Aaron Swartz
© Fred Benenson

Le militant contre la censure et informaticien de génie Aaron H. Swartz s'est suicidé hier à New York, à l'âge de 26 ans. Il était profondément perturbé par l'action en justice engagée contre lui par la justice américaine dans l'affaire JSTOR - une affaire qui n'est pas sans rappeler Wikileaks et dans laquelle il risquait 30 ans de prison.

Le jour de sa mort, Swartz avait été en communication avec le procureur, très hostile à son égard, qui lui avait signifié vouloir le poursuivre sur un certain nombre d'accusations très graves - et cela alors que JSTOR avait retiré sa plainte. La famille de Swartz accuse clairement la justice américaine d'avoir provoqué la mort de leur fils.

« Bébé hacker », Swartz était un génie de l'informatique, co-auteur, à l'âge de 14 ans, des spécifications RSS 1.0. Il avait ensuite fondé la société Infogami qui avait fusionné avec le très populaire service de diffusion reddit. Il était maître de conférence sur les sujets liés à la corruption insitutionnelle à l'université de Harvard, au centre de recherche Ethics Center Lab.

En 2010, il avait fondé DemandProgress.org, une organisation visant à lutter contre la censure sur Internet et les lois SOPA/PIPA. Il travaillait depuis 2011 pour la Fondation Avaaz, une ONG internationale d'activisme en ligne qui encourage les citoyens du monde entier à se mobiliser sur diverses questions internationales, portant du respect des Droits humains aux changement climatique.

En Juillet 2011 Swartz avait été mis en examen par un « grand jury » fédéral US, accusé d'avoir téléchargé près de 5 millions de publications scientifiques et universitaires du service payant de bibliothèque scientifique en ligne JSTOR, avec l'intention de les rendre public. Il aurait dissimulé un ordinateur portable dans un placard du Batiment 16 du MIT et s'était servi du réseau du MIT pour accéder au service. Son intention aurait été de rendre ces documents librement accessibles afin qu'ils « bénéficient à la communauté scientifique toute entière, pas seulement les riches universités pouvant se les payer » - comme l'a affirmé un commentateur sur Reddit. Swartz a toujours nié l'ensemble de ces accusations.

Le procès avait débuté en Septembre dernier et le procureur fédéral s'est révélé d'une agressivité surprenante, affirmant à plusieurs reprises qu'il voulait faire de cette affaire un « exemple dissuasif ».

Pour la famille, tant la justice que le MIT sont directement responsables du climat ayant provoqué la mort de Swartz. « Les décisions prises par les autorités judiciaires du Massachusetts ains que par le MIT ont contribué à sa mort. Le procureur US a déposé une liste d'accusations exagérément dures, menaçant d'envoyer Aaron en prison pour 30 ans, afin de punir un crime supposé qui n'a fait aucune victime. »

Un résumé de l'affaire JSTOR, en anglais, sur le site « The Register »