Traduit par Les Chroniques de Rorschach

Un examen écrit organisé par le Pentagone qualifie les manifestations de forme de " terrorisme de bas niveau " ce qui a suscité la colère des défenseurs des libertés civiles et de groupes de militants qui ont affirmé que cela démontrait un mépris flagrant du Premier Amendement.

L'examen écrit, donné dans le cadre d'un entraînement de routine des employés du département de la Défense comprend une question à choix multiple qui demande :
"Lequel des énoncés suivants est un exemple de bas niveau contre le terrorisme?"

- Attaquer le Pentagone

- Les IEDs

- Les crimes de haine contre des groupes raciaux

- Les manifestations

La bonne réponse, selon l'examen, est " protestations ".


" Cela trahit la volonté d'assimiler la dissidence et de protestation à du terrorisme», a déclaré Ann Brick, une avocate à la "American Civil Liberties Union", qui a obtenu une copie de la question après qu'un employé du département de la Défense ait imprimé le test à partir de l'écran de son terminal informatique.

"Cela sape les valeurs fondamentales constitutionnelles que le ministère de la Défense est censé défendre,"a déclaré Brick, se référant au Premier amendement qui concerne le droit de se rassembler pacifiquement.
.
"C'est illégal", a déclaré George Martin, co-président national de "United for Peace and Justice". "Le droit de manifester en tant que forme de dissidence légale doit être reconnu, en particulier par les autorités". «Il ne s'agit pas de terrorisme ou de manque de patriotisme. Nous prenons soin d'être actifs au sein de notre gouvernement. "

"C'est le genre de chose qui arrive quand vous avez de grandes bureaucraties sécuritaires, c'est pourquoi nous devons y faire attention", affirme Friedman. «Ces choses ont tendance à se produire dans des moments de panique, comme après le 11 septembre."