L'affaire est embarrassante. Pour le médecin, qui prescrit de bonne foi un médicament anticholestérol. Pour le patient, respectueux, qui avale scrupuleusement son comprimé de Tahor, Crestor ou autre "statine" et voit avec soulagement baisser son niveau de cholestérol, espérant prévenir l'obstruction de ses artères, voire les déboucher. Ils seraient six millions, en France, à suivre ce traitement. Vingt-quatre millions aux États-Unis.

La thèse, on la connaît. En deux mots : il existe un "bon" et un "mauvais" cholestérol, et ce dernier, surtout si l'on mange trop de graisses d'origine animale, s'accumule dans la paroi des artères, induisant un risque majeur d'accident cardiaque. Si le taux de cholestérol dans le sang dépasse un certain seuil, il est donc recommandé d'adopter un régime pauvre en graisses animales et de prendre quotidiennement un médicament qui abaisse le niveau.

"Données établies depuis plus de trente ans"

Ce savoir est ancien. Il remonte au début des années 1950, à une époque où l'on ne faisait pas encore la différence entre le "bon" et le "mauvais" cholestérol, et où l'on se contentait d'incriminer les graisses animales et "le" cholestérol. Enseigné dans les facultés de médecine, il est véhiculé depuis des décennies par les autorités de santé et les messages publics et privés. Lorsqu'il semble menacé d'une manière ou d'une autre, les plus puissants cardiologues ont vite fait de ridiculiser les pauvres d'esprit qui n'ont rien compris.

Un texte de ce genre a paru dans la prestigieuse revue Science en 2001, en réponse à une enquête d'un journaliste scientifique sur l'effet réel d'une alimentation riche en graisses animales. Il était signé par l'un des grands noms de la cardiologie américaine, Scott M. Grundy (1). Une fois de plus, la théorie était exposée point par point : l'action des "acides gras saturés" a été "démontrée par une énorme quantité d'études de grande qualité" ; "la démonstration est faite qu'un taux élevé de LDL (le "mauvais" cholestérol) est une cause majeure de la maladie coronarienne et que baisser son niveau dans le sang en réduit le risque". Comme d'habitude, il invoquait les "données établies voici plus de trente ans" illustrant la corrélation entre la maladie cardiaque et la consommation de graisses animales dans divers pays. La "démonstration" ne tient pas la route, estiment un nombre croissant de spécialistes.

Des études biaisées, falsifiées et contredites

Témoin une remarquable enquête publiée en 2008 dans Business Week, que nous publions d'entrée de jeu, car elle a résisté à l'épreuve du temps. En interrogeant une série de chercheurs et de médecins de haut niveau, le journaliste de la revue phare du monde des affaires américain détaille les doutes et les soupçons qui travaillent la communauté scientifique. Les trois entretiens que nous publions ensuite sont menés avec des médecins iconoclastes, auteurs chacun d'un ou plusieurs ouvrages sur le sujet. Ils fournissent les principaux arguments qui ébranlent le consensus. Des notes supplémentaires sur dix livres récents complètent le tableau.

Que découvre-t-on? Que selon de nombreux chercheurs indépendants, les études invoquées par Scott Grundy et ses pairs sont biaisées, falsifiées ou contredites par des études plus convaincantes, mais enterrées ou minorées. Ces scientifiques ont aussi analysé les essais cliniques de référence, ceux qui servent à légitimer l'énorme industrie des médicaments et ils sont formels : la plupart d'entre eux ont été manipulés. Scott Grundy n'est qu'un exemple. En l'occurrence, il a présidé en 2004 le comité officiel américain chargé de publier les recommandations fédérales sur le cholestérol. Ledit comité a recommandé de baisser le niveau optimal de cette molécule dans le sang, ouvrant ainsi la voie à un élargissement significatif du marché des compagnies pharmaceutiques.

Soupçons de conflit d'intérêt

Comme la plupart des leaders d'opinion de la cardiologie mondiale, Grundy a un intérêt concret à défendre et perpétuer la vulgate : il a beau être un éminent universitaire, médaille d'or 2010 de l'American Heart Association (2), on l'a vu contraint, en 2004, sous la pression d'un organisme indépendant, d'admettre avoir été rémunéré par les principaux fabricants de médicaments anticholestérol : Merck, Shering Plough, Pfizer, AstraZeneca, Bristol-Myers Squibb et Bayer. C'est que l'argent joue un rôle moteur dans cette affaire.

L'industrie corrompt les chercheurs, les directions des revues scientifiques médicales, les sociétés de cardiologie et les institutions publiques chargées de financer les recherches et de veiller à la sécurité des médicaments. Mais ne versons pas dans le manichéisme. L'argent n'explique pas tout. Il y a autre chose. Pour le comprendre, il faut remonter en arrière, aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, aux États-Unis. Là naît une psychose collective : les hommes tombent foudroyés par la maladie cardiaque. Il faut l'expliquer, trouver le coupable, le traquer.

Croyance collective

Et voilà que des chercheurs annoncent l'avoir trouvé. Ou, plutôt, les avoir trouvés, car il y a deux coupables, agissant de concert : les graisses animales d'un côté, le cholestérol de l'autre. Les médias sont enthousiastes. Au diable toutes les études qui infirment la croyance. L'important est de croire. De croire ensemble. C'est le consensus. Fragile au début, il s'impose vers le début des années 1980. Les autorités de santé publient leurs recommandations d'abord aux États-Unis, puis en Europe et ailleurs: il faut réduire le cholestérol dans le sang et la consommation de graisses animales.

Deux industries extrêmement puissantes vont saisir l'aubaine : l'industrie pharmaceutique d'un côté, qui va créer le marché des médicaments anticholestérol, l'industrie agroalimentaire de l'autre, qui va développer celui des aliments allégés en graisses. Or, selon des études très sérieuses mais passées sous silence, les médicaments anticholestérol ne servent à rien en prévention et, s'ils sont bénéfiques pour certains malades, ce n'est sans doute pas en raison de leurs effets sur le cholestérol. Quant aux aliments low fat, ils ont sans doute fortement contribué à l'épidémie actuelle d'obésité, laquelle augmente l'incidence de la maladie coronarienne. Au fait, l'épidémie d'infarctus mortels qui a tout déclenché, d'où venait-elle ? On le sait aujourd'hui, il n'y avait pas d'épidémie : c'était une erreur d'interprétation.

1) "Dietary fat: At the heart of the matter", Science, 3 août 2001.
2) Association regroupant les cardiologues américains.

Retrouvez l'intégalité du dossier dans le dernier numéro de Books