Netanyahu & Obama
© Inconnu

Suite au dernier discours prononcé par le président syrien Bachar el-Assad, voici le commentaire de Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères :
« On savait que Bachar était l'assassin de son peuple, on constate en écoutant son discours lamentable qu'il est en plus sourd et aveugle ».

« Le meilleur vœu qu'on puisse formuler pour la Syrie en 2013, c'est qu'elle soit débarrassée de son dictateur. »
Quand on a trempé dans le scandale du sang contaminé, ne devrait-on pas faire profil bas ? Quand on représente la France, ne devrait-on pas faire passer les intérêts de la nation avant ceux de la cause sioniste ? Doit-on rappeler à L. Fabius, un autre chantre des droits de l'hommiste, qu'il existe un camp de concentration à ciel ouvert tout près d'Israël ? Et que dire de ces politiciens UMP PS qui condamnent les Français à la pauvreté au motif qu'ils mettent en place des mesures d'austérité pour satisfaire les dictateurs des marchés ?

Que dirait cet adulateur de la démocratie et des droits de l'homme si l'on souhaitait aux Français d'être débarrassé des financiers du terrorisme du Moyen-Orient ? Et donc...

En fait, derrière L. Fabius, les clans sioniste, sunnite et une bande de fanatiques terroristes en provenance de Libye (après que le sieur Sarkozy ait eu l'autorisation de ses mentors de mettre le pays à feu et à sang) expriment des propos similaires. Reste à savoir qui ordonne à cette clique de politiciens un discours tout préparé.

On attendra la réaction russe. Le Kremlin préfère garder le silence et réfléchir sans doute avant de poser la prochaine pièce sur l'échiquier. Car, est-il besoin de rappeler qu'après la SYRIE viendra le tour de l'IRAN.

En Syrie, si les rebelles contrôlent désormais des zones importantes dans le nord et l'est de la Syrie, l'essentiel de ses points de passage à la frontière turque et un croissant de faubourgs autour de Damas, le gouvernement maintient toujours le contrôle de la capitale, de l'essentiel du Sud-ouest densément peuplé, de la côte méditerranéenne, de l'autoroute qui traverse le pays du nord au sud et des bases militaires dans tout le pays.

Est-il besoin d'ajouter que la France paiera très cher le prix de la trahison ? Puissions-nous revoir un jour de grands responsables d'Etat soucieux de la défense de la patrie et respectueux des vraies valeurs qui ont tout simplement « fait la France ».