Traduction : SOTT

Comme vous le savez probablement, nombre de sites Web conspirationnistes et de partisans du « 2e amendement » aux USA ont sorti le flingue (littéralement ?) depuis qu'ils soupçonnent le gouvernement US (ou une certaine faction au sein du gouv. US) de vouloir les priver de leur droit de posséder des armes.

D'après les théoriciens du complot tendance ligne dure, le récent massacre de l'école de Sandy Hook a été plus ou moins « orchestré » et servait en essence un but particulier : fournir une raison légitime et plausible au gouvernement, au Congrès etc. pour instaurer une loi visant à abolir, ou du moins à restreindre, le 2e amendement, c'est-à-dire le droit de porter des armes.

Pourquoi le gouvernement voudrait-il désarmer la population US ? Eh bien, c'est évident ! La seule chose qui empêche le gouvernement US d'établir un État policier à visage découvert aux USA sont les 100 millions d'Américains qui possèdent des armes. C'est leur théorie, en tout cas. Bien sûr, parmi les adeptes des armes à feu aux USA, il ne doit pas y avoir beaucoup de théoriciens du complot radicaux qui pensent que le gouvernement est derrière le massacre de Sandy Hook, mais on peut parier que la plupart d'entre eux inclinent suffisamment au conspirationnisme pour croire que le gouvernement pourrait tenter d'utiliser ce massacre comme prétexte pour les dépouiller de leurs gadgets en acier trempé favoris.

Mon hypothèse sur le massacre de Sandy Hook est que cette fusillade regorge de suffisamment d'anomalies et d'éléments inexpliqués hallucinants pour, au minimum, remettre en question la véracité de la version officielle, celle du « tueur fou solitaire ». Toutefois, en même temps, je pense que la théorie du complot promulguée par les amateurs d'armes est de la foutaise. J'entends par-là que, si le massacre de Sandy Hook est bien une psy-op du gouvernement, elle n'avait rien à avoir avec une quelconque tentative d'interdire l'accès aux armes par les civils US afin que le gouvernement puisse établir un État policier à visage découvert. Les raisons sont aussi élémentaires que les cours enseignés aux merveilleux enfants de l'école de Sandy Hook juste avant qu'ils ne se fassent massacrer.

Premièrement, il est probable que toute nouvelle loi votée en conséquence du massacre se limitera à interdire la vente de fusils d'assaut à l'échelle nationale. Cela aura très peu d'effets sur les crimes par arme à feu aux USA, parce que les armes que possèdent la plupart des gens aux USA ne sont pas des fusils d'assaut. De plus, une telle législation n'affecterait en rien les Américains qui possèdent déjà des fusils d'assaut. Au mieux, elle pousserait certaines propriétaires à vendre leurs armes, ce qui les propagerait alors sur le marché noir.

Deuxièmement, selon l'approche des conspirationnistes endurcis, si le gouvernement est bien derrière le massacre de Sandy Hank et que le but est de désarmer les citoyens américains, il devrait être évident aujourd'hui (si l'on part du principe que les autres massacres de « cinglés solitaires » faisaient aussi partie du même complot gouvernemental) que ce genre de fusillades ont pour conséquence une augmentation instantanée des ventes d'armes :

Le Colorado croule sous les demandes de « background checks » [vérification des antécédents. Processus par lequel doit passer tout acheteur avant d'être autorisé à porter une arme - NdT] - record atteint avec 4200 demandes

Hausse record de ventes d'armes après le Massacre du Connecticut
  • Le Bureau d'Investigation du Colorado a annoncé un nouveau record de demandes de « background checks » ce week-end dernier.
  • À San Diego, Karl Durkheimer, le propriétaire du magasin d'armes Northwest Armory, a déclaré samedi : « c'est notre plus grosse journée depuis 20 ans. Nous allons probablement battre le record dimanche. »
  • Dans le sud-ouest de l'Ohio, de l'aube au crépuscule, 400 personnes faisaient la queue pour assister à une exposition d'armes à Cincinnati, a déclaré Joe Eaton de la Buckeye Firearms Association
Je sais que beaucoup de gens adhèrent à l'idée que le gouvernement est dirigé par une banque de bras cassés, mais si le plan était de désarmer les citoyens américains en perpétrant des massacres comme celui de Sandy Hook, alors on a atteint un nouveau record d'incompétence ici.

Ce que je veux dire, c'est que, si vous voulez croire à une théorie du complot selon laquelle le gouvernement est d'une certaine manière impliqué dans le massacre de Sandy Hook, vous devez faire preuve d'un minimum de cohérence et présumer que, s'ils sont assez malins pour commettre une telle imposture, ils sont également assez malins pour prévoir les conséquences, et il faut donc présumer que ces conséquences font partie de leur objectif général. C'est mon approche pour le moment, en tout cas.


« Nous sommes du gouvernement et nous sommes là pour vous protéger » Ils n'ont pas seulement besoin de rappeler aux gens pourquoi un État policier est justifié, ils ont aussi besoin de convaincre les troupiers que leur « mission » est juste.
La version officielle de ce qui s'est passé à Sandy Hook est REMPLIE d'incohérences et de questions non résolues extrémement troublantes. Suffisamment pour se risquer à conclure qu'une agence d'État était possiblement impliquée. En utilisant le raisonnement déductif que je suggère plus haut, je me risque donc également à conclure que loin de désarmer la population américaine, le but recherché était d'encourager les Américains qui ne possèdent pas encore d'arme à s'en procurer une.

Bien entendu, cela nous amène à la question du « pourquoi ». Pourquoi le gouvernement voudrait-il que davantage d'Américains soient armés ? Il y a plusieurs explications possibles, mais je ne pense même pas qu'armer la population américaine était un objectif majeur du massacre de Sandy Hook. C'était plutôt une conséquence indirecte de l'objectif principal. L'objectif principal était, selon moi, de susciter une peur viscérale chez le plus d'Américains possible. La peur de leurs compatriotes, la peur de leurs voisins, ou du gosse de leur voisin, ou du type, là-bas, au centre commercial, à l'école, au travail... la peur que n'importe qui puisse être le prochain « cinglé » qui pourrait sur un coup de tête descendre à lui tout seul une vingtaine de civils innocents.

Pourquoi instiller ce genre de peur ? Eh bien, ce genre de peur tend à rendre le citoyen lambda plus enclin à se reposer sur les autorités et les forces de l'ordre pour le protéger. Elle donne au gouvernement plus de liberté pour promulguer de nouvelles lois typiques d'un État policier et contribue à garantir que de telles lois seront accueillies à bras ouverts, avec le moins de résistance possible, par la population. Après tout, le gouvernement s'escrime depuis un certain temps à faire passer des lois qui, si cela continue, mèneront à un véritable État policier à visage découvert aux USA - les preuves concrètes ne manquent pas.

Les attentats du 11/9 étaient une psy-op visant à traumatiser et effrayer la population américaine pour qu'elle accepte la « réalité » de « terroristes étrangers », pour qu'elle accepte que leur gouvernement envahisse d'autres pays afin de vaincre lesdits terroristes et ainsi, protéger la population américaine. Le but de psy-ops comme le massacre de Sandy Hook (et tous les autres commis avant) pourrait être d'ordre plus national : traumatiser et effrayer la population américaine pour qu'elle accepte des lois menant à un État policier officiel draconien aux USA, sous prétexte de « protéger le peuple américain ». Bien sûr, en réalité, il s'agit de protéger les élites en empêchant pour de bon que le peuple « des gens normaux » n'exprime sa volonté.