Traduit par Résistance 71

La France a apparemment imposé un blackout médiatique sur son invasion du Mali au sein d'une guerre croissante qui fait rage dans la nation d'Afrique occidentale.

Le 11 Janvier, la France a lancé une guerre sous prétexte d'arrêter les avancées de combattants rebelles au Mali. Quoi qu'il en soit, comme Paris a monté de plusieurs crans son offensive terrestre et ses frappes aériennes au Mali, très peu d'images du conflit sont parvenues du pays africain.

Les réseaux français de TFI et de France Télévision ont également envoyé plusieurs équipes de correspondants à Bamako, mais un blackout médiatique sur les images des combats a confiné tous les journalistes dans la ville.

Ceci intervient alors que le ministre français de la défense Jean-Yves Le Drian a dit que le nombre de troupes françaises au sol dans le pays d'Afrique occidentale pourrait dépasser le chiffre initialement avancé de 2500 soldats.

"2500 était le chiffre annoncé au préalable, mais peut-être sera t'il dépassé", a dit Le Drian dans un entretien à la télévision Samedi dernier.

Dimanche, Le Drian a également annoncé que le but de Paris dans le pays africain "est la reconquête totale du Mali", ajoutant, "nous ne laisserons pas de poches de résistance".

Dans le même temps, l'agence onusienne pour les réfugiés, l'UNHCR, a dit qu'elle se préparait à ce qu'environ 700 000 personnes fuient les violences au Mali.

Six nations ont dit qu'elles supportaient la guerre de la France au Mali: Les Etats-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Belgique et le Danemark.

La CEDAO a aussi promis un soutien à la guerre de la France en envoyant 5800 soldats au Mali.

Certains analyses pensent que les ressources naturelles maliennes abandonnées, incluant de grosses réserves d'or et d'uranium, seraient une des raisons derrière la guerre de la France au Mali.