Ayant récemment écrit une revue de Nouvelle lumière sur la Mort Noire : La connexion cosmique du dendrochronologue Mike Baillie de la Queen's University à Belfast en Irlande, j'ai décidé d'approfondir le sujet. Au cours des quelques semaines passées, tout un colis de livres que j'avais commandés est arrivé et s'est empilé sur mon bureau après un feuilletage rapide... tant à faire et si peu de temps.

Entre temps, un ami à moi (qui est climatologue dans un centre de recherche étatsunien majeur) m'a aiguillée sur une découverte intéressante, un article adressé au Bureau Européen de la Recherche et du Développement Aérospatial1, daté du 4 juin 1996, intitulé : The Hazard to Civilization from Fireballs and Comets (Le danger des météorites et des comètes pour la civilisation - NdT) par S.V.M. Clube. (Pour le non-initié, Clube est un astrophysicien de l'Université d'Oxford).

Dans cette courte lettre (4 pages) et le résumé, Clube écrit (italiques dans le texte original, faites-en ce que vous voulez) :
Les astéroïdes qui passent près de la Terre n'ont été reconnus pleinement par l'humanité que depuis 20 ans environ. Antérieurement, l'idée que des objets non observés substantiels puissent être assez proches pour être un danger potentiel pour la Terre était traitée avec autant de dérision que l'éther non observé. Bien évidemment les scientifiques sont chargés d'établir de grands principes (e.g. relativité) et l'environnement de la Terre supposé sans événements, uniformisé était déjà bien en place. Le résultat fut que les scientifiques qui s'intéressaient plus que du bout des lèvres aux objets assez proches pour impacter la Terre le faisaient dans une ambiance de mépris à peine déguisé. Même maintenant, il est difficile au profane d'apprécier l'énormité de la claque intellectuelle avec laquelle la plupart du corpus scientifique a été récemment frappé et dont il cherche à se remettre maintenant.
Je me suis arrêtée juste là et me suis demandée : « Hummm... de quelle claque intellectuelle parle-t-il ici ? » Après un peu de réflexion, il m'a semblé qu'il devait parler des impacts de fragments de la comète Shoemaker-Levy sur Jupiter qui produisirent une énorme excitation juste deux ans avant cette lettre. Pour revenir au rapport de Clube, il continue :
Le présent rapport, alors, concerne ces autres corps célestes enregistrés par l'humanité depuis l'aube de la civilisation qui manquent ou impactent la Terre et qui ont été aussi méprisés. Connus maintenant comme les comètes (taille >1 kilomètre) et les météorites (taille <10 mètres)
Qu'il bascule immédiatement des astéroïdes aux comètes semble confirmer ma spéculation au sujet du fait qu'il parlait bien de Shoemaker-Levy. Mais cela devient plus intéressant :
Confronté à beaucoup d'occasions dans le passé par la perspective de la fin du monde, les élites nationales se sont trouvées souvent à devoir supprimer la panique du public - pour découvrir, trop tard, que les moyens habituels de contrôle échouent couramment. Ainsi une science institutionnalisée est prévue pour retirer la connaissance de la menace ; une presse auto-régulée est prévue pour faire toute la lumière sur chaque désastre ; pendant qu'une religion institutionnalisée est prévue pour s'opposer à la prédestination et sécuriser une telle croyance générale dans une déité fondamentalement bienveillante qui peut être capable de rassembler le troupeau [...]

(B) Le présent rapport basé sur l'allocation ci-dessus soulève une variété de problèmes dans le large contexte du danger pour la civilisation dû aux météorites et aux comètes. Il consiste en :

(1) Une brève énonciation de conclusions émergeant d'un rapport narratif (3 exemplaires) ;

(2) Un rapport narratif (avec annexes) reliant les résultats de trois études scientifiques décrites dans des articles soumis à des journaux de la grande presse (3 exemplaires)

(3) Les articles pertinents détaillant les résultats qui proviennent des fonds accordés dus à (a) Clube ; (b) Clube & Napier ; et (c) Clube, Hoyle, Napier & Wickramasinghe (3 exemplaires) ; et

(4) Un article de base commun de Asher & Clube détaillant les résultats,où les items (3) et (2) ont progressé.

On souligne ici que le présent rapport exprime un point de vue qui est contraire au thème scientifique dominant couramment appuyé par diverses agences étatsuniennes à la suite de récentes découvertes majeures sous le patronage étatsunien...

Malgré l'importance du thème dominant, il est reconnu ici que les signatures cométaires dans les enregistrements terrestres sont généralement plus fortes que les signatures d'astéroïdes, que ce soit dans le cas d'effets à long terme ou à court terme, c-à-d ceux qui affectent l'évolution biologique et géologique d'une part et la civilisation d'autre part. [...]

Il y a des paradoxes fondamentaux à assimiler comme résultat de cette situation inattendue. Ainsi la culture d'entreprise et l'instruction perçue qui sous-tend les deux siècles culminant avec l'ère spatiale et qui a mené l'humanité à repousser les comètes et les météorites peut maintenant être comprise comme le prélude à un changement profond de paradigme : la restauration d'une perspective environnementale plus en accord avec ce qui précéda l'Indépendance américaine et qui tenait sérieusement compte des comètes et des météorites.
Clube remercie ensuite l'US Air Force pour son « injection de fonds généreuse et opportune » et nous notons que la lettre fut envoyée en copie à, entre autres, Edward Teller au Hoover Institute, S. Fred Singer à Fairfax en Virginie, et Jack A. Goldstone, à Davis en Californie.

Le résumé des conclusions accompagnant cette lettre est également intéressant, mais cela attendra demain. Si vous ne pouvez pas attendre, vous pouvez lire un pdf ici : The Hazard to Civilization from Fireballs and Comets.

J'ajouterais que, oui, j'ai obtenu tout le rapport et les articles auxquels il se réfère (et plus d'ailleurs). Le rapport fait une remarque étonnante que je vais lâcher juste pour vous mettre l'eau à la bouche :
...les cultures chrétiennes, islamiques et judaïques se sont toutes modifiées depuis la Renaissance pour adopter une attitude anti-apocalyptique irrationnelle, apparemment inconscientes de la science des catastrophes en plein essor. L'Histoire, semble-t-il, se répète : elle a pris l'ère spatiale pour ranimer la voix platonique de la raison, mais elle émerge cette fois avec une tradition moderne anti-fondamentaliste, anti-apocalyptique sur laquelle les gouvernements pourraient être incapables d'exercer un contrôle. ...Autrement dit, les cyniques (ou sophistes modernes) diraient que nous n'avons pas besoin de la menace céleste pour maquiller les intentions de la Guerre Froide ; nous avons plutôt besoin de la Guerre Froide pour maquiller les intentions célestes ! (caractères gras dans l'original)
Pensez seulement à ce que cela peut signifier, en considérant quand cela a été écrit et tout ce qui est arrivé depuis. On pourrait penser que la guerre contre le terrorisme était réellement une dissimulation planifiée...

Avec cette heureuse pensée, jetez un coup d'œil à ceci : Le Magistère et le point de basculement

Il nous fait nous demander d'où vient le RÉEL danger pour la civilisation...

1. http://www.london.af.mil/

Traduction française: Henri R.