Le site minier de Talvivaara, dans le centre de la Finlande, vient de connaître l'une des plus graves pollutions de l'histoire récente de la prospection minière car il a relâché durant une dizaine de jours1 d'énormes quantités d'éléments lourds, hautement polluants et pour certains radioactifs dans la nature environnante.

Google map Finlande
© Google Map
De nombreux métaux lourds extrêmement toxiques relâchés dans l'environnement à Talvivaara

Une fuite très difficile à localiser et impossible à colmater a été constatée le 4 novembre au niveau de la berge d'un étang de retenue naturel en Gypse et a permis à environ 1.5 million de mètres cubes d'eau2 chargée en sous-produits d'extraction minière de métaux lourds de se disperser dans l'écosystème des environs du site de prospection Finlandais.

Une mauvaise surprise selon l'Institut Finlandais de l'Environnement

Selon l'inspecteur du SYKE3 dépêché sur place, la situation est bien pire que celle qui avait été annoncée initialement car une quantité « importante et significative » de Nickel et d'autres métaux lourds se sont échappés d'un bassin de rétention situé dans la partie Sud du site minier pour se diriger vers le lac Laakajärvi, à 2 km au Sud-Ouest, ainsi que, moins dramatiquement, vers le lac Kolmisoppijärvi situé au Nord.

Excerpt Newspaper
© Uutiset News
Une mauvaise surprise écologique (SYKE) - Source : Uutiset News
Au niveau du lac Laakarjärvi, des prélèvements effectués ont d'ores et déjà mis en évidence des concentrations de métaux lourds largement supérieures aux limites de toxicité pour les organismes aquatiques. Il est fort possible, toujours d'après le Ministère de l'Environnement Finlandais, que des espèces animales et végétales aient déjà été gravement et durablement affectées par cette pollution.

Près d'une tonne de Nickel aurait été relâchée dans la nature ainsi que du Cadmium, de l'Aluminium, du Zinc...

Le Nickel4 est un métal lourd de la famille du fer recherché pour ses propriétés anti-corrosives ; il est très allergisant, probablement cancérigène et classé aux tableaux « Xn » : nocif pour l'homme et l'environnement, D2A/B : très toxique et SGH08 : mutagène, cancérogène, reprotoxique, sensibilisant.

Warning sign board

Un filon d'Uranium trouvé « par hasard » ?
De l'Uranium, récemment [?] prospecté par la compagnie minière, s'ajoute au cocktail de métaux lourds relâchés

Si les circonstances n'étaient pas aussi tragiques pour l'environnement, l'on pourrait presque s'amuser du fait que l'exploitant du site (Talvivaara), dont les marges de prospection traditionnelle s'effondraient, avait reçu des autorités Finlandaises l'autorisation d'exploiter des filons de minerai d'Uranium le 1er mars 2012.

L'opérateur, d'après ses dires, serait tombé sur ces filons faiblement chargés en minerai d'Uranium « tout à fait par hasard », en procédant à l'exploitation des métaux lourds traditionnels.

Les garanties de sécurité environnementale les plus élevées

Le plus triste est que Talvivaara profitait de cette occasion pour rappeler - exploitation d'un minerai sensible oblige - qu'il offrait « ...les garanties de sécurité environnementale les plus élevées [sic]... » Première pollution majeure après quelques semaines d'exploitation, ça c'est de la garantie « béton » !

Excerpt Newspaper
© Talvivaara
Source : Talvivaara
Une exploitation de l'Uranium bien plus ancienne - donc sans autorisation - d'après une association écologique

D'après le collectif « Stop Talvivaara », l'opérateur du site exploiterait en fait le gisement Uranifère contenu dans la roche de schiste noir depuis très longtemps, sans en avoir sollicité préalablement l'autorisation, ce qui expliquerait la réaction très étonnée de l'agent public en constatant le niveau de contamination radioactive de l'eau par l'Uranium et ses descendants.

Excerpt Newspaper
© Stop Talvivaara
Source : StopTalvivaara
Un exploitant en difficulté financière, une nouvelle patate chaude radioactive très prochainement ?

Il faut enfin noter que la société Talvivaara 5, petite parmi les petites exploitations minières avec un CA. de 230 Millions d'Euros (2011) 6, après avoir investi une trentaine de millions d'Euros pour obtenir la certification d'extraction Uranifère, est fortement endettée (130 millions empruntés), se retrouve déficitaire après imposition (perte nette de 5 M d'Euro en 2011) et se situe peut-être ainsi au bord d'un gouffre financier et d'un désastre écologique que l'arrêt d'exploitation imposé par le Ministère de l'Environnement ne va certainement pas arranger.

Excerpt Newspaper
© Talvivaara
Source : Résultats annuels de Talvivaara
Le pire serait donc que la société, s'en lavant les mains, dépose le bilan et le Nickel en laissant donc aux autorités le soin de décontaminer le site, comme cela se pratique de plus en plus dans notre belle société « concurrentielle »...

Dernière minute : la fuite aurait été « isolée » le 14/11, d'après l'exploitant du site

Après les efforts prolongés des techniciens d'exploitation du site, de soldats Finlandais et de volontaires, un nouveau bassin de retenue a été mis en service ce jour, recueillant ainsi le plus gros des fuites du premier bassin. Espérons qu'il ne faille pas creuser prochainement un bassin pour recueillir l'eau du bassin qui fuit du bassin, ça nous rappellerait un peu trop les pittoresques mésaventures de Fukushima-Daiichi...

The new pond of retention
© Inconnu
Le nouveau bassin de rétention : notez qu’il ne s’agit pas d’un bassin naturel en Gypse mais d’un réservoir artificiel improvisé recouvert d’une simple bâche qui tiendra… le temps qu’elle tiendra
Source :
information yle.fi, 14 novembre 2012

Notes :
― 1 « Environmental impacts of the leaks from Talvivaara have grown worse since last week », SYKE, 13 novembre 2012
― 2 « Finlande : eau polluée par l'Uranium », Le Figaro, 9 novembre 2012
― 3 « Une catastrophe écologique vient de se produire en Finlande » La Voix de la Russie, 12 novembre 2012
― 4 « More heavy metals found in waters around Talvivaara, yle.fi », 14 novembre 2012