François Hollande vient de décider que la France devait faire la guerre au Mali pour combattre les terroristes islamiques qui menacent l'intégrité du pays et massacrent, décapitent et violent un peu partout sur leur passage, aux cris désormais sinistrement familiers d' Allah akbar.

Tandis que le Président envoie nos soldats au Mali où ils devront combattre sans aucun soutien africain ou international pour sans doute plusieurs semaines, sans l'aval de l'ONU, sans même avoir consulté les représentants du peuple et semble-t-il - et au vu des premiers « résultats »-dans une improvisation et une impréparation sidérantes, cela au nom du juste combat contre l'obscurantisme et la barbarie, il n'est pas inutile de rappeler ici -et sans condamner cette intervention sur le fond- que les illuminés que nos soldats vont devoir à présent combattre ont été en très grande partie « créés » et armés en 2011... Par la France sarkozienne, avec la bénédiction du Parti Socialiste aujourd'hui au pouvoir.

Créés directement par la fourniture de matériel militaire ou indirectement suite aux pillages d'arsenaux rendus possibles par l'intervention franco-anglo-américaine et la chute du régime du colonel Kadhafi en Libye. Intervention, on s'en souviendra également, survenue sans la moindre déclaration de guerre et en violation totale du Droit International, sous l'impulsion en France en tout cas -on devrait même écrire sur ordre- d'un Bernard-Henri Lévy qui ne cacha même pas à l'époque qu'il estimait servir les intérêts d'Israël en déclenchant cette intervention... Ce qui ne sembla du reste scandaliser personne. Mais pouvait-on attendre autre chose dans l'indécence et le radicalisme communautaire qui le caractérise en toutes occasions de l'ex-compagnon d'Arielle Dombasle...

Aujourd'hui en Syrie, et comme hier en Libye, d'autres combattants ponctuent tout aussi systématiquement chacune de leurs phrases en hurlant Allah akbar, comme les fous de Dieu qui menacent Bamako... Ponctuent et tuent également, dans un déchaînement de barbarie largement équivalent à celui de leurs compagnons de Djihad du Mali. Ce ne sont pas les soldats de l'armée régulière syrienne, mais ceux qui les attaquent. Et du coup, ils sont devenus miraculeusement pour François Hollande, et comme ils l'étaient pour Nicolas Sarkozy, de valeureux combattants de la liberté qui s'opposent à un régime tyrannique. Bien entendu, les médias aux ordres reprennent en cœur et nous vendent avec un zèle sans faille la même supercherie, la même chanson obscène. Sans preuves, sans confirmations, sans enquêtes réelles, souvent même sans se rendre seulement sur place, nos bons petits soldats de la désinformation reprennent comme paroles d'évangile, sans même user d'un conditionnel de rigueur ou simplement éthique les communiqués « hors sol » de pure propagande d'un OSDH (l'autoproclamé Observatoire Syrien des Droits de l'Homme) basé à Londres, totalement partial, et carrément financé par les alliés ou donneurs d'ordres de l'un des deux belligérants (Qatar et USA principalement).

Pour s'évader un instant de la Pravda qu'est devenu le monde médiatique français et voir un peu les choses par l'autre bout de la lorgnette, avoir enfin une chance d'y voir plus clair, La Plume à Gratter vous conseille très vivement de visionner dans son intégralité le formidable documentaire de la télévision russe Rossiya 24 relayé sur cette page. Ce document unique qui vous montre la guerre de Syrie comme vous ne l'avez jamais vue, ne sera jamais diffusé sur nos chaînes de télévision, car il montre une réalité qu'il ne faut surtout pas voir ! Il n'est hélas pas sous-titré en français, mais en anglais... L'auteur de ces lignes s'en excuse, mais il lui semble pourtant absolument nécessaire de le diffuser tout de même, tant il permet de voir une autre version de cette tragédie que celle véhiculée par la propagande officielle qui envahi nos ondes et les colonnes de nos journaux. D'enfin prendre connaissance d'une réalité que nos médias aux ordres nous cachent donc très soigneusement : celle qui expose enfin au grand jour la barbarie sans nom des soi-disant « combattants de la liberté et de la démocratie » que louent avec des trémolos lyriques dans la voix presque tous nos hommes et femmes politiques (à l'exception notable de Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen), relayés dans leur falsification révoltante par la quasi-totalité des télés, radios et journaux de France.


The Syrian Diary, documentaire d'Anastasia Popova (Rossiya 24)

Des images de massacres, d'exécutions sommaires et barbares, vous en verrez dans ce documentaire, très dur souvent à visionner, images d'ailleurs « fièrement » et systématiquement filmées et diffusées sur Internet par les bourreaux et assassins eux-mêmes. Un documentaire terrible réalisé par des journalistes, des vrais, qui sont sur le terrain au péril de leur vie, et pas dans les studios confortables de TF1 ou France Inter à jouer les petits télégraphistes de la propagande officielle ou à disserter sans fin sur des sujets aussi pathétiques que la retraite de Russie de Gérard Depardieu ou les derniers caprices de Valérie Trierweiler. Ce que ces journalistes russes nous montrent sur les évènements dramatiques de Syrie n'a évidemment absolument rien à voir avec la soupe indigeste et écœurante qui dégouline de la plume ou de la bouche de nos médiacrates à la botte d'intérêts géostratégiques qui ne sont en plus même pas les nôtres.

Oui, regardez ce film coup de poing, bien que sous-titré en anglais. Visionnez les images témoignant -preuves à l'appui cette fois- des actes barbares de ces « combattants de la Liberté » que François Hollande considère, en notre nom, comme les « représentants légitimes du peuple syrien ». Vous en saurez dès lors un peu plus sur la sincérité du désintéressement humanitaire de notre actuel Président... Sur le deux poids deux mesures qui dicte son action si radicalement différente au Mali et en Syrie, le faisant rejoindre aujourd'hui son pitoyable prédécesseur dans l'indignité et le cynisme le plus sordide. De quoi avoir profondément honte d'être français... Et cette fois, pour de vraies et terribles raisons, hélas.