à Lyndon Johnson dans son ranch.

Chaque fois que le Président voyage, la Protective Research Section (Section de Recherche Protectrice) (9) fait un contrôle de sécurité du secteur. La PRS avait des réserves sur le voyage de la Floride à cause du grand nombre de réfugiés cubains et les rumeurs d'un attentat à la vie, mais il n'a publié aucun avertissement concernant le Texas. Les Services Secrets, donc, n'ont pris aucune précaution spéciale. Les mesures de sécurité prises à Dallas étaient les mêmes que celles en effet à New York, Palm Beach, Tampa, Miami, Houston et Fort Worth. Les Services Secrets pouvaient compter sur le renfort de ses 28 agents au Texas, y compris 5 agents basés à Dallas. Huit agents ont été assignés à garder le Centre Commercial, mais il n'y avait personne à Dealey Plaza. Les Services Secrets étaient si insouciants du voyage au Texas qu'ils ont même laissé leur chef derrière. Au moment de l'assassinat, Jerry Behn dînait dans un restaurant de Washington. Roy Kellerman, qui avait pris sa place à Dallas, se montra si incompétent qu'à Parkland Hospital ses hommes ont commencé à prendre des ordres de l'agent Emory Roberts. Plus tard, pendant le vol de retour à Washington, Rufus Youngblood a repris la main. Ces hommes avaient voyagé 200.000 miles avec le président. Quelque part le long de la ligne, ils avaient négligé la première règle de la sécurité : ils avaient perdu leurs réflexes.

Quand le premier coup de feu a retenti à Dealey Plaza, l'agent Clint Hill, qui fut décoré ultérieurement, fut le premier à bouger et il lui a fallu 7 ou 8 secondes pour réagir. En huit secondes, le sprinter moyen peut couvrir 80 yards. Pourtant "Halfback", la voiture de support dans laquelle se trouvait Hill, touchait presque la limousine présidentielle et aucun véhicule n'avançait à plus de 12 miles à l'heure [19 km/h]. (10)

Les agents des Services Secrets de Kennedy n'ont eu apparemment aucune idée de l'importance d'une seconde dans un attentat à la vie. L'agent Hickey, se trouvant dans la Halfback, avait un fusil automatique AR-15 sur ses genoux, mais il lui a fallu deux secondes pour le charger et se préparer à tirer. En deux secondes une balle moderne parcourt plus d'un mile [1,6 km].

Les organisateurs de l'embuscade savaient, bien sûr, que les Services Secrets étaient inefficaces, mais ils n'avaient jamais imaginé que leurs réflexes seraient aussi lents et ils avaient établi leurs plans en supposant que les agents de Kennedy réagiraient immédiatement. Les aspects tactiques et balistiques de l'opération, que nous examinerons plus tard, étaient basés sur un temps hypothétique d'exploitation de trois secondes. C'était le temps de réaction évalué des gardes du corps de Kennedy. Mais le pilote présidentiel pourrait l'avoir réduit encore plus. La voiture présidentielle était une Lincoln avec un moteur gonflé particulièrement conçu pour des accélérations rapides et nous verrons plus tard comment la vitesse affecte la précision d'un bandit armé.

Le 18 novembre à Tampa, le Président a ordonné aux deux agents des Services Secrets de quitter le pare-choc arrière de sa voiture. Les hommes du Comité ont noté ce changement, qui a persisté à Fort Worth, San Antonio et Houston, mais ils ont maintenu leur plan original, qui tenait compte de la possibilité d'intervention instantanée par les gardes du corps.

Le blâme doit être mis pas tant sur les agents des Services Secrets que sur leurs chefs et sur l'assistant de la Maison Blanche responsable de la sécurité présidentielle. Nous avons cité seulement leurs erreurs les plus évidentes, mais il y en eut d'autres - moins importantes peut-être, mais caractéristiques de leur manque de discipline, comme de boire en service. (11) Abraham Bolden, le seul Noir dans les gardes du corps présidentiels, a demandé à porter témoignage devant la Commission Warren sur le sujet de certaines de ces accusations, mais le Comité a refusé de l'entendre. Plus tard, il a été renvoyé des Services Secrets pour raison d'incompétence professionnelle. (12)

Les Services Secrets étaient coupables de négligence, comme a commenté le "Wall Street Journal" fortement respecté. Mais ses agents étaient des professionnels et ils ont reconnu le travail d'autres professionnels. Ils étaient les premiers dans l'entourage présidentiel à se rendre compte que l'assassinat était un complot bien organisé. Ils l'ont discuté entre eux au Parkland Hospital et plus tard pendant le vol de retour à Washington. Ils l'ont mentionné dans leur rapport personnel au Chef des Services Secrets James Rowley cette nuit-là. Dix heures après l'assassinat, Rowley savait qu'il y avait eu trois bandits armés et peut-être quatre à Dallas ce jour-là et plus tard au téléphone Jerry Behn fit la remarque à Forrest Sorrels (le chef des Services Secrets de Dallas), "C'est un complot." "Bien sûr," fut la réponse de Sorrel. Robert Kennedy, qui avait déjà interrogé Kellerman, avait appris ce soir-là de Rowley que les Services Secrets croyaient que le Président avait été victime d'une puissante organisation.

Le président Kennedy était mort, mais les Services Secrets n'ont jamais été officiellement inculpés. Il y eut plusieurs changements de personnel à la Maison Blanche, mais deux agents, Youngblood et Hill, ont été décorés. Parce que cela renforçait sa thèse, la Commission Warren a blâmé les gardes présidentiels, mais un soldat ne vaut pas plus que son commandant et les chefs des Services Secrets ne valaient pas beaucoup.

Quant à Ken O'Donnell, l'ex-capitaine de l'équipe de rugby de Harvard, à Dallas il était contre une équipe qui jouait à la dure.

NOTES : Texans

1. Découvert par l'ingénieur dalmate Luchich. Ses associés Galey et Guffey l'ont lâché et ont formé une association avec l'homme le plus riche en Pennsylvanie Occidentale, Andrew W. Mellon. On a cédé d'autres propriétés de pétrole près de Spindletop à certains politiciens du Texas en échange de leur soutien, en particulier à l'ancien gouverneur Jim Hogg. Cette concession a donné naissance à la Texas Company. Spindletop était aussi le lieu de naissance de l'American Shell. Après quelque temps, Andrew Mellon a lâché Guffey et a réorganisé sa société sous le nom de Gulf Oil.

2. WASHINGTON, le 9 janvier 1968 (UPI) - L'Etat de résidence du Président Johnson du Texas, qui il y a quelques années se classait seulement septième parmi les Etats obtenant des contrats de défense majeurs, a maintenant dépassé l'Etat de New York pour être n° 2, a montré le Pentagone aujourd'hui.

La Californie se tient toujours en première place, mais son pourcentage de contrats attribués au total pendant l'exercice qui a fini le 30 juin dernier a maintenant glissé à 17,9. Le Texas a obtenu 9,5 pour cent des contrats et New York 8,7 pour cent.

Pendant l'année fiscale 1966, les pourcentages étaient : Californie 18,3, New York 8,9 et le Texas 7,2. Et déjà en 1962, les pourcentages pour les trois étaient : Californie 23,9, New York 10,7 et Texas 4,0, avec le Massachusetts, le Connecticut, le New Jersey et l'Ohio devant le Texas cette année-là.

Mais le Texas a eu de l'avancement constamment depuis que M. Johnson est arrivé à la Maison Blanche, grâce en grande mesure au chasseur-bombardier F-111 controversé (autrefois le TFX).

Presque un tiers des contrats que le Texas a reçu dans l'année fiscale 1967 - juste sous 1,2 milliards de $ - était pour le F-111, qui est produit par General Dynamics Corp. à Fort Worth.

3. Le Texas est le cinquième Etat dans la nation en termes de population (après l'Etat de New York, la Californie, la Pennsylvanie et l'Illinois), mais ce sont de beaucoup les plus riches en termes de ressources naturelles. En 1963, la production minérale du Texas s'est élevée à 4.413.084.000 $.

Le Texas représente 35 % du brut et 42 % du gaz naturel produit aux Etats-Unis. La Louisiane, dont les ressources de pétrole sont exploitées en grande mesure par des sociétés basées au Texas, produit 2.662.061.000 $ de produits minéraux. La production de pétrole combinée du Texas et la Louisiane égale 35 % du total national.

4. Ce pourcentage était seulement de 12,7 % pour l'Etat de New York et 10,1% pour l'Etat de l'Illinois, malgré leurs ressources naturelles plus pauvres.

5. Le Texas (10.228.000 habitants et un revenu de 21.451 milliards de $ en 1963) avait en 1964 121.376 employés fédéraux, 24 fois plus que l'Etat du Wyoming (339.000 habitants et un revenu de 834 millions de $ et 5.175 employés fédéraux) et 17 fois plus que l'Etat du Nevada (389.000 habitants, 1.246 millions de $ en revenu et 7.039 employés fédéraux). L'Ohio, avec une population et un revenu comparable au Texas (10.000,000 d'habitants et 25.164 milliards de $) avait seulement 88.785 employés fédéraux. Quant au Delaware (480.000 habitants), il avait seulement 3.624 employés fédéraux, moins de 40 fois moins que le Texas, car il y a un certain minimum de personnel requis par toute infrastructure administrative.

La statistique concernant l'augmentation d'employés fédéraux par Etat depuis 1939 fournit une nouvelle illustration du favoritisme montré pour l'Etat du Texas :

Total des employés fédéraux
1939: 967.765
1960: 2.372.580

Texas 1939: 29.818
1960: 112.647 (augmentation de 380%)
Wyoming 1939: 3.335
1960: 4.695 (augmentation de 140%)
Nevada 1939: 3.053
1960: 5.842 (augmentation de 190%)
New York 1939: 97.155
1960: 179.784 (augmentation de 190%)

6. 17.744 miles [28.550 km]. La Californie a 9.653 miles [15.532 km] d'autoroutes, New York 10.700 [17.216 km]. L'Illinois 10.995 [17.691 km].

7. Au Texas, la Justice de la Paix est un magistrat élu et pas un fonctionnaire mineur, comme à l'Est,

8. Dans la seule ville de Dallas, il y a eu 120 meurtres "officiels" en 1960 et 810 "accidents".

9. Le Texas se classe 39ème dans la nation en termes de somme dépensée pour l'éducation.

Diplômés de l'enseignement secondaire en 1963 : Texas - 0.8 %; Mississippi - 1 %

Étudiants de lycée en 1964 : Texas - 6 %; Mississippi - 10 %

10. La population du Texas est protestante à 80 %, catholique à 19 % et 1 % juive.

11. L'Etat de l'Illinois a 1.030 banques, New York 479 et la Californie 200.

12.

Revenus Classement du Texas dans la nation
Moins de $2.000 13ème
$2,000 à $3.000 17 ème
$3,000 à $4.000 17 ème
$4,000 à $5.000 30 ème
$5,000 à $6.000 38 ème
$6,000 à $7.000 34 ème
$7,000 à $9.000 33 ème
$10.000 et au-dessus 30 ème

13. Néanmoins, il y a une forte opposition aux intérêts pétroliers au Texas. Elle est composée de gens qui sont plus intéressés par le bien de leur pays que l'état de leurs portefeuilles et qui sont plus américains que texans, avec un certain nombre de leaders progressistes du travail. Mais cette opposition comprend seulement un tiers des électeurs.

14. Contrairement à la statistique publiée par Fortune en mars 1968, qui place John Paul Getty et Howard Hughes en haut de la liste.

15. Hunt a écrit trois autres livres du même type : Fabians Fight Freedom, Why Not Speak? and Hunt for Truth. Il écrit aussi une chronique de journal quotidienne et hebdomadaire.

16. Bainbridge, les Super-Américains.

17. Playboy, 1966.

18. Les actifs de General Electric, la quatrième plus grande société américaine, égalèrent 4.851.718.000 $ en 1966, soit un tiers des actifs de la Standard Oil du New Jersey, la plus grande société dans le monde, plus que la Standard Oil de Californie et moitié de l'American Shell ou la Standard de l'Indiana.

19. L'homme qui est probablement le producteur pétrolier le plus riche après Hunt, Roy Cullen de Quintana Petroleum, a environ seulement un million de dollars.

20. Le quartier général de Dallas de Placid Oil est situé au 2500 First National Bank Building. H. L. H. Products est placé au 700 Mercantile Bank Building, mais la plupart des affaires de Hunt sont groupées au 1401 Elm Street : Hunt Oil Co., Hunt Petroleum Corp., Hunt Caroline Trust Estate, Hunt H. L., Hunt H. L. Jr., Hunt Hassie Trust, Hunt International Petroleum Company, Hunt Lamar, Hunt Lamar Trust Estate, Hunt Margaret Trust Estate, Hunt N. B., Hunt Nelson Bunker, Hunt W. H., Hunt William Herbert Trust Estate, etc.

21. Décrit par le Service de Revenu Interne comme une personne "qui tient la gestion et les droits d'exploitation et est responsable des dépenses de production."

22. Non seulement Placid Oil Corp. de Shreveport, mais Baker Oil Tools (Dallas et Californie), Harry W. Bass Drilling Co. (Dallas), Empire Drilling Co. (Dallas), Mid Continent Supply Co., United Tools, Hudson Engineering-Engineering-Corp., Nation and Geophysical Co., New Seven Falls Co. et First City National Bank of Dallas.

23. Qui incluait d'anciens généraux comme Courtney Whitney et Bonner Fellows et aussi certains de leurs disciples, comme le brillant Lawrence Bunker.

24. Le Texas avait dix branches de la société John Birch, principalement à Dallas et Houston.

25. Commandant du théâtre d'opérations de la Chine (1944-46), Chef d'Etat-Major du Généralissime Tchang Kai Chek, puis Chef d'Etat-Major Adjoint pour les Plans et Opérations de Combat (1947-48).

26. Commandant des Forces Navales américaines en Corée (1948-50).

27. Dont il était membre, comme le général Wedemeyer.

28. Hunt vit modestement, achète des costumes tout faits, conduit ses propres voitures standard, n'aime pas les avions privés, coupe lui-même ses cheveux et porte son déjeuner au travail dans un sac en papier kraft.

NOTES : Services Secrets

1. Nous évaluons le coût de la préparation, l'assassinat lui-même et le nettoyage post-assassinat entre 5 $ et 10 millions de $. Les contributions diverses entre 10.000 $ et 500.000 $ et il y eut environ 100 bénéficiaires.

2. Manchester, Mort d'un Président.

3. Quand le président voyage à l'étranger, la police du pays d'accueil est responsable de sa sécurité. En général, ils prennent des précautions plus grandes que celles prises aux Etats-Unis.

4. On considère la police de Californie et de New York comme relativement fiable.

5. Les agents des Services Secrets sont moins qualifiés en moyenne que les agents du FBI. Ils gagnent entre 600 $ et 1.000 $ par mois, considérablement moins (même avec une paie supplémentaire) que les hommes d'Edgar J. Hoover.

6. Les officiers de sécurité chargés de la protection du président de Gaulle prennent même la précaution de photographier les VIP reçus par lui ou qui sont en contact avec lui, par exemple à la salle d'attente des VIP à l'aéroport d'Orly. Les foules le long des rues pendant une parade sont aussi photographiées aux endroits essentiels avant qu'il ne passe et si de Gaulle s'arrête et s'approche de la foule, un appareil-photo suit chacun de ses mouvements. Plus tard, ces photographies sont soigneusement étudiées.

Chaque fois que de Gaulle voyage en voiture, il est protégé par 47 policiers à moto répartis en rangées. Plusieurs voitures de police précèdent et suivent le véhicule présidentiel et la voiture immédiatement après le président contient un tireur d'élite et un photographe équipé d'un appareil-photo japonais automatique semblable à un robot. Quand de Gaulle fait des voyages ordinaires plus courts, il est protégé par une force plus petite de huit policiers à moto qui entourent la voiture.

Il y avait seulement 4 policiers à moto à Dallas et tous suivaient la voiture du président Kennedy, les rendant totalement inefficaces. Le rôle d'un policier à moto dans ce cas est (1) de rendre difficile de tirer sur le président depuis une foule et (2) d'arrêter quelqu'un qui essaye de s'approcher de la voiture. Pendant une parade le long des Champs Elysées à Paris, une femme a réussi d'une façon ou d'une autre à monter sur les barrières et a commencé à aller vers la voiture de De Gaulle. Elle portait un bouquet de fleurs et était complètement inoffensive, mais le policier qui était supposé observer les barrières à cet endroit a perdu son travail.

7. Le Dépôt de Livres de L'École du Texas, le Bâtiment Dal-Tex, le Bâtiment des Archives du Comté de Dallas, les Cours Criminelles et l'ancien Palais de Justice.

8. Le Comité essayait aussi probablement d'égarer les Services Secrets.

9. La Protective Research Section, dirigée par Robert I. Bouck, avait 65 bureaux à travers le pays et 50.000 fichiers sur les gens qui avaient menacé le Président. Entre novembre 1961 et novembre 1963, il a examiné 34 résidants du Texas et a ouvert 115 autres fichiers sur des Texans. Le 8 novembre 1963, le PRS a passé dix minutes à inspecter Dallas.

10. Clint Hill a atteint l'arrière de la voiture présidentielle 2,6 secondes après le dernier coup de feu. Les coups de feu ont duré environ 7 secondes. Au moins douze secondes s'écoulèrent entre le premier coup de feu et l'instant où Hill était dans une position pour couvrir le corps présidentiel. Le vice-président Johnson a été couvert par l'agent Youngblood en moins de trois secondes.

11. Plusieurs agents des Services Secrets étaient des alcooliques de triste notoriété. Les règlements stipulent que n'importe quel agent des Services Secrets trouvé en train de boire sera renvoyé du service immédiatement et quand le président voyage, ses agents sont en service 24 heures par jour. Mais ils étaient si peu concernés par le Texas que quatre d'entre eux dans le groupe présidentiel étaient assis et buvaient dans un bar de Fort Worth jusqu'aux petites heures du matin le jour de l'assassinat. Un siècle plus tôt, le garde du corps du Président Lincoln s'était esquivé pour boire un coup quand Booth est entré dans la loge présidentielle au Théâtre Ford.

12. En 1967, M. Bolden fut retenu au centre médical fédéral à Springfield

Traduction française: Henri R.

Lire la suite, le dernier article de cette série.