Logo ONU
© Inconnu

Le Conseil de sécurité de l'ONU, ce machin, a adopté hier, jeudi, à l'unanimité, une résolution autorisant pour une période initiale d'un an, le déploiement d'une force internationale.

Ce qui est étonnant, cette résolution ne fixe pas de calendrier précis pour le déclenchement d'une offensive au Nord-Mali afin d'en chasser les groupes « islamistes extrémistes et terroristes » (selon la terminologie occidentale), qui contrôlent cette région depuis six mois. Étrangement, il faudra que le Conseil de sécurité s'estime «satisfait» de l'état de préparation de cette force, à partir de certains critères précis (entraînement, efficacité de la structure de commandement, équipement, adaptation au terrain) avant qu'elle puisse se déployer au Nord-Mali. Et par conséquent il faut admettre qu'il faut probablement attendre l'automne 2013.

Aussi, il est demandé aux africains de ne compter que sur eux-mêmes. Invité de la radio Europe 1 ce matin, le président français François Hollande est revenu sur le feu vert de l'ONU pour l'envoi d'une force africaine au Mali en des termes assez ridicules :

« Le temps de l'intervention militaire au Mali n'approche pas. Il est maintenant autorisé. (...) La résolution de l'ONU va permettre le dialogue politique. Ensuite, s'il y a toujours une occupation du Nord-Mali, ce sont les Africains qui mèneront cette opération avec le gouvernement malien. Le rôle de la France est de lutter contre le terrorisme ».
La France lutte-t-elle contre le terrorisme en Syrie ? Pourquoi faut-il combattre les groupes « islamistes extrémistes et terroristes » -comme ils disent alors qu'ils interdisent au Gouvernement syrien d'en faire autant-, au Mali et non en Syrie ? Est-ce parce que ces groupes maliens ne veulent que rester au nord ? Fallait-il qu'ils aillent à Bamako renverser le pouvoir pour qu'ils soient soutenus ?

En parallèle, L'ONU a aussi sanctionné deux sociétés iraniennes « livrant des armes à la Syrie », selon elle. Le comité des sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU a imposé des sanctions à ces sociétés iraniennes avec l'appui américain. Selon Susan Rice son ambassadrice à l'ONU, ces sociétés sont « lourdement impliquées dans le trafic d'armes, y compris à destination de la Syrie ». Toute honte bue, dans la foulée, l'Assemblée générale de l'ONU a adopté jeudi une résolution dénonçant des « violations graves et systématiques » des droits de l'homme commises par les autorités syriennes et par les milices pro-gouvernementales des « chabbiha ». Toujours aucune condamnation du terrorisme en Syrie. Triste ONU !

Dans le même ordre d'idées, le Canada a annoncé jeudi qu'il ajoutait la « Force Qods » des Gardiens de la révolution, à sa liste des « entités terroristes », affirmant qu'elle armait les talibans et le Hamas. Trop fort les Occidentaux ! Ottawa, très pro-israélien est à couteaux tirés avec l'Iran et avait annoncé début septembre la suspension de ses relations diplomatiques avec ce pays, l'expulsion des diplomates iraniens en poste au Canada, et l'inscription de la République islamique sur la liste des entités « qui soutiennent le terrorisme ». De quoi mourir de rire quand on voit les mêmes incapables de condamner la colonisation qui se poursuit en Cisjordanie.

Pourquoi, à titre d'exemple et pour montrer son impartialité, l'ONU ne condamnerait pas fermement Israël et sa nouvelle colonisation sauvage ? Pourquoi pas les USA et leur Guatanamo qui perdure et où les droits de l'homme sont bafoués depuis des lustres ? Ces gens se moquent vraiment de nous ! Que font vraiment ces petits pays maltraités au sein de l'ONU ? Il faut sortir de ce machin et créer quelque chose de plus noble et plus juste...