© Via Flick’r et NASA.
Pic d’activité des “Géminides” dans la nuit du 13 au 14 décembre. Un nouvel essaim météoritique pourrait également faire son apparition.
La nuit du 13 au 14 décembre devrait être l'une des plus animée de l'année en terme d'étoiles filantes ! Une moyenne de 120 météores par heure pourrait fendre le ciel durant cette nuit.

Cet essaim météoritique actif entre le 7 et le 17 décembre de chaque année, se nomme les "Géminides" car son radient se situe dans la constellation des Gémeaux (Gemini), non loin de l'étoile Castor. Connu depuis 1830, des recherches ont montré qu'il aurait pour origine l'objet (3200) Phaeton, répertorié comme "astéroïde potentiellement dangereux" depuis sa découverte en 1983. En réalité, Phaeton serait une ancienne comète, épuisée par ses nombreux périples, essoufflée et sans la moindre chevelure.

© Via Flick’r et NASA.
Un premier pic pourrait se produire vers 21 h (le 13) tandis que les Gémeaux prennent de la hauteur et un second autour de 01 h 50 (le 14 donc). Le taux horaire zénithal (ZHR) moyen annoncé s'élève à 120 météores ! L'absence de la Lune (Nouvelle Lune) garantit une visibilité maximale si, bien sûr, vous avez pris soin de fuir la fâcheuse pollution lumineuse de nos agglomérations urbaines. Trop de lumière nuit ! dixit .

© Via Flick’r et NASA.
D'après plusieurs spécialistes, un nouvel essaim météoritique pourrait faire son apparition ces jours-ci. Entre le 10 et le 14 décembre selon les modélisations informatiques de Mikhail Maslov. La Terre traverserait alors 4 courants - ou veines - de débris que la comète Wirtanen (découverte en 1984) a laissée dans son sillage au cours des pérégrinations successives. Le pic pourrait également se dérouler le 13 décembre avec un radient localisé non pas dans les Gémeaux mais dans la constellation des Poissons. Une trentaine de météores par heure sont attendus. Si les observations à travers le monde confirment son existence, on pourra alors parler de "Piscides" de décembre.

© Via Flick’r et NASA.
Position du radient de l’essaim météoritique des « Géminides »
Vêtu chaudement, on profite davantage du spectacle étendu sur une chaise longue, embrassant ainsi du regard de larges portions de la voûte céleste. On est envahi par la nuit noire et la danse des étoiles, la salve de météores n'a de cesse de nous solliciter.

Si le coeur vous en dit, vous pouvez compter patiemment les météores et partager vos observations avec l'International Meteor Organisation (IMO) qui sera ravi de les exploiter pour améliorer ses modèles et prévisions.

© Via Flick’r et NASA.
Nouvel essaim météoritique dont le radient pourrait être dans les Poissons