© inconnu
Le géant des vaccins et des médicaments, GlaxoSmithKline (GSK) ; a reçu une amende de 400.000 pesos (environ l'équivalent de 93.000 $) par un juge argentin pour avoir tué 14 bébés durant des essais illégaux de vaccins en laboratoire qui ont été menés entre 2007 et 2008.

En plus d'avoir tué les enfants et d'avoir fait des expériences sur des êtres humains, le juge a affirme que la multinationale avait en falsifie des autorisations parentales de sorte que les bébés puissent participer (à ces expériences) sans autorisation parentale légitime.

Le juge Marcelo Aguinsky a pris cette décision après qu'un rapport ait été publié sur le sujet par l'administration nationale de la médecine, de l'alimentation et de la technologie (Anmat, en espagnol). Depuis 2007, 15.000 enfants de moins d'un an et provenant de Mendoza, de San Juan et de Santiago del Estero ont participé à ces recherches illégales. Ces bébés ont été recrutés par GSK à partir de familles pauvres qui étaient présentes dans des hôpitaux publics. On a découvert que sur les 14 décès de ces bébés, sept sont morts à Santiago del Estero, 5 à Mendoza, et 2 à San Juan.

GSK recrutait des médecins, mettait sous pression les parents illettrés pour qu'ils signent concernant leurs enfants.

Actuellement, on ignore combien de bébés ont souffert de graves effets secondaires, d'effets indésirables, ou si ceci constitue vraiment le nombre total de décès. Comme pour beaucoup d'autres vaccinations telles que le Gardasil, le nombre officiel de décès continue d'augmenter à mesure que des rapports qui fuitent de la FDA et d'ailleurs continuent de faire surface.

Une pédiatre travaillant à l'hôpital public lorsque GSK a commencé à recruter ces bébés pour ses essais illégaux sur les humains, a déclaré que non seulement GSK forçait les parents analphabètes à leur remettre leurs enfants, mais qu'ils avaient aussi « recruté » plusieurs médecins travaillant à l'hôpital afin de défendre leur cause.

Ana Marchese, pédiatre à l'hôpital public pour enfants Eva Peron, à Santiago del Estero, a déclaré :
« GSK argentine a établi un protocole a l'hôpital, et a recruté plusieurs médecins qui y travaillent. Ces médecins ont profité de beaucoup de parents analphabètes qui emmènent leurs enfants pour se faire traiter en faisant pression et en les forçant a signer ces formulaires de consentement de 28 pages, et en les impliquant dans les essais ».
Il est assez clair que GSK n'a aucune considération en ce qui concerne la santé humaine et la morale, et fera n'importe quoi pour pouvoir expérimenter ses dernières piqûres, sans se soucier des victimes. Sur les 15.000 bébés qui ont été signalés comme ayant participé à ces essais illégaux, beaucoup pourraient souffrir de nombreuses maladies qui altèrent la vie ainsi que d'effets secondaires graves.

Étonnamment, de nombreux parents n'avaient aucune idée qu'ils étaient en train de signer pour GSK sur la vie de leurs enfants, car ils étaient complètement illettrés. En attendant, GSK vend ses derniers vaccins et médicaments pharmaceutiques aux consommateurs américains, récoltants des profits records chaque année en tant que le deuxième plus grand groupe pharmaceutique.

Anthony Gucciardi
Activist Post