Israêl et le 11 septembre-sujet tabou-illustration
© Hicham Hamza

Mardi soir, en prime time, France 5 a diffusé un documentaire intitulé « Les obsédés du complot » et réalisé par Caroline Fourest.

L'objectif affiché par la journaliste consistait à décrédibiliser la contestation de la version officielle du 11-Septembre en s'attaquant à certaines figures, plus ou moins marginales, du mouvement.

La méthode fut simple : approximations, amalgames et raccourcis ont émaillé les 52 minutes de cette prétendue « enquête ».

Une séquence visait ainsi à remettre en question l'assertion -présentée comme paranoïaque- selon laquelle existait, dès 2001, un projet américain de redécoupage du Moyen-Orient.

A 19'55 du documentaire, après la brève allusion (dont la fin est coupée au montage) d'un militant au sujet de certains « agents du Mossad qui se seraient fait passer pour...», Caroline Fourest donne le ton :
« Ce qui anime beaucoup la blogosphère, ce sont des gens beaucoup plus politiques, beaucoup plus idéologues qui sont un peu axés sur le complot américano-sioniste ».

Son interlocuteur, le blogger et compère de longue date Rudy Reichstadt, acquiesce et reprend l'expression du « complot américano-sioniste » pour réfuter également son existence.

La documentariste enchaîne alors pour discréditer l'opinion selon laquelle l'Administration Bush avait envisagé, dès 2001, de « remodeler le Moyen-Orient » à la faveur des attentats.

Celle qui se targue, tout au long de son film, de respecter les faits omet de signaler au téléspectateur du service public ceux allant à l'encontre de son discours.
Sur le Mossad : cinq Israéliens ont été arrêtés par la police du New Jersey, le 11 septembre 2001, pour avoir manifesté une joie incongrue à la vue du crash du premier avion dans le World Trade Center. Après 71 jours de détention, ils seront renvoyés à Tel-Aviv. Certains médias locaux, comme The Record, rapporteront l'incident et révéleront par la suite, telle la revue de la communauté juive new-yorkaise dénommée The Forward, que deux d'entre eux étaient des agents du Mossad sous couverture.

Question : pourquoi des employés des services secrets israéliens avait-ils exprimé leur jubilation, en se prenant en photo, devant la Tour nord embrasée du World Trade Center ? Cette arrestation n'est que le sommet de l'iceberg : environ 200 Israéliens, déguisés en étudiants en art ou en vendeurs de jouets et soupçonnés d'espionnage, ont été arrêtés sur le sol américain, autour de la date du 11 septembre 2001. Plus étrange : certains d'entre eux étaient domiciliés à proximité des futurs « pirates de l'air » présumés.
Sur le « remodelage du Moyen-Orient » : ce projet a bel et bien existé. Comme le rappelle le journaliste américain Jason Vest, dans son article de 2002 intitulé « The men from Jinsa and CSP », un programme -dans cette direction- a été rédigé par des haut-fonctionnaires de l'appareil d'Etat exerçant aussi bien pour le compte de Washington que pour celui Tel-Aviv. Dénommé « Une coupure nette : une stratégie pour sécuriser le domaine », ce rapport a été commandé en 1996 par le Premier ministre Benyamin Netanyahu auprès d'un think-tank basé à Jérusalem et disposant d'une antenne dans la capitale américaine. Selon Jason Vest, il s'agissait là d'une « sorte de manifeste néo-conservateur américano-israélien ». Les hommes à l'origine de ce rapport ont tous exercé des responsabilités importantes au sein de la future Administration Bush. Ainsi, David Wursmer deviendra le conseiller en charge du Moyen-Orient auprès du vice-président Richard Cheney tandis que Richard Perle occupera un poste de consultant proche de Donald Rumsfeld, secrétaire à la Défense.

A partir de 2003, suite à l'invasion de l'Irak, George Bush reprendra à son compte ce projet, délesté de son aspect belliciste et rebaptisé « le Grand Moyen-Orient ». Ce n'est pas tant la CIA, comme l'affirme (naïvement ?) Caroline Fourest, qui est visée par les détracteurs de ce plan que le Pentagone et la vice-présidence Cheney, alors occupés par des idéologues à la fois atlantistes et ultra-sionistes. L'intrusion de ce clan va-t-en-guerre au sommet de l'appareil d'Etat est le fruit d'un lobbying idéologique de 25 ans, remontant notamment à la création, en 1976, du JINSA - un influent think-tank oeuvrant au rapprochement stratégique des Etats-Unis et d'Israël. En 1982, le journaliste et ex-fonctionnaire au ministère israélien des Affaires étrangères, Oded Yinon, préconisait déjà le redécoupage du Moyen-Orient en mini-Etats opposés les uns aux autres afin de garantir une hégémonie israélienne sur la région. 20 ans plus tard, les guerres menées par les Etats-Unis « contre le terrorisme et les armes de destruction massive » serviront, en définitive, la cause d'Israël. L'un des trophées remportés par « les hommes du JINSA » fut ainsi la balkanisation de l'Irak, cet ennemi historique de l'Etat hébreu.
Caroline Fourest a passé ces faits sous silence. Pour cause : ils consolident la thèse, de plus en plus ouvertement débattue à travers le monde, d'un « complot américano-sioniste » pour provoquer ou faciliter les attentats du 11-Septembre dans le but, précisément, de remodeler le Moyen-Orient en faveur des intérêts stratégiques de Washington et Tel-Aviv.

Le lecteur désireux d'en savoir plus est invité à consulter mon ouvrage à ce propos. Intitulé « Israël et le 11-Septembre : le grand tabou », cet essai, disponible en ligne depuis le 5 février, est la collecte sourcée et recoupée de faits relatifs à une implication israélienne dans la réalisation des attentats. Depuis onze ans, ce faisceau d'indices est tantôt ignoré, tantôt édulcoré par la plupart des médias occidentaux.

Il est grand temps, aujourd'hui, de briser l'omerta.