La puissance médiatique s'est rapidement mise en branle pour apporter son soutien à l'intervention militaire de la France au Mali. L'article du Time : « the crises in Mali : will french air stries stop the islamiste avance ? » montre décidément que les vieilles ficelles ont toujours cours, en l'occurrence « la guerre au terrorisme ». Le Time soutient que cette intervention a pour but d'empêcher les terroristes islamistes de s'emparer d'une partie de l'Afrique avant d'étendre leur influence jusqu'en Europe. Dans ce même article, le journaliste affirme « qu'il y a une crainte, particulièrement fondée, que le Mali, devenu islamiste radical, menace par-dessus tout la France dans la mesure où la plupart des islamistes sont francophones et qu'ils ont des parents en France. (Des indications issues des milieux du renseignement à Paris laissent entendre que des candidats au djihad, partant de la France pour rejoindre le Mali afin de s'entraîner et y combattre, avaient été identifiés. AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique), un des trois groupes qui composent l'alliance islamiste au Mali et qui en constitue une grande partie de l'encadrement, a également désigné la France, la représentante de la puissance occidentale dans la région, comme objectif premier pour les attaques ».

Ce que le Time ne raconte pas au lecteur, c'est qu'AQMI est étroitement lié au Groupe islamique combattant en Libye (que la France a soutenu durant l'invasion de la Libye par l'OTAN en 2011, en lui fournissant des armes, assurant sa formation, et l'appuyant même de ses forces spéciales et de ses moyens aériens). Bruce Riedel, qui a travaillé à la CIA de 1977 à 1990 et qui est aujourd'hui un des experts de l'association Brookings Institution, écrivait en août 2011 un article intitulé « l'Algérie sera la prochaine à tomber », dans lequel il prédisait que le succès des coalisés en Libye encouragerait les éléments radicaux en Algérie, et AQMI en particulier. Entre les violences extrémistes et la perspective des frappes aériennes françaises, Riedel espérait en fait voir la chute du gouvernement algérien. Ironie du sort, il observait que « l'Algérie exprimait des préoccupations selon lesquelles la crise libyenne pouvait conduire à la création d'un sanctuaire important pour Al-Qaïda et d'autres extrémistes djihadistes ». Et c'est précisément grâce à l'OTAN que la Libye est devenue ce qu'elle est aujourd'hui, à savoir un refuge sponsorisé par l'OTAN... pour Al-Qaïda. Avec la présence d'AQMI au nord du Mali et la participation française aux frappes dans ce secteur, nous saurons très rapidement si le conflit ne s'étendra pas à l'Algérie limitrophe.

Il est à noter que Riedel, qui est coauteur du livre « which path to Persia ? », pousse ouvertement à armer un autre groupe défini comme terroriste par le département d'État américain, l'organisation Mujahedin-e-Khalq, dans le but de provoquer le chaos en Iran et aider à faire pression sur l'administration locale, ce qui illustre clairement l'usage qui peut être fait des formations terroristes dans l'exécution des basses œuvres en matière de politique étrangère des pays occidentaux.

Selon un autre analyste géopolitique, Pepe Escobar, un lien très étroit unit le Groupe islamique combattant en Libye et AQMI. Dans un de ses articles intitulé « How-Qaeda got to rule in Tripoli », il écrit : « le numéro deux d'Al-Qaïda, Zawahiri, a annoncé officiellement la fusion entre les deux groupes. Á partir de là, le Groupe islamique combattant en Libye et AQMI sont les deux faces d'une même pièce, dont Belhadj en est l'émir ». Abdelhakim Belhadj, chef du Groupe islamique combattant en Libye, a obtenu des armes, de l'argent et la reconnaissance de l'OTAN lors de la tentative de renversement de la Jamahiriya arabe libyenne, et il a depuis jeté le pays dans la guerre civile. Cette intervention a vu aussi l'épicentre de la révolte, Benghazi, se détacher lentement mais sûrement de Tripoli pour devenir une région aujourd'hui semi-autonome, « l'émirat du terrorisme ». La dernière campagne de Belhadj doit probablement se dérouler aux confins de la frontière turco-syrienne, où il participe à la logistique de l'armée syrienne libre... avec la bénédiction de l'OTAN.

L'intervention des coalisés en Libye a ainsi ressuscité le Groupe islamique combattant en Libye, une formation affiliée à Al-Qaïda. Il avait déjà combattu en Irak et en Afghanistan. Il envoie aujourd'hui des combattants, de l'argent et des armes à partir du Mali vers la Syrie, là encore grâce aux bonnes faveurs de l'OTAN. Le redoutable « califat » dont les néoconservateurs nous ont rebattu les oreilles pendant une bonne dizaine d'années est en train de prendre réellement forme du fait des intrigues menées par les États-Unis, l'Arabie saoudite, le Qatar et Israël... et non de l'islam, régulièrement instrumentalisé par ces derniers.

Le Groupe islamique combattant en Libye, qui est en train de mener la bataille en Syrie avec l'assentiment de la diplomatie française, a donc officiellement fusionné avec Al-Qaïda selon le combatting terrorism center de West Point. Selon ce centre, AQMI et le Groupe islamique combattant en Libye n'ont pas seulement des objectifs idéologiques, mais aussi stratégiques et tactiques. Les armes que le groupe a reçues proviennent d'AQMI et ont probablement passé à travers les frontières poreuses du Sahara et du nord du Mali. En effet, ABC News a relaté dans un article en date du 10 novembre 2011 qu'un important représentant d'un groupe affilié à Al-Qaïda que l'organisation avait fait main basse sur quelques milliers d'armes disparues durant les événements libyens, alimentant les craintes des Occidentaux. « Nous (Al-Qaïda, NDLR)sommes les premiers bénéficiaires des révolutions arabes », a dit à l'agence de presse mauritanienne ANI Mokhtar Belmokhtar, un des leaders nord-africains d'AQMI.

Un autre conflit éclatait donc au nord du Mali dès la fin des combats en Libye. Ce n'est pas un hasard. Cela fait partie d'une vaste entreprise préméditée de réorganisation géopolitique qui a commencé avec la chute de Kadhafi. La Libye est utilisée aujourd'hui comme tremplin pour envahir d'autres pays bien ciblés, tels le Mali, l'Algérie et la Syrie. Les terroristes armés jusqu'aux dents, financés et appuyés par l'OTAN, ne sont rien moins que les mercenaires de ce projet. L'Algérie a réussi jusque-là à déjouer les plans subversifs échafaudés par les États-Unis en 2011 dont les révolutions arabes ont été la partie visible de l'iceberg, mais elle n'a certainement pas échappé à l'attention de l'Empire, qui aimerait bien transformer toute une région qui s'étendrait de l'Afrique jusqu'aux abords de Pékin et Moscou, en utilisant les terroristes soit comme casus belli à de futures invasions, soit comme mercenaires de leurs sombres besognes.

L'Empire apporte la guerre comme la nuée l'orage. Lui résister, de quelque manière que ce soit, est un véritable acte de Résistance.