Alors que la Grèce sombre chaque jour un peu plus dans l'austérité et subit une véritable saignée, les responsables de cette crise ne sont eux pas inquiétés, mieux : Ils font des bénéfices records et arrosent leurs salariés de prime de rendement.

Chômage record pour la Grèce et bénéfice record de ses bourreaux.

Le 10 Janvier 2013, l'Autorité des statistiques grecques a publié les dernières statistiques mensuelles du chômage. Ces statistiques ont révélé que le taux de chômage officiel a continué de s'aggraver rapidement en Grèce en octobre 2012 par rapport à septembre 2012, frappant 26,8% de la population active contre 26,0% le mois précédent, et 19,7% un an auparavant.

Le nombre officiel de chômeurs a augmenté de 368.102 personnes par rapport au mois de septembre 2011, ce qui représente une hausse de +37,7 % en un an.


Soupes populaires et augmentation des fouilles dans les poubelles

Autre statistique : Le chômage touche 30,4% des femmes grecques pour 24,1% des hommes. Il est elevé chez les jeunes Grecs puisqu'il touche 56,6% des 15-24 ans et 34,1% des 25 à 34 ans. Mais les victimes sont surtout les retraités, dont les pensions ont été considérablement réduites voire supprimées. Nous nous souvenons tous de ce retraité qui s'était suicidé l'an dernier et avait provoqué une vague de manifestation et d'indignation. Ce genre de drame humain n'est hélas pas rare puisque le taux de suicides en Grèce a augmenté de 45% en un an. "Je ne trouve pas d'autre solution qu'une fin digne, avant que je ne commence à chercher dans les poubelles pour me nourrir." avait écrit le retraité qui s'est suicidé. Quelle tristesse de voir que le suicide est le dernier moyen de s'en sortir en gardant sa dignité.

Le retraité n'avait pas tort puisque la Grèce se paupérise et sombre peu à peu dans la misère, ainsi il n'est pas surprenant de voir une multiplication des soupes populaires et même de voir des grecs fouiller dans les poubelles pour se nourrir.
Goldman Sachs et le scandale du maquillage des comptes publics

Piqure de rappel avant d'aller plus loin : la banque américaine aurait proposé, en 2001, à la Grèce des outils financiers - notamment au travers de « swaps de devises » - , pour lui permettre de camoufler artificiellement l'ampleur de sa dette publique tout en dissimulant les transactions, le but de ces maquillages était de permettre l'entrée de la Grèce dans l'Euro.

Après avoir gagné près de 300 millions de dollars de commissions pour avoir donné ces "conseils", Goldman Sachs a continué son emprise sur la Grèce en installant par un putsch Lukas Papademos, ancien directeur de la banque centrale grecque et nommé donc premier ministre.

Salaire moyen de 400 000 dollars par personne

Et bien la banque américaine a annoncé le 16 janvier 2013 un bénéfice doublé par rapport à 2012 et même 2011, avec un chiffre d'affaires en très forte hausse qui a augmenté de + 19 % en un an, soit un bénéfice net annuel de 7,3 milliards de dollars.

Goldman Sachs a décidé de faire profiter ses employés de prime de rendement élévé, puisque le salaire moyen est de 400 000 dollars par personne cette année, soit 26 000 euros de salaire par mois en moyenne, somme coquette n'est-ce pas ?

L'Europe pendant ce temps traverse une grave crise, et la Grèce n'est pas un phénonème isolée, au Portugal et en Espagne la paupérisation progresse*, les jeunes sont obligés de partir pour trouver du travail. Il faut sortir au plus vite de cette Europe des banquiers avant que la France ne subisse le même sort.

* Voir cet article : http://www.20minutes.fr/monde/espagne/1057737-espagne-nouveaux-visages-pauvrete