Barack Obama et Eric Holder (Ministre de la Justice)
Selon la chaîne américaine NBC, l'administration Obama, via le ministère de la Justice, a mis en place un protocole illégal quasi légal lui permettant de tuer tout homme, même des citoyens américains, sur un simple soupçon d'appartenance à Al Qaïda. Le monstre froid de la Maison Blanche, cet antéchrist africain, est finalement l'homme le plus puissant du monde, certes, mais aussi le plus dangereux. Ils tuent à la pelle, pour soi-disant la sécurité nationale. Pas aux Etats-Unis, mais à des milliers de kilomètres de son territoire. Comment peut-on justifier un bombardement aveugle sur une zone tribale pakistanaise comme étant un acte pour la sécurité nationale américaine ? Mystère et boule de gomme. Mais, plus c'est gros, plus ça passe...

De ce soft power dont il fait sien, un mémo confidentiel du ministère de la Justice américaine conclut que le gouvernement américain peut ordonner le meurtre de citoyens américains s'ils sont soupçonnés d'être des «hauts dirigeants opérationnels» d'Al-Qaida ou même d'«une force associée» - même s'il n'y a aucun renseignement indiquant qu'ils sont engagés dans une préparation ou une action active en vue d'attaquer les Etats-Unis. Bref, un acte arbitraire, pour peu que le président américain ne vous aime pas. Certains américains se réjouissent de l'utilisation des drones qui permettrait, selon eux, d'éviter la mort des soldats américains mais, la note est salée...

Ainsi, au nom de la sécurité nationale, des drones peuvent donc tuer des Américains sans procès. Un abus de pouvoir dont les Afghans, les Pakistanais et les Yéménites payent un lourd tribut. NBC accuse même l'Amérique sous George Bush Jr., d'avoir tué deux Américains d'origine yéménite, Anwar al-Awlaki et Samir Khan, alors que les deux n'avaient jamais été mis en accusation par le Gouvernement américain ni inculpé d'aucun crime. Barack Obama est un monstre habillé en agneau, qui a simplement perpétué la « busherie ».

Ce livre blanc ou mémo de 16 pages (pdf en anglais), dont une copie a été obtenue par NBC, fournit de nouveaux détails sur le raisonnement juridique derrière l'une des politiques les plus secrètes et les plus controversées de l'administration Obama. Intitulé outrageusement «Légalité d'une opération létale dirigée contre un citoyen américain qui est un officier supérieur opérationnel d'Al Qaïda ou un groupe associé. », ce document a été remis aux membres des services de renseignement du Sénat et des comités judiciaires en juin dernier par des fonctionnaires de l'administration à la condition que ces informations restent confidentielles et que ce sujet ne puisse être discuté publiquement.

Ce document effrayant qui avalise les assassinats ciblés fait vraiment froid dans le dos. Mais, ce qui choque en réalité les Américains, c'est que leur concitoyens soient logés à la même enseigne que les autres. Néanmoins, après sa réélection, Barack Obama a les coudées franches, et peut faire finalement tout ce qu'il veut, sachant qu'il n'aura aucun compte à rendre dans 4 ans. Ce sont aussi les dangers de la démocratie, puisque l'homme ne se représentera pas pour la prochaine élection présidentielle.

Barack Obama et son ministre de la Justice Eric Holder, sont les complices d'une tuerie à haute échelle mais, eux, ne seront jamais inquiétés par une quelconque justice internationale. Ces gens, notamment le président Ronald Reagan, ont créé Al Qaïda, pour mieux instrumentaliser les arabes et l'islam, dans un amalgame incestueux, dont ils risquent, à termes, d'être les vainqueurs...