Traduction : SOTT


Les psychopathes dirigent notre monde. 6 % de la population mondiale naissent psychopathes. Savez-vous ce que cela signifie pour le reste d'entre nous ?
Il m'aura fallu un certain temps pour le voir, mais j'ai fini par réaliser à quel point la vérité était évidente. Le monde n'a qu'un seul problème : les psychopathes. En réfléchissant à l'étendue de mon entêtement avant que je ne réalise à quel point les psychopathes représentaient un danger pour la société, j'ai pensé qu'il pourrait être utile d'inviter le lecteur à effectuer un exercice simple qui pourra, je l'espère, vous donner une idée du nombre de psychopathes qui existent parmi nous... et possiblement dans votre vie ! Ensuite, vous pourrez réfléchir à tout le tort qu'ils vous ont peut-être causé, à vous et aux autres personnes qu'ils connaissent. Enfin, vous pourrez appliquer ceci à l'actualité de la scène mondiale (et à l'Histoire) tandis que vous enrichirez vos découvertes en y incluant divers personnages publiques, idéologies et mouvements sociaux dans le monde.

Pour cet exercice, je vais utiliser l'exemple de Facebook. Vous pourriez tout aussi bien utiliser d'autres réseaux sociaux, ou même un Rolodex.

Ok, prêts ? Allons-y...

La prévalence actuelle de la psychopathie est prudemment estimée à 4 % de la population. Certains experts soutiennent que ce nombre est supérieur : 6 % est un autre chiffre communément accepté. Un autre expert croit qu'on peut trouver des psychopathes chez 1/3 des hommes et 1/10 des femmes. Plus récemment, Kevin Dutton a annoncé le chiffre énorme de 10 %. Mais pour l'objectif de cet exercice, nous prendrons simplement le chiffre de 4 %, ce qui correspond à 1 personne sur 25.

J'aimerais que vous preniez le nombre « d'amis » que vous avez sur votre compte Facebook et que vous le divisiez par 25. Statistiquement parlant, le résultat que vous obtenez correspondra au nombre de psychopathes parmi votre groupe « d'amis ». Tentons un exemple. Supposez que vous ayez 150 « amis » sur Facebook. Ce nombre divisé par 25 vous donne un chiffre de 6 psychopathes parmi vos « amis ». Cela peut vous sembler ridicule ou scandaleux, mais statistiquement parlant, ce nombre a de très grandes chances d'être vrai.


Ils ne portent pas littéralement des masques bien sûr, mais ils adaptent avec soin leur comportement afin de présenter l'image d'eux-mêmes qu'ils veulent que les autres voient. Maintenant, on pourrait dire que nous faisons tous un petit peu cela, parfois ou la plupart du temps et pour différentes raisons. La différence avec les psychopathes, c'est qu'ils le font tout le temps et pour une seule raison - vous manipuler - parce qu'il n'y a rien de réel derrière leur masque, juste un trou noir là où il devrait y avoir normalement une vraie personne.
Naturellement, la première chose dont nous avons besoin pour reconnaître les psychopathes, ce sont de critères fiables pour les identifier. L'outil standard officiellement reconnu est la PCL-R (Psychopathy checklist) du Dr Robert Hare, mais une bonne méthode empirique nous vient du Dr Martha Stout, qui a constaté que les psychopathes font toujours du mal à ceux qui les aiment, tout en essayant en même temps et constamment de susciter leur pitié. Les psychopathes sont essentiellement des gens sans conscience ni empathie, et (c'est important !) sans aucune capacité à développer de la conscience ou de l'empathie. Il s'agit d'une différence pour le moins frappante entre eux et nous. Malheureusement, nous ne sommes pas en mesure de percevoir leur nature parce que les psychopathes sont conscients que l'absence de ce quelque chose si fondamental pour les relations humaines normales les fait se démarquer des autres, aussi ont-ils appris à porter un masque afin d'éviter d'être détectés par les individus et les sociétés qui constituent les proies dont ils se nourrissent.

Gardez à l'esprit, cependant, qu'il existe une certaine variation (du moins en apparence) dans la mesure à laquelle les psychopathes correspondent aux critères (la PCL du Dr Hare et la définition du Dr Stout). Rares sont ceux qui correspondent à 100 %, parce que les fausses « personnalités » des psychopathes peuvent varier autant que celles des gens normaux. Cependant, derrière le masque de leur personnalité (souvent fabriquée), les psychopathes semblent motivés par le même besoin basique de dominer les autres d'une manière ou d'une autre.

Le psychopathe est en essence une sorte de narcissique agressif, c'est à dire qu'il est égocentrique à un degré extrême... un égoïste hors-norme ! Ils peuvent essayer de se présenter comme des personnes humbles, mais si vous prêtez vraiment attention, vous verrez que leurs actions révèlent constamment qu'ils n'ont que leurs propres intérêts en tête. Ils ont également tendance à être charmeurs, du moins au début de toute relation que vous établissez avec eux. Ils croient qu'ils sont plus importants qu'ils ne le sont réellement (et tentent d'en convaincre les autres) et généralement, ils prennent très au sérieux leur personne et leur image. Parce qu'ils ne sont généralement pas à la hauteur de leurs propres auto-descriptions hors du commun, ils mentent, et ils le font fréquemment. Ils ont tendance à être manipulateurs, ce qui signifie que même s'ils ne blessent pas directement les autres, ils peuvent agir indirectement, comme par exemple en déclenchant des rumeurs ou en essayant de provoquer des disputes entre d'autres personnes. Ils ont tendance à ne pas afficher beaucoup d'émotions, ce qui en soi ne signifie pas grand chose, parce que l'on peut en dire autant d'un tas de personnes ordinaires, mais ils peuvent également en faire des tonnes dans la tentative de faire voir aux autres à quel point ils sont émotifs ! Je pense que ce qu'il faut retenir, c'est qu'ils feignent fréquemment des émotions qui sont inappropriées - soit trop, soit trop peu ou tout simplement totalement inadaptées au contexte. Cependant, toutes les émotions qu'ils manifestent ont tendance à être superficielles (du genre « larmes de crocodile ») et extrêmes, et finissent généralement par vous faire céder sur quelque chose que vous ne vouliez pas céder. Donc ce que vous recherchez ici, c'est une personne dont les démonstrations émotionnelles passent de 0 à 100 km/h en un bref instant, avec pour conséquence le fait que cette personne finit par obtenir ce qu'elle voulait.

Les psychopathes n'ont absolument aucun égard pour les sentiments des autres, qu'ils accusent généralement de « réagir de façon excessive » lorsque ces autres leur font remarquer leur insensibilité. Un des indices les plus révélateurs est qu'ils n'accepteront pratiquement jamais la responsabilité des conséquences de leurs actes, ni ne sembleront montrer un quelconque remords ou culpabilité lorsqu'ils blessent quelqu'un d'autre. Les psychopathes pourront présenter des excuses et afficher un certain degré de remords superficiel s'ils estiment, par stratégie, que la situation l'exige - ils savent à partir d'observations antérieures que ceux qui les entourent s'attendent à certaines réactions, parce que c'est ce qu'ils (les gens normaux) feraient dans ces circonstances - ou si cela leur permet d'obtenir ce qu'ils veulent. Bien qu'ils essaient de montrer qu'ils sont attentifs, ils ne ressentent pas réellement intérieurement ce que cela fait de se soucier des autres. Leurs actions ne seront motivées par aucun réel remords, et ils recommenceront.

Ce qu'il vous faut rechercher ensuite, ce sont les contradictions dans le mode de vie global du psychopathe, le meilleur qualificatif pour décrire ce mode de vie étant celui de dépravé, sans parler d'une absence totale du sens des responsabilités. Les psychopathes ont tendance à vivre aux crochets des autres, prenant plus qu'ils ne donneront jamais. Non seulement on ne peut pas leur faire confiance, mais ils se comportent souvent de manière outrageusement irresponsable. Cependant, le problème ici est que les gens ont tendance à excuser les psychopathes pour leurs transgressions majeures, précisément parce qu'ils paraissent tellement incompétents. Ici, nous pensons aux nombreuses personnes qui déclarent que le gouvernement américain n'a pas pu commettre les attaques du 11 septembre parce qu'il est tellement « incompétent ». Eh bien, cela ne sera jamais que la moitié de l'histoire. Peut-on vraiment regarder en arrière et accepter l'idée que Dick Cheney n'avait aucune idée de ce qu'il faisait le 11 septembre quand il donna l'ordre de NE PAS abattre l'avion qui se dirigeait sur le Pentagone ?

La point ci-dessus peut être épineux, parce que les psychopathes mènent souvent, selon toutes apparences, une vie tellement normale et « ennuyeuse », - une vie de médecin, de banquier, d'avocat, de bureaucrate, voire même de psychologue et de psychiatre ! Pourtant, ce que vous découvrirez si vous y regardez de plus près, c'est qu'ils ont souvent besoin de « prendre des vacances pour se rouler dans la fange », comme l'a noté Hervey Cleckley dans son important livre, The Mask of Sanity[Le Masque de la Santé Mentale - Ndt]. Ils ont littéralement besoin de faire un « break » de temps en temps, histoire de respirer un peu après tous ces efforts passés à présenter un masque normal aux gens. Lors de ces « breaks », ils pourront s'adonner sans retenue aux drogues, aux prostituées, voire pire. Cela vous fait certainement penser à toutes ces histoires de prédicateurs bigots pris la main dans le sac en train de sniffer de la méthanphétamine avec des putes travesties, sans parler de la révoltante pédophilie institutionnalisée et des trafics en haut lieu de snuff movies d'enfants qui ont été dévoilés un peu partout.


Women Who Love Psychopaths, de Sandra Brown : un excellent guide qui aide les femmes (et les hommes) à gérer l'après-coup d'une relation avec un psychopathe.
Les psychopathes n'ont pas d'objectifs à long terme, parce qu'ils sont incapables de réfléchir de façon aussi abstraite. Le « futur » est intangible pour eux. Cependant, je dois préciser qu'ils ont tendance à s'assigner des objectifs à long terme à maintes reprises, puis de les laisser tomber tout aussi rapidement. Ils ont tendance à s'ennuyer, ce qui signifie qu'ils recherchent ardemment l'excitation et qu'ils tendent également à être impulsifs. Je vous entends dire « Il n'y a rien de mal à cela ! » Le problème, c'est que les choses qui les excitent le plus impliquent de faire du mal aux autres d'une manière ou d'une autre. Nombre d'entre eux ont des problèmes avec la loi et ont souvent des ennuis au travail ou avec leurs familles, mais la plupart des psychopathes sont suffisamment intelligents pour rester dans les limites de la loi et des conventions sociales. Les psychopathes affichent ce genre de comportement dès leur plus jeune âge. En fait, beaucoup de psychopathes sont dépeints comme des adultes qui n'auraient pas grandi. Ils sont souvent décrits comme étant « leur propre pire ennemi », mais ils voient les choses dans l'autre sens et considèrent que ce sont les gens normaux qui sont les malades. Rappelez-vous, la moindre once de pitié qu'ils nous soutirent fait partie d'une ruse habile visant à leur permettre d'obtenir ce qu'ils veulent, en exploitant la crédulité et la générosité des gens normaux.

Ensuite, il y a tous ces traits divers que l'on peut remarquer chez les psychopathes. Une chose souvent mentionnée est leur regard perçant. Le regard intense d'une personne n'est pas toujours un signal d'alarme, mais si vous avez déjà été la cible du regard fixe d'un psychopathe, alors vous saurez de quoi je parle lorsque je dis que cela vous fait dresser les cheveux sur la tête ! Les psychopathes ont tendance à avoir des mœurs légères et ont de nombreuses relations à court terme, ou, s'ils sont dans une relation à long terme, ils ne restent pas fidèles. Ils tendent à violer les normes sociales dans de multiples domaines. Je dois aussi ajouter qu'il a été postulé que « le trouble de la personnalité borderline » était l'expression féminine de la même maladie, qui a été associée à certains traits comportementaux extrêmement auto-destructeurs, tel que le fait de menacer fréquemment de se suicider ou de donner l'impression de s'être fait avoir par des hommes alors que c'est exactement l'inverse. Là où le bât blesse, c'est qu'à l'instar de son homologue masculin, la femme psychopathe donne seulement l'apparence d'être « auto-destructrice » - elle sait très bien comment tirer parti de la pitié des autres en « jouant la comédie ».

Les psychopathes adorent provoquer votre pitié à un point tel que vous volerez volontiers à leur « secours », assumerez leurs responsabilités, leur donnerez de l'argent et leur apporterez votre soutien de toutes les façons possibles pour encourager leur « croissance personnelle ». Mais une fois que l'étincelle s'allume dans votre cerveau et que vous vous rendez compte de ce qui se passe réellement, dès que vous arrêtez de leur donner ce qu'ils veulent (que ce soit de l'excitation, de l'argent, un toit, des services (faveurs), du sexe, un statut (par association avec vous), un renforcement de leur image (par association avec vous), une couverture, des relations, ou le contrôle sur vous), alors vous êtes tout simplement STUPÉFIÉS de la vitesse avec laquelle ils se mettent à vous traiter comme un réfrigérateur en panne ! Vous êtes peut-être ennuyé lorsque votre réfrigérateur tombe en panne, mais vous n'avez pas de lien émotionnel avec lui, outre le fait qu'il s'agit d'un appareil créé pour vous rendre service. C'est précisément la façon dont votre ami, votre compagnon etc., psychopathe vous voit.

© Nicolas Walker
Vous leurrer tout en vous faisant du mal, voilà ce qui stimule en quelque sorte l'ego du psychopathe. Comme vous lui permettez de vous utiliser, cela le nourrit à plus d'un titre. Cela le fait se sentir tellement spécial, quand un type (ou une fille) bien comme vous le laisse vous faire des choses qui vous blessent, et puis lui pardonne, et puis recommence, tout ça pour lui ! Peut-être que la question que nous devons nous poser est : les psychopathes sont-ils si loin du compte de penser ainsi, étant donné que les gens normaux se soumettent si volontiers à de tels abus ?

La principale chose à retenir ici est que les psychopathes sont souvent des gens charmants qui sont totalement égocentriques. Ils seront le genre de personne dont vous déciderez peut-être qu'elle « n'est absolument pas digne de confiance », qui vous laissera le sentiment persistant qu'elle ne cherche qu'à vous utiliser, vous ou les autres, ou à qui vous chercherez constamment des excuses, en rêvant « si seulement il pouvait prendre sa vie en main ! » S'il se trouve que vous vous demandez régulièrement (ou leur demandez directement) : « Comment as-tu pu faire ça (Insérez l'acte ignoble ici) ?! », alors la réponse est qu'ils l'ont fait parce qu'ils le pouvaient, ils y ont pris plaisir et ils recommenceront certainement encore et encore jusqu'à ce que vous coupiez tout contact avec eux.

Une grande partie du débat public sur les psychopathes - à la fois dans les médias et les groupes sociaux - tourne autour des actes ignobles et atroces commis par des psychopathes. La plupart des gens ont entendu parler de psychopathes du type Ted Bundy ou Charles Manson. Mais le nombre de psychopathes tueurs en série n'est rien en comparaison du nombre de psychopathes non-criminels qui vivent parmi nous. Quelques exemples de psychopathes possibles : Dick Cheney, George Bush et Bill Clinton (eh oui, certains ont des carrières extraordinairement brillantes). La prise de conscience quant à l'existence des psychopathes politiques semble grandir. Ensuite, il y a des psychopathes dans l'industrie du divertissement. Je m'interroge à propos de Charlie Sheen, de Tom Cruise et de Britney Spears, parmi d'innombrables autres qui semblent également correspondre au profil psychopathique. Michael Jackson semblait être un autre candidat sérieux, tout comme Michael Vick. Les psychopathes représentés par des personnages de fiction comprennent de nombreux « durs » du cinéma moderne, comme « James Bond 007 » ou le célèbre « Don Juan » libertin romanesque, un autre bon portrait de psychopathe.

Cela dit, il est très important de garder à l'esprit qu'il est dangereux (et mal avisé) de décider avec une certitude absolue que n'importe laquelle des personnes mentionnées ci-dessus est catégoriquement psychopathique. Identifier catégoriquement des psychopathes n'est pas la question. J'essaie simplement de vous sortir de cette tendance à associer les psychopathes aux tueurs en série psychopathiques (une association qui ne fait pas partie de la culture populaire par accident !) et de vous faire entrer dans la réalité objective, celle où les psychopathes peuvent être (et sont effectivement) charmants, apparemment doux et attentifs aux autres, mais dont les actes et l'historique à long terme vont à l'encontre de l'impression qu'ils donnent. Vous vous souvenez d'O.J. Simpson ? Il avait l'air plutôt charmant dans les films Y a-t-il un flic... ?, n'est-ce pas ?

Je veux aussi m'assurer que vous ne tombiez pas dans certains pièges de logique lorsque vous essayez d'identifier provisoirement un psychopathe. Le principal piège est de rejeter des preuves de psychopathie en les prenant pour des preuves apparentes d'autres maladies mentales ou de comportements problématiques. Certains psychopathes ont été maltraités dans l'enfance (mais beaucoup ne l'ont pas été). Certains peuvent sembler toxicomanes ou alcooliques. Vous, ou eux, pourriez conclure qu'ils sont bipolaires ou dépressifs ou sous l'emprise d'une autre maladie mentale. Je dirais que si une personne correspond aux critères de la psychopathie (ou du moins à la plupart d'entre eux), alors cette personne est très probablement un psychopathe, d'abord et avant tout, et elle pourrait bien tenter de vous manipuler en prétendant souffrir de quelque autre maladie mentale. Cependant, on pourrait dire que la psychopathie et la maladie mentale ne sont pas mutuellement exclusives, car la psychopathie EST une maladie mentale, en un sens, mis à part que la psychopathie ne se guérit pas car c'est un « trouble » génétique.

psychopaths brains 1
© Reuters/Institute of Psychiatry King's College London
Un scanner du cerveau qui montre des zones où le volume de matière grise est réduit dans le cortex médial préfrontal du cerveau d’un groupe d'hommes psychopathes antisociaux comparé à un groupe d’hommes non-psychopathes antisociaux.
Un avertissement : il SE PEUT que vous vous trouviez au bon endroit au bon moment lorsque quelqu'un fait quelque chose de vraiment mal, et que vous vous disiez : « C'est clair, je SAIS qu'untel DOIT être psychopathe ! » Le plus souvent, cependant, surtout à l'ère d'Internet où n'importe qui peut se présenter sous un certain angle et s'avérer être en fait quelqu'un de totalement différent, si l'on veut arriver à une estimation un tant soit peu correcte de la probabilité que quelqu'un soit un psychopathe, il est nécessaire de combiner observation à long terme et enquête approfondie sur son passé. La première chose à faire, c'est d'éliminer de votre recherche pratiquement tout ce qu'il a dit sur lui-même. Écoutez son auto-description, mais ne vous embêtez pas à y attacher beaucoup d'importance. Mieux vaut comparer ce que les autres disent à son sujet. Ce que vous cherchez, c'est à vous assurer que son comportement correspond à ses paroles. Quel genre de tendance se dessine ? Chaque fois que c'est possible, PARLEZ aux autres pour essayer d'en savoir plus. Les psychopathes peuvent dire les plus jolies choses sur les gens et les poignarder dans le dos l'instant d'après. Ils peuvent VOUS faire vous sentir bien dans votre peau, mais seulement parce qu'ils veulent quelque chose de vous. Ils peuvent paraître si pitoyables et misérables que vous ressentirez de la compassion pour eux, mais toute l'aide que vous leur apporterez ne fera que leur permettre de devenir de plus forts, de plus grands et de meilleurs psychopathes.

Revenons à notre exercice : quand vous parcourrez votre liste d'amis Facebook, vous pourriez vous retrouver à penser des choses du genre : « Hmmm, untel correspond au profil, et celui-ci aussi, et elle aussi, c'est clair ! ... mais c'est pas possible qu'il en soit un, quant à elle, c'est une sainte »... arrêtez-vous ! À moins de très bien connaître quelqu'un, il est très peu probable que vous soyez en mesure de dire avec certitude si untel ou unetelle est un(e) psychopathe en fonction de ses messages sur Facebook et de ses photos de famille ; pourtant certains voudraient nous faire croire que les réseaux sociaux sont des outils de diagnostic fiables. Le véritable but de mon exercice était de vous faire réfléchir à l'ampleur même du problème auquel est confrontée l'humanité. La grande majorité des gens ignorent totalement que les psychopathes vivent parmi nous, encore plus à quoi ils ressemblent, ou encore combien ils sont. Rappelez-vous, nous parlons d'environ 1 personne sur 25, statistiquement parlant, de sorte que le fait demeure que 1 personne sur 25 parmi celles que vous connaissez sont des gens potentiellement très dangereux. S'il vous plaît, ne paniquez pas ! Il y a quelques facteurs atténuants. L'un d'entre eux est qu'ils ont tendance à traîner beaucoup plus dans certains milieux , de sorte que le nombre de psychopathes dans votre entourage peut être bien plus bas que pour d'autres.

Je me rends compte que ces idées peuvent être désagréables à envisager, mais nous avons cruellement besoin de le faire. Les gens normaux qui vivent dans les sociétés « modernes », tout en étant gouvernés par des psychopathes et influencés par leur « moralité » particulière, se retrouvent dans la position de « tendre l'autre joue » à une réalité qui est tout simplement trop difficile à affronter. « Si vous ne pouvez pas dire quelque chose de bien sur quelqu'un, ne dites rien du tout » et autres « paroles de sagesse » de ce genre visent à empêcher les gens de partager des informations sur les personnalités problématiques, que ce soit sur leur lieu de travail, à la maison, dans leur voisinage ou au sein d'une communauté plus large. Ces dogmes pseudomoralistes offrent aux psychopathes et autres individus atteints de troubles de la personnalité la couverture parfaite pour continuer à manipuler les autres et ne servent qu'à favoriser la « ponérisation », c'est-à-dire la subversion progressive des idées, des mouvements et des buts collectifs, pôû^r^qu'ils correspondent aux objectifs impitoyablement égocentriques des psychopathes. Alors que les gouvernements s'arrogent le droit de savoir absolument tout sur vous « parce que si vous n'avez rien à cacher, alors vous n'avez rien à craindre », les psychopathes découragent le partage libre d'observations entre gens ordinaires et le dénigrent en le qualifiant de « pensée de groupe », insinuant ainsi que la source du mal se trouve au sein même du groupe, ce qui entrave les tentatives d'analyse et d'identification de la véritable source de la corruption qui se fraye un chemin à travers ces groupes et qui monte leurs membres les uns contre les autres.


Charmants, suaves, riches, célèbres... psychopathes ?
La réalité, c'est que « tous les hommes » ne naissent PAS « égaux ». Les gens naissent avec différentes aptitudes et lacunes, différents besoins et tempéraments. Nous aimons insister sur le fait que « tous les hommes naissent égaux », et bien que je crois fermement qu'il faille donner à chacun la possibilité de réussir, je comprends aussi que les rampes d'accès sont faites pour les personnes souffrant de handicaps physiques, que les lunettes sont faites pour les gens (comme moi-même) qui ne voient pas très bien, que l'insuline est produite pour les diabétiques (bien que la plupart des diabètes soient causés par une alimentation riche en glucides) et que d'un autre côté, nombre d'écoles sont créées spécialement pour les personnes extrêmement douées et intelligentes. Mais que faut-il faire de ceux qui ont un handicap moral aussi flagrant, un tel défaut de conscience ? L'emprisonnement et la thérapie se sont avérés à maintes reprises inefficaces pour « punir» ou « guérir » les psychopathes. En fait, le consensus général est que cela les rend beaucoup plus sournois et augmente leur habileté à manipuler les autres. Bref, rien, à ce stade, n'a été efficace pour « guérir » les psychopathes de leur déviance. Je n'ai pas la réponse à la question de savoir ce qu'on peut ou doit faire des psychopathes au sein de nos sociétés ou en position de pouvoir, mais je sais qu'il est grand temps pour nous de commencer à poser ces questions plus souvent et de façon bien plus insistante.

Pour conclure, permettez-moi d'en revenir là où j'en étais au début de cet article. Commencez à réfléchir à ce problème à grande échelle. Considérez ces 4 à 6 % de l'humanité qui nous vide de notre énergie, de nos ressources et de nos émotions d'une façon disproportionnée (par exemple, le Dr Robert Hare a suggéré que les psychopathes sont responsables de 50 % de la totalité des crimes). Ensuite, réfléchissez aux problèmes mondiaux et aux destructions causés par des PDG, des gouverneurs, des sénateurs, des banquiers, etc. psychopathes. Pensez à ce qui s'est passé chez MF Global (pour prendre un exemple) où l'argent a tout simplement « disparu », pensez aux enquêtes subséquentes qui n'ont mené nulle part, parce que les politiciens psychopathes, dont les campagnes avaient été partiellement financées par ces gens, « n'ont pas pu trouver » de preuves. Pensez aux porte-paroles de BP, dont les paroles et les actes ne concordent manifestement pas, quand ils ont voulu aller trop vite et ont causé une énorme catastrophe environnementale et sanitaire, tout ça pour accroître leurs énormes richesse et leur pouvoir. Les psychopathes sont d'une cupidité vorace, et leur besoin de contrôle est insatiable. Certains réussissent mieux que d'autres à satisfaire ce besoin. Dick Cheney prendra son pied en tuant des millions de personnes, tandis que ses frères et sœurs de classe idéologique (et génétique) inférieure n'arriveront qu'à manipuler et maltraiter psychologiquement un petit nombre de personnes.

Alors, cet exercice aura-t-il été utile ? Avez-vous trouvé le nombre de personnes que je vous ai mis au défi de trouver ? En avez-vous trouvé plus ? Est-ce là un exercice que vous pouvez envoyer à d'autres pour tenter d'augmenter la prise de conscience globale du problème que constitue le principe destructeur de la psychopathie à travers le monde ? Le fait est que tous les psychopathes n'ont pas besoin d'être des meurtriers, parce qu'ils peuvent tuer votre esprit, et ils le font. Tandis que la plupart des gens arrivent à imaginer que la plupart des souffrances individuelles sur notre planète pourraient bien être le résultat de l'influence de 360 millions d'individus génétiquement déviants et sans conscience qui vivent et travaillent dans tous les secteurs de la société, peu de gens sont prêts à considérer les répercussions possibles sur l'humanité de la négativité de masse et de l'influence « ponérisante » des psychopathes sur l'ensemble de l'humanité. Tandis que le principe idéologique et destructeur des psychopathes s'ancre encore plus profondément dans les esprits de la masse des gens ordinaires, sommes-nous en train d'assister à la réponse de la nature face à cette souffrance généralisée ? Une réponse sous forme de sécheresses, de famines, de pestes, de maladies et de catastrophes... ?

Y a-t-il un lien ?

Il est temps de commencer à poser les vraies questions : il est temps de cesser de demander qui a raison dans le débat sur le réchauffement planétaire, et de commencer à demander pourquoi nos gouvernements ignorent les signes d'une ère glaciaire imminente. Il est temps de cesser de demander si nous devons entrer en guerre, et de commencer à demander à qui profite ces guerres. Il est temps de cesser de se demander pourquoi se produisent ces atrocités que nous voyons à la télévision, et de commencer à réaliser qu'elles ont généralement une cause sous-jacente : le fait que le sujet de la psychopathie est presque universellement ignoré.

© 'Psychopaths Rule the World' Facebook page
Les psychopathes dirigent le monde